Le mardi 23 août 2011

PolitiqueQuébec

L’union des forces indépendantistes… LA VRAIE!

Il faut unir tous les partis souverainistes en une coalition forte

L'indépendance du Québec ]

Par Carlo Mosti

Il faut arrêter de vendre des rêves abstraits et flous et rédiger un vrai projet politique, avec une constitution québécoise, une nouvelle charte pour la protection de notre langue, notre culture, la laïcité de nos services publics et un plan économique.

Dimanche se déroulait la toute première réunion qui annonçait l’arrivée du Nouveau Mouvement pour le Québec (NMQ). Ce qui est positif, c’est qu’un bon 400 personnes y étaient pour partager leur idées avec l’initiateur du groupe, Jocelyn Desjardins. L’on pouvait se réjouir de voir la présence des députés démissionnaires et grands nombres de militants de différentes organisations, dont le Réseau de Résistance du Québécois.

D’ailleurs, ce qui retient l’attention pour moi, c’est le message lancé par M. Desjardins lorsqu’il appelle à l’unité des troupes, et là on ne parle pas nécessairement d’unir les souverainistes sous la bannière péquiste. Il est plutôt question d’unir tous les partis souverainistes en une coalition forte, une unité solide et solidaire, un rêve que bien des organisations citoyennes souhaitent ardemment, mais qui semble bien loin, pour l’instant, des intérêts politiques de bien des représentants au sein de ces partis, à part peut-être pour des exceptions comme Amir Khadir, qui a déjà ouvert la porte au PQ par le passé.

Est-ce que le PQ va faire partie de la solution, ou va-t-il continuer sur sa dérive? De penser que l’option d’un PQ qui puisse redevenir le parti de tous les indépendantistes et qu’il mette de l’avant un projet de pays rassembleur, nouveau et attrayant, avec une nouvelle constitution, c’est presque inimaginable pour certains, mais pas impossible. Contrairement à ce que certaines personnes pourraient penser de l’organisation du Québécois, nous n’avons pas de parti pris pour aucun parti politique, nous avons un seul but ultime : l’indépendance du Québec. Et cet objectif, on va l’atteindre avec tous les acteurs actifs du mouvement et tous les moyens qui s’offrent à nous. Ceux qui embarquent sont les bienvenus, les autres débarqueront et c’est tout. Aucune option n’est laissé de côté, AUCUNE. Le fait d’avoir vertement critiqué le PQ et le Bloc par le passé ne m’aveugle pas sur des possibilités de réhabiliter ces partis, qui sont en perdition depuis au moins 15 ans.

Le Réseau de Résistance du Québécois a décidé de participer à toute coalition sérieuse qui va faire avancer notre projet de pays. Nous faisons parti de la coalition Cap sur l’Indépendance, l’initiative citoyenne la plus intéressante depuis bien longtemps, créé dans le but de concrétiser l’indépendance par des stratégies d’action et de promotion sur le terrain et sur le web. Nous croyons tous que le point de départ de cette mouvance vers l’indépendance doit partir de la base, c’est-à-dire des citoyens, et dans la rue.

Les partis politiques actuels ont lancé la serviette depuis trop longtemps sur cette option, certains ont même viré capot, comme l’ineffable girouette François Legault. Cependant, il est clair qu’un jour, notre révolution citoyenne devra se finaliser dans un parti politique sérieux avec la volonté et le courage de déclarer l’indépendance au nom de son peuple. La coalition des partis politiques semble être l’option la plus envisageable pour réussir notre coup, et j’ose espérer que la pression populaire puisse forcer la main des élites, qui sont supposés nous représenter et qui ont trop souvent mis leurs intérêts personnels ou ceux d’une minorité devant ceux de la nation québécoise.

L’objectif des prochaines années est de convaincre les 40% de la population québécoise qui sont toujours indépendantistes de simplement VOTER et convaincre un autre 20% d’indécis ou de girouettes du bien fondé du combat que nous menons quotidiennement pour notre libération! Pour cela, faut arrêter de vendre des rêves abstraits et flous et rédiger un vrai projet politique, avec une constitution québécoise, une nouvelle charte pour la protection de notre langue, notre culture, la laïcité de nos services publics et un plan économique qui devrait éventuellement, selon moi, aboutir vers une économie durable et entièrement indépendante, avec sa propre monnaie québécoise, car nous ne devenons pas seulement indépendant pour éviter l’assimilation culturelle et politique, mais économique aussi.

Source de l’image: Sophie Turcot

2 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Boisvert Pierre JJ Le 23 août 2011 à 15h52

    En passant où était Bourgeois le 21 août dernier au Cegep St-Laurent ? Oui pour l’Unité, les péquistes sont aussi les bienvenus pour la coalition.
    Je crois que pour l’heure, la meilleure ouverture reste celle de Françoise David sauf exception d’un bémol pour que le dialogue ne soit pas juste avec les souverainistes contrairement à Sylvain Gaudreault porte-parole du PQ qui rejette « l’idée de conclure des ententes stratégiques » avec les autres formations souverainistes. Quoiqu’il en soit, aucun des partis politiques ne méritent Notre confiancem et encore moins de faire Nos lois. D’aucun n’a été en mesure de Nous donner la démocratie dont Nous rêvons tous et toutes, encore moins une proportionnelle. D’où sans doute l’idée de faire le Pays dans la mouvance d’un mouvement populaire en prévision d’un projet social et non d’une plate-forme politique » me plaît ; ben entendue,je préfère de loin que des candidats indépendants s’entendent pour porter haut et fort une bannière nationaliste patriotique et indépendantiste dans un projer social qui reste à s’entendre dans l’Unité des forces vives pour la souveraineté entière dun Québec.

  2. 2 Réjean Pelletier Le 27 août 2011 à 22h52

    L’INDÉPENDANCE DU QUÉBEC:

    Pour commencer, on doit utiliser les termes exacts, nous parlons bien de faire l’indépendance du Québec.

    Alors il faut cesser d’utiliser les faux-fuyants comme ce mot (et ceux qui en dérivent): souveraineté. Nous devons être précis, concis et sans ambiguïté dans nos discours.

    C’est l’indépendance et pas autre chose. Nous voulons séparer le Québec du Canada pour en faire le Pays de la Nation canadienne-Française. C’est ça l’indépendance au Québec.

    Nous devons enseigner notre Histoire de la Nouvelle-France à aujourd’hui, particulièrement la nôtre: celle des Français fondateurs arrivés et établis en Nouvelle-France.

    C’est de notre existence dont il est question, de tous les coups que nous recevons et aussi des écrits qui sont toujours en vigueur aujourd’hui: les traités, le fameux rapport Durham, toutes les lois et la fédération canadienne.

    La rébellion de 1837-1838 n’est pas du folklore, elle est toujours dans la mémoire des anglais aussi.

    Les Partis politique doivent rendre des comptes au peuple. Ils doivent aussi toujours décrire leurs programmes, permettre qu’il soit facilement consultable partout.

    De plus, les Partis doivent décrire leurs structures organisationnelles et y donner accès librement aux citoyens sur la place publique et sur internet. C’est seulement ainsi que le peuple peut savoir avec qui il fait affaire.

    Mais je dois rêver en écrivant ces quelques lignes parce que nous ne vivons pas en démocratie et les indépendantistes n’ont pas encore de Parti politique médiatisé. Il y en a un mais on le tait: le Parti Indépendantiste (PI).

    La liberté d’expression est presque entière mais elle sert aussi aux forces fédéralistes des canadians à connaître les intentions et même les projets des indépendantistes, par conséquent à les empêcher aussi. Voilà au canada à quoi sert la sois-disant liberté d’expression. Un autre terme ambigu.

    Quand on parle d’indépendance, on n’ouvre pas la porte au bilinguisme ou au multilinguisme et au multiculturalisme comme certains sois-disant indépendantistes le font. Ceux-là ne sont pas des indépendantistes.

    Au canada, on est en train de compléter les ordres du rapport Durham de 1839, approuvés par la reine Victoria qui a aussi approuvé la pendaison des fils de la liberté en février 1839.

    «Souveraineté», un mot qui me donne la nausée.

    Je continue tout de même de rêver et surtout d’y croire.

    Vive le Québec Libre!

    ____________________
    Réjean Pelletier

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 3 articles

Profil: Militant de l'organisation du Québécois depuis 2006. Directeur national du Réseau de Résistance du Québécois depuis 2010.

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 632 a été rédigé par Carlo Mosti il y a 7 ans et 11 mois, le mardi 23 août 2011.

Il y a 2 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Québec, Politique, L'indépendance du Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2011: Les indépendantistes doivent refaire l’unité pour relancer l’option de l’indépendance Le sondage Léger-Marketing dont nous gratifie le Journal de Montréal ce matin constitue une sanction du manque de leadership, de [...]

2011: Décès de Jack Layton C'est avec une profonde tristesse que nous avons appris aujourd'hui le décès du chef du Nouveau Parti Démocratique, Jack Layton, [...]

2011: Libye: fin de l’ère Kadhafi La bataille de Tripoli est toujours en cours mais déjà les rebelles ont proclamé révolue l'ère du régime de Mouammar [...]

2011: Mort de Jack Layton: Équiterre offre ses condoléances à ses proches Équiterre est profondément attristé par le décès de M. Jack Layton, qui a lutté avec courage et détermination contre la [...]

2010: Surprise! Les Québécois veulent que Jean Charest lève les feutres! Dans la lignée des sondages prêt-à-penser de la firme Léger Marketing, on apprend aujourd'hui que 57% des Québécois souhaitent que [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages