Le jeudi 21 janvier 2010

QuébecSociétéÉconomie

Avez-vous des solutions?

Réponse à Jean-Jacques Samson du Journal de Québec

Par Jean-Pierre Plourde

Pendant que nous discourons sur la finalité de l’État, le Canada manoeuvre pour nous retirer nos territoires dans l’approche commune, en parfait accord avec l’autre majorité, la canadienne, qui elle, agit et se convainc de plus en plus que nous sommes rien d’autre que l’une de ses minorités.

Bonjour M. Jean-Jacques Samson,

Vous utilisez la page 2 au complet de l’édition du 8 janvier 2010 pour exprimer votre désir de connaître l’opinion des citoyens. J’ai donc pris votre adresse sur cette page du journal de Québec.

J’écris des textes sur plusieurs sites internet. Tous mes textes ont rapport avec l’économique, le politique et le social, pris dans l’ordre inverse, car rien ne peut s’accomplir s’il n’y a pas d’abord un peuple qui fait le choix de vivre ensemble sur un territoire donné. Le succès du politique et de l’économique est donc directement redevable de la connaissance du peuple des enjeux qui le confronte.

Pour comprendre qui je suis de façon graphique, lire mon texte Vivre libre ou disparaître.

À votre question, “avez-vous des idées pour économiser ou trouver de nouveaux revenus?”, ma première réponse est de savoir qui l’on est, reconnaitre ce que l’on a, et ensuite trouver comment faire pour mettre nos actifs à profit pour ne pas s’appauvrir.

Je vous demande de lire mes textes en ne prenant pas parti pour un groupe politique ou l’autre. Je suis obligé de parler du gouvernement Charest parce que c’est lui qui est au pouvoir à Québec, mais ça aurait pu être le PQ avec les mêmes résultats dans les circonstances semblables.

Nos capitaux prennent présentement la direction de l’étranger via la dérive de la Caisse de dépôt, résultat d’un changement de politique imposé par M. Charest lui-même.

Les 40 milliards perdus sous M. Charest ne pourront plus jamais travailler pour nous. Ils se retrouvent dans un aéroport de Londre et dans des investissement étrangers sans aucun espoir de retour chez nous. Si ces capitaux  avaient sagement été investis sur nos territoires, en se faisant confiance, ces mêmes 40 milliards n’auraient pas été perdus, mais recyclés dans notre économie. C’est cette politique qu’a pris le fond de la FTQ et qui fait présentement son succès. Un peuple qui est fier et qui croit en lui ne peut pas mourir.

Dans d’autres circonstance que celles dans laquelle nous vivons, soit  l’ambivalence des Québécois à savoir sur quel État ils veulent se rattacher, Canada ou Québec, je pense que les travaux en géopolitique réussiraient à créer un momentum rassembleur capable de renverser la situation.

Malheureusement, l’ambivalence des citoyens sur quel État se rattacher entre le Québec ou le Canada rend impossible la théorie géopolitique sans le peuple massivement derrière.

Ce qui fait une société forte, c’est d’abord un peuple informé et fier de ce qu’il est, capable d’appuyer des élus responsables. Or, on a affaire à un peuple désabusé qui ne veut même plus aller voter.

Sans sa majorité francophone, Québec sera anglophone, les pressions sur nos communautés ne cessent de croitre, c’est visible et on laisse faire.

J’ai eu un échange avec les Amérindiens de Essipit de la Côte-Nord. Pour eux, on n’existe pas. Je n’ai pas dit “on n’existe plus”, mais bien “on n’existe pas”. C’est fini, on aura beau se battre pour donner la valeur qu’on veut à nos terrains personnels, le sol-sous nos propriété sera bientôt à eux. Si l’on trouve du pétrole sous votre maison, vous serez exproprié par Ottawa, le véritable gestionnaire propriétaire des biens Amérindiens, tutelle dans la Constitution obligeant, sans espoir de retour sur cette découverte. Nous hériterons de cette tutelle prochainement.

Je vais encore quelques temps tenter de vous convaincre de la véracité de mes affirmations. Si je ne réussis pas, alors mes travaux auront été vains et le résultat a de très fortes chances d’être celui que je vous annonce. Nous ratons périodiquement d’excellentes occasions d’affirmer ce que nous sommes. Je dois me contenter de les voir passer avec tristesse.

Vivre, c’est prendre sa place. Si on se contente d’en rêver sans agir, on n’ira nul part.

Pendant que nous discourons sur la finalité de l’État, le Canada manoeuvre pour nous retirer nos territoires dans l’approche commune, en parfait accord avec l’autre majorité, la canadienne, qui elle, agit et se convainc de plus en plus que nous sommes rien d’autre que l’une de ses minorités, sans droits de représentation politique, et à qui il faut retirer les bras de levier tel l’Hydro-Québec et la Caisse de Dépôt pour l’empêcher de se relever.

Pour la Caisse de dépôt, cela consiste à nous obliger à investir ailleurs que sur nos territoires afin de nous retirer la gestion de nos capitaux. Pour l’Hydro, c’est aussi d’investir ailleurs afin d’aller chercher du capital politique extérieur, avec le résultat escompté d’utiliser nos voisins pour faire pression sur le peuple Québécois afin qu’il reste écrasé sous l’autre majorité, la Canadienne.

Cela va de pair avec une croissance provoquée de l’endettement publique généralisée de notre société, par des décisions qui vont nous obliger à respecter des engagements financiers suicidaires hors de nos territoires et où on devra engloutir des milliards pour le profit de nos voisins, dans le nucléaire entre autre, par exemple avec Énergie Nouveau-Brunswick,  via Pointe Lepreau.

Sans la compréhension de ce phénomène par vous tous, nous serons minorisés au point de ne plus être en mesure de créer un État capable d’atteindre aucune de nos ambitions.

Pendant que nous rêvons, le Canada agit. La géopolitique n’a de valeur qu’à la condition d’être appliquée.

Il faut une conscience du peuple pour élire un État capable d’appliquer la géopolitique, c’est la condition essentielle pour passer du rêve à la réalité.

Excusez mon audace, c’est mon opinion franche et sincère dans le seul but de faire avancer le débat.

En conclusion M. Samson, ce n’est là qu’une introduction.

Si vous êtes sérieux et désirez en savoir plus sur les solutions, j’en ai plusieurs à vous proposer et elle passent toutes par la compréhension des enjeux.

La compréhension des enjeux va entraîner un changement de comportement de l’ensemble de nos citoyens.
Notre comportement doit obligatoirement passer en mode d’actions actives au lieu du mode de recul passif.
Votre rôle, M. Samson, dans la compréhension de ce choix, est primordial en ce qui concerne l’information.
Cette tâche, si vous vous y attaquer, vous sera rendue très difficile.

Les journalistes devront embarquer sans arrières-pensées dans un véritable débat, celui qui remet en question l’existence du Québec comme province canadienne et des Québécois comme peuple ayant un avenir.

Ceux qui vont suivre ce conseil devront avoir le courage de leurs convictions.

Vous pouvez consulter mes textes les plus récents sur saglacweb.blogspot.com et le fruit de mes enquêtes et mes documents d’archives sur saglacweb.com. Sur ce dernier site, je vous suggère les textes suivants: Conflits d’intérêts, Juges et parties.

En espérant avoir pu retenir un peu votre attention.

Jean-Pierre Plourde,
Chef d’entreprises et écrivain à ses heures depuis plus de 40 ans

PS: Les cassures que vous exprimez dans la fleur de lys sur la page 2 sont directement le résultats des mauvaises décisions du gouvernement Charest actuel.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 116 articles

Afficher le profil complet

Fiche de l'article

Cet article de 1,097 a été rédigé par Jean-Pierre Plourde il y a 10 ans et 8 mois, le jeudi 21 janvier 2010.

L'article n'a aucun commentaire. Soyez le premier à vous prononcer sur ce sujet. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Société, Économie, Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2013: Opération Barbarossa: invasion de l’URSS http://www.dailymotion.com/video/xphhbr_l-operation-barbarossa-1941_shortfilms Le 23 août 1939, l’Allemagne nazie et l’Union soviétique signent un traité de non-agression et de partage de l'Est de [...]

2011: Indemnisation des victimes de Norbourg Le député de Nicolet-Yamaska et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’économie, d’institutions financières et de commerce international, Jean-Martin Aussant, [...]

2011: Les ramifications du pouvoir Voici un vidéo qui donne une bonne idée de l'ampleur de l'organisation internationale chapeautant les principales organisations financières du monde. Ce [...]

2011: Une année qui pourrait être explosive pour le gouvernement Charest En début de semaine, j'écrivais que Jean Charest pourrait peut-être souffler un peu. C'est terminé. Je crois que ses balles [...]

2011: Le Bloc souhaite interdire le kirpan au Parlement canadien À la suite des événements survenus à Québec, alors qu'un groupe de sikhs portant des kirpans traditionnels s'est présenté à [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages