Le vendredi 5 mars 2010

QuébecPolitique

Le budget conservateur démontre que le fédéralisme n’est pas rentable pour le Québec

La seule voie d’avenir pour le Québec, c’est la souveraineté

Canada ]

Par Bloc Québécois

Les conservateurs manquent encore une fois l’occasion de répondre adéquatement aux besoins économiques, sociaux, environnementaux et financiers du Québec. Ils démontrent de nouveau que pour le Canada, c’est comme si le Québec n’existait pas.

« En présentant un budget aussi vide, le gouvernement conservateur nous offre une autre illustration que le fédéralisme n’est tout simplement pas rentable pour le Québec. Les conservateurs manquent encore une fois l’occasion de répondre adéquatement aux besoins économiques, sociaux, environnementaux et financiers du Québec. Ils démontrent de nouveau que pour le Canada, c’est comme si le Québec n’existait pas. À moins d’amendements substantiels, le Bloc Québécois votera contre ce budget », a déclaré le porte-parole du Bloc Québécois en matière de finances et député d’Hochelaga, Daniel Paillé.

« Le gouvernement conservateur poursuit dans la voie de son énoncé économique de 2006, c’est-à-dire avec des politiques orientées sur les besoins de l’Ontario et de l’Alberta, au détriment des besoins extrêmement pressants du Québec. Les prévisionnistes s’accordent en effet pour dire que la relance économique sera plus faible au Québec qu’au Canada », a lancé Daniel Paillé.

« Malgré toutes les belles promesses conservatrices de 2006 d’une ouverture nouvelle à l’égard du Québec, il n’y a rien dans le nouveau budget Flaherty pour répondre aux besoins de l’économie québécoise. Qu’on parle de la forêt, de l’aéronautique, de l’environnement ou de la culture, les priorités des Québécoises et des Québécois, telles qu’exprimées lors de notre tournée de consultations prébudgétaires, sont complètement ignorées », explique le porte-parole du Bloc Québécois.

« À titre d’exemple, l’industrie automobile concentrée en Ontario reçoit 9,7 milliards de dollars, contre seulement 170 millions de dollars pour l’industrie forestière vitale pour les régions du Québec. Les conservateurs ont beau faire miroiter aux entreprises manufacturières une levée des frais de douane pour l’achat d’équipements mais, faute de prêts et de garanties de prêts, bon nombre d’entre elles n’ont pas l’argent pour s’en procurer », poursuit Daniel Paillé.

« Alors que l’environnement est à toutes fins pratiques ignoré dans le budget, le gouvernement conservateur consacre un milliard de dollars pour le développement de la filière nucléaire au profit de l’Ontario, de l’Alberta et des pétrolières, qui bénéficient déjà de généreux avantages fiscaux. De plus, aucun nouveau financement n’est prévu dans le secteur culturel, important pour l’économie québécoise », enchaîne le porte-parole adjoint en matière de finances et député d’Alfred-Pellan, Robert Carrier.

« La nécessité de bonifier l’assurance-emploi et le Supplément de revenu garanti pour les aînés, de même que de s’attaquer aux problèmes du logement social et de l’itinérance sont ignorées. De plus, le gouvernement fait complètement fi du fait que ce sont les femmes qui sont le plus frappées par la pauvreté », souligne Robert Carrier.

L’État québécois est perdant

« L’État québécois est aussi perdant dans ce budget. Les conservateurs maintiennent leur décision de plafonner unilatéralement les paiements de péréquation. Ils offrent une fin de non-recevoir aux demandes pressantes du Québec pour la hausse des transferts fédéraux, notamment en éducation. Le budget ne prévoit en outre aucune compensation pour l’harmonisation de la taxe de vente. Stephen Harper se moque des gens en bafouant sa promesse d’éliminer le pouvoir fédéral de dépenser. Ottawa insiste toujours pour s’arroger les pouvoirs du Québec en matière de valeurs mobilières, en plus de multiplier les initiatives en matière de formation de la main-d’œuvre, ce qui relève du gouvernement du Québec », constate Daniel Paillé.

La classe moyenne, les travailleurs et peut-être même les aînés paieront le déficit

« Le gouvernement Harper persiste également dans son arrogance envers les gens les moins favorisés. Le budget confirme le maintien du régime fiscal très généreux envers les banques et l’industrie pétrolière, mais il refuse d’aider les gens. C’est du mépris pour les travailleurs et les entreprises qui sont en difficulté au Québec au moment où ils ont le plus besoin que l’État leur tende la main », a poursuivi Robert Carrier.

« Encore une fois, le gouvernement Harper veut faire payer le déficit à la classe moyenne et aux travailleurs, en épargnant les banques, les pétrolières et les privilégiés. Le gouvernement ne se gênera pas pour piller 19 milliards de dollars dans la caisse d’assurance-emploi de 2011 à 2015. Le gouvernement conservateur semble aussi avoir les aînés dans le collimateur en annonçant un examen du système de revenu de retraite du Canada dès ce printemps. C’est d’autant plus déplorable que les dépenses militaires continuent d’augmenter et qu’aucune mesure n’est prévue pour mettre fin aux privilèges fiscaux des pétrolières, pour mettre un terme à l’utilisation des paradis fiscaux ou pour mettre à contribution les privilégiés ayant un revenu imposable supérieur à 150 000 dollars par année ou des primes démesurées », a repris Daniel Paillé.

« Au total, on ne peut donc s’empêcher de constater que ce budget, dans sa forme actuelle, passe complètement à côté de la réalité économique des Québécoises et des Québécois. Le Bloc Québécois a procédé à une vaste tournée de consultations aux quatre coins du Québec en prévision de ce budget, afin de discuter avec les acteurs qui forment les forces vives du développement du Québec. Nous avons présenté, de bonne foi, des propositions concrètes et raisonnables pour le Québec. Les attentes budgétaires du Bloc Québécois correspondaient à la volonté des Québécoises et des Québécois et, mises en œuvre, elles auraient permis d’assurer au Québec une sortie de crise prospère, durable et verte », a-t-il poursuivi.

« Malheureusement, nous sommes forcés de constater que les conservateurs n’ont pas saisi l’occasion pour le Québec. Tel quel, ce budget nous montre encore une fois que le fédéralisme ne répondra jamais aux aspirations du Québec et que la seule voie d’avenir pour le Québec, c’est la souveraineté », a conclu Daniel Paillé.

6 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 FredericL Le 5 mars 2010 à 10h23

    Le BQ a déjà annoncé qu’il voterait contre ce budget avant même qu’il soit déposé! Et probablement avant même d’avoir pris connaissance des 500 pages du document !!

    Si on récapitule, en votant contre ce budget, par le fait même:

    Les bloquistes voteront contre les transferts fédéraux en éducation et en santé qui représentent 6 MILLIARDS 700 MILLIONS $ pour le Québec.

    Les bloquistes voteront contre les 8 MILLIARDS 500 MILLIONS $ que le Québec recevra en péréquation (plus de la moitié du budget total de ce programme).

    Les bloquistes voteront contre les 51 millions $ sur deux ans prévus afin d’assurer la sécurité des ponts de Montréal.

    Les bloquistes voteront contre la Commission que mettra sur pied Ottawa afin d’éliminer les tracasseries administratives que subissent organismes, entreprises et citoyens.

    Les bloquistes voteront contre la baisse des dépenses militaires annoncées par Jim Flaherty!

    Il serait peut-être temps que les bloquistes sortent de leur bulle et admettent une fois pour toute que le Bloc Québécois nuit lui-même plus au Québec que le Parti Conservateur !!

  2. 2 Jean Paul Tellier Le 5 mars 2010 à 12h30

    Le budget fédéral 2010 est BON pour la province Québec.

    « Il faut se réjouir du fait que le gouvernement fédéral ne réduira pas ses dépenses sur le dos des provinces. La croissance prévue de la péréquation et des transferts pour la santé et pour l’éducation est maintenue, une excellente nouvelle pour le gouvernement du Québec. Le document a de quoi plaire à ceux qui préfèrent la bonne gestion aux feux d’artifice. »

    Par André Pratte,laPresse,05/03/2010

    « L’ensemble des paiements de transferts associés à la péréquation représente 15 milliards de dollars pour le Québec. C’est 24% de l’ensemble de nos revenus.Ce n’est pas vrai que le Québec peut se passer de sommes aussi considérables . »

    Par La vice-première ministre du Québec, Nathalie Normandeau.

    Le fédéralisme est bon pour la santé des québécois.
    http://mediamanager.oc3.generationflash.com/client_utils/_resize_picture_portal.php?member=cp&w=581&h=392&img=051_7739_192576.jpg

    « Michael Ignatieff, après avoir joué les matamores , est devenu la meilleure garantie de longévité du gouvernement Harper. Les libéraux devront réaliser que, en laissant passer ce budget, ils acceptent un plan de cinq ans qui prévoit un gel des dépenses du gouvernement et proscrit toute hausse de revenus (taxes et impôts) ainsi que toute coupe dans les transferts aux provinces.

    Lorsqu’ils étaient au pouvoir, dans les années 90, les libéraux ont éliminé le déficit, essentiellement, en sabrant dans les transferts aux provinces (pour la santé et l’éducation, surtout). Ce budget, qui n’a pourtant rien de spectaculaire, pourrait fort bien devenir un piège à ours pour Michael Ignatieff. D’autant plus que celui-ci a eu bien du mal, à ce jour, à présenter une solution de rechange crédible. »

    Par Vincent Marissal,la Presse,05/03/2010

    « Cette somme de 19 milliards,déjà mise de côté, servira à financer des projets d’infrastructures (7,7 milliards), à réduire les impôts (3,2 milliards), à soutenir les Canadiens ayant perdu leur emploi (4 milliards) et à investir dans les régions plus touchées par la récession (2,2 milliards). Devant la reprise économique qui se concrétise au pays,le gouvernement Harper opte pour la prudence.

    Contrairement à la méthode utilisée par les libéraux dans les années 1990, le gouvernement Harper ne sabre pas dans les paiements de transfert aux provinces pour financer des programmes comme la santé et l’éducation.Ces paiements continueront d’augmenter comme prévu.

    Le gel des budgets des ministères se traduira éventuellement par une réduction de la taille de la fonction publique, donc du nombre de fonctionnaires.»

    Par Joël-Denis Bellavance,la Presse,04/03/2010

    « Le Canada a des taux d’imposition parmi les plus bas au monde pour les entreprises. Depuis 2007, le gouvernement fédéral réduit progressivement son taux général de l’impôt sur le revenu des entreprises. Ce taux passera de 22,12% en 2007 à 15% en 2012. Le gouvernement fédéral invite les provinces à lui emboîter le pas et à ramener leur propre taux à 10%, pour un taux combiné de 25%.Au Québec, le taux est de 11,9%.»

    Par Francis Vailles,la Presse,05/03/2010

    « Le cinquième budget conservateur déposé hier à Ottawa n’a pas donné lieu à ce vaste exercice de serrage de ceinture auquel tous s’attendaient.La menace électorale est écartée. Les plus importantes nouvelles dépenses profiteront aux entreprises manufacturières, qui obtiennent l’annulation de droits de douane sur les matériaux étrangers entrant dans leur processus de fabrication. Une commission pour la réduction des tracasseries administratives, composée de députés et de représentants du secteur privé, sera mise sur pied.»

    Par Hélène Buzzeti,le Devoir,05/03/2010

    La Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec et l’Association des universités et collèges du Canada se réjouissent du budget et saluent la création d’un programme de bourses de recherche postdoctorale, l’augmentation des budgets des conseils subventionnaires et du Programme des coûts indirects de la recherche.

    Le Devoir,05/03/2010

    Le vice-président responsable des finances au comité exécutif de la Ville Montréal, Alan DeSousa, exprime la satisfaction de l’administration Tremblay. «En effet, le gouvernement reconduit les 2 milliards de dollars par année de la taxe sur l’essence aux infrastructures routières, au transport en commun et à la qualité de l’eau potable, rejoignant ainsi les priorités de notre administration.»

    Le Devoir,05/03/2010

    CONCLUSION

    Le fédéralisme est bon pour le Québec mais l’indépendance serait meilleure.

  3. 3 FredericL Le 5 mars 2010 à 15h44

    Les bloquistes disent non aussi à ça:

    “Pour soutenir la reprise économique du pays, Ottawa consacre 4,1 milliards pour prolonger les prestations des chômeurs et geler les cotisations d’assurance-emploi des employeurs qui, eux, pourront compter sur un lot de mesures d’aide de 2,2 milliards au cours de la prochaine année.

    L’une des principales mesures d’aide aux entreprises du budget fédéral du ministre des Finances, James Flaherty, se trouve donc dans l’assurance- emploi.
    Budget fédéral 2010

    Ottawa se prive de 1,6 milliard de revenus en maintenant les cotisations à l’assurance- emploi des employeurs à 1,73 $ par tranche de 100 $ de salaire, mais uniquement pour 2010.”

    http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/archives/2010/03/20100305-065031.html

    C’est quand même ironique de voir un parti qui qualifie le budget d’idéologique…

    La fanatisme de ces séparatistes est tout simplement fascinant.

    Ce qui m’étonnera toujours c’est le nombre de procès d’intentions que l’on porte à M. Harper. Et quand on gratte on voit bien que tout ceci est poudre aux yeux…

    A mon avis c’est le moyen que prennent les désespérés et les menteurs. Les arguments fallacieux, les procès d’intentions et la surexploitation des moindres banalités font des ressacs afin que la population ressent comme du mépris.

  4. 4 Jean Paul Tellier Le 5 mars 2010 à 20h35

    Question quiz

    Le budget annuel de la Défense du Canada est de 20 milliards de dollars. Si vous disposiez du budget actuel de la Défense du Canada, pendant combien de temps pourriez-vous partir en vacances de rêve, en dépensant chaque jour 1000 dollars?

    Le blogue de Valérie Borde,l’Actualité, 4 mars 2010

  5. 5 Jean Paul Tellier Le 6 mars 2010 à 9h18
  6. 6 Jean Paul Tellier Le 6 mars 2010 à 11h05

    Des échappatoires fiscales sautent.

    C’est la colossale somme de 2,5 milliards de dollars que le gouvernement Harper entend «récupérer» au cours des cinq prochaines années en mettant immédiatement la hache dans trois échappatoires fiscales.

    Commençons par la mesure «chirurgicale». Fini le crédit d’impôt pour les frais médicaux consacrés à des «fins purement esthétiques», comme la liposuccion, le remplacement capillaire, les injections de toxine botulinique et le blanchiment des dents.Le coup de scalpel de cette mesure va permettre au fédéral d’économiser 40 millions par année, soit 200 millions en cinq ans.

    Passons à la juteuse échappatoire portant sur l’encaissement des options d’achat d’actions offertes aux dirigeants et employés des entreprises inscrites en Bourse. À elle seule, la mise au rancart de cette échappatoire va empêcher les entreprises de sauver près 1,7 milliard d’impôt au cours des cinq prochaines années. On parle donc d’une ponction qui dépasse les 300 millions par année. Fini ce stratagème fiscal. On met ainsi fin à une double déduction,une par l’employé et l’autre par l’employeur.

    Passons maintenant à la plus déplorable des passes financières. Le gouvernement fédéral est tellement généreux, qu’il engraisse les entreprises en leur versant de généreux intérêts sur les charges fiscales payées en trop (impôts, TPS, cotisations à l’assurance emploi, au Régime de pension du Canada, taxes et droits d’accise, etc.).

    En effet, Revenu Canada verse aux entreprises un intérêt d’au moins «deux points de pourcentage de plus» que le taux des bons du Trésor fédéral.La solution? Que Revenu Canada se contente donc de verser sur les acomptes payés en trop des entreprises qu’un taux d’intérêt égal au rendement des bons du Trésor.
    Cette seule mesure va faire économiser, au gouvernement fédéral la jolie somme de 645 millions de dollars d’ici les cinq prochaines années, à raison de quelque 120 millions par année.Comme la mesure entre en vigueur seulement le 1er juillet prochain, les entreprises vont donc profiter de la générosité fédérale durant quatre mois supplémentaires!

    Par Michel Girard,la Presse,05/03/2010

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 335 articles

Profil: Le Bloc québécois est un parti politique souverainiste social-démocrate, implanté exclusivement au Québec, bien qu'il soit un parti fédéral du Canada. La mission première du Bloc québécois est de mettre…

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 904 a été rédigé par Le Bloc Québécois il y a 9 ans et 3 mois, le vendredi 5 mars 2010.

Il y a 6 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Politique, Canada, Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2012: Le candidat caquiste vedette Denis Leftakis peut et DOIT faire mieux Depuis plusieurs mois, François Legault nous disait qu'il allait annoncer incessamment des candidats vedettes d'une qualité redoutable. C'est finalement la [...]

2011: Enseignement intensif de l’anglais en 6ème année: hourra! Il était temps qu’un gouvernement québécois ait enfin le courage de s’attaquer au drame qui frappe le Québec, petite province [...]

2011: Coquetel de la Table de concertation de la capitale nationale Pour la première fois de son histoire, le Conseil de la souveraineté de la capitale nationale organise, sous la présidence d'honneur [...]

2010: Le cadeau de Pierre Elliott Trudeau au Québec Nous le savions depuis longtemps, Pierre Trudeau a toujours défendu l’idée que les Québécois étaient des « pleutres », qu’ils [...]

2010: Retour sur la propagande canadienne lors des Jeux Olympiques Les jeux sont finis. La marée rouge aussi. Un étalage orgiaque qui a surpris même les Européens. Eux qui croyaient [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages