Le mardi 31 mars 2009

PolitiqueQuébec

Les PPP nuisent à la relance économique du Québec et coûtent plus cher qu’ils ne rapportent

Par Parti Québécois

Dans le contexte de la crise financière et économique mondiale, les PPP sont de véritables bâtons dans les roues pour les projets d’infrastructures et nuisent à la relance de l’économie du Québec.

Au terme d’une interpellation, à l’Assemblée nationale, portant sur les PPP dans le contexte de la crise financière et économique mondiale, le député de Richelieu et porte-parole de l’opposition officielle en matière de Conseil du trésor, de fonction publique et de services gouvernementaux, Sylvain Simard, a déclaré que les PPP sont de véritables bâtons dans les roues pour les projets d’infrastructures et nuisent à la relance de l’économie du Québec.

« Tous les arguments invoqués par le gouvernement libéral pour implanter la formule PPP au Québec tombent un après l’autre : non seulement les échéanciers et les coûts de base ne sont plus respectés, il s’avère que le risque est désormais assumé par les contribuables. Les Québécois paieront plus cher et le gouvernement libéral nous dit : continuons, c’est bon », a déclaré Sylvain Simard.

Depuis l’implantation de la formule des PPP préconisée par le gouvernement libéral, tous les projets de plus de 40 millions de dollars doivent désormais passer le filtre de l’Agence des PPP, retardant de plusieurs mois le lancement des travaux. « Quand les avocats et les ingénieurs doivent se prononcer sur la propriété et l’emplacement de chaque boulon, ce n’est sûrement pas une étape d’accélération ! Les seuls qui bénéficient des PPP actuellement, ce ne sont pas les Québécois mais les firmes conseils et les avocats, a dénoncé Sylvain Simard. Pourtant, en période de crise économique, il faut accélérer les investissements, pas mettre des bâtons dans les roues comme c’est le cas actuellement », a-t-il ajouté.

Le resserrement du crédit : un frein aux projets d’infrastructures en PPP Le député de Richelieu estime que la ministre Monique Jérôme-Forget induit la population en erreur quand elle affirme que les PPP sont toujours possibles malgré le contexte économique actuel. « Une entreprise qui emprunte sur les marchés financiers obtiendra toujours un taux plus élevé qu’un gouvernement. En temps de crise, c’est encore plus vrai. Les écarts des taux de financement ont des impacts majeurs sur la réussite d’un projet », a poursuivi M. Simard.

Le député se demande comment les compagnies pourront obtenir du financement en cours de projet, advenant des dépassements de coûts, des retards ou des grèves. « Qui voudra prêter à ces compagnies en refinancement ? Il ne s’agit pas d’une deuxième chance au crédit pour l’achat d’une voiture mais de la construction d’un centre hospitalier ! », s’est désolé Sylvain Simard

Le CHUM en PPP sera-t-il l’héritage de Monique Jérôme-Forget, coûte que coûte ?

Le porte-parole de l’opposition officielle rappelle qu’en 2006, après la saga libérale sur l’emplacement du CHUM, la ministre Jérôme-Forget annonçait que la construction coûterait 1,1 milliard de dollars. « Aujourd’hui, le projet atteint 1,7 milliard de et dépassera désormais et inévitablement le cap des 2 milliards puisque le projet est maintenant prévu pour 2018. Qui plus est, le gouvernement libéral entend désormais assumer une bonne partie du risque financier et entend, de plus, débuter le paiement du loyer avant même que le propriétaire n’ait terminé les travaux ! », a souligné M. Simard.

« L’évidence est faite à travers le monde que la formule PPP n’est pas la panacée et, appliquée particulièrement à des centres hospitaliers, est aussi coûteuse qu’inefficace. Quand les inconvénients sont plus nombreux que les avantages, cela devrait faire réagir les décideurs. Partout dans le monde, les gouvernements l’ont compris. Partout, sauf au Québec. L’orgueil libéral a coûté suffisamment cher aux Québécois », a conclu Sylvain Simard.

Un commentaire à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Bergeron Le 17 avril 2009 à 11h29

    Les PPP permettent aux villes de ne pas respecter leurs engagements, c est a dire de donner une chance aux citoyens payeurs de taxes de s opposer a des projets qui mettent en danger leurs avoirs.

    Le depute Curzi semble en faveur de ce genre de projet.

    Pourquoi des millions de dollars peuvent etre depenses (argent provenant des citoyens) sans qu on puisse s y opposer ?

    Seuls les elus municipaux et le depute peut prendre une decision dans ce dossier.

    Que fait-on des Chartes et de la Constitution, qui prone la liberte d expression, d avoir le droit a une information pleine et entiere.

    merci

    excuser les accents sont hors service

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article


Éric Gamache

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 582 articles

Profil: Le mouvement du Parti Québécois promeut la souveraineté, le progrès social et la promotion du français au Québec.

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 563 a été rédigé par Parti Québécois il y a 10 ans et 6 mois, le mardi 31 mars 2009.

Il y a un commentaire suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Politique, Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2013: Google Nose: nouvelle fonctionnalité olfactive Grâce à des ondes radio de très grande fréquence, il est maintenant possible de sentir des objets sur le net. [...]

2012: Les Québécois sont à 83% contre la hausse des droits de scolarité Les Québécois appuient massivement les étudiants dans leur volonté de se battre contre la hausse des droits scolarité, comme le [...]

2009: Questions d’un fédéraliste mou à ses amis souverainistes Ça y est, je me mouille. Je l’avoue, je suis un fédéraliste mou. Cela signifie que je prône le statu [...]

2009: Activités des compagnies minières canadiennes et accords de libre-échange La porte-parole du Bloc Québécois sur les questions touchant l’Amérique latine, Johanne Deschamps, dénonce l’entêtement du ministre du Commerce international, [...]

2009: 30 millions pour les forêts, mais 41 millions pour le Casino de Montréal! « La crise forestière atteint une ampleur inégalée depuis 150 ans. » C’est ce qu’a affirmé le député de Roberval [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages