Le mardi 30 septembre 2008

QuébecPolitique

Jean Charest met en garde le gouvernement fédéral

Charest a préparé sa liste d’épicerie sur ses revendications pour le Québec

CanadaCampagne électorale fédérale 2008 ]

Par RRQ

À l’issue du dernier rassemblement des libéraux provinciaux, Jean Charest a dressé une liste d’épicerie comprenant des réclamations adressées au parti de Stephen Harper. Grosso modo, Charest exige que la spécificité québécoise soit respectée à l’intérieur même d’une série de mesures que les conservateurs se proposent d’adopter.

Comme on le sait, les conservateurs souhaitent durcir la loi sur les jeunes contrevenants, de façon à ce qu’un jeune délinquant de 14 ans soit désormais traité comme un criminel adulte. Les conservateurs aimeraient également instituer une commission canadienne des valeurs mobilières, réformer le sénat, faire reculer encore un peu plus Kyoto, couper dans l’aide aux artistes, etc. Tout cela ne fait pas le bonheur d’un Jean Charest qui tente d’apparaître, aux yeux des Québécois, comme un bon vieux nationaliste autonomiste.

Pauline Marois n’a pas manqué l’occasion de dire que Jean Charest s’était enfin rendu compte de l’échec du fédéralisme canadien. Elle aurait pu ajouter que l’on avait là une autre preuve que la reconnaissance de la nation québécoise par les conservateurs n’était rien d’autre qu’un piège à cons, qu’une façon de détourner l’attention des Québécois pendant que l’on s’attaque aux prérogatives de leur État. Pendant que ceux-ci se disent que les conservateurs sont un peu moins pires que ne le furent les libéraux de Jean Chrétien et de Paul Martin, les émules de Bush en terre canadienne fourbissent leurs armes en préparant une myriade de projets de loi qui feraient reculer l’influence du Québec au sein du Canada.

Dans un pays normal, Pauline Marois ne serait pas la seule à souligner cet aspect de la question. Des chroniqueurs et des éditorialistes profiteraient également de la situation pour faire remarquer aux Québécois que la position de la « province » de Québec ne s’améliore jamais à l’intérieur du Canada. Encore et toujours, elle subit des reculs. Ce qui ne pourra qu’aller en s’accélérant considérant que le rapport de force du Québec s’amenuise lentement mais sûrement à l’intérieur de la fédération canadienne, et ce, à cause de son déclin démographique.

Il est clair qu’une minorité nationale dont le poids démographique se fait de plus en plus léger est toujours moins bien positionnée pour exiger des concessions. Mais comme le Québec n’est absolument pas un pays normal, les médias d’ici sont tous fédéralistes et tentent bien davantage de faire passer aux Québécois des vessies pour des lanternes que de les aider à comprendre les tenants et les aboutissants de la situation qui les concerne.

Mais si l’on revient à Jean Charest, l’on peut dire que sa dernière sortie à saveur nationaliste démontre bien qu’il songe de plus en plus à déclencher des élections. D’une part, un bon vieux discours creux s’appuyant sur des principes autonomiste permettra aux libéraux de récupérer un morceau encore plus grand du terrain qu’ils ont perdu face aux adéquistes ces dernières années, eux qui ont misé sur l’identité pour marquer des points au Québec. En adoptant des positions nationalistes autonomistes, les libéraux mettraient aussi en partie en échec les péquistes qui n’osent, dans le contexte actuel, adopter un franc discours indépendantiste. Tant qu’à avoir une version édulcorée d’un plan souverainisant, bien des Québécois pourraient être tentés par un simple discours autonomiste piloté par les fédéralistes à Jean Charest.

Bref, Jean Charest, lui dont le blason ne cesse d’être redoré au Québec depuis que ses conseillers lui ont demandé de ne plus rien faire de substantiel en tant que premier ministre, semble être de plus en plus décidé de profiter du contexte pour aller se chercher un mandat majoritaire. Le fait étant que les astres semblent bien se placer pour lui. D’une part, sa popularité ne s’est à peu près jamais aussi bien portée qu’actuellement, et la crise économique qui se dessine aux Etats-Unis pourrait convaincre bien des Québécois que le temps n’est pas venu de se lancer dans de grandes réformes ou de changer de gouvernement. Mieux vaudrait plutôt conserver le même gouvernement Charest qui ne fait plus rien, mais qu’ils connaissent déjà, en attendant ainsi que la crise se calme. Dans de telles circonstances, certains pourraient même souhaiter lui confier un mandat majoritaire, de façon à le rendre plus confortable au moment de gérer ladite crise. En tout cas, c’est ce que nos sources nous confient actuellement. La clique à Charest multiplierait les gestes démontrant qu’elle souhaite aller en élections le plus rapidement possible.

Irons-nous aux urnes deux fois en 2008? C’est possible. Qui vivra verra comme on dit!

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article


Patrick Bourgeois

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 151 articles

Profil: Le RRQ est une organisation de résistance qui considère l’indépendance du Québec comme nécessaire à la survie et au développement de la nation québécoise. Il tire son inspiration de toutes…

Afficher le profil complet

Fiche de l'article

Cet article de 686 a été rédigé par Réseau de Résistance du Québécois il y a 12 ans et 0 mois, le mardi 30 septembre 2008.

L'article n'a aucun commentaire. Soyez le premier à vous prononcer sur ce sujet. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Politique, Canada, Québec, Campagne électorale fédérale 2008.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2012: Doigt d’honneur d’un bébé contre le pétrole et le nucléaire Une entreprise suédoise du milieu énergétique, Telge Energi ((Telge Energi)), a trouvé une façon pour le moins osée et originale [...]

2012: Fermeture de Gentilly-2: une chambre de commerce socialo-corporatiste? Radio-Canada rapporte que les représentants de la Chambre de commerce et d'industries de Trois-Rivières et ceux de la Chambre de [...]

2010: Les Pierrafeu ont 50 ans! La célèbre famille des Pierrafeu fête aujourd'hui son 50ème anniversaire. À cette occasion, Google souhaite souligner l'événement en affichant sur [...]

2010: Conservateurs et libéraux abandonnent les chômeurs « Le Bloc Québécois est consterné de voir son projet de loi C-308 visant la bonification du régime d'assurance-emploi rejeté [...]

2010: Développements dans le dossier de l’église du Saint-Nom-de-Jésus L'église du Saint-Nom-de-Jésus a plusieurs fois fait la manchette durant la dernière année. Tout d'abord, elle fut fermée au culte [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages