Le samedi 25 juin 2011

PolitiqueQuébec

Crise au PQ: le triomphe de Paul Desmarais

On appelle ça de la propagande

L'indépendance du Québec ]

Par Richard Le Hir

On ne s’attend évidemment pas à une once d’objectivité de la part de La Presse sur la question de l’indépendance du Québec, mais l’acharnement qu’elle met à tenter d’en éradiquer l’idée atteint ici le stade de la furie destructrice.

La Presse publiait la semaine dernière une chronique d’Yves Boisvert intitulée « péquisteries terminales » dans laquelle on retrouve un concentré de la narration que son journal et ses patrons de Power essaient d’imposer aux Québécois pour les convaincre de la fin du PQ et de leur espoir de pays. Lisez très attentivement ces quelques paragraphes :

Rien de nouveau, en somme. La différence cette fois-ci, c’est que les conditions sont réunies pour bien plus qu’un autre changement de chef. Ça sent l’effondrement terminal. Au moment même où les libéraux se sont disqualifiés tant et plus…

Les élections fédérales du 2 mai ont indiqué que la « question nationale » n’est plus le moteur principal du vote québécois. Des souverainistes, voyant l’hypothèse d’un référendum gagnant s’éloigner, sont très bien capables de voter pour le NPD.

Ce vote de souverainistes fatigués est plus volatil que jamais. Ils ne sont plus acquis au PQ, même au moment où les libéraux sont censés être au plancher. Les indiquent que François Legault a le vent en poupe et pourrait ravager le PQ – et l’ADQ, et le PLQ.

La guerre est éternelle entre péquistes pragmatiques et idéologiques. Les premiers veulent d’abord prendre le pouvoir et convaincre les Québécois en « gouvernant bien ». Les seconds veulent faire la souveraineté en arrivant au pouvoir ou carrément rester dans l’opposition en attendant.

Mais cette fois-ci, elle prend un tour plus dramatique. Songez que Louise Beaudoin n’est plus péquiste !

Ces déchirements n’auraient pas lieu si le pouvoir et un possible référendum gagnant étaient en vue. Ils ne le sont pas.

Ce n’est pas pour rien que le mouvement Legault les fait paniquer. Lui qui propose une sortie du vieux débat binaire souverainistes/fédéralistes dépasse tous les partis, sans même en avoir fondé un…

Non, cette fois, ces péquisteries en apparence classiques cachent une lutte finale entre les deux faces du parti.

Vous apprécierez le choix des formules : « l’effondrement terminal », « la question nationale n’est plus le moteur principal du vote québécois », « François Legault a le vent en poupe », « ravager le PQ », « tour plus dramatique », « Louise Beaudoin n’est plus péquiste », « déchirements », « paniquer », « vieux débat binaire », « péquisteries », « lutte finale ». Chacune d’entre elle est choisie pour maximiser l’effet de renforcement de la suivante. On appelle ça de la propagande quand on veut être méchant ou prendre ses désirs pour des réalités quand on l’est moins.

Remarquez qu’à aucun moment le chroniqueur n’évoque-t-il le fait que l’indépendance est plus populaire qu’aucun des partis « réels ou appréhendé » en présence, et qu’en ce qui concerne le CAQ, non seulement rien ne dit qu’il est promis à un succès quelconque malgré l’engouement qu’il semble susciter pour le moment, mais que l’histoire politique du Québec nous enseigne que la progression vers le pouvoir est longue et difficile, et que François Legault, avec son cafouillage récent sur la tenue éventuelle d’un référendum, nous montre combien sa position est fragile.

On ne s’attend évidemment pas à une once d’objectivité de la part de La Presse sur la question de l’indépendance du Québec, mais l’acharnement qu’elle met à tenter d’en éradiquer l’idée atteint ici le stade de la furie destructrice.

Il est donc particulièrement consternant de voir le PQ lui offrir aussi généreusement du grain à moudre. Hélas, comme je le soulignais dans un article précédent, la question de la légitimité des nouvelles orientations du PQ est désormais posée, tout comme celle du leadership de Pauline Marois, malgré le soutien impressionnant qu’elle a reçu au dernier congrès.

En effet, aucun des membres qui ont voté en sa faveur n’avait anticipé une telle dérive, d’une telle ampleur, dans un laps de temps aussi court. Je ne suis pas certain qu’un nouveau vote sur son leadership confirmerait celui du congrès. En fait, je suis plutôt convaincu du contraire. Et le niveau de soutien qu’elle obtiendrait ne lui laisserait pas d’autre choix que d’offrir sa démission, car voilà clairement un cas où l’on ne peut pas se contenter d’un appui de 50 % plus 1.

Alors maintenant, la question est de savoir si Pauline Marois et les éléments du PQ qui la soutiennent vont entraîner le PQ dans la marginalisation et assurer ainsi le triomphe de Paul Desmarais et de sa vision provinciale « forever » du Québec, ou si elle aura l’élégance et la dignité de se retirer en laissant le PQ à ses militants qui ont toujours cru qu’il les mènerait à la concrétisation de leur rêve d’un Québec indépendant. Vient toujours un temps où les ambitions personnelles ont quelque chose d’obscène.

2 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Jean Paul Tellier Le 25 juin 2011 à 11h44

    Le pape de Vigile,un ex-ministre péquiste démissionnaire,fait du délire pendant que le proprio de ce site séparatiste,fait de la censure sans s’expliquer.Heureusement qu’AmériQuébec favorise la vraie liberté d’expression.

    [ «Le Parti québécois a été fondé pour faire l’indépendance et non pour gouverner le Québec province dans la fédération monarchique du Canada.»] par Bernard Landry,au 98.5 Fm,14/6/2011

    La crise au PQ,sa chute à 18 pourcent dans les intentions de vote,troisième après le chef- bandit libéral,est la faute exclusive des péquistes.Pendant plus de quarante ans,le PQ a promis un pays sans le faire,sans vouloir le faire.La Presse et ses journalistes,la famille Desmarais n’ont rien à voir dans le suicide assisté du PQ.

    Au printemps 2011,tous les médias,les spécialistes de la politique québécoise voyaient le PQ-Marois se diriger lentement et sûrement vers le pouvoir à la place des libéraux.La cheffe était sécurisée par un vote de confiance de 93 pourcent.Mais son égo,son autoritarisme a pris feu.Elle s’est enfermée dans un bunker avec des conseillers incompétents.

    L’ouragant a passé dans le PQ.

    Premièrement,le PQ a confirmé à son congrès d’avril 2011 qu’il abandonnait l’idée d’indépendance pour se contenter d’être un bon gouvernement provincial dans la fédération monarchique du Canada,se gardant le droit de se chicaner avec le fédéral pour quelques arrangements administratifs.

    Deuxièment,la foudre Labeaume 204 a fait craquer le ciment qui tenait ensemble l’arc de triomphe péquiste,pour une chasse à des votes favorables dans la région de Québec,sans parler avec le caucus.

    Résultats,des députés ont démissionnés,des fans demandent la démission de la cheffe,les médias parlent de la mort du PQ,avec des analyses de faits. Des ex rêvent d’une coalition de tous les indépendantistes pour bloquer Legault ou la réélection possible du libéral Charest.

    Il n’y a aucun pédagogue pour convaincre le plus 60 pourcent des Québécois qui ne veut rien savoir de l’indépendance,le plus 80 pourcent qui veut pas le PQ au pouvoir. Le PQ projette une image d’incohérence,de chicaneurs éternels, qui ne peut que repousser l’électorat.

    Des trois courants de la politique provinciale au Québec, indépendance, autonomie et statu quo/centralisation, c’est toujours ce dernier courant qui gagne la faveur majoritaire des québécois.Le PQ pratique le déni de ce fait historique depuis sa création.Le Québec raffole de changement,seulement celui à la sauce fédéraliste,
    saveur que propose Legault,le tout épicé par le fait qu’il n’est pas péquiste,ni libéral.

    Les médias de Gesca,de Péladeau,Radio-Canada,et les autres,ainsi que la famille Desmarais et Québec.Inc,ne font que suivre la parade initiée par le PQ et tous ses chefs depuis René Lévesque.

    Le PQ fait tout le travail pour faire élire Legault PM majoritaire,aux prochaines élections provinciales.

  2. 2 Réjean Le 25 juin 2011 à 18h30

    Messieurs Le Hir et Tellier,

    Je suis un simple citoyen sans pouvoir. Je me fie à vos écrits qui devraient refléter vos opinions profondes quand à l’avenir du PQ et à un vrai parti indépendantiste québécois.

    Monsieur Le Hir, vous SEMBLEZ croire encore que le PQ est un parti indépendantiste et cela me déçoit car je vous pensait plus proche du Parti Indépendantiste de Monsieur Éric Tremblay.

    Monsieur Tellier, vous avez compris que le PQ n’est pas indépendantiste ou ne l’est plus depuis le premier référendum. Car il faut bien admettre qu’à ses début le PQ électrisait les foules d’indépendantistes en leur assurant la proclamation de l’indépendance du Québec. Ce n’est plus le cas.

    Ce ne sera plus JAMAIS le cas. J’ai moi aussi fini par admettre le provincialisme, si je puis dire, du PQ qui n’aura désormais plus mon vote. C’est terminé en ce qui me concerne. Il est inutile de continuer à ramper devant des forces qui nous enlèvent tous les acquis et ont démoli la loi 101, la rendant inutilisable.

    Le PQ n’a plus fait son travail après le premier référendum perdu – oui à 40,44% – et ce malgré la demande de le faire mise en évidence par les résultats supérieurs du deuxième référendum avec un oui à 49,42%.

    Il est clair que le PQ est un parti fédéraliste qui ment à la Nation Québécoise et participe au complot actuel qui vise les indépendantistes.

    J’ose tout de même espérer et croire qu’un jour le peuple québécois se soulèvera – démocratiquement – contre tous ces hypocrites parce qu’il y va de sa survie dont se foutent ROYALEMENT les exploiteurs qui nous appauvrissent présentement.

    Supposons que le Parti Indépendantiste de Monsieur Éric Tremblay soit déjà un leurre. Il n’en reste pas moins qu’il devra suivre son programme s’il advient – peut-être par miracle – qu’il réussisse à avoir dans ses rangs de vrais candidats indépendantistes qui se font élire aux prochaines élections. Sauf si, évidemment, ce même parti fait comme le PQ en modifiant continuellement son programme pour le fédéraliser. Les indépendantistes doivent interdire qu’on ôte du programme la clause de déclaration de l’indépendance lors d’une victoire majoritaire.

    C’est uniquement un parti offrant cette option qui sortira la fédération canadienne hors du Québec – je tiens cette formulation de Monsieur Patrick Bourgeois -.

    Pour réaliser un Pays Québécois de langue française, les indépendantistes doivent joindre les rangs du Parti Indépendantiste de Monsieur Éric Tremblay, le seul véritable actuellement de par son programme.

    Sinon, autant se laisser appauvrir et assimiler en majorité en se taisant!

    Je compte voter pour un candidat indépendant s’il ne se présente aucun candidat indépendantiste dans mon comté.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article


Article original: Vigile.net - Richard Le Hir

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 40 articles

Profil: Avocat et conseiller en gestion, ministre délégué à la Restructuration dans le cabinet Parizeau (1994-95)

Afficher le profil complet

Fiche de l'article

Cet article de 763 a été rédigé par Richard Le Hir il y a 9 ans et 4 mois, le samedi 25 juin 2011.

Il y a 2 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous L'indépendance du Québec, Politique, Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2013: Le 161ème anniversaire d’Antoni Gaudí souligné par Google Après aujourd'hui, et ce, grâce à Google, plus personne, ou presque, ne devrait ignorer qui est Antoni Gaudí, cet architecte catalan de [...]

2011: Pour le bien de la cause, Pauline Marois doit s’éclipser Les événements des derniers jours ont confirmé bien des propos que j’avais tenus en 2008, lors de l’arrivée de Pauline [...]

2011: Plus de 45% de taux de chômage dans la bande de Gaza, selon l’ONU Le chômage dans la bande de Gaza vient de faire l’objet d’une nouvelle enquête de l’Agence de l’ONU pour les [...]

2011: Deux réacteurs nucléaires en alerte dans le Nebraska Deux réacteurs nucléaires dans le Nebraska, à proximité de la ville d'Omaha, ont été placés en alerte en raison des [...]

2011: Visite de William et Kate Middleton à Québec: le fou du roi aux commandes! Ça y est, on en sait maintenant plus sur les détails de la visite des « parasites » à couronnes [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages