Le dimanche 26 juin 2011

PolitiqueQuébec

Visite de William et Kate Middleton: archaïsme ou spectacle financé par le contribuable?

La monarchie britannico-canadienne coûte annuellement 50 millions de dollars aux payeurs de taxes

Canada ]

Par Bloc Québécois

Il est inacceptable que Kate Middleton et le Prince William aient droit aux honneurs réservés aux chefs d’État et qu’une partie de la facture de leur voyage soit remise au contribuable. L’Assemblée Nationale du Québec s’est montrée indigne en acceptant d’en assumer une partie des frais.

La question du nouvel amphithéâtre à Québec a relancé la question du financement public au secteur du divertissement, que d’aucuns contestent sous prétexte que le public et le privé doivent s’en tenir à leurs chasses gardées. Nous devrions dès lors questionner un autre divertissement collectif, également grassement financé par le contribuable mais en l’absence de retombées économiques positives (contrairement à l’initiative de Régis Labeaume) : la visite du couple princier.

Le prince William et la charmante Kate Middleton sont évidemment les bienvenus au Québec, à l’instar de n’importe qui. Le Québec est une merveilleuse destination touristique. Au nom de la dignité humaine, le couple princier mérite également notre respect, et il est inacceptable de les qualifier de « parasites » à l’instar de M. Khadir, qui tente de s’improviser en amuseur public.

Cependant, il est tout aussi inacceptable que Kate et William aient droit aux honneurs réservés aux chefs d’État et qu’une partie de la facture de leur voyage soit remise au contribuable. L’Assemblée Nationale du Québec s’est montrée indigne en acceptant d’en assumer une partie des frais.

Nous apprenions d’ailleurs récemment que de nombreux travaux de réfection sont présentement effectués à l’hôpital Ste-Justine dans le but de faire rayonner les lieux lors que Kate et William s’y aventureront. Cet épisode nous rappelle le tristement célèbre débat sur les accommodements « raisonnables », surtout dans la mesure où le manque de moyens financiers est invoqué pour refuser des soins aux enfants malades fréquentant cet hôpital.

Au Québec, la monarchie est quasi-unanimement rejetée. Les québécois éprouvent la plus grande affection pour le couple princier, comme ils en ressentent envers une panoplie de vedettes du show business (lesquelles paient eux-mêmes leurs vacances à l’étranger). Les québécois voient donc la monarchie britannico-canadienne au mieux comme un divertissement collectif people.

Si le peuple britannique est fier et honoré de sa monarchie constitutionnelle, c’est son droit le plus strict. Qu’il fasse le choix -comme il le fait depuis l’établissement de ce régime- d’en assumer les frais ne devrait aucunement soulever les passions au Québec. Que le peuple canadien, de par son lien historico-émotionnel avec Londres, décide d’en faire autant est également compréhensible et nous aurions tort de nous ingérer dans ses décisions.

Là où le bât blesse, c’est évidemment que le citoyen québécois est également touché par ce système qu’il perçoit comme étant rétrograde. Le peuple québécois, dont l’identité nationale est unique, a développé un sentiment d’appartenance bien plus grand envers la France (pour des raisons historiques et culturelles) et les États-Unis (de par son enracinement continental) qu’avec le Royaume-Uni ou sa Reine.

Le Québec se doit de faire accorder sa reconnaissance à toute démocratie libérale en accueillant tout chef d’état étranger ou tout membre d’un gouvernement démocratique. Cependant, pour ne donner qu’un exemple, les deux jeunes filles du président américain Barrack Obama sont-elles à considérer comme des chefs d’État? En accueillant le petit-fils d’Élisabeth II et son épouse, nous créerions une logique implacable qui nous condamne à répondre par l’affirmative.

Certains rétorqueront que la situation est différente car le Prince William est un possible héritier du Trône, et est donc en lice pour porter lui-même le titre de chef d’État. Nous répondrons tout simplement qu’au Québec les différentes fonctions au sein de l’appareil d’État sont nominatives ou électives, pas héréditaires. Nous reconnaitrions ainsi la famille d’Élisabeth II en tant que royauté, et nous nous assumerions comme étant ses loyaux sujets.

La monarchie britannico-canadienne coûte annuellement 50 millions de dollars aux payeurs de taxes canadiens et québécois. Ces sommes pourraient-elles être utilisées plus judicieusement? Poser la question c’est y répondre.

Bien davantage qu’une question financière, la visite princière en est évidemment une d’identité, de culture, d’histoire et de fierté nationale. Le gouvernement du Québec, légitime et issu des urnes, doit cesser de se comporter comme un État sous occupation. L’accueil officiel que nous réservons à Kate et William constitue une reconnaissance explicite de notre situation minoritaire et –n’ayons pas peur des mots- un relent de colonialisme. Il n’est pas trop tard pour faire marche arrière.

Pourquoi le gouvernement du Québec ne se comporterait-il pas dignement comme l’État légitime de la nation québécoise en poussant cette logique jusqu’au bout en refusant de financer la fonction de Lieutenant-gouverneur et en cessant de faire sanctionner nos lois par ce dernier? La nation québécoise, en recherche de courage politique et de leadership, ne pourrait qu’en être impressionnée.

Simon-Pierre Savard-Tremblay
Président du Forum Jeunesse du Bloc Québécois

8 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Jean Paul Tellier Le 26 juin 2011 à 13h54

    Les visites des étrangers vedettes.

    Depuis de très nombreuses années,chaque année,le gouvernement du Québec dépense beaucoup d’argent des contribuables pour accueillir respectueusement des étrangers vedettes.

    Tous les pays du monde ont un protocole d’État et une provision budgétaire pour recevoir, correctement comme il se doit,chaque big visiteur étranger,peut importe la symbolique liée à l’événement.C’est une simple règle de politesse qui n’autorise pas le Bloc et le RRQ à grimper dans les rideaux et faire le bordel devant les caméras du monde.

    La visite de Kate et William, http://bit.ly/m40TQB coûtera moins cher que la visite de Trudeau à la ST-Jean de la matraque en 1968,la visite du pape Jean Paul 2 en 1984,le Sommet des Amériques à Québec en 2001,les gros shows de boucane gratuits de stars mondiales sur les Plaines d’Abraham.

    Quand un show de matraques est nécessaire,la police a les directives appropriées.
    http://www.cyberpresse.ca/images/bizphotos/924×615/201106/21/342643.jpg

    S’il pleut une inondation,Kate et William s’enfermeront au Château Frontenac pour Voyager et lire le Québec http://bit.ly/lerEm0

    L’utilité de la royauté britannique par rapport à son coût est l’un des arguments fréquemment mis de l’avant par ceux qui pensent que la monarchie est inutile au Canada. Ils étaient 78 % au Québec en novembre 2009, selon un sondage Léger Marketing contre 33 % en Ontario.

    Entretemps, Vive l’indépendance du Québec.
    http://bit.ly/jWm7t8

  2. 2 Jean Paul Tellier Le 26 juin 2011 à 18h35

    La nouvelle réalité politique au Québec.Le dénier n’y change rien.

    Constitutionnellement,la royauté britannique est toujours chef de l’État Canada.Le rapatriement Trudeau a consolidé ce fait.

    Le Québec a accepté sa place de province minoritaire au sein du Canada. Le Québec a repoussé à deux reprises par référendum,en 1980 et 1995,la perspective d’un État Québec,pays indépendant.

    Le 2 mai 2011,le Québec a congédié le Bloc Québécois du parlement fédéral,a battu son chef très populaire, dans son château-fort.

    Les sondages répétés de Crop et Léger Marketing confirment à plus de 60 pourcent,que les québécois veulent un gouvernement provincial fédéraliste au Québec.À plus de 80 pourcent,les québécois ne veulent pas le PQ-Marois au pouvoir lors des prochaines élections provinciales au Québec.

    Le Québec veut un nouveau Premier Ministre nommé François Legault,qui n’est pas péquiste,ni libéral.

    Pour se débarrasser de la monarchie britannique,le Québec a une seule solution.Voter pour une majorité de canditats indépendantistes qui feront arriver le pays Québec,après les prochaines élections,au plus tard en 2013.

    Le RRQ nuira beaucoup à cet objectif s’il maintient son mot d’ordre de manifester à Québec le 3 juillet contre Kate et William.C’est la GRC qui s’occupera des manisfestants.Le RRQ aurait intérêt à pratiquer l’indifférence à cette visite de quelques heures,à consulter le P.I.,le PQ,le Bloc,QS,à canceler la location d’autobus régionaux.

  3. 3 Réjean Le 27 juin 2011 à 3h29

    Ma foi, désormais au Bloc vous savez clairement utiliser la “langue de bois” des politiciens.

    D’une part vous êtes d’accord avec les magouilles PPP et d’autre part vous êtes contre des dépenses qui selon vous dépouilleraient quasiment la “Nation Québécoise”, terme que vous utilisez après avoir commencé par “le citoyen québécois” suivi du politiquement et juridiquement correct “Le peuple québécois, dont l’identité nationale est unique”. Remarquez ici que vous terminez votre texte en flattant l’égo du peuple.

    Avez-vous dans vos rang des Claude Morin, Lucien Bouchard et cie? J’ai une curieuse sensation de déjà vu.

    Le PQ était indépendantiste à ses débuts. Il ne l’est plus! Mais vous, l’avez-vous seulement jamais été?

    Monsieur Tellier a raison dans ses deux commentaires.

    Mais les Québécois n’ont pas que des raisons historiques et culturelles d’être contre la monarchie.

    Pour la majorité, les Québécois sont intelligents car il savent que la monarchie c’est de la dictature et ces Québécois veulent la Démocratie. Il ont malheureusement été endormis par des politiciens pendant quelques années. C’est fini!

    Le PQ a aussi bien fait comprendre aux Québécois qu’un référendum peut se transformer en anti-démocratie contrairement aux élections, d’où l’importance d’élections référendaire comme l’a toujours conseillé et défendu Monsieur Jacques Parizeau.

    Mais j’y pense! Vous êtes vous aussi intelligents et vous savez très bien tout cela. Mais je ne vous crains pas.

    Vive la Nation Québécoise !
    Vive la Démocratie !
    Vive le Pays Québécois de langue Française !

  4. 4 Jean Paul Tellier Le 28 juin 2011 à 21h11

    La royauté britannique au Québec.

    Dans un passé distant, le 10 octobre 1964, une manifestation d’étudiants et d’indépendantistes contre la visite à Québec de la reine Elizabeth II avait été réprimée et l’événement est entré dans l’histoire locale comme « le samedi de la matraque ».

    Une forte proportion de québécois veut rompre tout lien institutionnel avec la couronne britannique.

    Mais la royauté compte aussi d’ardents partisans, rassemblés au sein de la Ligue monarchiste.

    L’organisation revendique quelque 10 000 membres, dont 500 au Québec, selon son porte-parole provincial Étienne Boisvert.L’étudiant en sciences politiques est un Québécois de souche, descendant de Français arrivés entre le XVIe et le XVIIe siècle.

    Certes, le début des relations entre Britanniques et Français a été difficile, reconnaît-il. Mais ce sont les premiers qui ont apporté à l’Amérique du Nord le parlementarisme, la démocratie et la doctrine des libertés individuelles.

    La monarchie est pour lui une institution féodale qui a su se réinventer.

    Le fait que la reine réside à 4000 km du Canada ne le gêne pas.Le gouverneur général est là pour la représenter.

    Il y a une idées qui circule dans les milieux monarchistes .On pourrait installer un membre de la famille royale dans chacun des seize royaumes du Commonwealth.Le prince Harry, qui a peu de chances de devenir roi, pourrait s’établir ici et fonder une branche canadienne.Ou,le futur jeune souverain William pourrait assurer des rotations résidentielles,six mois au Canada, six en Australie, six à Londres,etc.

    Source ; Michel VIATTEAU,AFP,dans Cyberpresse,26/6/2011

  5. 5 Jean Paul Tellier Le 29 juin 2011 à 0h14

    Une visite royal pour moins de 10 cents par canadien.

    La visite de Kate et William c’est une grosse publicité mondiale gratuite pour le Québec et le Canada.Plus de 1000 journalistes,caméramen et photographes suivront la visite royale au Canada.

    Aimeriez-vous que la PM du Québec Mme Marois se fassent huer,insulter,agresser lors d’un voyage à Ottawa ?

    La simple politesse est de mise.Il s’agit de l’image du Québec et ceux qui contestent feront plus de tort aux québécois qu’au couple royal.

    Le RRQ est stupide,gros cave.De même que toute personne associée à ce mouvement.

    Le Bloc et le PQ ont la responsabilité de ramener le chef du RRQ à la raison d’état,de calmer son égo et son armé de gros boeufs.

  6. 6 Jean Paul Tellier Le 29 juin 2011 à 15h26
  7. 7 Jean Paul Tellier Le 29 juin 2011 à 16h10

    Drapeau à utiliser au Canada pour le prince William, duc de Cambridge. http://bit.ly/lZC9ps

    Ce drapeau sera hissé pour la première fois le 30 juin 2011 lorsque le duc et Kate Middleton, duchesse de Cambridge, arriveront à Ottawa pour entamer leur tournée royale de neuf jours au Canada, jusqu’au 8 juillet 2011,pour moins de 10 cents par canadien.

    À remarquer la fleur de lys dans la couronne,symbole d’amour de William pour la province britannique francophone de sa famille au Canada.

  8. 8 Jean Paul Tellier Le 30 juin 2011 à 12h45

    Mise au point historique.

    Nous n’avons pas été conquis par les anglais en 1760, nous avons été vendus par la France pour un plat de lentilles,le 10 février 1763,suite à sa guerre de Sept Ans avec l’Angleterre, l’Espagne et le Portugal.

    L’abandon du Québec par la France a commencé avec le traité d’Utrecht de 1713 et la cession de l’Acadie à l’Angleterre.Cette colonie nord-américaine donnera naissance aux provinces de Nouvelle-Écosse et du Nouveau-Brunswick. Lors du traité d’Utrecht, la France a perdu aussi ses bases de pêche de Terre-Neuve et les territoires de la baie d’Hudson, très riches en fourrures, malgré les exploits réalisés par le Canadien Pierre Le Moyne d’Iberville et ses frères pour conserver ces territoires à la France.

    Avec le traité de Paris de 1763, la France cède cette fois à son ennemie la Nouvelle-France, principale implantation française en Amérique du Nord. Le roi George III la débaptise par la Proclamation royale du 7 octobre 1763 et elle devient officiellement «The Province of Quebec». La France ne conserve dans le golfe du Saint-Laurent que le petit archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon, dédié à la pêche à la morue.

    Quand nos Premiers ministres effectuent des voyages protocolaires à l’étranger, c’est le pays hôte qui paye.Nous avons souvent reçu des chefs d’État qui ont obtenu leur pouvoir dictatorial sans avoir été élus par leur peuple.

    Les anti-monarchiques du RRQ et autres mouvements civils n’en ont pas fait un plat,n’ont pas fait de manifestation de rue.

    Si les Britaniques aiment la royauté parce qu’elle représente leur Histoire et leur culture, nous devons respecter ça.

    Richard Le Hir, le pape de vigile,président du RIN et ex-ministre démissionnaire dans le gouvernement Parizeau, dirigera en personne un groupe de militants qui dénoncera la présence des représentants de la monarchie britannique, ainsi que les exactions, commises en son nom, contre la nation québécoise.Le délire du pape Le Hir continue.

    Pour le pape Le Hir, le Québec se trouve à faire les frais des problèmes existentiels du Canada.Pour lui, William est le Prince de nos bouffons.Pour lui, nos élites dirigeantes, qui grouillent dans l’ombre de la monarchie, y puisent la légitimité avec laquelle ils se sentent justifiés de nous exploiter.Pour lui, on aurait tort de penser que les Québécois sont les seuls à être victimes de cette exploitation.En fait, tous les Canadiens le sont.Pour lui,nos sommes assujetti à un pouvoir étranger usurpateur,aux exactions dont ce pouvoir s’est rendu coupable à l’endroit de notre peuple depuis la conquête.Pour lui, l’usurpateur c’est William.Pour lui, Il faut donc que les Canadiens soient sérieusement mal pris pour voir dans la monarchie britannique un symbole de leur identité nationale.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article


Simon-Pierre Savard-Tremblay

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 335 articles

Profil: Le Bloc québécois est un parti politique souverainiste social-démocrate, implanté exclusivement au Québec, bien qu'il soit un parti fédéral du Canada. La mission première du Bloc québécois est de mettre…

Afficher le profil complet

Fiche de l'article

Cet article de 724 a été rédigé par Le Bloc Québécois il y a 9 ans et 4 mois, le dimanche 26 juin 2011.

Il y a 8 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Canada, Politique, Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2011: Digne à soustraire des générations du chaos Meech procédait d'honnêtes intentions, mais espérer convaincre neuf provinces de nous octroyer un statut privilégié se résumait à tenter de [...]

2011: Lancement de la campagne « Être anglophone et vivre en français » Impératif français lance une campagne de valorisation du français auprès des Anglo-québécois. Par cette nouvelle action, Impératif français cherche à [...]

2011: Mathieu Traversy surpris par la nouvelle rumeur À la suite de la récente rumeur d’un départ ou d’un changement de parti, le député de Terrebonne, Mathieu Traversy, [...]

2010: Risques cachés à Gentilly-2 militarisé? Dans un article paru dans le Nouvelliste du 12 mai dernier, le directeur de la DSP, le Dr Grenier, avec [...]

2010: Face au G20, la résistance s’impose! L’Association pour une Solidarité Syndicale Étudiante (ASSÉ) s’insurge contre la tenue du sommet du G-20 à Toronto et tient à [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages