Le jeudi 24 avril 2008

Québec

Radio-Canada et La Presse: que se passe-t-il depuis 2003?

Par RRQ

Lors d’une entrevue accordée au quotidien Le Devoir le 11 avril dernier, Guylaine O’Farell, porte-parole de Radio-Canada, a soutenu que l’entente de 2001 avait été annulée en 2003.

Concrètement, Radio-Canada a dû admettre que si l’entente secrète et globale de 2001 n’existait plus, c’était tout simplement parce qu’elle avait été remplacée par une série de partenariats ponctuels et l’unissant toujours à l’empire Power Corporation.

En guise de défense face aux accusations portées par Le Québécois, journal qui ne peut tolérer que Radio-Canada s’entende avec l’empire fédéraliste Power Corporation derrière des portes closes, cette même société d’État soutient aujourd’hui que toute cette histoire est en quelque sorte à oublier, et ce, puisque l’entente en question n’est plus en vigueur.

Lors d’une entrevue accordée au quotidien Le Devoir le 11 avril dernier, Guylaine O’Farell, porte-parole de Radio-Canada, a soutenu que l’entente de 2001 avait été annulée en 2003.

Rappelons qu’en 2001, Radio-Canada et La Presse se sont entendues pour mettre leurs ressources en commun, de façon à devenir plus efficaces dans le marché médiatique. L’entente secrète de 2001 établissait que Radio-Canada et La Presse iraient aussi loin dans leur collaboration que de produire du contenu en commun. C’est ce qui se retrouve dans un document que Le Québécois a obtenu via la loi d’accès à l’information il y a quelques semaines de cela.

Si l’entente secrète a été mise de côté en 2003 comme le prétend Radio-Canada, est-ce que cela signifie que l’histoire doit de ce fait mourir au feuilleton? Absolument pas. Elle ne le doit pas parce qu’en 2003 jamais Radio-Canada n’a informé le public par rapport au fait que l’entente en question et l’unissant à La Presse était abandonnée. En 2001, un communiqué de presse avait été émis et annonçant aux gens que Radio-Canada et La Presse collaboreraient ensemble. On n’en sut guère plus, mais au moins le citoyen fut informé de la chose. Mais pas en 2003. Il faut donc se demander pourquoi?

De ce côté-là, la tournure qu’a pris les événements semble encore plus nébuleuse, si la chose est encore possible. Concrètement, Radio-Canada a dû admettre que si l’entente secrète et globale de 2001 n’existait plus, c’était tout simplement parce qu’elle avait été remplacée par une série de partenariats ponctuels et l’unissant toujours à l’empire Power Corporation. Concrètement, cela signifie que l’union existe toujours. Ce n’est que l’étiquette qui semble avoir été modifiée. Pour le savoir précisément, il faudrait que Radio-Canada accepte enfin de nous remettre le contrat de 2001 et que la société d’État accepte de rendre publics tous les partenariats ponctuels qui l’unissent à Paul Desmarais.

Et c’est là que le bât blesse. Et ce, parce que pour le citoyen, le manque de transparence dont a fait preuve Radio-Canada en 2001 en concluant un partenariat avec un empire privé fédéraliste sans effectuer d’appels d’offres n’a fait que s’empirer en 2003. Dès que Stephen Harper a soumis Radio-Canada à la loi d’accès à l’information en septembre 2007, il a été facile pour Le Québécois de déposer une demande d’accès à l’information pour obtenir une copie de l’entente secrète de 2001. On savait grosso-modo de quoi il était question.

Cette semaine, j’ai fait parvenir d’autres demandes d’accès à l’information à Radio-Canada afin d’obtenir des copies des partenariats ponctuels. Mais cette fois-ci ma démarche a été beaucoup plus laborieuse. Plus laborieuse car je ne sais pas avec précision de quoi il en retourne. Je n’ai qu’une vague idée des documents qui ont été signée en 2003 par Radio-Canada et La Presse. J’ai donc dû aller un peu à la pêche.

Cette situation est tout à l’avantage de Radio-Canada et de La Presse. S’il est inimaginable que Radio-Canada m’ait chargé 350$ pour chercher un document que j’identifiais très bien dans ma demande d’accès à l’information (c’est-à-dire l’entente secrète de 2001), je ne puis qu’imaginer ce qu’on me réclamera pour retrouver des documents que je ne peux identifier avec précision.

Une telle situation est scandaleuse. Le citoyen devrait avoir droit aux documents qui sont produits par une société d’État dont ses taxes et impôts servent au financement. Mais dès que Power Corporation est dans le décor, tout devient toujours plus obscur et compliqué. Parlons-en à Yves Michaud, petit actionnaire de Power Corporation, qui se débat comme un diable dans l’eau bénite pour obtenir les états financiers de la filiale Gesca.

Patrick Bourgeois

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 151 articles

Profil: Le RRQ est une organisation de résistance qui considère l’indépendance du Québec comme nécessaire à la survie et au développement de la nation québécoise. Il tire son inspiration de toutes…

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 648 a été rédigé par Réseau de Résistance du Québécois il y a 11 ans et 7 mois, le jeudi 24 avril 2008.

L'article n'a aucun commentaire. Soyez le premier à vous prononcer sur ce sujet. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2012: Le kit d’injonction pour les nuls du MESRQ signe la fin de la trêve Le MESRQ, on l'avait oublié celui-là! Pourtant, le groupuscule d'étudiants extrémistes qui demande tantôt aux policiers de "tirer une coupe [...]

2012: Ignatieff a mis les tuteurs fédéralistes sur la défensive Selon l'ancien chef du Parti libéral du Canada, Michael Ignatieff, les Canadiens et les Québécois vivent ensemble en vertu d'un contrat [...]

2006: Serge blanc d’Amérique Je me devais de vous faire part de ma découverte musicale du mois d'avril, c'est-à-dire le nouveau disque de Mononc' [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages