Le lundi 11 janvier 2010

QuébecEnvironnement

Gentilly 2 représente le plus grand risque environnemental au Québec

Lettre adressée à la ministre Nathalie Normandeau

Par MSQN

Aucune autre machine humaine n’a cette capacité de contaminer la moitié de la population du Québec et de ruiner toute son économie dans un seul accident ou attentat. Les deux rives du Saint-Laurent de Montréal à Québec et la Voie maritime du Saint-Laurent seraient contaminées pour au moins trente ans.

Madame,

J’ai lu avec regret vos commentaires suite à la décision courageuse du Parti Québécois qui a conclu en décembre dernier qu’il lui fallait revoir sa position sur le nucléaire et demander la fermeture de la centrale atomique Gentilly 2. Le Parti Québécois avait, comme vous, plié devant le chantage pré-électoral de la FTQ qui en fait s’est avéré être un double jeu, et supporté cette annonce prématurée d’Hydro-Québec d’aller de l’avant avec le projet de construction d’un nouveau réacteur atomique.

On qualifie depuis le début ce projet de réfection pour le soustraire à toute révision environnementale tant du BAPE que de l’organisme de contrôle fédéral, la CCSN. Ce vieux Candu, incapable de rencontrer les normes des écurité reconnues d’aujourd’hui n’aurait jamais pu obtenir une licence d’exploitation s’il avait dû passer le test d’une révision environnementale.

Si vous preniez le temps d’essayer de comprendre ce dossier, vous ne répèteriez pas cette cassette du lobby du nucléaire où tous les arguments avancés ne résistent pas à la plus simple analyse. Je vous invite donc, avant d’aller plus de l’avant dans votre condamnation du PQ, à poser quelques questions simples et, suite aux réponses que vous trouverez, je suis persuadé que si vous réussissez à mettre la petite politique de côté, vous conclurez également qu’il vaut beaucoup mieux pour tous de fermer immédiatement la centrale atomique et de faire de Gentilly 2 un centre d’excellence en déclassement nucléaire.

Questions

  1. Pourquoi Hydro-Québec insiste-t-elle pour soustraire son projet à toute révision environnementale en le qualifiant de réfection alors qu’il en coûtera plus du double du coût original? Seul l’agrandissement du site de déchet de 83 millions a été soumis au BAPE. Quand on dit, à vous autant qu’à nous, que toutes les autorisations ont été obtenues, on vous ment autant qu’à nous, car il n’y a en a eu aucune, la centrale ayant soustrait son projet à toute les révisions.
  2. Pourquoi vous fait–on répéter qu’en cas de fermeture de la centrale atomique 800 emplois seront perdus et que la fermeture aura un impact économique considérable sur la région alors que l’étude préparée pour Hydro-Québec par Alliance Environnement du Groupe Roche conclue exactement au contraire tel qu’on peut le lire sur le site même d’Hydro-Québec. Le résumé de cette étude stipule entre autres que les pertes seront de moins de 13 millions et que “L’impact économique de la fermeture de la centrale de Gentilly-2 peut cependant être qualifié de faible à l’échelle de l’ensemble des régions de la Mauricie et du Centre-du-Québec” et que seulement 106 emplois temporaires seront perdus:

    Les travailleurs de Gentilly-2 seront fortement affectés par la fermeture de la centrale: 106 employés temporaires perdront leur emploi dès 2010 et, globalement, 300 travailleurs permanents auront été mis en disponibilité entre 2010 et 2014. Pour ces derniers, l’impact sera amoindri parce qu’ils bénéficient de la sécurité d’emploi et de revenu que leur confère le statut d’employé excédentaire chez Hydro-Québec. Selon la disponibilité des postes au sein de l’entreprise, ils pourront être réaffectés dans la région même ou ailleurs au Québec et devront possiblement déménager. Selon l’hypothèse conservatrice qui est formulée dans le cadre de la présente étude, environ 180 travailleurs pourraient être contraints de déménager.

  3. Pourquoi ne vous informe-t-on pas que grâce à Gentilly 1, voisine, qui est une des rares centrales prêtes à être déclassées, il existe à Gentilly une opportunité extraordinaire de développer une expertise unique en déclassement de centrales atomiques. Avec plus de 100 centrales aux USA qui arrivent en fin de vie et qui devront être déclassées au coût de plus d’un milliard chacune, c’est une industrie de plus de 100 milliards de dollars qui pourrait occuper nos brillants travailleurs de Gentilly bien plus intelligemment qu’en tentant de leur faire opérer pendant 35 ans un vieux citron nucléaire incapable de rencontrer les normes de sécurité d’aujourd’hui.
  4. Pourquoi continue-t-on à jouer au yoyo avec les états financiers d’Hydro-Québec quant aux coûts de traitement des déchets de combustible irradié et de déclassement faisant passer les provisions de 9 millions de dollars par année, lorsque j’ai notifié le syndic des CA une première fois en 1999, pour l’amener aujourd’hui à moins d’un milliard. Les seules solutions qui existent pour le traitement des déchets ont des coûts bien établis tant aux USA qu’en France de 1 million de dollars la tonne en dollars d’aujourd’hui, soit 2,5 milliards pour les 2500 tonnes accumulées, et il faut compter plus de 1 milliard pour le déclassement. En allongeant les périodes d’amortissement sur 150 ans et en établissant un échéancier de 325 ans, comme vous découvrirez qu’ils le font si vous prenez le temps de lire ces 2 courtes notes aux états financiers des 9 dernières années, on peut faire dire n’importe quoi aux chiffres .
  5. Pourquoi continue-t-on à prétendre que le coût sera de 7 cents le KWh (6 cents lors du BAPE) tout en étant incapable de soumettre quelque ventilation que ce soit des coûts pour supporter cette affirmation, comme l’avait demandé le BAPE. Toutes les études américaines et européennes établissent le coût à plus de 17 cents sans tenir compte des coûts de traitement des déchets et de déclassement.
  6. Pourquoi continue–t-on à vous faire dire que cette installation a fait ses preuves de sécurité et de stabilité alors que des rapports d’audit désastreux ont été publiés par l’autorité de contrôle fédérale.
  7. Comment pouvez vous répéter que cette centrale est stratégique alors que c’est une technologie sale et dangereuse qui produit à peine un peu plus de 2% de l’électricité au Québec alors que nous sommes en situation d’énormes surplus pour de nombreuses années à venir. Quant à son utilité pour la stabilité du réseau, cet argument ne tient plus depuis plus de 20 ans et, si c’était le cas, on ne paierait pas pour garder fermée la Centrale de Bécancour.
  8. Comment peut-on continuer à promouvoir ce projet sans expliquer comment les coûts sont passés de 1,2 milliard en 2005 à 1,9 milliard en 2009. Ce n’est pas l’inflation, puisque dans les 2 cas on stipulait des dollars de 2010. Donc on avait tenu compte de l’inflation qui depuis s’est avérée beaucoup plus faible que ce qui avait été provisionné. Ces dépassements inexpliqués sont supérieurs au coût total du Métro de Laval qui a tant fait crier votre chef.
  9. Comment peut-on donner suite à ce projet alors que le représentant d’Hydro-Québec affirme à un journaliste de Radio-Canada que le coût inclut le changement des 4 générateurs de vapeur et qu’un autre représentant affirme le contraire par e-mail à une député de l’opposition. Le changement de ces 4 unités d’une centaine de tonnes chacune, en plus d’avoir un impact financier important, représente un risque environnemental accru de beaucoup. Comme les représentants de la centrale avaient déclaré qu’ils n’auraient pas recommandé le projet si ces équipements avaient dus être changés, on a de bonnes raisons de croire que l’on camoufle ce changement dans ces provisions de dépassement, car lors des réfections identiques à Bruce en Ontario, il a fallu les changer après coup.

Comme vous pouvez le constater, tout est faux dans ce dossier, cela explique que l’annonce de ce merveilleux projet le 19 août 2008 à 10 heures a été organisée par la centrale à la dernière minute lorsqu’on a été certain de l’heure exacte à laquelle Alexandre Despatie allait plonger en finale aux Olympiques; histoire d’assurer un éclairage minimum ou plutôt une noirceur maximum à cette conférence de presse. Ce n’était surement pas là une preuve que votre gouvernement avait beaucoup de fierté de succomber au chantage préélectoral de la FTQ.

Si vous prenez le temps de poser ces questions et une douzaine d’autres que je pourrais vous soumettre, si cela vous intéresse, vous découvrirez ce qui m’a convaincu depuis que je suis ce dossier suite à l’accident dans un centre nucléaire japonais en 1999 que Gentilly 2 représente le plus grand risque environnemental au Québec, ceci tant par son opération dangereuse que par l’accumulation de déchets hautement radioactifs dans des sarcophages de béton à l’air libre sur le bords du fleuve dans sa partie la plus étroite sans protection adéquate.

Aucune autre machine humaine n’a cette capacité de contaminer la moitié de la population du Québec et de ruiner toute son économie dans un seul accident ou attentat. Les deux rives du Saint-Laurent de Montréal à Québec et la Voie maritime du Saint-Laurent seraient contaminées pour au moins trente ans.

Les huit années de cette étude et les 45 millions qu’elle a coûté ont surtout servi à fournir des munitions de propagande au lobby nucléaire canadien auquel s’identifient les dirigeants de G2 pour convaincre la direction de l’Hydro-Québec et son actionnaire, le gouvernement, de l’utilité de poursuivre cette erreur nucléaire, n’hésitant pas souvent à les induire en erreur.

Je pense donc, madame Normandeau, que cet important dossier mérite mieux de votre part que le communiqué de petite politique que votre bureau a publié au début décembre.

Si je trouve admirable, madame, que vous ayez réussi à gravir les échelons de secrétaire à l’agenda au bureau du premier ministre à Vice-première ministre, il faudrait cependant agir en conséquence. Ce dossier vous donne cette occasion de vous élever au dessus de la petite politique et de prendre la décision qui s’impose et transformer la pire erreur de votre gouvernement en sa meilleure décision en lançant un projet emballant à Gentilly.

Je souhaite que vous manifesterez le même courage et la même détermination que votre collègue Sylvain Gaudreau du PQ et que vous saurez convaincre comme lui votre chef de modifier la décision de votre gouvernement.

Meilleures salutations,

Jacques Dagenais
Intervenant privé à Gentilly depuis 1999
Membre aviseur du MSQN

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article


Jacques Dagenais

Articles rédigés: 39 articles

Profil: Le Mouvement Sortons le Québec du Nucléaire présente un défi pour chaque québécois et québécoise, peu importe leur allégeance politique. Nous nous devons de manifester ouvertement notre désaccord avec les…

Afficher le profil complet

Fiche de l'article

Cet article de 1,579 a été rédigé par Mouvement Sortons le Québec du Nucléaire il y a 10 ans et 9 mois, le lundi 11 janvier 2010.

L'article n'a aucun commentaire. Soyez le premier à vous prononcer sur ce sujet. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Québec, Environnement.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2013: Fashion Jam: défilé de mode urbaine à Québec Avec une passerelle réinventée dans une ambiance digne des défilés des grandes capitales de la mode, le Fashion Jam sera [...]

2013: Semaine Mode Montréal automne-hiver 2013: du 4 au 7 février Une trentaine de designers, triés sur le volet, se sont inscrits à l’événement. Nous en connaissons déjà treize de ces créateurs de [...]

2013: Prahlad Jani et l’inédie Prahlad Jani,  aussi appelé Mataji, est, selon Wikipedia,  sâdhu indien né vers 1927. Cet homme «En 2010, il a eu une [...]

2012: Changer la politique Les 27, 28 et 29 janvier 2012, le Parti Québécois tiendra un conseil national portant sur la nouvelle politique. La [...]

2012: Nicolas Steno: Google lui rend hommage avec un Doodle Nicolas Steno est né le 11 janvier 1638 à Copenhague et mort le 26 novembre 1686. Il aurait donc 374 [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages