Le vendredi 18 septembre 2009

ÉconomieQuébec

La Romaine aux Américains

Par Jean-Pierre Plourde

Depuis plusieurs mois, le gouvernement nous annonce que le projet La Romaine va produire des surplus d’électricité de 1500MW que l’on pourra exporter. Or, on apprenait récemment que le Québec est en négociation avec les Américains pour leur vendre cette électricité à 12 cents le KWH dans un contrat de 25 ans.

Le texte qui suit provient des commentaires du Journal de Québec, édition du lundi 14 septembre 2009. Son auteur est M. Cyril Boivin, B.A., B. Sc. (Phys.), M. Sc.(G.Él.), M. Sc.(Infor.), Québec. Je n’ai aucun moyen de rejoindre M. Boivin et je suis sur qu’il ne m’en voudra pas pour la présente transcription. M. Boivin, me présente un CV impressionnant. Je n’ai aucun doute sur sa crédibilité.

Depuis plusieurs mois, le gouvernement nous annonce que le projet La Romaine va produire des surplus d’électricité de 1500MW que l’on pourra exporter.

Or, on apprenait récemment que le Québec est en négociation avec les Américains pour leur vendre cette électricité à 12 cents le KWH dans un contrat de 25 ans.

En même temps, on nous informait que les coûts de production et de transport d’électricité à la Romaine sont évalués à 11 cents le KWH. Avec les imprévus et les dépassements de coûts habituels dans un projet de cet envergure, on peut se compter chanceux s’ils ne dépassent pas les 12 cents le KWH. Ce qui implique, à toutes fins utiles, que le Québec, tout en assumant tous les risques, ne tirerait aucun profit de ce projet durant les 25 prochaines années, les Américains en obtenant seuls tous les avantages.

Il est impossible de prédire les coûts de l’électricité dans 10 ou 20 ans mais ils risquent d’augmenter rapidement et considérablement.

C’est pourquoi les contrats à long terme peuvent conduire à des erreurs très couteuses et le passé devrait nous inciter à la prudence comme on peut le voir facilement.

Il y a moins de deux ans, Québec cédait aux alumineries, pour 30 ans, pratiquement toute l’électricité qui sera générée dans le complexe Eastman-Rupert (890 MWH) au tarif I. (4.2 cents le KWH – en bas du prix de revient évalué à 5.1 cents le KWH par Hydro-Québec). On se rend compte aujourd’hui qu’on en obtiendrait facilement le triple. Ce qui représente aujourd’hui un manque à gagner de plus de 600 millions de dollars par année pour le Québec.

Il était avantageux en 1926 de céder gratuitement et à perpétuité tout le potentiel hydroélectrique du Saguenay (1,800 MW) – dont on avait nul besoin à l’époque – pour permettre l’implantation d’une aluminerie qui créait plusieurs milliers d’emplois. Au prix du marché actuel, cette énergie a maintenant une valeur de 1.9 million de dollars par an!

Il y a environ 40 ans, Terre-Neuve s’engageait, pour 70 ans, à vendre toute l’électricité produite par Churchill Falls (5400 MW) à environ 1/3 cent le KW. Elle en obtiendrait aujourd’hui 5.5 milliards de dollars par an de plus!

Et le prix  du marché d’exportation de l’électricité risque de grimper rapidement dans les prochaines années. Qu’on pense seulement à la politique américaine qui vise à réduire sa dépendance au pétrole qu’elle devra remplacer par des sources d’énergie renouvelables et non polluantes. Ce qui cause déjà une augmentation de la demande pour l’hydroélectricité du Québec.

Le Québec lui-même n’échappera pas à cette tendance et l’avènement de la voiture électrique qui est pratiquement à nos portes risque de faire fondre rapidement les surplus d’électricité que l’on projetait d’exporter. Devant l’incertitude quant au prix du marché et à nos besoins futurs, comment peut-on raisonnablement négocier des ententes à long terme qui risquent d’hypothéquer l’avenir de nos enfants

M. Cyril Boivin, B.A., B. Sc. (Phys.), M. Sc.(G.Él.), M. Sc.(Infor.), Québec.

Mon commentaire :

Un tel article aurait dû faire la Une de tous les journaux du Québec. Au lieu de cela on le retrouve en commentaire banal. C’est pourtant majeur ce que dit ce Monsieur Boivin.

À la lecture de tels évènements, comment peut-on raisonnablement faire confiance au gouvernement Charest pour assurer l’avenir du Québec et de ces régions? Comment ne pas y voir d’intentions délibérées d’asservir le Québec au besoin du Canada et de l’Amérique au dépend de la qualité de vie des citoyens du Québec qui devront faire les frais et rembourser les dettes de ces investissements.

Le remboursement du capital et des intérêts risquent rapidement de dépasser les revenus générés. Tout cela me semble planifié pour faire porter le chapeau de la mauvaise gestion au seul Québécois à la vue du reste du Canada et de l’Amérique afin de mieux nous écraser psychologiquement et nous réduire à la mendicité.

Québécois, réveillez-vous. On peut y faire quelquechose, à condition, tous ensemble, de se tenir debout.

Jean-Pierre Plourde

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article


M. Cyril Boivin, B.A., B. Sc. (Phys.), M. Sc.(G.Él.), M. Sc.(Infor.), Québec.

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 116 articles

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 711 a été rédigé par Jean-Pierre Plourde il y a 9 ans et 11 mois, le vendredi 18 septembre 2009.

L'article n'a aucun commentaire. Soyez le premier à vous prononcer sur ce sujet. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Économie, Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2010: Financement public du Colisée de Québec: la population s’y opposerait Selon un sondage Léger Marketing, la population du Québec en général s'oppose au financement public du nouveau Colisée de Québec. [...]

2010: Charest a-t-il exclu Tomassi uniquement pour épater la galerie? Le député de Chambly et leader adjoint de l’opposition officielle, Bertrand St-Arnaud, est estomaqué que la ministre de l’Éducation, Line [...]

2010: Grand Rassemblement contre la Loi 103: Le Québec doit parler haut et fort Nul besoin d’être la tête à Papineau pour constater que le français est en chute libre à Montréal. Suffit de [...]

2010: Samedi 18 septembre, soyez du grand spectacle contre la Loi 103 à Montréal! C'est déjà aujourd'hui! Soyez du grand spectacle de la coalition contre le projet de loi 103, soutenue par plus d'une [...]

2010: Le mandat du BAPE sur les gaz de schiste doit être modifié La députée de Vachon, Martine Ouellet, qui est aussi porte-parole de l'opposition officielle en matière d'environnement et de développement durable, [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages