Le mercredi 14 juin 2006

PolitiqueQuébec

Le néocolonialisme canadien

L'indépendance du QuébecCanada ]

Par Jean-Félix

Le fédéralisme canadien a fait des concessions, mais nous voulons être nous-même et disposer de tous nos pouvoirs pour se faire reconnaître comme distinct et authentique.

Voici un article aucunement impartial que j’ai écrit sur les problèmes du fédéralisme canadien et sur l’urgence de la séparation du Québec. Tout d’abord, un peu d’histoire…

Le rapport Durham

Au lendemain des rébellions de 1837, le roi d’Angleterre envoie Lord Durham, administrateur colonial.

« On ne peut guère concevoir nationalité plus dépourvue de tout ce qui peut vivifier et élever un peuple que les descendants des Français dans le Bas-Canada, du fait qu’ils ont gardé leur langue et leurs coutumes particulières. C’est un peuple sans histoire et sans littérature. » (extrait du rapport Durham )

Le rapport Durham est publié à Londres en février 1839. Durham recommande que le Haut-Canada et le Bas-Canada soient réunis en une seule province qui deviendra majoritairement britannique.

Il recommande l’accélération de l’immigration britannique au Canada afin de marginaliser la population canadienne-française, la forçant ainsi à choisir la voie de l’assimilation linguistique et culturelle.

Pays Population (1861) Population (2005)
Québec 1 111 566 (35% population canadienne) 7 598 146 (23% de la population canadienne)
Canada 3,174,442 32 270 507

Source: http://www.stat.gouv.qc.ca/donstat/societe/demographie/struc_poplt/102.htm

Nous sommes donc en déclin, nous sommes passés d’une minorité 35% à 23% en 145 ans, et ça continue à baisser. Donc, le plan de Lord Durham fonctionne à merveille. Nous sommes de plus en plus une minorité dans un Canada de plus en plus grand. Oui…oui… les fédéralistes… c’est peu…mais le déclin linguistique et culturel est encore plus fort! Où sont passé les francophones du Manitoba et de l’Acadie, ils parlent tous anglais (je suis impartial, je vous l’avais dit). La langue française en Amérique du Nord n’a jamais été aussi incomprise par les anglophones. Encore un peu d’histoire… récente cette fois….

Le rapatriement de la Constitution

En 1980, devant l’impasse constitutionnelle qui persiste, le premier ministre Pierre Elliott Trudeau dépose à la Chambre des communes une résolution portant sur une adresse commune (Sénat et Chambre des communes) à la reine Elizabeth II en vue d’un rapatriement unilatéral de la Constitution canadienne, à laquelle sera ajoutée une Charte des droits et libertés.

Pierre-Elliot Trudeau a dit :

Pierre-Elliot Trudeau« Le Québec est devenu fort et le pouvoir central s’est affaibli…

Les Québecois continuent d’être gouvernés par Ottawa, ils y versent encore la moitié de leurs impôts…

Mais ils y sont de moins en moins présents, intellectuellement, psycologiquement et même physiquement. »

Selon Marc Bonhomme, de La Gauche:

Devenu peuple québécois par la force des choses, il a perdu son droit implicite de veto en 1981, puis s’est vu imposé la nouvelle constitution canadienne en 1982 et sa Charte des droits qui lui nie tout droit collectif, national ou social. Ensuite, la Cour suprême fédérale a charcuté la loi 101, elle lui a même refusé le statut insipide de “société distincte” pour finalement nier toute valeur juridique à un éventuel vote démocratique national menant à l’indépendance.

Selon Jean-Louis Roy du Devoir, 6 novembre 1981 :

À l’échelle de l’histoire constitutionnelle du pays, l’entente signée hier par l’ensemble des gouvernements canadiens, à l’exception de celui du Québec, constitue un événement considérable. Il aura suffi de 10 signatures sous un texte de moins de 50 lignes pour dissoudre les contraintes qui bloquaient à ce jour la complète indépendance du Canada.

D’après la Chronologie de l’histoire du Québec :

La Nuit des longs couteaux

Après d’intenses négociations et une rencontre nocturne des représentants-clés, le gouvernement fédéral et les neuf provinces anglophones en viennent à un consensus. Le gouvernement fédéral et les provinces s’entendent alors pour insérer dans la Constitution des dispositions diminuant les pouvoirs du Québec en matière de langue et d’éducation.

Trudeau modifie donc les règles du jeu comme suit :

  • reconnaissance de la perte du droit de veto pour le Québec ;
  • la nouvelle entente (du 4 novembre 1981) annule la compensation fiscale (que René Lévesque avait négociée et qui était conditionnelle à la perte de son droit de veto) ;
  • la Charte des droits et libertés (que René Lévesque et les sept autres premiers ministres avaient transformée afin de diminuer l’emprise d’Ottawa sur les compétences des provinces) doit s’appliquer telle qu’elle a été rédigée par Pierre Elliott Trudeau lui-même.

René Lévesque« Tout retrait entraîne maintenant une pénalité : Les contribuables d’une province non participante auraient quand même à payer pour des programmes dont ils ne bénéficieraient pas » [cité dans : La Presse, 6 novembre 1981, p. A4].

« Il appartient maintenant au peuple québécois de tirer ses conclusions. Ce qui vient de se passer aura des conséquences incalculables pour l’avenir du Québec et du Canada. »

D’après L’aménagement linguistique au Québec et au Canada :

L’accord du lac Meech

Le 3 juin 1987, un accord entre les 11 premiers ministres (fédéral et provinciaux) est conclu: ce fut l’accord du lac Meech. Selon les termes de cet accord, le Parlement fédéral et toutes les provinces avaient le rôle de protéger la dualité canadienne, c’est-à-dire les «Canadiens d’expression française, concentrés au Québec mais présents dans le reste du Canada» et les «Canadiens d’expression anglaise concentrés dans le reste du pays mais aussi présents au Québec»; ce qui liait nécessairement la population du Québec au bilinguisme canadien (comme d’ailleurs au multiculturalisme).

Il est urgent que le Québec se sépare avant que nous soyons réduits à l’état de faible minorité sans histoire. Nous sommes peuple fondateur du Canada et nous ne voulons point perdre notre histoire. Le fédéralisme canadien a fait des concessions, mais nous voulons être nous-même et disposer de tous nos pouvoirs pour se faire reconnaître comme distinct et authentique. Il existe en ce moment deux nations principales francophones en Amérique : les Haitiens et les Québecois (il y aussi la Louisiane, l’Acadie, le Manitoba, la Guyane française, et des centaines de communautés francophones).

Je vous invite tous à commenter!

Suite de l’article: Vidéo du Temps des bouffons de Pierre Falardeau

5 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Janie Le 16 juin 2006 à 9h48

    Article très intéressant qui illustre bien l’urgence de faire du Québec un pays afin d’éviter la disparition de notre peuple. En restant au sein du Canada, le peuple québécois ne fait que survivre, en étant branché sur un respirateur artificiel. Si nous pourrions avoir notre propre pays, on pourrait enfin vivre librement !

  2. 2 Dave Le 16 juin 2006 à 9h58

    Oui, mais on le fait comment notre pays?

    Quand je vois des journalistes et la masse médiatique tout faire pour ridiculiser ou minimiser l’ampleur du mouvement…

    Quand je vois les sondages et statistiques qui jouent avec les questions et qui manipulent l’opinion publique pour faire croire ce qu’ils veulent quand ils le veulent…

    En attendant, nous les jeunes, tout ce qu’on peut faire c’est décider de s’investir politiquement pour renverser la vapeur… et de tenter de faire un contre-poid aux médias déjà existants…

    L’arrivée d’internet depuis le dernier référendum changera sûrement la donne… Profitons de cet outil le plus possible pour diffuser nos messages et ambitions!

  3. 3 Michaël Le 21 juin 2006 à 13h30

    Très intéressant, mais ce texte ressemble à une exercice subjectif à la Michael Moore.
    Voici quelques « trucs » qui méritent réflexion
    1 – L’ajout de M. Boisclair à titre de Chef, n’aide en rien votre cause. Le parti est déchiré entre deux écoles de pensées. Exactement, la même situation que le parti libéral du Canada (Paul Martin et Jean Chrétien), sans la magouille bien sûr.
    2 – Trouver un plan de l’après souveraineté. C’est bien beau penser construire une maison, mais faudrait peut-être acheter le terrain. Vous devez avoir un plan bien établi, solide et raisonnable. Sans programme sérieux, nous ne pouvons que craindre l’avenir suite à l’indépendance.
    3 – La “Gauche caviar” est dangereuse pour le PQ. Faite le ménage. Suivez l’exemple du NPD! Personne nuisible pour l’image politique Ex : Pauline Marois, Henri Massé …
    4 – Je crois que le programme du parti devrait être radicalement changé. Un programme beaucoup plus accompli que ce soit du côté environnementale, fiscale et éducatif. N’oubliez pas que partir de chez maman est vraiment “cool”, mais quand il est temps de faire le ménage et payer les factures, on peut regretter le passé.

    Je ne suis ni pro fédéraliste ou souverainiste, je crois seulement que l’idée est très mal présenté.

    Je vous souhaite bonne chance avec la souveraineté, mais j’ai bien peur que la vrai vache à lait du Canada se sépare avant nous, j’ai nommé l’Alberta.

  4. 4 Dave Le 21 juin 2006 à 14h17

    Le problème avec André Boisclair, c’est qu’on est maintenant pogné avec. On ne peut pas se permettre de retomber dans une course à la chefferie.. Ça serait plutôt ridicule, et je me demande bien qui pourrait prendre la place…

    Il est vrai que le parti est déchiré. Et je crois que depuis quelque mois, c’est ce que Boisclair tente de régler. Maintenant… qu’est-ce qu’on peut faire à part appuyer Boisclair? Parce que c’est plus le temps de dire que c’est pas lui qui aurait du être élu comme chef, il est trop tard…

    Le plan de l’après souveraineté, il a certainement déjà été pensé. Est-il prêt? Je ne sais pas. D’ailleurs, je ne crois pas qu’il faut préparer un “plan” avant d’avoir l’accord de se séparer.

    Je m’explique: Lors du prochain référendum (parce qu’on le sait tous, tôt ou tard, il viendra), il faudra voter sur un pays, et non sur un projet de société (lire ici droite ou gauche)…

    Tu l’as dis, le PQ est un parti déchiré.. Cependant, connais-tu beaucoup de gauchistes et de droitistes qui travaillent ensemble pour la même cause? Les gens de gauche, ou de droite, veulent la souveraineté, et c’est à peu près la seule chose sur quoi les membres du parti s’entendent (et ici, on ne parle même pas de la manière de faire l’indépendance, les gens ne s’entendent pas tous sur le référendum).

    Je crois que si on s’embarque dans la préparation d’un plan du pays du Québec, on a pas fini de voir le PQ se quereller. De toute façon, le PQ doit faire un pays et non le gouverner.

    Si le référendum s’avère positif, l’indépendance ne se fera pas du jour au lendemain. Ce sera un long (mais motivant) périple qui devra probablement s’étendre sur des mois, voir des années, avant que le Québec soit un état et qu’il se sépare officiellement.

    C’est tout de suite après l’arrivée des résultats du référendum qu’il faudra élaborer le plan de l’après souveraineté (et non avant). Pourquoi préparer un plan pour dans 5 ans, 10 ans, alors qu’on sait qu’en un an, tout peut changer en un rien de temps en politique (que ce soit l’économie ou simplement la conjoncture internationale).

    C’est certain, ça ne veut pas dire qu’il ne faut pas s’y préparer. Mais mettons que d’ici au référendum, ça ne prend pas un plan, ça en prend 5, ou 10 ou plus s’il le faut. Des ébauches de plan sérieux, qu’on pourra adapter une fois le référendum passé.

    Et c’est le peuple, la population québécoise, qui votera une constitution selon ses valeurs, tantôt à gauche, tantôt à droite. La constitution, c’est ÇA, le plan.

    Je crois qu’il y a plus dangereux que la gauche caviar du PQ. Et ça s’appelle Québec Solidaire.

    Québec Solidaire vient brouiller un peu tout ça. C’est la gauche militante, des fois réaliste, des fois utopique. Oui, ça prend des débats droite-gauche en attendant, mais faut pas en faire une fixation. Je vais dire comme Pat (qui a raison là-dessus): c’est la libération avant la gauche, bien avant (avant la droite aussi)!

    Ceci dit, tu as raison, le programme devrait être radicalement changé. Et peut-être qu’à cause de Québec Solidaire, il y aura davantage de débat sur l’environnement et l’éducation. Par contre, pour le côté fiscal, on repassera 😉

  5. 5 Julien Gaudreau Le 4 novembre 2006 à 12h20

    Très bon texte 🙂

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 12 articles

Afficher le profil complet

Fiche de l'article

Cet article de 924 a été rédigé par Jean-Félix il y a 14 ans et 5 mois, le mercredi 14 juin 2006.

Il y a 5 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Canada, Politique, Québec, L'indépendance du Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2013: Turban: la FIFA dit oui à son port La Fédération internationale de football association (FIFA) a annoncé aujourd'hui, vendredi, que le port du turban sur les terrains de soccer. La Fédération [...]

2012: Charest et le PLQ, c’est les égouts Le Parti québécois a mis la main sur un document du PLQ, soit un diaporama qui a été présenté par Jean [...]

2010: Autre point de vue sur l’avortement Lorsqu'on sait qu'on a un problème, on a deux choix. 1. Ou bien, on fait face à notre problème et on [...]

2010: Le Taal, volcan philippin aux portes de l’explosion Suite à une série de modifications des paramètres volcaniques surveillés qui ont débuté fin avril, le niveau d'alerte du Taal [...]

2010: Assurance-emploi pour personnes atteintes de maladie grave Le député d'Alfred–Pellan, Robert Carrier, a déposé un nouveau projet de loi visant à prolonger les prestations d'assurance-emploi pour les [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages