Le mardi 25 novembre 2008

QuébecPolitique

André Pratte avoue que Gesca fait de la désinformation

Gesca-Pravda, même combat

Campagne électorale québécoise 2008 ]

Par Luc Archambault

Comme quoi, la partisanerie de Gesca ne se trouve pas seulement dans ses pages éditoriales, mais bel et bien aussi sans ses pages nouvelles et information. La partisanerie journalistique de Gesca à son meilleur.

Dans son blogue électoral dans lequel Gesca donne la parole à André Pratte, et Vincent Marissal, André Pratte l’éditorialiste, avoue aujourd’hui faire de la désinformation sous le titre : Laissez Sainte-Justine tranquille! Vincent Marissal, le journaliste, abonde :

« Je ne doute pas qu’il y ait des problèmes à Sainte-Justine. Mais la façon de les régler, ce n’est pas de faire de la démagogie. C’est sûr que les petits malades, ça émeut l’électorat. Pourtant, quel que soit le parti au pouvoir, il reste des enfants malades et certains d’entre eux doivent attendre à l’urgence ou pour une opération. Si la solution était simple, ça se saurait ! »1

Ça se saurait si la solution était simple ! La belle affaire !

Comme si Jean Charest n’avait pas été appuyé par La Presse, à l’époque où La Presse s’est consciencieusement appliqué dans ses pages « nouvelles » à créer une psychose des urgences pour enfoncer le Parti Québécois et pour faire élire le « Je-suis-prêt-à-régler-le-problème-de-la-santé ». Comme si la solution était aussi simple que ça !

Aujourd’hui non seulement on passe sous silence ce qui faisait à pleines pages de La Presse l’objet d’une psychose des urgences, mais en plus, en page éditoriale et opinion blogueuse, on justifie telle démagogie à géométrie variable en affirmant sans gêne que ne serait-ce que le fait d’évoquer même le même problème, qui n’a pas toujours pas après 5 ans été réglé par Jean Charest, est… démagogique.

La partisanerie médiatique à son meilleur : la démagogie à géométrie variable.

S’il est aujourd’hui démagogique de parler des listes d’attente dans les hôpitaux, pourquoi hier La Presse a-t-elle mis tant d’emphase dans ses pages « nouvelles » sur les listes d’attentes quand il s’agissait de renverser un gouvernement du Parti Québécois ? On dénonce une situation, on aggrave ensuite la situation après avoir promis de la régler, mais il n’est plus question de la dénoncer ensuite. Parce que c’est… démagogique. On aura tout entendu… N’importe quoi et son exact contraire.

Comme quoi, la partisanerie de Gesca ne se trouve pas seulement dans ses pages éditoriales, mais bel et bien aussi sans ses pages nouvelles et information. Gesca-Pravda se trouve à être aussi propagandiste dans ses pages éditoriales, que dans la manière de traiter ou de ne pas traiter de la « nouvelle », selon qu’il est question de battre le Parti Québécois ou de faire réélire « leur » gouvernement du Parti libéral démissionnaire. Le parti-pris démissionnaire d’un Premier ministre qui démissionne au lieu de gouverner et qui refuse de gouverner en pleine crise économique. Ce qui ne manque pas de provoquer la démission de la machine gouvernementale pendant les trois mois cruciaux d’une crise économique en plein développement.

Et, il ne faudrait surtout pas parler de la situation de la santé… sous prétexte que la santé vivrait hors le monde économique et les répercussions sur la santé quand le système est en crise. Cela, parce qu’il faut de manière partisane, cacher dans les médias de masse, le fait que le gouvernement dont on a favorisé l’élection par de la désinformation aujourd’hui qualifiée de « démagogique », là aussi a démissionné parce que, finalement, la solution ne serait pas si simple que de dire qu’on est « prêt ». Pour cacher cette triple démission, on n’hésite pas à prôner la compromission. Les médias compromis dans la désinformation maintenant qu’on avoue avoir été démagogique.

Gesca avoue faire de la désinformation

De deux choses l’une. Si c’est désinformer que de parler des listes d’attentes de Sainte-Justine aujourd’hui, c’est donc que c’était désinformer la population quand on a dans les pages nouvelles de Gesca mis tant d’acharnement à les dénoncer quand il s’agissait de battre le gouvernement du PQ. Si ce n’était pas à cette époque de la désinformation, c’est donc qu’aujourd’hui, le fait de passer sous silence le fait que rien n’a changé à cet égard, est donc de la désinformation dans le traitement de la nouvelle, et pas seulement dans les pages éditoriales, qui elles n’ont de cesse que de justifier cette démagogie à géométrie variable. La variable, la partisanerie éditoriale et journalistique de Gesca qui elle, est invariable, mais qui s’ajuste selon qu’il est question d’embarrasser un gouvernement souverainistes ou fédéraliste. Un jour c’est de l’information que de parler des listes d’attentes, un jour c’est de l’information que de ne pas en parler. Ce qui fait être hier de la bonne « information » d’en parler et de la démagogie aujourd’hui d’en faire autant.

La partisanerie journalistique de Gesca à son meilleur. Une cabale, versus le silence, qu’on a le culot de justifier dans les blogues éditoriaux, en disant que ce serait de la démagogie que de ne serait-ce qu’en parler pendant la campagne électorale.

Gesca-Pravda de l’époque communiste… même combat.

Le problème des propagandistes, c’est qu’ils finissent par s’emmêler dans leur propre logique sophistique. Comme la droite affairiste du libre marché s’empêtre aujourd’hui dans le recours obligé à l’État qui devra brider cette même universelle liberté qu’ils disaient capable de s’auto-réguler, le sophisme roi. Piégée par sa propre arrogance la droite ne peut s’empêcher d’aller au devant sa propre logique qui se trouve à être sa perte, telle qu’annoncée par les partisans d’un libre marché encadré. Cela, au point même de devoir par sa propre turpitude, renier ce qu’elle a professé pour s’y engouffrer, à savoir le désengagement de l’état. L’engagement de l’État qu’ils doivent endosser, dans cette géométrie à ciel variable, donne raison à l’exacte logique de leurs opposants, la droite affairiste n’a pour logique que de « socialiser les risques et privatiser les profits ».

Ici, parce que l’arrogance de la clique fédéralo-médiatico-affairiste de Gesca-Pravda ne peut s’empêcher de s’afficher vainqueur, au lieu de passer sous silence la juste dénonciation de l’état de la santé qui n’a jamais été amélioré, on s’empresse de la qualifier de démagogique. On aura oublié, dans cet empêtrement qu’on accréditait ainsi l’évidence de la partisanerie éditoriale et journalistique de son propre camp qui impose ses vues aux médias de masse. Tout cela, à force de sophisme, parce qu’on est fidèle à sa logique de bête partisan.

Le pire pour eux, c’est que les réactions des internautes à cette « contribution » n’est pas aussi favorable à leurs vues que d’habitude dans ce genre de forums partisans… Leur empêtrement leur joue des tours : la psychose qu’ils ont créée de toute pièce, celle qu’ils voudraient aujourd’hui voir ne plus s’appliquer, s’applique toujours, faut croire… Les apprentis sorciers pris à leurs propres pièges.

  1. Gesca-Pravda Montréal – 2008-11-20, Cyberpresse []

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 31 articles

Profil: Peintre, sculpteur, performeur, céramiste et citoyen

Afficher le profil complet

Fiche de l'article

Cet article de 1,077 a été rédigé par Luc Archambault il y a 11 ans et 11 mois, le mardi 25 novembre 2008.

L'article n'a aucun commentaire. Soyez le premier à vous prononcer sur ce sujet. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Québec, Politique, Campagne électorale québécoise 2008.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2011: Nouveaux sondages catastrophiques pour la CAQ: Legault perd des plumes Comme tout ce qui monte fini par redescendre, c'est ce qui est actuellement en train de se produire avec la [...]

2010: Intimidation dans Kamouraska: France Dionne a menti, vidéo à l’appui Le moins qu'on puisse dire, c'est que France Dionne doit des excuses au Parti Québécois ainsi qu'aux citoyens du comté [...]

2008: Pour un seul méga-hôpital à Montréal La Coalition a tenu un point de presse devant la cour Glen (métro Vendôme), le futur site du McGill University [...]

2008: Le Bloc Québécois propose un plan en trois volets pour relancer l’économie « Le gouvernement fédéral a la responsabilité d’agir au moment où nous entrons dans une période de crise économique. Or, Ottawa [...]

2008: Le Parti Québécois réclame la vérité sur les coûts réels des PPP Nous savons que la crise financière a des impacts sur le financement des grands projets. Le resserrement du crédit fait [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages