Le lundi 23 avril 2012

QuébecPolitique

Grève étudiante: Line Beauchamp et la mauvaise éducation

Pour voir la Vidéo qui devrait remporter le concours "Moi j'agis"

Par Sylvain

Line Beauchamp, Ministre de l’Éducation dans ses loisirs et avec laquelle c’est du sport pour les étudiants de pouvoir négocier, fait sans le savoir une belle démonstration de mauvaise éducation.

Line Beauchamp, Ministre de l’Éducation dans ses loisirs et avec laquelle c’est du sport pour les étudiants de pouvoir négocier, présente dans cette vidéo le concours Moi  j’agis1.

Le mal éduqué et l’éduquée

Aujourd’hui, alors que depuis environ une semaine le gouvernement patine sur le mot “condamner”, on apprend que la CLASSE condamne finalement la violence. Dans un communiqué de presse2 de la CLASSE, on peut lire qu’elle «dénonce la violence physique délibérée contre des personnes sauf en cas de légitime défense.» Voilà, c’est fait. Il faut cesser de jouer avec les mots, dénoncer, c’est condamner. C’est la prise de position de la CLASSE sur la question de la violence, et celle-ci est dénoncée.

Sauf que ce n’est pas encore assez pour tout le monde. Il fallait s’y attendre, le valet de Sagard, André Pratte, n’est pas encore convaincu. En effet, Pratte a publié un petit texte ce matin3 titré La CLASSE endosse la violence.

Je vous invite à lire le texte de Pratte, et à vous faire votre propre idée. Voici un extrait qui résume sa position:

On ne me fera pas croire qu’une hausse des droits de scolarité, assortie d’une amélioration de l’aide financière aux étudiants et approuvée par une majorité de Québec, constitue une injustice telle qu’il faille recourir à la violation des lois pour la combattre. […]

En somme, ce que dit la CLASSE, c’est qu’elle endosse la violence contre les biens. Et elle endosse la violence contre les personnes dans les cas où elle l’estime justifiée. Dans ces circonstances, le gouvernement devrait refuser de rencontrer les représentants de la CLASSE.

André Pratte juge que la désobéissance civile est injustifiée dans le cas du conflit entre les étudiants et le gouvernement, conflit qui dure depuis plus de deux mois.  Maintenant, j’aimerais attirer votre attention sur un texte, aussi publié ce matin, par Djemila Benhabib et ayant pour titre “Trop, c’est trop4”.

Si Pratte dans son article tente de remettre en question, assez mal selon moi, la désobéissance civile, Mme Benhabib  démontre en quelque sorte que c’est le gouvernement qui utilise la violence envers les étudiants. Du moins, qui a créé l’esprit pour qu’il y ait de la violence.

Selon moi, la désobéissance civile peut servir lorsque  la légitimité d’un gouvernement élu dans un État démocratique s’effrite. Est-ce que la légitimité du gouvernement Charest s’effrite? Voici un extrait du texte de Mme Benhabib:

Comment expliquer qu’un gouvernement incapable de sévir contre des Mohawks bloquant des routes et qui a notamment fermé les yeux pendant longtemps sur la corruption dans la construction puisse agir d’une façon aussi unilatérale envers les étudiants ?

En sous-estimant leur rôle, leur potentiel ainsi que leur capacité de mobilisation, la ministre de l’Éducation a cruellement manqué de vision. Cette façon de traiter des citoyens à part entière n’est pas digne d’un pays démocratique. Comment dire? Dépêcher des flics pour mâter des étudiants est franchement indécent. Tenter de les monter les uns contre les autres est terriblement détestable. Encourager la judiciarisation du conflit est pitoyable. En somme, tous les ingrédients étaient réunis pour faire déraper ce conflit vers un affrontement des plus destructifs. S’ajoute à tout le reste la « valse » hésitante d’une des organisations estudiantines à condamner les actes de violence.

Je vous suggère fortement de lire l’article au complet, tout autant que celui d’André Pratte. Pour ma part, je crois que la légitimité du gouvernement Charest est très effritée, et j’abonde pour l’argumentation objective et bien soutenue de Mme Benhabib. La légitimité du gouvernement Charest est contestable et la désobéissance civile n’est pas de la violence, mais semble plutôt être le dernier recours des étudiants.

La violence, elle, est générée par l’État du Québec qui est empêtré dans les scandales de corruption et de collusion, puis par la rupture du dialogue social. Le gouvernement Charest préfère forcer la main des étudiants en grève par l’intermédiaire du corps policier et par des injonctions. Tout ça ne fait «qu’exacerber les tensions et dégrader le climat social».

  1. Moi j’agis []
  2. La CLASSE prend position sur la violence []
  3. La CLASSE endosse la violence []
  4. Trop, c’est trop []

Un commentaire à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 racine Le 25 avril 2012 à 11h49

    encore une preuve d un gouvernement qui n a pas de colonne .Le PEUPLE dois se lever et dire asse c est asser.Le plan nord c est pour les choms a charrest qui vont ramasser le plus gros et nous les miettes cela appartint a tous les QUEBEQUOIS etnon a une petite gang .Les etudiants devront ce tenir debout car je crois que le peuple est pas encore pret .C est une questin de temps

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Articles rédigés: 346 articles

Afficher le profil complet

Fiche de l'article

Cet article de 660 a été rédigé par Sylvain il y a 8 ans et 9 mois, le lundi 23 avril 2012.

Il y a un commentaire suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Québec, Politique.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2013: Petite vite dans le métro de Taiwan Quand le gouvernement veut passer des «petites-vites» à la population, on tente de le faire en cachette. Ça a été [...]

2010: Commission d’enquête publique sur la construction Le député de Verchères et vice-président de la Commission de l’économie et du travail, Stéphane Bergeron, s’étonne du 4ème refus [...]

2010: Chili: un séisme de magnitude 6.1 frappe la région de Bio Bio Ce 23 Avril 2010, 10h03, Temps Universel, 06h03 heure locale, un séisme de Magnitude ML 6.1, - magnitude locale ou [...]

2010: L’académie des politiciens Que ce soit la ministre de la culture Mme St-Pierre ou celle de l'éducation Mme Courchesne, les deux ne seraient pas [...]

2010: Notre avenir et celle de nos enfants… Ce message s'adresse particulièrement aux femmes et aux Montréalais. En premier lieu, les Montréalais doivent savoir que de fermer les régions [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages