Le lundi 2 février 2009

QuébecPolitique

Le Bloc Québécois à Ottawa, c’est le Québec debout!

Conseil général du Bloc Québécois

Canada ]

Par Bloc Québécois

Il n’y a rien à attendre d’un changement de gouvernement ou de chef à l’un ou l’autre des partis canadiens. C’est du pareil au même. Les Québécois doivent ouvrir les yeux. Pour sortir de cette ornière, le Québec devra devenir maître de ses choix, et ça passe par la souveraineté.

À Ottawa, il n’y a qu’un parti qui se tient debout pour le Québec et c’est le Bloc Québécois! Les partis canadiens sont incapables de rivaliser avec le Bloc Québécois pour répondre aux aspirations du Québec. Quand on parle de la langue, de la culture, de la politique d’intégration du Québec, des jeunes contrevenants, de Kyoto et du pétrole et de l’autonomie du Québec, il n’y a qu’un parti qui se tient systématiquement debout pour le Québec, et c’est le Bloc Québécois. Si nous avons été capables d’empêcher Stephen Harper d’obtenir une majorité, c’est justement parce qu’on s’est tenus debout!

Libéraux et conservateurs : du pareil au même

Le budget conservateur de cette semaine a définitivement fait tomber le masque. En plus de cette idéologie de droite dépassée et en faillite partout dans le monde, ce budget est anti-Québec. Le plafonnement et le traficotage de la péréquation au détriment du Québec constituent un bris d’engagement de Stephen Harper, qui avait promis solennellement aux Québécois de régler le déséquilibre fiscal.

La volonté des conservateurs de piétiner les compétences du Québec en valeurs mobilières, d’offrir des prêts aux municipalités, des fonds aux collèges et universités et d’autres dépenses d’infrastructure, en passant par-dessus la tête du gouvernement du Québec, c’est le contraire de l’élimination du pouvoir fédéral de dépenser et du respect des compétences du Québec promis par Stephen Harper. La négligence face à l’économie québécoise, aux secteurs forestiers et manufacturier, ainsi que les mesures anti-Kyoto vont carrément à l’encontre des intérêts du Québec. Bref, ce budget sonne le glas définitif du soi-disant fédéralisme d’ouverture des conservateurs.

Quant au nouveau chef du Parti libéral du Canada, Michael Ignatieff, il n’a même pas eu le temps de faire des promesses d’ouverture qu’il a déjà laissé tomber le Québec à la première occasion. En 2006, le chef libéral déclarait souhaiter la reconnaissance de la nation québécoise dans la Constitution. Le 18 décembre dernier, il a affirmé qu’il refusait dorénavant d’ouvrir la Constitution pour reconnaître concrètement la nation québécoise, comme Stephen Harper.

En 2006, M. Ignatieff affirmait que le Québec avait le droit d’être maître chez lui en matière de langue. Quelques mois plus tard, il votait contre le projet de loi du Bloc Québécois prévoyant que la loi 101 s’applique aux entreprises sous juridiction fédérale sur le territoire du Québec. Michael Ignatieff a voté contre la loi 101, contre le Québec, comme Stephen Harper. Il a voté contre une motion du Bloc Québécois demandant au gouvernement fédéral de renoncer à créer une agence fédérale des valeurs mobilières. Enfin, il va voter pour le budget conservateur, contre le Québec, comme Stephen Harper. En fait, peu importe le parti au pouvoir à Ottawa, libéral ou conservateur, c’est du pareil au même.

La souveraineté, c’est le Québec debout

Représenter le Québec à Ottawa, en nous tenant debout, c’est le rôle du Bloc Québécois. Mais nous avons un autre rôle à jouer parallèlement à ça, et c’est de préparer l’avenir du Québec. Or, on ne peut concevoir un avenir valable pour la nation québécoise autrement que libre.

Une nation n’est pas libre quand elle se voit refuser de défendre sa langue. Une nation n’est pas libre quand elle ne parle pas en son propre nom sur la scène internationale. Une nation n’est pas libre quand les milliards qu’elle envoie en impôt sont utilisés à l’encontre de ses intérêts et de ses valeurs, comme le fait le Canada en subventionnant l’industrie pétrolière et en nous maintenant dans la dépendance au pétrole. C’est ça l’avenir qui attend le Québec dans le cadre canadien.

Il n’y a rien à attendre d’un changement de gouvernement ou de chef à l’un ou l’autre des partis canadiens. Les Québécois doivent ouvrir les yeux. Pour sortir de cette ornière, le Québec devra devenir maître de ses choix, et ça passe par la souveraineté. Mais tant que le Québec n’aura pas atteint sa pleine liberté politique, tant qu’on ne sera pas maîtres chez nous, on a besoin d’élus qui se tiennent debout à Ottawa pour le Québec. Et les seuls qui se tiennent debout – et ce n’est pas un hasard – ce sont des députés souverainistes du Bloc Québécois.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article


Gilles Duceppe

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 335 articles

Profil: Le Bloc québécois est un parti politique souverainiste social-démocrate, implanté exclusivement au Québec, bien qu'il soit un parti fédéral du Canada. La mission première du Bloc québécois est de mettre…

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 684 a été rédigé par Le Bloc Québécois il y a 10 ans et 6 mois, le lundi 2 février 2009.

L'article n'a aucun commentaire. Soyez le premier à vous prononcer sur ce sujet. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Canada, Québec, Politique.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2013: Capybara – Vidéo Le capybara est un mammifère semi-aquatique. Il passe la plupart de son temps dans l'eau, et sous l'eau lorsqu'il tente [...]

2012: OSBL de la CAQ: 314 606 $ en 9 mois pour faire le tour du Québec Dans leur communiqué ((Communiqué de la CAQ du 30 janvier 2012)), la CAQ avait mis un hyperlien menant à un [...]

2012: Faire l’indépendance du Québec, «c’est le vrai changement» En entrevue avec la journliste Anabelle Blais au journal Métro ((Souveraineté: Marois, le chef qui a fait le plus mal [...]

2010: Non! L’indépendance du Québec n’est pas inéluctable! L’indépendance n’est pas inéluctable, seule la mort l’est. L’affirmer équivaut à se bercer d’illusions et c’est exactement ce qu’on fait [...]

2010: Un peuple, des cultures intégrées? La notion de culture est malmenée de nos jours. Les définitions sont légions. La culture d’un peuple est fondée sur [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages