Le lundi 8 septembre 2008

QuébecPolitique

Que penser du Bloc Québécois?

Bouder le Bloc n’aiderait en rien la cause de l’indépendance du Québec

CanadaCampagne électorale fédérale 2008 ]

Par RRQ

Je ne puis me résoudre à souhaiter du mal au Bloc Québécois, comme trop d’indépendantistes le font actuellement. Ce parti a beau n’être pas parfait et très timoré, il n’en demeure pas moins qu’il est le meilleur rempart dont puissent jouir présentement les Québécois à Ottawa.

En ce début de campagne électorale au fédéral, nombreux sont les indépendantistes qui n’ont de cesse de cracher au visage du Bloc Québécois, allant même jusqu’à souhaiter l’affaissement complet du parti souverainiste sur la scène fédérale. Ces indépendantistes ont-ils raison d’entretenir pareille hargne à l’égard du parti de Gilles Duceppe?

Tout d’abord, je tiens à dire que je ne puis me résoudre à souhaiter du mal au Bloc Québécois, comme trop d’indépendantistes le font actuellement. Ce parti a beau n’être pas parfait et très timoré, il n’en demeure pas moins qu’il est le meilleur rempart dont puissent jouir présentement les Québécois à Ottawa. Je ne puis comprendre ce que le Québec gagnerait si le Bloc se ratatinait complètement. Donner la place des bloquistes aux tordus de conservateurs, qu’est-ce que ça nous rapporterait, en tant que Québécois? Quel serait l’avantage d’accorder plus d’espace aux partisans des pétrolières en terre québécoise? Quel serait l’avantage de tasser des souverainistes pour permettre aux adeptes de la vide reconnaissance de la nation québécoise d’avoir encore un peu plus d’influence chez nous même? Il n’y aurait bien évidemment aucun avantage à agir de la sorte, ni pour des Québécois, ni pour des indépendantistes.

Je connais déjà toutes les critiques que les indépendantistes les plus convaincus adressent au Bloc Québécois. Je les entends même déjà dire qu’il faut dompter le Bloc Québécois qui n’a à peu près rien fait pour faire avancer le projet souverainiste ces dernières années. Leur faire perdre leurs emplois, en les retournant chez eux, voilà ce qui leur ferait comprendre qu’ils auraient dû être plus dynamiques lorsque le temps était venu d’attaquer le Canada pour en extirper un Québec enfin libéré. Je ne puis qu’être d’accord avec certaines de ces critiques.

Moi aussi j’aurais apprécié que le Bloc Québécois se comporte davantage en parti souverainiste qu’il ne l’a fait ces derniers temps. Mais œuvrer à sa défaite n’améliorera en rien les chances du Québec d’être prochainement indépendant. Bien au contraire. En lieu et place des bloquistes qui n’ont pas fait grand chose pour promouvoir le projet souverainiste, on se ramassera avec des conservateurs qui, eux, ne lésineront pas sur les moyens lorsque viendra le temps d’imposer l’unité canadienne aux Québécois. À tout prendre, j’aime encore mieux des bloquistes qui dorment au gaz mais qui ne travaillent pas contre le Québec français que des conservateurs qui ne se gêneront jamais pour le faire. Il est ici question de simples principes stratégiques que tous sont à même de comprendre.

J’en entends certains maugréer en soutenant que le Bloc fait la preuve que le Canada fonctionne, rendant inutile le discours souverainiste et que ce serait par conséquent tellement mieux si le Bloc n’existait pas. Cet argument, hautement fallacieux, est ancré profondément dans la tête de certains indépendantistes. Mon point de vue, sur le sujet, est que tant qu’Ottawa rira en pleine face des Québécois en leur concédant tout simplement qu’ils forment une nation au sein d’un Canada toujours plus fermement uni, et que cela ne s’accompagnera jamais d’aucune concession, tant que les Canadiens refuseront que les institutions sous la coupe du fédéral respectent les dispositions de la loi 101, tant que le fédéral favorisera les industries de l’automobile ou pétrolière au détriment de l’aéronautique, tant que le gouvernement canadien ne résoudra pas pleinement le déséquilibre fiscal, tant que le Québec sera docilement assis sur un strapontin à l’UNESCO que lui auront concéder à reculons les fédéraux, il sera suffisamment clair aux yeux des Québécois que ce système ne fonctionne pas pour qu’ils souhaitent en sortir. Quoi que puisse faire le Bloc Québécois dans de telles circonstances, il ne pourra rien faire qui redorera suffisamment le blason canadien pour que le projet souverainiste apparaisse, au Québec, comme dépassé et inutile.

Ceci étant dit, le pays ne nous tombera pas dans les bras, sans qu’on ait travaillé énergiquement pour l’obtenir. De ce fait, il serait Ô combien préférable que le Bloc Québécois s’investisse pleinement dans la lutte indépendantiste plutôt que de représenter un moindre mal. J’aimerais tellement voir ce parti souverainiste imiter les agissements du Sinn Féin notamment, parti dont les députés n’ont jamais agi de façon à devenir de serviles députés anglais. Toujours ils ont utilisé les ressources de l’État auxquelles ils avaient accès pour mousser leur projet de société qui concerne la réunification des Irlande du Nord et du Sud.

Combien cela serait rassurant et stimulant si les députés du Bloc Québécois investissaient de leurs ressources dans un fonds destiné à financer la lutte indépendantiste, tout en articulant simultanément un vigoureux discours indépendantiste. Ce serait vraiment génial si les choses pouvaient se dérouler ainsi, mais tant qu’il n’y aura pas une alternative sérieuse aux côtés du Bloc, prête à adopter pareille stratégie, ce serait suicidaire de tuer le Bloc pour se retrouver ensuite devant strictement rien. Passer de quelque 50 députés souverainistes mous à aucun député d’allégeance souverainiste serait une véritable catastrophe. C’est cela qu’il faut actuellement que les indépendantistes comprennent.

Une autre raison qui me pousse à souhaiter une bonne performance du Bloc Québécois lors des prochaines élections relève de la question médiatique. S’il fallait que le Bloc tombe vraiment bas, trop nombreux seraient ceux, qui à l’instar d’André Pratte, essaieraient d’associer les déboires du Bloc au mouvement indépendantiste. Encore une fois, ces trublions déclaraient le mouvement indépendantiste comme cliniquement mort. Et cette fois, aux yeux de la population qui serait bien au fait de la piètre performance bloquiste, ils auraient un bon argument pour les convaincre de la véracité de telles analyses. Parce qu’il faut absolument éviter que le peuple québécois ne croit plus du tout à la possibilité qu’on réalise un jour le projet indépendantiste, il faut que le Bloc Québécois maintienne à tout le moins ses acquis.

Enfin, la campagne est encore jeune. On aura le temps de préciser tout ça, dans les prochaines semaines.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article


Patrick Bourgeois

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 151 articles

Profil: Le RRQ est une organisation de résistance qui considère l’indépendance du Québec comme nécessaire à la survie et au développement de la nation québécoise. Il tire son inspiration de toutes…

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 968 a été rédigé par Réseau de Résistance du Québécois il y a 11 ans et 6 mois, le lundi 8 septembre 2008.

L'article n'a aucun commentaire. Soyez le premier à vous prononcer sur ce sujet. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Canada, Québec, Campagne électorale fédérale 2008, Politique.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2009: Moulin à paroles: remontons fièrement les Plaines d’Abraham! Il est proposé, à travers plus d’une centaine de textes proclamés, de relire avec les oreilles les 250 ans de [...]

2008: Le Bloc Québécois présente sa nouvelle plateforme électorale Pour imposer le respect du Québec à Ottawa, il faut empêcher une majorité des conservateurs de Stephen Harper. Pour notre [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages