Le dimanche 9 mai 2010

PolitiqueQuébec

Le renouvellement du fédéralisme canadien n’est qu’une grande illusion

83% des Canadiens refusent catégoriquement de reconnaître la nation québécoise

ActualitésCanada ]

Par Bloc Québécois

Au total, la situation a évolué dans la mauvaise direction. Toutes les avancées possibles pour le Québec dans le Canada qui font consensus auprès des répondants québécois sont rejetées par les Canadiens. Comme quoi il existe bel et bien deux solitudes, c’est-à-dire une nation québécoise et une nation canadienne.

« Vingt ans après l’échec de l’accord du lac Meech, le message des Canadiens à l’intention des Québécois est extrêmement clair: la possibilité de réformer le fédéralisme canadien pour répondre aux aspirations de la nation québécoise n’est qu’une grande illusion », a résumé le leader parlementaire du Bloc Québécois et député de Joliette, Pierre Paquette, à la suite de la publication des résultats d’un sondage de la firme repère communication recherche réalisé il y a quelques semaines pour le compte des Intellectuels pour la souveraineté (IPSO) et du Bloc Québécois.

« Le sondage vient malheureusement démontrer qu’il n’y a aucune volonté d’accommoder, de quelque façon que ce soit, le Québec qui s’est pourtant fait imposer unilatéralement, contre son gré la Constitution canadienne de 1982. Une constitution qu’il n’a toujours pas signée. On nous aime bien contrôlés! » a constaté le président des IPSO, Gilbert Paquette.

Les consensus québécois sont rejetés

Le sondage relève entre autres que, alors que 82% des Québécoises et des Québécois souhaiteraient que le Canada amorce une nouvelle ronde de négociations afin de trouver une entente constitutionnelle satisfaisant le Québec, 61% des Canadiennes et des Canadiens s’y opposent. De plus, bien que la Chambre des communes ait reconnu il y a quatre ans l’existence de la nation québécoise, 83% des Canadiens refusent catégoriquement de la reconnaître dans la Constitution canadienne, un geste qui serait pourtant apprécié par 73% des Québécois. Enfin, 71% des Canadiens s’opposent à tout nouveau partage des pouvoirs et des ressources entre Québec et Ottawa qui aurait pour effet de reconnaître au Québec un statut particulier.

Le président des IPSO souligne que l’opinion au Canada anglais témoigne d’un manque de respect révoltant envers la nation québécoise. « Sur le front linguistique, non seulement 69% des Canadiens ne souhaitent pas que le gouvernement du Québec dispose de plus de pouvoirs pour protéger la langue et la culture sur son territoire, mais ils sont 74% à penser que le Canada ne devrait pas respecter la loi 101 qui fait du français la seule langue officielle du Québec. Les Québécois, eux, souhaitent à 90% que la loi 101 soit respectée et veulent à 82% que le Québec puisse mieux protéger sa langue et sa culture », reprend Gilbert Paquette.

Le sondage souligne également que les conditions minimales de l’accord du lac Meech de 1990 ne sont plus acceptées par les Canadiens en 2010. Le droit de veto du Québec ou de retrait avec compensation des programmes fédéraux, même dans les champs provinciaux de l’éducation ou de la santé, est rejeté à 81%; la pleine juridiction du Québec en matière d’immigration est rejetée à 77%, ainsi que la nomination de juges par le Québec à la Cour suprême. On ne sera pas surpris d’apprendre que 84% des Canadiens s’opposent à donner plus de pouvoirs au Québec sur son territoire.

« Au total, la situation a évolué dans la mauvaise direction. Toutes les avancées possibles pour le Québec dans le Canada qui font consensus auprès des répondants québécois sont rejetées par les Canadiens. Comme quoi il existe bel et bien deux solitudes, c’est-à-dire une nation québécoise et une nation canadienne », ajoute le député de Joliette.

Le Canada nie le droit du Québec à l’autodétermination!

« Une autre constatation inquiétante que nous devons tirer de ce sondage : 70% des Canadiens interrogés considèrent que le Québec n’a pas le droit de se séparer du Canada. Pire, les Canadiens ne se contentent pas de nier le droit à l’autodétermination : 75% d’entre eux estiment que, si les Québécois décidaient quand même de tenir un référendum sur la souveraineté, une majorité de 50% plus un ne serait pas suffisante. Une proportion écrasante de 89% est d’avis qu’il appartient au Canada de déterminer la majorité qui est nécessaire ainsi que la formulation de la question », a relaté pour sa part le président des IPSO, Gilbert Paquette.

La souveraineté: la solution

« Le sondage nous force à constater une chose: que le Québec propose de demeurer au sein du Canada ou qu’il décide de devenir souverain, les Québécois ne peuvent compter sur la bonne volonté des Canadiens. Le faire serait se bercer d’illusions. Il nous faudra compter sur une majorité démocratique des Québécoises et des Québécois qui exercent leur droit de décider de leur avenir, car les Canadiens sont résolus à construire le Canada à leur manière, et ce, au détriment du Québec », a conclu Gilbert Paquette.

Ce sondage de la firme repère communication recherche effectué pour le compte des Intellectuels pour la souveraineté et du Bloc Québécois a été réalisé du 18 mars au 6 avril 2010 auprès de 101 Québécois et de 1007 Canadiens. La marge d’erreur est de trois pour cent, dix-neuf fois sur vingt.

Un commentaire à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Luc Gallo Le 9 mai 2010 à 9h23

    Je ne crois plus vraiment en un parti politique,qui avancera l’independance du Quebec.La preuve,lors du referandum de 49 pour cent pour ,et 51 contre,mais fortement influencer par nos petits agitateurs de drapeaux des Ontariens venus nous dire qu’ils nous aimais..Nous avions qu’a refaire un autre referandum quelques mois plus tard,pendant que le peuple etait chaud a cette idée..et nos amis Anglais rentrés chez eux,et ce manque d’informations pour un Quebec independant ou souverain

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 335 articles

Profil: Le Bloc québécois est un parti politique souverainiste social-démocrate, implanté exclusivement au Québec, bien qu'il soit un parti fédéral du Canada. La mission première du Bloc québécois est de mettre…

Afficher le profil complet

Fiche de l'article

Cet article de 793 a été rédigé par Le Bloc Québécois il y a 11 ans et 7 mois, le dimanche 9 mai 2010.

Il y a un commentaire suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Québec, Canada, Politique.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2012: Munitions « à létalité réduite » de la SQ: inhumain! Le député de Québec solidaire, Amir Khadir, souhaite, ainsi que des milliers de citoyens au Québec qui ont encore un [...]

2011: Le Réseau de Résistance du Québécois a besoin de votre aide Il arrive qu'on ne puisse pas militer. C'est arrivé à tout le monde. On regarde les choses aller, on aimerait [...]

2011: Le client roi…. Voilà un débat  qui s'installe... j'ai régulièrement l'occasion d'en discuter avec des confrères de mon métier ou d'autres secteurs d'activités.. [...]

2011: Projet de loi exceptionnel pour l’autoroute 73 « Le projet de loi 2 cherche à cacher l’incurie du ministère des Transports, à cacher une comédie d’erreurs pour [...]

2011: L’ascendance indigène ou culturelle Si lors d’un trajet, votre véhicule enregistrait un bruit suspect, le comportement approprié consisterait à le stopper afin de voir [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages