Le lundi 14 juin 2010

SociétéQuébec

Autre point de vue sur l’avortement

En tant que foetus, laissez-moi partir tout de suite, vous m'éviterez de faire comme Dédé Fortin

Par Jean-Pierre Plourde

Mes parents n’ont pas le droit de me donner la vie et de me donner en héritage le seul droit de disparaitre à cause de leur manque de courage. Mieux vaudra pour moi mourir maintenant plutôt que de me suicider plus tard ou de me faire tuer en cherchant à récupérer mes droits qui m’auront été volés.

Lorsqu’on sait qu’on a un problème, on a deux choix.

1. Ou bien, on fait face à notre problème et on l’affronte:
Dès la prise de conscience du problème, il faut affronter, le problème se règle rapidement, de lui-même le plus souvent. S’il a déjà fait quelques dommages, on  l’affronte sur le champ comme un être humain ayant les mêmes droits que tous les autres. On s’assume, on le règle, ensuite, on passe à autre chose…

2. Ou bien, on le met de côté et on essai d’oublier qu’il est là.
Dans ce cas, le problème ne se règlera jamais, il nous suit. Les conséquences de notre ignorance vont en aggraver les conséquences. On finira quand même par devoir l’affronter malgré nous dans les pires conditions et en état de faiblesse humiliante. La conscription obligatoire des Québécois dans les années 40 est un exemple de situation aggravée, l’armée à Québec lors de la crise d’octobre en est un autre, les magouilles fédérales lors du référendum de 1995 aussi, etc.

Les Québécois ferment les yeux sur le transfert de nos territoires et actifs fait en notre nom par les fédéraux de Charest au profit d’une tutelle dont Ottawa aura la clé, une ceinture de chasteté permanente léguée à nos enfants et des problèmes majeurs légués aux descendants de nos enfants dépouillés de tout bras de levier économique. On les condamne à faire parti du sous-groupe inférieur dans “leur” pays alors qu’ils en ont été longtemps majoritaires chez eux.

On ferme les yeux et on regarde ailleurs si j’y suis.

La fédération prend des mesures de transfert de nos droits vers d’autres tout en planifiant notre assimilation. On se refuse à faire face, on ne veut pas voir la bête qui s’apprête à nous dévorer.

En conclusion… Si j’étais un foetus dont les parents Québécois refusent de s’assumer, que je sache avant ma naissance que mes parents vont :

  1. Délibérément me léguer un état d’être inférieur.
  2. Me refiler leurs problèmes de plus en plus aggravés par leur comportement.
  3. Renoncer à protéger mes droits.
  4. Accepter de me soumettre à la tutelle de mon voisin.
  5. Etc.

Sachant que toute ma vie, je serai constamment menacé dans mes ambitions, discriminé dans l’emploi et dans les activités organisées par l’autre groupe social, comme les Olympiques, le hockey ou la défense de ma culture dans “mon” pays….

J’aimerais mieux dans ce cas ne pas venir au monde.

Mieux vaudra pour moi mourir maintenant plutôt que de me suicider plus tard ou de me faire tuer en cherchant à récupérer mes droits qui m’auront été volés par mes parents par leur refus de prendre la peine de défendre mes droits sacrés de leur vivant quand c’est encore le temps.

Le respect de soi est la première règle de la liberté et de la démocratie.

Mes parents n’ont pas le droit de me donner la vie et de me donner en héritage le seul droit de disparaitre à cause de leur manque de courage. Le cas de Dédé Fortin du groupe “Les Colocs” est criant et pathétique, cette exemple, il l’a pris à la lettre, le message qu’il nous envoie à tous c’est : Pourquoi avez-vous permis que je vienne au monde si c’est pour me condamner à l’esclavage?

Sachant cela avant ma naissance, je me refuserais d’hériter du titre de nègre blanc d’Amérique à vie et de subir le sarcasme de mes semblables, sachant qu’ils vont m’imposer l’obligation d’abandonner mon héritage économique, politique et culturel, dans cet ordre. Voir Vivre libre ou disparaitre pour connaitre l’ordre réel d’une démocratie. Le cas du Québec concerne l’asservissement politique d’abord, économique ensuite afin de soumettre la masse sociale légitime aux volontés du conquérant, l’inverse d’un état démocratique normal.

On ne devrait pas aujourd’hui discuter de mon droit à naitre, mais du pourquoi la société a toléré la naissance de mes parents?

Mes parents veulent me mettre au monde pour que je les aide à oublier qu’ils ont un problème. Mes chances de devenir tôt ou tard un enfant ou un citoyen à problèmes sont donc très élevés.

La caricature de Ignatief qui dort, vue quelque part sur le net, représente bien la situation des Québécois. Le Parti libéral fédéral, censé défendre nos droits à Ottawa et qui nous a mis dans cette situation, dort au gaz.

L’avortement est, et a toujours été. Regardez la nature, nous en faisons parti.

L’intelligence pourrait nous permettre de survivre comme peuple à la condition de s’en servir à bonne escient, ce que nous refusons de faire.

Mourir maintenant ou plus tard, c’est du pareil au même.

En tant que foetus, laissez-moi partir tout de suite, vous m’éviterez de faire comme Dédé Fortin.

Même si c’est contradictoire… Merci d’être là.

Jean-Pierre Plourde

Un commentaire à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 gaiagenaire Le 6 octobre 2010 à 16h06

    Le 4 octobre 2010,
    Bonjour Jean-Pierre,
    Quel beau message. Il devrait être inscrit en gros caractères dans toutes les classes de toutes les écoles PRIMAIRES du MONDE.

    Toutes les mères devraient en prendre connaissance. Ce message devrait faire partie de toute décision face à une grossesse non désirée.

    Les théologiens de toutes les religions du monde devraient en faire le premier commandement de la vie. C’est la seule pensée qui fait la preuve d’une conscience supérieure.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 116 articles

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 757 a été rédigé par Jean-Pierre Plourde il y a 9 ans et 1 mois, le lundi 14 juin 2010.

Il y a un commentaire suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Société, Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2013: Turban: la FIFA dit oui à son port La Fédération internationale de football association (FIFA) a annoncé aujourd'hui, vendredi, que le port du turban sur les terrains de soccer. La Fédération [...]

2012: Charest et le PLQ, c’est les égouts Le Parti québécois a mis la main sur un document du PLQ, soit un diaporama qui a été présenté par Jean [...]

2010: Le Taal, volcan philippin aux portes de l’explosion Suite à une série de modifications des paramètres volcaniques surveillés qui ont débuté fin avril, le niveau d'alerte du Taal [...]

2010: Assurance-emploi pour personnes atteintes de maladie grave Le député d'Alfred–Pellan, Robert Carrier, a déposé un nouveau projet de loi visant à prolonger les prestations d'assurance-emploi pour les [...]

2010: Élection partielle dans Vachon le 5 juillet 2010 « Le 5 juillet prochain, les citoyens de Saint-Hubert auront l’opportunité d’envoyer un message clair au gouvernement libéral. Ils auront [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages