Le mardi 2 février 2010

QuébecSociété

Un peuple, des cultures intégrées?

Soyons fiers de notre Culture et du pays que nous portons secrètement au fond de notre cœur

Par Le Grand Soir

Aujourd’hui plusieurs pays se questionnent sur leur identité nationale et le Québec ne fait pas exception. La mondialisation et la standardisation des cultures y est pour beaucoup. Voici cinq grands principes pouvant définir notre Culture québécoise.

La notion de culture est malmenée de nos jours. Les définitions sont légions. La culture d’un peuple est fondée sur un patrimoine historique. Le patrimoine culturel d’un peuple est unique, tout en s’enrichissant de cultures diverses. La culture dominante est le produit de dizaines et de centaines d’années d’histoire, le fruit de la contribution collective de tous les groupes ethniques formant un peuple, à travers leurs langues, leurs valeurs, leurs techniques, leurs pratiques et leurs créations. Toutes ces forces culturelles vivantes s’unissent et s’intègrent dans la Culture dominante d’une nation.

Les expressions pluralisme culturel, interculturalisme et multiculturalisme sont quelque part trompeuses. Ces expressions modernes font appel à l’ouverture d’esprit des pays d’accueil. Mais elles cachent souvent une pseudo-ouverture qui ne favorise pas l’intégration des immigrants à la culture dominante de la nation, en les cantonnant dans leur culture d’origine. Elles invitent plutôt à la « tolérance » qui renvoie le message suivant : « Je te supporte, mais je ne t’aime pas », et vice-versa.

Dans un contexte de tolérance, on est loin de la coupe aux lèvres, d’un processus d’intégration réciproque. Parfois on peut se laisser prendre au jeu d’une vision réductrice de la culture ou des cultures en général :

  • On peut faire de la culture, une marchandise monnayable pour des intérêts ou privilèges ;
  • On peut faire de la culture, un objet de musée rappelant un passé révolu, mort et enterré ;
  • On peut faire de la culture, une arme de coercition, d’uniformisation, d’exclusion ;
  • On peut faire de la culture, un outil d’exploitation, d’infériorisation, de servitude ;
  • On peut faire de la culture, un folklore de fêtes, de parades, de danses et de chants.

La culture d’un peuple n’est pas que couleurs, sons et saveurs, mais aussi et surtout des modes d’être, de penser et d’agir. L’acculturation, émergeant d’un peuple ou d’une nation, est vivante, se transforme, évolue, s’enrichit au contact de d’autres cultures, mais si cette acculturation n’arrive pas à unifier et à intégrer la vie d’un peuple, celui-ci peut même en mourir.

Une culture demeure vivante si elle promeut une saine émulation entre les différents groupes ethniques qui composent la population d’un peuple ouvert sur le monde. C’est ce que fait la Chine progressivement. C’est ce qui fait sa vitalité et sa modernité à la fois, c’est qu’elle s’inspire des grands principes fondamentaux qui ont permis l’émergence de nouvelles nations à travers le monde, depuis une cinquantaine d’années.

Pour moi, toute culture s’appuie sur au moins cinq grands principes. Il y en a certainement beaucoup d’autres. J’invite à poursuivre cette réflexion pour en préciser les contours…

Aujourd’hui plusieurs pays se questionnent sur leur identité nationale et le Québec ne fait pas exception. La mondialisation et la standardisation des cultures y est pour beaucoup. Voici cinq grands principes pouvant définir notre Culture québécoise.

Le principe de l’autodétermination

C’est le principe selon lequel tout peuple a le droit de disposer de lui-même. Il dispose d’un choix libre et souverain de déterminer la forme de son régime politique et de ses institutions, indépendamment de toute coercition, force ou intervention étrangères. D’ailleurs ce principe premier est inscrit à l’article 1, alinéa 2 de la Charte des Nations Unies.

En démocratie républicaine, ce principe permet la formation de partis politiques et le droit de vote pour tout citoyen en âge de voter. Le pouvoir démocratique d’un peuple est suprême et chapeaute toutes ses lois, y compris culturelles et religieuses.

Le principe de l’égalité entre les femmes et les hommes

« Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité. » – Déclaration universelle des droits de l’homme, Article 1.

Ce principe protège contre toute discrimination de sexe, de religion, de race et de culture. Dans la réalité de tous les jours, cela veut dire des traitements et des salaires égaux. Personne ne peut exiger d’être servi par un homme ou par une femme dans les services publics. Ce grand principe d’égalité et de respect de la dignité des personnes prime sur toute loi religieuse discriminatoire.

Le principe de la primauté de la langue française

Ce principe fait de la langue française la langue officielle du Québec. Le français est la langue de la communication, du travail et de l’enseignement pré-universitaire. Cela n’empêche pas l’utilisation d’une autre langue, mais celle-ci devra toujours être seconde par rapport au français.

Pour préserver le visage français du Québec, les panneaux publicitaires comme l’affichage public des raisons sociales doivent en tout temps donner préséance au français.

Il est important de mettre en place un contrat de francisation des nouveaux arrivants. Le nouvel arrivant s’engage à apprendre le français et l’État s’engage à l’aider dans sa francisation et à s’établir au Québec, dans sa recherche de logement, d’emploi, etc.

Le principe de la laïcité de l’État québécois

Ce principe maintient la séparation de l’État et des religions. La Constitution et la Charte des droits et libertés ont préséance sur toute croyance religieuse. Au nom de la religion, aucun citoyen ne peut exiger des privilèges ou des accommodements à l’encontre des lois et règlements du Québec.

Les agents de l’administration publique doivent se soumettre au devoir de discrétion au niveau politique et religieux. En dehors de leurs responsabilités civiles et professionnelles, les citoyens peuvent exprimer librement leurs convictions et leurs croyances. Cependant sur les lieux de travail, si la loi n’est pas claire, on peut se heurter aux habitudes bien ancrées d’avoir des « locaux » et des « pauses » prière répétées et interminables, au nom de la liberté religieuse.

De plus, au nom de la sécurité de soi et des autres, les lois de la CSST doivent avoir préséance sur tout signe, vêtement ou habit politico-religieux (hidjab, kirpan, turban, kippa et autres). L’espace public doit être ouvert et accessible à tous, dans les édifices gouvernementaux, hôpitaux, écoles, restaurants, théâtres, cafétérias, piscines, gymnases, parcs publics, etc. J

e n’apprécie pas les centaines de milliers de dollars que nos grandes chaînes alimentaires paient pour la certification (MK) des produits kasher ou halal sur leurs étagères. C’est un non sens dans une société laïque, non régie par des lois religieuses.

Le principe de la protection du patrimoine historique

Ce principe protège les racines historiques d’un peuple. Notre civilisation est européenne, française, occidentale et chrétienne. Qu’on soit d’accord ou non, c’est la réalité québécoise. Le peuple québécois n’a pas commencé à exister à partir de 1960, comme certains intellos essaient de nous le faire croire.

Comme peuple, nous avons le devoir de connaître et de respecter notre passé, notre histoire. Nous existons depuis 400 ans comme Canadiens-Français et les célébrations de 2009 nous l’ont bien rappelé.

Oups, je viens de chatouiller quelques oreilles avec l’expression Canadiens-Français! Ne tombons pas dans un délire d’aliénation de notre passé. Nos ancêtres, les Canadiens-Français, ont trimé dur et ont fait le pays. Ne l’oublions jamais!

Ils ont défriché et labourer cette terre à la sueur de leurs fronts et de leurs prières. Ils ont tracé les routes et les chemins de fer, ils ont construit des villages, des églises, des écoles, des hôpitaux, des manufactures, des barrages, etc.

Sans le rôle de suppléance de l’Église catholique, des religieux et des religieuses, nous ne serions pas le peuple que nous sommes aujourd’hui. Et j’en veux pour preuve, que l’on n’est même pas capable aujourd’hui de construire un seul Centre universitaire de santé à Montréal qui soit fonctionnel !

Qu’il y ait des symboles catholiques, dans le paysage public québécois est tout à fait normal, car ils font parti de notre patrimoine historique. On ne peut pas raser tous les clochers d’église et déboulonner la croix du Mont-Royal sans nous délégitimer et nous dénationaliser nous-mêmes.

En clair, toute constitution, toute charte, tout projet de loi doit s’inspirer de ces grands principes fondamentaux qui font parti des acquis socioculturels de l’Humanité. Jusqu’à aujourd’hui, le rôle principal des Nations Unies a été de mettre en valeur ces grands principes et de les protéger.

Soyons fiers de notre Culture et du pays que nous portons secrètement au fond de notre cœur.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article


Marius Morin

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 2 articles

Profil: Le webzine alternatif d'information militante présente ses dossiers, analyses et actualités. Forum et rubrique consacrées aux luttes et actions.

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 1,320 a été rédigé par Le Grand Soir il y a 9 ans et 6 mois, le mardi 2 février 2010.

L'article n'a aucun commentaire. Soyez le premier à vous prononcer sur ce sujet. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Société, Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2013: Capybara – Vidéo Le capybara est un mammifère semi-aquatique. Il passe la plupart de son temps dans l'eau, et sous l'eau lorsqu'il tente [...]

2012: OSBL de la CAQ: 314 606 $ en 9 mois pour faire le tour du Québec Dans leur communiqué ((Communiqué de la CAQ du 30 janvier 2012)), la CAQ avait mis un hyperlien menant à un [...]

2012: Faire l’indépendance du Québec, «c’est le vrai changement» En entrevue avec la journliste Anabelle Blais au journal Métro ((Souveraineté: Marois, le chef qui a fait le plus mal [...]

2010: Non! L’indépendance du Québec n’est pas inéluctable! L’indépendance n’est pas inéluctable, seule la mort l’est. L’affirmer équivaut à se bercer d’illusions et c’est exactement ce qu’on fait [...]

2010: Rémunération dans l’administration publique Chaque année, l’Institut québécois de la statistique publie une étude comparative de la rémunération globale des employés des secteurs publics [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages