Le dimanche 16 août 2009

QuébecPolitique

Le fardeau de la preuve revient maintenant à Stephen Harper et Michael Ignatieff

Ignatieff affirme que le Québec ne mérite aucun nouveau pouvoir, ni en culture, ni en matière de langue

Canada ]

Par Bloc Québécois

Le Parti libéral et le Parti conservateur ont quelques différences idéologiques, c’est vrai, mais sur l’essentiel ils défendent les mêmes intérêts. Ils partagent la même vision qui va à l’encontre des intérêts et des aspirations du Québec. Libéraux et conservateurs, Ignatieff et Harper, ce sont deux partis et une vision.

« Avec la crise économique et le chômage qui continue d’augmenter, la rentrée sera décisive à Ottawa. Il y aura un premier test pour la coalition libérale-conservatrice, dans la semaine du 28 septembre, lors du dépôt du rapport de son comité sur l’assurance-emploi. Si Stephen Harper refuse de changer sa politique et d’aider les gens qui perdent leur emploi, et si Michael Ignatieff cesse de plier devant Stephen Harper et prend ses responsabilités, des élections fédérales pourraient être déclenchées dès le début du mois d’octobre. C’est maintenant Stephen Harper et Michael Ignatieff qui ont le fardeau de la preuve », a lancé aujourd’hui le chef du Bloc Québécois, Gilles Duceppe, lors du lancement de sa tournée estivale à Montréal, en présence de la députée de Saint-Bruno–Saint-Hubert, Carole Lavallée, de l’organisateur en chef du Bloc Québécois et député d’Argenteuil–Papineau–Mirabel, Mario Laframboise, de la vice-présidente du Bloc Québécois, Vivian Barbot, de la députée de Saint-Lambert, Josée Beaudin, du député de Longueuil–Pierre-Boucher, Jean Dorion, et du député de Repentigny, Nicolas Dufour.

« Pour notre part, nous avons élaboré une réforme complète de l’assurance-emploi avec un seuil d’admissibilité de 360 heures pour tous, un accès plus rapide, sans délai de carence, l’augmentation des prestations, l’élargissement des critères pour la formation et un programme pour les travailleurs âgés. Ces propositions sont sur la table et si Michael Ignatieff et Stephen Harper veulent aider les travailleurs et l’économie, ils peuvent agir très vite », a repris le chef du Bloc Québécois.

« Outre l’assurance-emploi, Ottawa doit absolument soutenir les secteurs économiques vitaux pour le Québec, comme il l’a fait pour l’automobile [en Ontario]: la forêt, le secteur manufacturier, la culture, le tourisme, la recherche et l’environnement. Par ailleurs, on doit empêcher Ottawa de balayer son déficit dans la cour du Québec comme il a commencé à le faire: il faut donc rétablir les paiements de péréquation, augmenter les transferts pour l’éducation et aller chercher les 2,6 milliards de dollars qui reviennent au Québec, sans quoi nos systèmes de santé et d’éducation sont à risque », a poursuivi Gilles Duceppe.

Le gouvernement Harper a failli à ses responsabilités

« Jusqu’ici, le gouvernement de Stephen Harper a failli à la tâche, tandis que Michael Ignatieff a complètement abdiqué ses responsabilités. Les conservateurs ont laissé tomber les gens qui ont perdu leur emploi en refusant de modifier en profondeur le régime d’assurance-emploi. En refusant d’offrir des plans d’aide complets pour l’industrie forestière et pour le secteur manufacturier comme il l’a fait pour l’automobile en Ontario, le gouvernement Harper a laissé tomber le Québec et ses régions », a ajouté Gilles Duceppe.

« Le gouvernement conservateur a pris des décisions néfastes pour l’économie québécoise en coupant dans des secteurs vitaux comme la culture et la recherche et, dernièrement, en nuisant fortement au tourisme par l’imposition de visas aux visiteurs du Mexique. Les conservateurs continuent également de multiplier les subventions à l’industrie des sables bitumineux plutôt que de participer aux efforts de lutte contre les changements climatiques », a souligné le chef du Bloc Québécois.

Ignatieff laisse tomber le Québec

« Michael Ignatieff a pris la direction des libéraux en janvier et a, du même coup, brisé la coalition qui favorisait grandement le Québec. Depuis ce temps, le chef libéral a forgé une nouvelle coalition avec Stephen Harper pour servir ses propres intérêts comme chef libéral. En soutenant le gouvernement Harper, les libéraux ont cautionné toutes les attaques des conservateurs contre le Québec : coupes en culture et en recherche, absence d’aide pour les secteurs manufacturier et forestier, coupes dans les transferts au Québec et création d’une agence fédérale des valeurs mobilières », a indiqué Gilles Duceppe.

« Alors que le Bloc Québécois a pris la peine d’élaborer deux plans de relance de l’économie et un plan complet de réforme de l’assurance-emploi, les libéraux de Michael Ignatieff n’ont strictement rien proposé. En matière d’environnement, Michael Ignatieff n’a rien proposé non plus: il a seulement fait l’éloge de l’industrie des sables bitumineux et cautionné les subventions à l’industrie pétrolière, en faisant une affaire d’unité canadienne. Les libéraux de Michael Ignatieff ont voté contre la loi 101, comme les conservateurs de Stephen Harper. Michael Ignatieff affirme en outre que le Québec ne doit recevoir aucun nouveau pouvoir, ni en culture, ni en matière de langue », a continué le chef du Bloc Québécois.

« Le Parti libéral et le Parti conservateur ont quelques différences idéologiques, c’est vrai, mais sur l’essentiel ils défendent les mêmes intérêts. Face à l’Afghanistan, à l’industrie pétrolière ou à l’économie et, surtout, face au Québec, ils partagent la même vision qui va à l’encontre des intérêts et des aspirations du Québec. Libéraux et conservateurs, Ignatieff et Harper, ce sont deux partis et une vision. Au Québec, le seul parti en phase avec la population, c’est le Bloc Québécois », a déclaré Gilles Duceppe.

La souveraineté, seule voie d’avenir pour le Québec

« Sur chacune de ces questions, un Québec souverain avancera beaucoup plus vite et de façon beaucoup plus efficace qu’il ne peut le faire actuellement. Le Québec souverain, comme tous les pays du monde, n’échapperait pas à la crise économique, mais nous aurions pris des décisions différentes qui nous mettraient dans une bien meilleure position pour la suite », a poursuivi Gilles Duceppe.

« Par exemple, au lieu de subventionner l’industrie du pétrole, un Québec souverain financerait la réduction de notre dépendance au pétrole; au lieu de subventionner l’industrie de l’automobile en Ontario, un Québec souverain soutiendrait la modernisation de nos industries forestière et manufacturière; et au lieu de couper dans la culture et la recherche, un Québec souverain soutiendrait ces secteurs florissants qui créent de la richesse au Québec. Nous allons donc continuer à convaincre les Québécoises et les Québécois que la seule véritable voie d’avenir pour notre nation, c’est la liberté d’être nous-mêmes », a lancé Gilles Duceppe.

Le Bloc Québécois debout

« Sur tous les dossiers cruciaux pour le Québec, le Bloc Québécois a déposé des propositions détaillées. Il n’en tient maintenant qu’aux autres partis de les mettre en application. Si des politiques qui vont à l’encontre des intérêts du Québec sont présentées par les libéraux ou les conservateurs, nous n’hésiterons pas à voter contre. Nous allons nous tenir debout, et si ça signifie des élections, le Bloc Québécois est prêt à y faire face. À preuve, les députés du Bloc Québécois n’ont pas chômé cet été alors que 34 d’entre nous avons pris part à une vaste tournée estivale. Nous avons visité en tout 64 circonscriptions et rencontré plus de 150 médias pour leur dire avec force que nous mettrons toute notre expérience et toute notre énergie au service des gens et du Québec, et que nous avons l’intention de mener le Bloc Québécois à une victoire nette aux prochaines élections », a conclu Carole Lavallée, l’instigatrice de la tournée estivale des députés.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 335 articles

Profil: Le Bloc québécois est un parti politique souverainiste social-démocrate, implanté exclusivement au Québec, bien qu'il soit un parti fédéral du Canada. La mission première du Bloc québécois est de mettre…

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 1,125 a été rédigé par Le Bloc Québécois il y a 10 ans et 5 mois, le dimanche 16 août 2009.

L'article n'a aucun commentaire. Soyez le premier à vous prononcer sur ce sujet. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Québec, Canada, Politique.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2011: Le Devoir annonce la mort de Jean Charest Pendant quelques minutes dans la nuit de lundi à mardi, le site du journal Le Devoir avait une manchette plutôt [...]

2009: La « guerre des Festivals » et le partitionisme canadianisateur La Presse canadianisatrice prend fait et cause pour Montréal et de notoires partisans nationaliste-souverainistes des « Francofolies ». Cherchez l’erreur ! ET [...]

2009: Guy Laliberté ira dans l’espace Le fondateur du Cirque du Soleil s’envolera pour l’espace à bord d’une capsule russe Soyouz en septembre prochain. Il sera [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages