Le vendredi 25 juin 2010

PolitiqueQuébec

Les indépendantistes bravent Ottawa dans la rue

L'indépendance du Québec ]

Par RRQ

Le Réseau de résistance du Québécois tient à féliciter les Québécois de l’Outaouais qui n’hésitent pas à monter aux barricades, comme ils l’ont fait dimanche, pour dire qu’ils ne reculeront jamais et qu’ils n’accepteront rien d’autre que l’affranchissement total de leur peuple.

Dimanche, à Gatineau, environ deux-cents indépendantistes québécois ont fait fi de la pluie et sont descendus dans la rue pour braver le pouvoir néocolonial d’Ottawa, dont le Parlement se trouve à moins d’un kilomètre du trajet de la Grande marche pour l’indépendance, qui avait lieu simultanément dans dix villes du Québec. Les marcheurs de l’Outaouais ont scandé leurs slogans indépendantistes devant les immeubles où, chaque jour, une colonie de fonctionnaires anglo-canadiens aux ordres de l’occupant viennent travailler en anglais, bafouer le droit des Québécois de parler leur langue chez eux et favoriser la dilution de la nation québécoise dans le magma fédéral.

De nombreuses personnes ont affiché de larges sourires au passage de la marche, et de nombreux automobilistes ont fait entendre des coups de klaxon approbateurs. Si des Québécois sont obligés chaque jour de servir l’occupant pour récupérer une partie de l’argent qu’il vient prendre de force dans les poches de leurs compatriotes, soutenu par son fisc, sa police, son armée, ses lois et ses tribunaux illégitimes, ils n’en gardent pas moins leur fierté et leur attachement profond à leur seul pays véritable, le Québec. Que quelqu’un se tienne debout avec courage, et ils en ressentent tout de suite un grand réconfort.

Tel que prévu par les organisateurs de la marche en Outaouais, Louis-Philippe Dubois et Marc-André Provost, les indépendantistes se sont arrêtés devant la statue de Champlain, héros fondateur de la nation québécoise. Contrairement à ce que voudrait nous faire croire Ottawa, Champlain n’a absolument rien à voir avec le régime monarchique auquel la nation québécoise a été intégrée de force, dans le sang, la douleur et l’humiliation.

On se rappellera que le personnage de Samuel de Champlain a été honteusement récupéré par Ottawa en 2008, lors du 400ème anniversaire de la fondation de Québec, dans le cadre d’un détournement de l’histoire orchestré par le criminel de guerre Stephen Harper, bourreau du peuple afghan, sympathisant des exterminateurs de Palestiniens et héritier des génocidaires Wolfe, Amherst, Moncton, MacDonald, Mackenzie-King et compagnie. Harper est allé jusqu’à prétendre que sa gouverneuse générale non élue, qui se prend pour un chef d’État et une autorité morale, mais qui n’est rien d’autre qu’un instrument de relations publiques pour le gouvernement, serait l’héritière de Samuel de Champlain.

Aujourd’hui, alors que la reine d’Angleterre s’apprête à visiter ses sujets du Canada, le même Harper ose affirmer ceci: «Tous les Canadiens et Canadiennes sont impatients d’accueillir Sa Majesté. La Couronne se maintient comme symbole de l’identité canadienne, les unifiant quelles que soient leur origine et leur région. Canadiens et Canadiennes éprouvent une grande affection et une grande estime à l’égard de Sa Majesté et de la famille royale, sentiments visiblement réciproques.»

De telles paroles sont odieuses pour les Québécois et montrent bien le mépris et l’arrogance qu’a pour eux le représentant officiel du complexe militaro-industriel et des sables bitumineux à Ottawa. En plus d’être un criminel et un architecte du pillage des ressources naturelles, Harper est un menteur et un manipulateur de la pire espèce qui voudrait nous faire oublier notre histoire et le rôle funeste qu’y a joué la couronne britannique.

Devant la statue de Champlain, dimanche, des orateurs se sont succédé, notamment Gilles Aubé, candidat du Parti Québécois dans la circonscription de Hull, et deux jeunes chefs de file indépendantistes, Marc-André Provost et Hamdi Souissi. Ils ont rappelé aux vaillants marcheurs que la souveraineté du Québec est plus nécessaire que jamais, malgré ce que voudraient nous faire croire le pouvoir de l’argent et du mensonge, notamment le président-directeur général du Québec, Paul Desmarais, avec ses journaleux à gages et son directeur du markéting, Jean Charest.

Les collabos d’Ottawa à Québec, une bande d’arrivistes corrompus et serviles dont la vraie nature est sans cesse plus évidente depuis qu’ils ont confisqué l’Assemblée nationale, sont en train d’essayer encore une fois de jeter de la poudre aux yeux des Québécois avec leurs illusoires promesses de renouvèlement du fédéralisme. Mais nous ne sommes plus dupes des tromperies fédéralistes. Nous avons déjà entendu le chant des sirènes de la minorisation. Nous savons qu’elles n’auront jamais rien d’autre à nous offrir que la honte de devoir quémander notre argent et des pouvoirs symboliques, à genoux devant Ottawa.

En nous proposant de réclamer l’exercice exclusif des pouvoirs en culture et en communications — ce qu’Ottawa n’acceptera jamais de toute manière, fort du jugement de la Cour suprême qui est à l’origine de la création du CRTC —, les minables profiteurs du Parti libéral du Québec pensent nous faire taire avec un hochet. Ils veulent que nous ayons comme grande ambition d’être maitres de notre folklore, pendant qu’Ottawa gardera la GRC, le SCRS, l’armée et son budget de 20 milliards par année, le pouvoir de nommer les juges, le pouvoir de déplacer les centres de décision à Toronto et le pouvoir de désavouer les lois du Québec.

Le Réseau de résistance du Québécois tient à féliciter les Québécois de l’Outaouais qui n’hésitent pas à monter aux barricades, comme ils l’ont fait dimanche, pour dire qu’ils ne reculeront jamais, même à quelques encablures d’Ottawa et qu’ils n’accepteront rien d’autre que l’affranchissement total de leur peuple. Ces fiers Québécois ne déposeront les armes que lorsque l’occupant sera rentré dans ses terres.

Nous devons choisir entre notre projet d’indépendance nationale et notre lente dissolution dans un régime monarchique auquel nous n’avons jamais adhéré librement, ni en 1763, ni en 1840, ni en 1867, ni en 1982, ni à aucun autre moment.

2 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Jean Rousseau Le 25 juin 2010 à 15h34

    L’INDÉPENDANCE VERSUS UN MEECH AMÉLIORÉ.

    Ce qui me différencie de ce mouvement de défense, (RRQ), se trouve le lieu de mon propos. Lequel influencera ma démarche en vue d’améliorer aussi le sort des québécois. Au contraire de la majorité, la capacité de réfléchir sur des tendances ou des croyances, ne me fait pas défaut et même m’avantage. Imaginons que les anneaux de la planète Saturne correspondraient à des stades. À un certain niveau, l’indépendance du Québec apparaîtrait possible, mais non à un autre plus profond, selon moi. Tant que l’on n’aura pas déterminée la valeur de l’orientation de base, on se perdra en placotage. Je suggère donc qu’un comité de libres-penseurs soit formé afin de trancher, (1).

    (1) Le professeur émérite du HEC, Omar Aktouf, définirait à la fois la norme de qualité de ce regroupement et s’inscrirait parfaitement tel un dépositaire de la profonde civilisation arabe, aussi inconnue de tous, que celle des Balzac, Baudelaire, Rousseau…

    Jean Rousseau, B. Ps
    spécialiste des ressources humaines
    courriel : jeanrousseau@live.ca

  2. 2 Paul Durand Le 27 juin 2010 à 19h36

    On pourrait aussi faire venir des Afrikains, des Italiens de la Sicile, des latinos du Mexique, des zoulous, des Pigmés, alouette. Qu’elle insignifiance,,, En quoi un comité de libres-penseurs va changer les discussions actuelles de salon. Quant on est rendu à faire appel aux Arabes pour réapprendre à marcher sur deux pattes, il ne reste plus grand chose à faire… La seule et unique façon c’est de rééduquer le peuple à savoir ce que c’est d’avoir une culture, des couilles du courage et un instinct de survie! Je vous suggère de lire le livre “Le dernier Testament de l’Occident” pour connaître tout sur notre perte, ses causes, ses résultats et ses conséquences.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article


Bernard Desgagné

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 151 articles

Profil: Le RRQ est une organisation de résistance qui considère l’indépendance du Québec comme nécessaire à la survie et au développement de la nation québécoise. Il tire son inspiration de toutes…

Afficher le profil complet

Fiche de l'article

Cet article de 896 a été rédigé par Réseau de Résistance du Québécois il y a 10 ans et 5 mois, le vendredi 25 juin 2010.

Il y a 2 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Politique, Québec, L'indépendance du Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2013: Le 161ème anniversaire d’Antoni Gaudí souligné par Google Après aujourd'hui, et ce, grâce à Google, plus personne, ou presque, ne devrait ignorer qui est Antoni Gaudí, cet architecte catalan de [...]

2011: Pour le bien de la cause, Pauline Marois doit s’éclipser Les événements des derniers jours ont confirmé bien des propos que j’avais tenus en 2008, lors de l’arrivée de Pauline [...]

2011: Plus de 45% de taux de chômage dans la bande de Gaza, selon l’ONU Le chômage dans la bande de Gaza vient de faire l’objet d’une nouvelle enquête de l’Agence de l’ONU pour les [...]

2011: Deux réacteurs nucléaires en alerte dans le Nebraska Deux réacteurs nucléaires dans le Nebraska, à proximité de la ville d'Omaha, ont été placés en alerte en raison des [...]

2011: Crise au PQ: le triomphe de Paul Desmarais La Presse publiait la semaine dernière une chronique d'Yves Boisvert intitulée « péquisteries terminales » dans laquelle on retrouve un [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages