Le jeudi 26 juin 2008

Politique

Fête du Canada: “Le Québécois” défiera le système en prenant le contrôle des ondes

Canada ]

Par RRQ

Lors de la Fête du Canada le 1er juillet, l’organisation du Québécois défiera le système et utilisera le 107,1 FM à Québec. Nous passons à l’attaque en récupérant symboliquement une compétence que le fédéral s’est jadis approprié aux dépens des provinces et du Québec.

L’évidence est que le mouvement indépendantiste -en général- n’a toujours pas accepté d’admettre que la joute qui l’oppose au camp des fédéraux et des collaborationnistes est en fait une guerre. Une âpre guerre psycho-politique qui oppose deux États, les États canadien et québécois, de même que leurs partisans. Des années durant, les fédéraux ont tenté de supplanter l’État québécois de toutes sortes de manières, « le plus grand parmi nous » aimait à dire René Lévesque. Aujourd’hui, l’État québécois, notre dernier rempart contre les assimilationnistes de tous poils, est aux mains des collaborationnistes de Jean Charest. Nous devons renverser la vapeur et récupérer notre État pour en faire un pays indépendant. Et nous n’y parviendrons qu’en sortant enfin les griffes!

Le fait de refuser d’admettre que nous sommes en guerre nous a progressivement convaincus que ceux d’en face étaient tout simplement nos partenaires de demain, et non pas nos ennemis d’aujourd’hui. Ce faisant, nous avons négligé de nous battre vigoureusement et n’avons point développé les moyens qui nous auraient permis de renverser le système asservissant qu’ils ne cessent d’imposer aux Québécois. Nous nous retrouvons donc en 2008 sans armes dignes de ce nom pour mener la lutte. Les choses doivent changer, et ça urge!

L’expert des luttes nationales, Gérard Chaliand, soutient que les minorités nationales qui remportent du succès sont celles qui savent faire preuve de discipline et qui démontrent un esprit de sacrifice notable. Dans un contexte prétendument « démocratique », la meilleure façon de mener la lutte révolutionnaire reste encore de libérer la parole indépendantiste, et nous n’y parviendrons que si nous acceptons d’en payer le prix. Le Québécois est prêt à le payer… Nous l’avons déjà amplement démontré.

Des années durant, les fédéralistes ont tout fait pour empêcher l’organisation du Québécois de se développer pour qu’elle puisse ultimement relayer avec beaucoup d’efficacité le message indépendantiste. Nous avons été exclus arbitrairement et injustement de certains programmes de subvention et nous avons reçu des mises en demeure et des menaces de toutes sortes. Le but poursuivi par les sbires du système fédéral étant toujours de nous faire taire le plus totalement possible. Sur la place publique, le discours indépendantiste vigoureux est persona non grata, c’est clair comme de l’eau de roches!

Parce que les règles fixées par le système nous empêchent de nous exprimer librement et qu’elles ne peuvent nous contraindre, ultimement, qu’à la défaite (pensons à l’inique loi fédérale sur la clarté référendaire), nous avons décidé que ce 1er juillet nous prendrions la parole envers et contre tous, en faisant un bras d’honneur au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC). Parce que les médias sont contrôlés par l’ennemi, nous avons compris que nous devions faire preuve de beaucoup d’imagination pour atteindre cet objectif. Nous nous sommes donc équipés en prévision de ce fameux 1er juillet.

De ce fait, nous pouvons dès lors annoncer que le 1er juillet 2008 nous libérerons temporairement les ondes en diffusant sur la bande FM (grâce à l’un des émetteurs FM que possède l’organisation du Québécois) les discours de Pierre Falardeau et du directeur du Québécois, Patrick Bourgeois. Ces discours seront prononcés à 11h30, lors de la vigile organisée par le Réseau de résistance du Québécois, devant l’intolérable monument de Wolfe qui se trouve en face du musée des Beaux-Arts, à Québec. La fréquence que nous utiliserons alors est le 107,1 FM. Notre rayonnement sera d’environ 5 kilomètres, soit tout le centre-ville de Québec.

L’organisation du Québécois considère qu’un tel « geste de rupture » est tout à fait approprié et acceptable dans le contexte québécois actuel. Ce geste de rupture ne fait de mal à personne et ne brise absolument rien. Ce geste est absolument non-violent, mais il nous permet d’indiquer à nos ennemis d’en face que nous sommes fatigués d’être constamment sur la défensive, que nous comptons tout faire pour récupérer ce qui devrait nous appartenir (plus question de quémander) et que la liberté d’expression est pour nous une valeur qui n’a pas de prix. C’est pourquoi nous passons à l’attaque en récupérant symboliquement une compétence que le fédéral s’est jadis approprié aux dépens des provinces et du Québec. Du même souffle, nous dénonçons la mainmise totale et presque sans faille des fédéralistes sur le monde médiatique québécois.

Bien sûr, nous sommes conscients que ce geste est, toujours selon les règles fixées par l’ennemi d’en face, illégal. Nous sommes prêts à subir les conséquences pour les gestes indépendantistes que nous poserons le 1er juillet. Et peu importe la réaction de l’ennemi, tous doivent savoir que nous n’aurons -à partir d’aujourd’hui- de cesse de développer un réseau d’antennes qui nous permettra enfin de nous exprimer librement; pour ainsi toujours mieux crier « Vive le Québec libre »!

Si nous voulons un jour faire du Québec un pays indépendant, c’est tout de suite qu’il faut sonner la charge. L’organisation du Québécois est déjà sur la ligne de front. Elle n’attend plus que les autres indépendantistes l’y rejoignent pour que la lutte puisse enfin être menée sérieusement. Aujourd’hui, nous levons le poing pour que demain nous vainquions!

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article


Le Québécois

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 151 articles

Profil: Le RRQ est une organisation de résistance qui considère l’indépendance du Québec comme nécessaire à la survie et au développement de la nation québécoise. Il tire son inspiration de toutes…

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 837 a été rédigé par Réseau de Résistance du Québécois il y a 11 ans et 5 mois, le jeudi 26 juin 2008.

L'article n'a aucun commentaire. Soyez le premier à vous prononcer sur ce sujet. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Politique, Canada.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2011: Visite de William et Kate Middleton: archaïsme ou spectacle financé par le contribuable? La question du nouvel amphithéâtre à Québec a relancé la question du financement public au secteur du divertissement, que d’aucuns [...]

2011: Digne à soustraire des générations du chaos Meech procédait d'honnêtes intentions, mais espérer convaincre neuf provinces de nous octroyer un statut privilégié se résumait à tenter de [...]

2011: Lancement de la campagne « Être anglophone et vivre en français » Impératif français lance une campagne de valorisation du français auprès des Anglo-québécois. Par cette nouvelle action, Impératif français cherche à [...]

2011: Mathieu Traversy surpris par la nouvelle rumeur À la suite de la récente rumeur d’un départ ou d’un changement de parti, le député de Terrebonne, Mathieu Traversy, [...]

2010: Risques cachés à Gentilly-2 militarisé? Dans un article paru dans le Nouvelliste du 12 mai dernier, le directeur de la DSP, le Dr Grenier, avec [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages