Le mercredi 1 juillet 2009

PolitiqueQuébec

Le frêle discours de la soumission

Lettre à Suzanne Clément

L'indépendance du Québec ]

Par RRQ

Même si je n’avais pas du tout le coeur à la fête, je me suis quand même laissé tenter. Quelle erreur! J’aurais dû aller me coucher; je suis plus démoralisé que jamais. Vous m’avez envoyé l’image d’un Québec qui s’enlise de plus en plus dans un chauvinisme dérisoire et dans l’inconscience. Vous invoquez les succès individuels d’artistes québécois comme s’il s’agissait de réussites collectives. Il n’en est rien.

Je ne voulais pas regarder le spectacle de la Fête nationale 2009 à la télévision parce que, contrairement à vous, Madame Clément, je ne pense pas que nous ayons beaucoup de raisons de fêter notre nation en voie d’assimilation. Le Québec vit des jours très sombres alors que sa langue nationale est en train de se faire dévorer par l’anglais et que son économie est sous l’emprise de Canada inc. Si vous doutez encore du recul dramatique du français, lisez « La dégringolade du français en 2006 ».

Mais, même si je n’avais pas du tout le coeur à la fête, je me suis quand même laissé tenter. Quelle erreur! J’aurais dû aller me coucher; je suis plus démoralisé que jamais. Vous m’avez envoyé l’image d’un Québec qui s’enlise de plus en plus dans un chauvinisme dérisoire et dans l’inconscience. Votre discours nous fait retomber bien bas après « Les Géants », de Loco Locass. L’année dernière, nous avions eu droit à cette oeuvre colossale, empreinte de lucidité. Cette année, on nous a infligé votre mauvaise interprétation d’un texte ridicule qui aurait pu être écrit par l’un des funestes scribouilleurs au service de l’État Desmarais, dont l’objectif est la dissolution de la nation québécoise dans l’ensemble fédéral.

Vous invoquez les succès individuels d’artistes québécois comme s’il s’agissait de réussites collectives. Il n’en est rien. D’autant plus que certains artistes ne nous représentent aucunement. Ils représentent leurs petites personnes et leurs petites idées. Leurs oeuvres ne sont aucunement tributaires du Québec. Elles en sont sorties par hasard. Elles auraient pu germer en Grande-Bretagne ou aux États-Unis.

Le Québec peut s’enorgueillir de grandes réussites collectives: la nationalisation de l’électricité; la création de la Caisse de dépôt et placement, que l’État Desmarais s’affaire tristement à démolir aujourd’hui; l’alphabétisation du peuple québécois, qui accusait autrefois un énorme retard par rapport au reste de l’Occident. Mais, le nombril de Guy Laliberté et les chansons en anglais de Leonard Cohen ne font pas partie de nos réussites collectives.

Vous dites que l’univers nous appartient et que le monde entier nous regarde comme si nous en étions la source de lumière. Je passe rapidement sur le ridicule de votre envolée lorsqu’on est une nation de 8 millions d’habitants sur une planète qui en comptera bientôt 8 milliards. On peut être fier d’être Québécois et vouloir être entendu dans le monde sans tomber dans un délire mégalomane comme celui que vous avez déclamé. Mais, ce qui est plus grave encore, c’est que vous essayiez de nous faire oublier que le Québec n’existe pas dans le monde. En fait, seul le Canada existe. Le Québec a un strapontin à l’UNESCO. C’est tout.

Enfin, au lieu de nous appeler à nous libérer du joug fédéral, vous affirmez que nous sommes une nation et que nous sommes déjà libres. Tiens, tiens. Pourquoi, alors, versons-nous la moitié de nos taxes et impôts à Ottawa? Ce n’est certainement pas la marque d’une nation libre de se faire ainsi coloniser et soutirer son argent par une autre nation, qui s’en sert pour sa plus grande gloire. Cette autre nation dit reconnaitre que le Québec est une nation, mais refuse systématiquement d’agir en conséquence. Elle verse le sang de nos enfants dans une sale guerre en Afghanistan. Elle subventionne de grandes sociétés pétrolières qui détruisent la planète. Elle nous renvoie des pinottes, des commandites et des drapeaux pour nous faire fermer la gueule.

Avons-nous déjà accepté le carcan fédéral qui nous asservit? Non. Jamais. Le peuple québécois n’a jamais consenti à la servitude. Il a été soumis par la force des armes, puis par une Constitution, des lois et des institutions. Il n’est pas libre. Il ne l’est pas pour deux raisons: premièrement, parce qu’en son propre sein, des gens s’emploient à le maintenir dans l’asservissement pour leur plus grand profit personnel ou par corporatisme; deuxièmement, parce que ces mêmes gens et d’autres encore s’emploient à le maintenir dans l’inconscience totale. Après vous avoir entendue le soir du 24 juin, je dirais que vous participez très certainement à cette entreprise d’anesthésie générale.

Je ne vous remercie pas pour ce frêle discours commandité par le Parti libéral. Vous manipulez ainsi la jeunesse du Québec. Vous lui faites croire que la fierté consiste à accepter son sort de peuple conquis et à ne plus se battre pour rompre ses chaines. Vous lui proposez de trouver refuge dans la réussite individuelle sur les marchés étrangers. Vous lui enseignez que le déni est une forme de liberté. Vous auriez mieux fait de vous taire.

Hymne à la nation québécoise de Suzanne Clément


Un commentaire à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Nancy Le 6 juillet 2009 à 12h43

    Je crois que ce Discour a été Parfait, il apporte du rêve il apporte de la réalité et oui nous sommes capable de tout. Je trouve que vous jugez ce discour avec beaucoup trop d’attente. La fête National n’est pas la pour prendre part a un parti politique, mais plutôt pour nous faire rêver d’un monde meilleur et d’un peuple plus fort qui a droit au rêve lui aussi.

    Merci Suzanne Clément et moi je vous et trouvez Manifique durant ce discour De la fête National.

    Merci!!!

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article


Bernard Desgagné

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 151 articles

Profil: Le RRQ est une organisation de résistance qui considère l’indépendance du Québec comme nécessaire à la survie et au développement de la nation québécoise. Il tire son inspiration de toutes…

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 756 a été rédigé par Réseau de Résistance du Québécois il y a 9 ans et 11 mois, le mercredi 1 juillet 2009.

Il y a un commentaire suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous L'indépendance du Québec, Québec, Politique.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2010: Fête du Canada, la confédération: célébrons le royaume antidémocratique d’Ottawa Aujourd'hui encore, le 1er juillet, au lendemain du sommet du G20 de Toronto, marqué par une déferlante d'arrestations et de [...]

2010: Fête du Canada: le jour où Québec célèbre son déménagement du Canada Voilà une spécificité bien québécoise qui fait dire à certains que le Québec est peut-être le seul endroit au monde [...]

2009: Bombardier et sa nouvelle série d’appareils Après quatre ans d’hésitation, Bombardier a officiellement lancé la nouvelle famille d’appareils de la CSeries en juillet 2008. Depuis, elle [...]

2009: Fonds communautaire pour les femmes La députée de Laval et porte-parole du Bloc Québécois en matière de condition féminine, Nicole Demers, a dénoncé l’attitude du [...]

2009: Décès de Pauline Picard, l’ex-députée bloquiste de Drummond C’est avec beaucoup de chagrin que j’ai appris le décès de Pauline Picard, qui a été emportée par la maladie. [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages