Le mercredi 9 novembre 2011

PolitiqueQuébec

Option nationale ou pas? La question se pose!

Il est minuit moins une

L'indépendance du Québec ]

Par Pierre-Luc Bégin

Le député de Nicolet-Yamaska Jean-Martin Aussant a présenté hier la plateforme de son nouveau parti indépendantiste Option Nationale. La question que les indépendantistes peuvent se poser aujourd’hui est la suivante: doit-on se laisser tenter? Voici l’opinion de Pierre-Luc Bégin à ce sujet.

Telle est la question que se posent plusieurs militants parmi les indépendantistes motivés depuis que Jean-Martin Aussant a annoncé la création d’un nouveau parti résolument et fièrement indépendantiste. C’est aussi la question que je me pose. L’option est très tentante, je ne m’en cache pas : aux autres partis indépendantistes de me prouver que j’ai tort d’être tenté.

En tout cas, il faut tout d’abord reconnaître le mérite qu’a Aussant de bonifier l’offre politique en présentant un discours clair sur la question de l’indépendance. Juste cela, c’est très rafraîchissant. Enfin un député qui parle pour les indépendantistes convaincus!

Surtout, ce nouveau joueur de l’arène politique oblige maintenant le Parti Québécois (PQ) et Québec Solidaire (QS) à présenter des garanties quant à leur volonté de travailler concrètement à la réalisation de l’indépendance du Québec. Ceux qui mettent l’indépendance au cœur de leurs idéaux auront désormais la chance de voter selon leurs convictions. Il ne s’agira plus seulement de chercher qui est le moins pire entre Québec Solidaire et le Parti Québécois, deux partis qui devraient commencer par faire le mea culpa de leur inaction et de leur mollesse dans le dossier national.

C’est évident que si ces partis veulent empêcher que ceux qui, comme moi, sont tentés par Option nationale franchissent le Rubicon, il faudra tout d’abord qu’ils admettent qu’ils ont erré et fauté. Le PQ, par exemple, devra avouer son inaction presque complète sur le front de l’indépendance depuis le règne de Lucien Bouchard. Le PQ devra s’excuser de son attentisme et de sa peur s’il veut que l’on croie que c’est du passé. Faute avouée est à moitié pardonnée, dit-on… Ce serait un début, en effet.

Du côté de QS, on devra admettre que l’indépendance a la plupart du temps été repoussée bien loin dans la liste des priorités de ce parti depuis sa fondation. Je veux bien qu’on privilégie un « pays de projets », mais il faut tout d’abord expliquer et affirmer que sans le pays, pas de projet de société possible. Et les énergies et le discours doivent donc d’abord être mis au service du pays. Trop souvent, chez QS, ce ne fut pas le cas. Amir Khadir a redonné plus de mordant au discours indépendantiste de QS ces derniers mois, mais son appel à voter NPD aux dernières élections fédérales fut une grave erreur. Il doit le reconnaître.

Si les rivaux d’Option nationale commencent par faire ce nécessaire mea culpa, on pourra jaser, comme dirait l’autre. Et de quoi? D’action et de garanties. Les chèques en blanc, la foi aveugle, c’est fini.

Les professions de foi des chefs indépendantistes ne suffisent plus, c’est clair. Les militants se sont trop fait berner depuis 15 ans, pour ne pas dire depuis 40 ans, par des Lévesque, des Johnson, des Bouchard, des Boisclair et même des Landry qui juraient que l’indépendance était la priorité de leur vie mais qui, à la première vraie difficulté, ont préféré les « beau risque », les « union confédérale », les « affirmation nationale » et, le boutte du boutte, les gaz de schiste…

Les paroles ne suffisent plus. D’ailleurs, je ne suis plus capable d’entendre certains péquistes répondre à chaque critique envers leur parti sur la question nationale que Pauline Marois parle souvent de souveraineté… Bien oui, elle en parle, c’est vrai. Paroles, paroles, paroles. Que le vent emporte.

Nous ne voulons pas de paroles, nous voulons de l’action et un plan de match concret et indépendantiste. Résolument indépendantiste. Pas une gouvernance souverainiste selon laquelle on quémande notre droit d’exister à Ottawa, pas un pays de projets provinciaux. Et surtout, ce dont nous a malheureusement habitués le PQ, pas de carriéristes et de politiciens professionnels qui veulent à tout prix le pouvoir provincial.

Avec la venue d’Option nationale qui rafraîchit le paysage politique, la balle est maintenant dans le camp du PQ et de QS. Les militants attendent des garanties. À cet effet, il est carrément suicidaire que le PQ ait rejeté la proposition Crémazie. Nous n’en serions peut-être pas là. Or, jusqu’à présent, le PQ et QS n’ont rien offert de bien alléchant aux indépendantistes motivés tentés par le parti d’Aussant. Ce fut presque le silence du côté de QS tandis que le PQ, encore pire, a préféré s’attaquer à la légitimité d’Aussant comme député indépendant… Tout pour rallier les mécontents, quoi!

Reste l’argument de la division du vote. Il faudrait tout accepter, avaler toute la merde possible, donner encore une fois un chèque en blanc au PQ parce que ce parti serait le seul parti susceptible de battre les libéraux au prochain scrutin?

Premièrement, cela reste à voir. Selon les derniers sondages, le PQ ne formerait pas le prochain gouvernement de toute façon, avec Legault qui vole vers le pouvoir provincial. Tant qu’à être dans l’opposition, voulons-nous une opposition mollement ou fortement indépendantiste? La question se pose, il me semble.

Deuxièmement, qu’est-ce que le PQ au pouvoir a fait concrètement (pas des paroles, concrètement) pour l’indépendance lorsqu’il était au gouvernement sous messieurs Bouchard et Landry? Si c’est pour répéter l’attente des « conditions gagnantes » ou de « l’assurance morale de gagner », à quoi cela nous sert-il de porter le PQ au pouvoir? Ça me semble une autre bonne question. Et qu’on ne me parle pas de la nécessité de ralentir le déclin du Québec. Sans l’indépendance, la mort du Québec français est inévitable. Si le seul projet que le PQ a à offrir est de ralentir l’agonie, non merci.

Quant à Aussant, il ne s’est certes pas embarqué dans le travail titanesque de la construction d’un nouveau parti par ambition personnelle. Un « spin » que le PQ tente mesquinement de faire circuler. Il est assez évident qu’un économiste de sa trempe se dirigeait tout droit vers le Conseil des ministres s’il avait fait le chien savant. Le prochain péquiste qui n’aura que cela à me présenter comme argument, je lui remplis au visage mon formulaire d’adhésion à Option nationale. J’attends de vrais arguments, et des garanties.

Il est minuit moins une seconde, pour moi comme pour beaucoup d’autres.

4 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Jean-Claude BERARD Le 9 novembre 2011 à 3h54

    Jean-Martin AUSSANT bouscule sainement le petit monde feutré des “professionnels chevronnés” du PQ et autres spécialistes d’une politique attentiste pernicieuse menée sans le moindre courage sous couvert de la lutte pour l’indépendance du Québec.
    Son argumentaire clairement économique est, face au gouvernement fédéral, d’un tout autre poids que les rappels historiques et liens culturels prioritairement mis en avant par les partis indépendantistes traditionnels : il fait front aux fédéralistes qui ont eu beau jeu jusqu’à présent d’opposer de façon condescendante leur credo économique libéral aux aspirations et aux liens affectifs des québécois.

  2. 2 pierre jj boisvert Le 9 novembre 2011 à 10h07

    Je retrouve encore ce sentiment étapiste maroissien, à la différence qu’Aussan parle « d’un référendum sur une éventuelle constitution dont l’adoption se traduirait par une déclaration de la souveraineté ; une élection référendaire c’est autre chose pour cette jeune formation qui débute..il essaie de se prendre une clientèle, tandis qu’avec le PQ ça coulerait se source si Marois voulais bien s’y engager, mais sans une nouvelle démocratie, soyons assurés qu’avec cette classe de politiciens Nous n’obtiendrons rien qu’une perte de temp,et tourneront perpétuellement en rond et divisés. Si Aussan est sérieux,il faudra faire vite pour corriger son tir…il peut rassembler les partisans de l’indépendance et ceux pour une démocratie distincte, même chose pour les maroissiens…rien n’est joué avant même de songer à Notre fameuse Unité!

  3. 3 Mario G.Bergeron Le 9 novembre 2011 à 13h38

    Je crois que Monsieurs Aussant et sa nouvelle option nationale ne serait pas prêt avant latenue de la prochaine élection. Il faut qu’il pense tout de suite coaliser avec Q.I. E.D. mais surtout Q.S., afin de garantir la droiture et le respect de la centre gauche et de la centre droite en équilibre. Le Collectivisme Social Québécois doit être défendu égalitairement, advenant l’indépendance, et ils devraient s’unir dans un esprit Citoyen Collectif Commun envers notre respectueuse patrie francaise des Amériques, Démocratiser le Parle-Menteurisme britannique dès les deux premières années de mandat. Instaurer une DDDQ pour écrire collectivement plus justement, notre constituante et notre Dém,ocratie Directe et Distincte au ROC et son régime despotique anti-démocratiste, anti-peuple, Bâilloniste Bestial Britannique des Brebis Québécoises sur leur propre Terre Promise Sacrée Française Amérindienne. Une union de Q.S et Option antionale, fondu en un seul grand porteur de projet social global, démocratiste populaire et Patriotique. Fondu ensemble gauche et droite bien maintenu en pourcentage égalitaire en permanence, porter par et pour le peuple, la vraie libération et la vraie possibilité de renverser Charest-Legault-Deltel, fédéraste apatrides, colonialiste monarchiste britanniste, c’est d’offrir la meilleure coalition indépendantiste contre Tous les partis y compris le P.Q., qui n’a plus de légitimité et la confiance du peuple pour renverser quiconque au prochaines élections 2012 potentielles.. À chacun son vote l’emportera, ONSQ, partant l’option indépendantistes-démocratiste radicale et unilatérale par élection référendaire. Là enfin tous les indépendantistes s’y retrouveront et s’identifieront à leur juste part de vote et auront toujours le moyens de coallitionner contre charest advenant sa réélectionminoritaire cette fois-ci. Croyons ensemble qu’il est possible et bien plus avantageux de quitter le Caca nada, pour instaurer la Souveraineté Citoyenne et Collective Commune Avec un gouvernement mandater pour 4 ans de déclarer uniltéralement l’indépendance territoriale du Québec et écrire démocraistement, populairement notre constituante régions par région et convivialeemnt consensualiser sur la résolution de nos prob`ématiques sociales et économiques. Il Solidariser la population à s’indigner profondément contre le syste`me politique colonialiste démo-crasseux et castrateur anti-démocratiste et anti-français, métisssés et amérindiens du Québec. Il faut tous nous indigner profondément contre la tyrannie politique démo-crisique anti-sociale. Nous pousser tous à outrance à l’indignation citoyenne devrait avoir déjà au Pouls Patriotie Populaire québécois actuel. Une Démocratie Directe et Distincte à nos nations québécoises et canadiennes fondatrices volées et détruite, apauvrit sauvagement et plus accentuément, depuis 1867 par cette historique signature au bout du fusil angolxaxon. Maintenant continue de nous exterminer jusqu’à vouloir effacer notre histoire véritable et dissoudre à simple ethnies parmi toutes les autres, dans le grand Caca nada colonialiste monarchiste qui nous tiens en chantage émotionnel par une constitution qui n’est pas la notre et dont nous ne voulons pas majoritairement parlant. Pour garantir la survit de la langue Français en les Amériques il faut sans équivoque nous déclarer continent français métissé amérindien des Amériques, définitivement régler la protection devenant inutile par une constituante l’officialisant. Une DDDQ sans partis d’ici 2013 est possible d’être porter par une idéologie politique de centre objective démocratiste populaire et patriotique, par des candidats Pionniers patriote Pro-Démocratisme Patrio-Populaire en permanence et perpétuelle mouvance citoyenne. Le D.P.Q de Mario G. Bergron s’y engagerais.

  4. 4 Fréféric Vallée Le 12 novembre 2011 à 17h46

    Comme bien nombre d’entre vous ici je suis un indépendantiste qui a milité au moins une fois au cours de sa vie au PQ ou QS, PI.

    C’est la première fois depuis aussi longtemps que je me souviens, être aussi emballé par un projet politique. Et la raison est fort simple Option Nationale ne prend pas les gens pour des idiots! Il sont claire et précis. Leurs plan pour l’indépendance est simple et facile à expliquer.

    Pas de demi mesure, pas de souveraineté association ou autre bulshit comme le PQ, qui pour faire moins radical, vend l’indépendance du Québec au gens comme si c’était des cigarettes! Comme si sa existait l’indépendance légère , médium, ou pleine saveur. Les gens ne sont pas dupe et ils quittent ce navire au plus crisse.

    Pour la prochaine élection il serait si simple pour tous qui croit en l’indépendance du Québec de rejoindre l’Option Nationale et laisser les fédéralistes se diviser entre eux. Après tout les Fédéraliste ont le choix eux PLQ, ADQ, CAQ, QS et PQ.

    En passant pour ceux qui s’offusque que je mette le PQ et QS avec les Fédéralistes c’est très simple à expliquer. Ils ne sont tout simplement pas sérieux, moi j’ai finit de perdre mon temps à me faire niaiser au PQ Vive Option Nationale!

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 5 articles

Profil: Pierre-Luc Bégin, né à Québec en 1979, est un professeur et un militant indépendantiste Québécois. Il fonde avec Patrick Bourgeois le journal Le Québécois en 2001, Québec-Radio en 2004, le…

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 998 a été rédigé par Pierre-Luc Bégin il y a 7 ans et 8 mois, le mercredi 9 novembre 2011.

Il y a 4 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Québec, L'indépendance du Québec, Politique.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2009: Le désaveu de la loi 101 La Cour suprême du Canada vient d’invalider la loi 104, adoptée unanimement par l’Assemblée Nationale en 2002 qui visait à [...]

2009: Projet de loi du Bloc pour une réforme complète de l’assurance-emploi Le projet de loi C-308, déposé par le porte-parole du Bloc Québécois en matière de ressources humaines et développement social [...]

2009: Le PQ souligne le dévouement des proches aidants À l’occasion de la Semaine des proches aidants, la députée de Crémazie et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’aînés, [...]

2009: Hydro-Québec provoque des pertes d’emplois au Québec Le député de Prévost, Gilles Robert, et le député de Saint-Jean, Dave Turcotte, dénoncent le double langage de la ministre [...]

2008: Pourquoi Obama n’est pas une femme noire? Lendemains de veille Obamienne Sont-ce les jours suivants une veille Obamienne exaltante, ces jours où l’excitation juvénile tombée nous livrerait corps [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages