Le samedi 7 février 2009

QuébecInternational

C’est vrai… la France ne peut pas être neutre!

Affaire Sarkozy: Appel au peuple démocratique et souverain de France

France ]

Par Luc Archambault

Le Président Sarkozy vient de prendre fait et cause pour un État du Canada de blocage qui n’émane pas du peuple et s’impose d’autorité sans nommément se valider et légitimer par les voix du peuple, contre la volonté libre du peuple démocratique et souverain du Québec. L’État du Canada ne passe pas au Québec. Ce pourquoi il ne s’est jamais soumis aux voix du peuple, contrairement à l’État de France et sa Ve République soumise par de Gaulle aux voix du peuple de France.

Nous sommes un peuple

Oeuvre d’art public – Québec – Place de l’Institut canadien
Luc Archambault – 2001

La fin du « NI-NI » ouvre la porte à l’appui de la France à la souveraineté de l’État du peuple souverain du Québec. Les applaudissement du Canada le confirment.

Appel au peuple démocratique et souverain de France

«  La déclaration de Nicolas Sarkozy à l’Élysée en compagnie de Paul Desmarais et un certain premier ministre du Québec n’est qu’une autre manche dans la campagne référendaire lancée par Jacques Parizeau lors de son élection en septembre 1994. » (( Le Devoir du 4 février 2009 – Opinion – Robin Philpot – Ce n’est pas un truc !, MM. Sarko… ))

De Gaulle assassiné, mais a contrario réhabilité d’un même coup de poignard

En même temps que le Président Sarkozy assassine de Gaulle, la France renoue avec lui et avec son libre arbitre qui lui permettra à l’avenir de pouvoir s’ingérer dans les affaires canadiennes. La fin du NI-NI ouvre la porte à l’appui de la France à la souveraineté de l’État du peuple souverain du Québec. L’applaudissement du Canada anglais, exact contraire de la réprobation générale du « Vive de Québec libre ! » du Général de Gaulle en 1967, permet d’envisager l’appui franc de la France à la cause du peuple souverain du Québec autrement que dans la timidité du NI-NI. Cela quand un autre Président aura compris ce que ne comprend pas et ne peux pas comprendre Nicolas Sarkozy. Il ne le peut pas parce qu’il doit trop à la famille canadianisatrice de Paul Desmarais.

«  In truth, France’s so-called ni-ni policy never made any sense. Canada and France are both military allies and trade partners. As Mr. Sarkozy has the good sense to realize, they cannot be “neutral” in some abstract sense to political forces that seek to blow up one country or another from within. »

La politique du Ni-Ni n’a jamais fait de sens

Tout compte fait cette revanche du Canada contre l’affront de De Gaulle, qui aura mis 41 ans à se fabriquer, n’est qu’une autre manche d’une partie qui dure depuis 42 ans. Elle n’est en aucun cas décisive. Le Canada aurait plutôt que d’applaudir mieux fait de dénoncer cette « ingérence ». En effet, rien ne dit qu’il faudra encore 40 ans pour que de Gaulle soit réhabilité à cet égard en France.

Comme si Sarkozy avait l’appui de la France, et même si, comme si cela était éternel… Comme si un autre Président(e), ne viendrait pas, par là et plus vite qu’on ne le pense, y trouver matière à légitimer son appui à la cause du peuple souverain du Québec. Je ne suis pas sûr que le Canada y gagne au change. Maintenant il est trop tard. Il a applaudi une France désormais obligée de prendre parti, fait et cause !

Un jour, la France de la Ve République saura faire corps avec son fondateur. Lui, il a soumis aux voix du peuple la Constitution de l’État du peuple souverain de France. Ce n’est pas le cas du Canada. Cet État n’a jamais été nommément soumis aux voix du peuple souverain du Québec. Il s’impose d’autorité depuis la Conquête. Rien n’a pu le forcer à se soumettre à la démocratique volonté d’un peuple « libre de choisir son destin ».

La Ve République émane du peuple souverain de France

Pas l’État du Canada!

Du reste, ce serait dans la nature des choses que la France prenne fait et cause pour la cause du peuple souverain du Québec. Elle l’a fait par De Gaulle, elle s’est retranché dans le Ni-Ni par ses successeurs, et fait tout le contraire par la voix de Nicolas Sarkozy. Or, qui rappellera à ce Président, qu’il ne l’est qu’en vertu d’une France, d’une République démocratique qui émane directement du peuple, et cela depuis la IVe République que de Gaulle a nommément soumise aux voix du peuple souverain de France le 21 octobre 1945.

La Ve République qui la remplace à la faveur du Punch d’Alger qui remet au pouvoir le général de Gaulle retraité de la politique depuis sa défaite aux élections de 1954, a été pareillement approuvée par référendum le 28 septembre 1958, celle qui a fêté ses 50 ans en 2008.1 Depuis la Révolution française, c’est de loin le Régime de Gaulle qui a la plus grande longévité, n’est-ce pas parce qu’elle émane nommément du peuple souverain et que cela ne saurait désormais être tenu pour « sectaire » de la défendre ainsi.

Tu quoque mi filii2

Ce fils de la Ve République né le 28 janvier 1955 dix ans après le référendum légitimant la IVe République, 3 ans avant le référendum approuvant la Ve République, ne semble pas faire la différence entre un État validé par le peuple démocratique et souverain et un État qui s’impose d’autorité sans jamais se nommément constituer par les voix du peuple. C’est l’État du Canada actuel qui s’impose d’autorité depuis 1867, en cela et sans rupture, l’héritier des États qui de force se sont imposés par les armes et le sang versé par la Conquête.

La Constitution du Canada n’émane pas du peuple, au contraire de celle de la France. Cela ne semble pas inquiéter ce démocrate républicain. Pourtant, l’État du Canada n’est que le digne avatar d’un Empire monarchique autocratique de droit divin, et ce, depuis la Conquête dont on « commémore » en 2009 le 250e anniversaire de la bataille charnière qui l’a engendré, le 13 septembre 1759 lorsque les Armées du Roi de France Louis XV ont été défaites sur les Plaines d’Abraham qui jouxtent les fortifications de Québec.

De Gaulle qui avait un autre sens de l’histoire, a pleuré en 1967 « la souveraineté inconsolable de la France » et réparé cet odieux abandon de la France à l’égard du peuple souverain du Québec, dès lors sans Souverain puisque Conquis ou « cédé » par le sien à un autre. Un peuple accédant par voie de Conquête armée, au concert des nations en tant que peuple distinct du peuple de France, par l’abdication de fait de Louis XV à son devoir premier de souverain qui consiste à protéger son peuple contre l’envahisseur, le jour même qui a fait de Louis XV un Souverain défait par les armées d’un Empire conquérant concurrent le 13 septembre 1759 il y aura bientôt 250 ans en septembre 2009.

De Gaulle qui était parvenu à libérer l’Algérie du colonialisme de la France, avait compris que celui d’un État du Canada qui s’impose d’autorité sans émaner du peuple n’avait pas à recevoir l’appui de la France de la Ve République. C’est bien la cause du peuple souverain du Québec libre qu’il fallait appuyer.

Le Président Sarkozy assassine de Gaulle et la Ve République en affirmant à L’Élysée, siège du gouvernement de la France, que la cause du peuple souverain du Québec est caractérisée par une « sectaire » intolérance politique. De quelle intolérance s’agit-il ? Et, si tant était, pourquoi l’intolérance au contraire canadien des idéaux démocratiques qui font du peuple souverain de France et d’ailleurs, le seul et unique fondateur de l’État démocratique, doit-elle être discréditée, abandonnée ?

L’Europe politique est de temps à autre ralentie par des référendums nationaux ? Que diraient ces nations si une Europe impériale s’imposait d’autorité sans consulter les peuples d’Europe sur ce qui la constitue ? Devraient-elles tolérer cet intolérable État autocratique que serait une telle Europe ? Voilà bien pourtant ce à quoi nous expose et nous presse d’adhérer le 6e Président d’une Ve République de France dûment fondée par et pour le peuple souverain de France, cela sous prétexte qu’il ne faudrait pas abonder dans la division. Si c’est le cas, est-il partisan pour autant d’une Europe qui s’imposerait d’autorité aux peuples d’Europe, en vertu de la sanction royale de quelqu’improbable Souverain ou Souveraine se substituant aux voix du peuple souverain de France, parce qu’il faut tout faire contre la division, y compris appuyer les États qui s’imposent d’autorité au peuple démocratique et souverain du Québec et qui se sont succédés sans ruptures depuis l’État d’occupation militaire de la Conquête ?

Le peuple démocratique et souverain de France endosse-t-il son Président quand il affirme que réciproquement, le peuple de France devrait se soumettre à la volonté des énarques et d’icelle de quelques juges de Cour d’une Europe monarchique et autocratique, comme l’est l’État du Canada légalisé par quelques juges de la Cour Suprême de Sa Majesté la Reine du Canada, Élisabeth II ?

J’appelle de Québec, comme l’a fait de Gaulle de Londres, le peuple de France à répudier un Président qui bafoue le principe même de la République française, un État fondé par et pour le peuple démocratique et souverain de France.

Nous sommes un peuple
Nous sommes un peuple
Oeuvre d’art public – Place de l’Institut canadien – 2001

J’ai gravé dans la pierre
Nous – Nous sommes – Nous sommes un – Nous sommes un peuple – Nous sommes le peuple du Québec


Texte de l’Appel du 18 juin 1940 sur les antennes de la BBC

Les chefs qui, depuis de nombreuses années, sont à la tête des armées françaises, ont formé un gouvernement. Ce gouvernement, alléguant la défaite de nos armées, s’est mis en rapport avec l’ennemi pour cesser le combat. Certes, nous avons été, nous sommes, submergés par la force mécanique, terrestre et aérienne, de l’ennemi. Infiniment plus que leur nombre, ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui nous font reculer. Ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui ont surpris nos chefs au point de les amener là où ils en sont aujourd’hui. Mais le dernier mot est-il dit ? L’espérance doit-elle disparaître ? La défaite est-elle définitive ? Non ! Croyez-moi, moi qui vous parle en connaissance de cause et vous dis que rien n’est perdu pour la France. Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir un jour la victoire. Car la France n’est pas seule ! Elle n’est pas seule ! Elle n’est pas seule ! Elle a un vaste Empire derrière elle. Elle peut faire bloc avec l’Empire britannique qui tient la mer et continue la lutte. Elle peut, comme l’Angleterre, utiliser sans limites l’immense industrie des États-Unis. Cette guerre n’est pas limitée au territoire malheureux de notre pays. Cette guerre n’est pas tranchée par la bataille de France. Cette guerre est une guerre mondiale. Toutes les fautes, tous les retards, toutes les souffrances, n’empêchent pas qu’il y a, dans l’univers, tous les moyens nécessaires pour écraser un jour nos ennemis. Foudroyés aujourd’hui par la force mécanique, nous pourrons vaincre dans l’avenir par une force mécanique supérieure. Le destin du monde est là. Moi, Général de Gaulle, actuellement à Londres, j’invite les officiers et les soldats français qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s’y trouver, avec leurs armes ou sans leurs armes, j’invite les ingénieurs et les ouvriers spécialistes des industries d’armement qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s’y trouver, à se mettre en rapport avec moi. Quoi qu’il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s’éteindre et ne s’éteindra pas. Demain, comme aujourd’hui, je parlerai à la Radio de Londres. www.roi-president.com

Place de l'Institut Canadien

Nous sommes un peuple ou, le côté jardin de la pierre où le sentiment d’être croît, ploie ou se grave dans le côté cour du temps abstrait des mémoires de l’existence.

Cette invitation à réaliser un projet d’oeuvre d’art public créée pour souligner le 150e anniversaire de fondation de l’Institut Canadien permet à l’artiste de se manifester à titre de créateur et de citoyen. Tels « les jeunes intellectuels » de la fin du 19e siècle qui « décident de fonder un institut à Québec », « motivé par le développement culturel et scientifique des Québécois, ou comme on le disait à l’époque « par la survivance de la race canadienne française », le citoyen qu’il est, est préoccupé par l’avenir incertain du peulpe du Québec et sensible au fait d’honorer ceux qui ont su poser des gestes concrets utiles à ce développement si nécessaire. Sensible aussi au fait que ce geste délibérément incarné dans une institution ait, par le volontaire relais des générations successives, pu se rendre jusqu’à nous qui, prenant le relais à notre tour, décidons de le porter, défendre et illustrer pour que ceux qui nous suivent le transporte encore longtemps.

Le moteur de ce transport n’est autre que ce qui, au plus profond de l’être, l’anime et le constitue : le sentiment d’être. Être humain. Le citoyen et l’artiste n’ont eu de cesse d’en explorer le centre et les contours. L’être, tel qu’il se présente en lui-même et à lui-même et tel qu’il se sent en son corps, frontière primordiale, qu’il habite ou déserte.

  1. Voir Wikipédia []
  2. Jules César []

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 31 articles

Profil: Peintre, sculpteur, performeur, céramiste et citoyen

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 2,126 a été rédigé par Luc Archambault il y a 10 ans et 9 mois, le samedi 7 février 2009.

L'article n'a aucun commentaire. Soyez le premier à vous prononcer sur ce sujet. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous France, Québec, International.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2013: The PQ not vouloir alliance, why non? Au month de January, we avons vu the gouvernance souverainiste du PQ. We tout le monde remember this, Our maison: La [...]

2012: Michael Sabia chez Paul Desmarais: Power Corporation est-elle au dessus de la loi? Le dernier épisode de la guerre Quebecor/Power Corp. vient de braquer inopinément les feux sur le Commissaire au lobbyisme (( [...]

2009: Réécrire l’histoire pour rendre les Plaines d’Abraham plus attirantes Il y a quelques semaines de cela, un articulet était publié dans le quotidien La Presse et faisait état d’une [...]

2009: Conférence du RRQ Patrick Bourgeois et René Boulanger, porte-parole du Réseau de Résistance du Québécois (RRQ), prononceront une conférence sur l'histoire de la [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages