Le vendredi 14 novembre 2008

QuébecPolitique

Rencontre fédérale-provinciale des premiers ministres

Jean Charest revient encore une fois les poches vides

Nouvelles brèvesCampagne électorale québécoise 2008 ]

Par Parti Québécois

Alors que le premier ministre Jean Charest avait lui-même demandé la rencontre fédérale-provinciale des premiers ministres, Pauline Marois déplore qu’il n’ait pu obtenir aucun gain de la part du gouvernement fédéral pour aider les Québécois.

« Lors de la dernière campagne électorale fédérale, M. Charest a écrit aux chefs des partis fédéraux afin qu’ils prennent des engagements clairs sur 14 demandes particulières du Québec. Lors de sa première occasion de défendre les intérêts québécois, le premier ministre Charest n’a obtenu aucun avancement sur ses demandes. Il a encore une fois échoué », a affirmé Mme Marois.

Alors que le gouvernement fédéral s’est montré ouvert aux demandes du premier ministre de l’Ontario, de déposer un plan de relance pour l’industrie automobile, le premier ministre Charest se contente d’une fin de non-recevoir pour l’économie du Québec. « Depuis un an maintenant qu’un plan d’aide est attendu par les travailleurs forestiers et manufacturiers et Jean Charest n’a toujours rien obtenu », a indiqué Mme Marois.

Jean Charest a demandé au fédéral de cesser les délais de mise en œuvre de l’entente Chantier Canada signée à la veille du déclenchement de l’élection fédérale. Pourtant, c’est lui qui a accepté que cette entente comporte l’obligation de négocier chacun des projets avec le gouvernement fédéral, et ce, contrairement à ce qu’il était souhaité par le gouvernement du Québec. « Jean Charest a confié son sort au gouvernement fédéral. Il annonce des projets comme le PEPS et le Quartier des spectacles sans que l’entente de contribution ne soit signée. Il n’a que lui-même à blâmer », a indiqué Mme Marois.

Mme Marois souligne finalement que le dossier du règlement du litige concernant le verglas (400 millions de dollars) et le financement de l’éducation postsecondaire (800 millions de dollars) n’ont toujours pas bougé. Jean Charest a encore échoué dans la défense des intérêts du Québec.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 582 articles

Profil: Le mouvement du Parti Québécois promeut la souveraineté, le progrès social et la promotion du français au Québec.

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 269 a été rédigé par Parti Québécois il y a 11 ans et 4 mois, le vendredi 14 novembre 2008.

L'article n'a aucun commentaire. Soyez le premier à vous prononcer sur ce sujet. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Nouvelles brèves, Campagne électorale québécoise 2008, Politique, Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2008: Jean Charest est une menace pour l’industrie du fromage De passage à la fromagerie Hamel du Marché Jean-Talon à Montréal, la chef du Parti Québécois, Pauline Marois, est revenue [...]

2008: Un mot résume les deux derniers mandats libéraux : fiasco « S’il y a un fait incontestable, c’est qu’au cours de ses deux mandats, Jean Charest nous a démontré qu’il [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages