Le mardi 13 avril 2010

QuébecSociété

La langue, une impression de déjà vu!

Entre 1941 et 2006, “pas de changement significatif”

L'état de la langue française ]

Par Le Conseil de la souveraineté

Ainsi donc nous en serions toujours à 1941. Pourquoi 1941? Vraisemblablement pour noyer l’impact de la loi 101 qui pendant quelques années a fait progresser le français comme langue d’attraction mais qui, érodée à 200 reprises par les décisions de la Cour suprême du Canada, n’arrive plus à exercer le même attrait.

Dans La Presse de samedi du 10 avril 2010, côte à côte, un éditorial d’André Pratte et la réflexion d’un dénommé Travis Bickle m’ont ramené aux années 70. Comme si, depuis, rien ne s’était passé. Les mêmes trucages. Le même mépris. Et les mêmes acteurs.

Les mêmes trucages. Ai-je été distrait? Je ne crois pas avoir vu un reportage dans La Presse synthétisant, avec les chiffres, l’étude du député Pierre Curzi. Mais j’y ai lu au moins trois commentateurs la discréditant: Michèle Ouimet, Alain Dubuc et André Pratte. Ce dernier propose 1941 comme période de référence! Entre 1941 et 2006, “pas de changement significatif”. Ainsi donc nous en serions toujours à 1941. Pourquoi 1941? Vraisemblablement pour noyer l’impact de la loi 101 qui pendant quelques années a fait progresser le français comme langue d’attraction mais qui, érodée à 200 reprises par les décisions de la Cour suprême du Canada, n’arrive plus à exercer le même attrait, particulièrement depuis depuis 2001. C’est ce que démontre l’étude de Pierre Curzi.

Le même mépris. Alain Dubuc parle des “névrosés” de la langue. Michèle Ouimet, de “fond de commerce”. Le comble vient du dénommé Travis Bickel dont le responsable des pages Forum de La Presse, André Pratte, publie la contribution. Une pièce d’anthologie, reprenant un à un les arguments que les suprémacistes anglo-saxons de l’âge d’or du colonialisme “canadian” sur le Québec ont servis continuellement jusqu’au milieu des années 70.

En effet, pour eux, si au Québec l’anglais était la langue des affaires, de l’administration, du commerce, des rapports sociaux et des rapports politiques et s’ils n’avaient pas au cours de ces siècles appris un traitre mot de français,  ce n’étaient surtout pas parce qu’ils étaient les vainqueurs, les exploiteurs et les dominants, mais bien parce que les “frenchies” parlaient, comme le dit Bickle, un “français… de qualité inacceptable…une langue régionale, locale même”. Qu’à l’époque ils nommaient “french patois”. Il aurait suffi que nous parlions le français de France et, tous, ils s’y seraient mis! C’est certain! Donc, c’était notre faute!

Les mêmes acteurs. Power Corporation, aujoud’hui Gesca, tient encore le rôle d’opposant. Contre le projet de loi 101 il était aux avant-postes. Avec le Conseil du patronat, le monde des affaires et l’élite anglophone, il a livré une bataille titanesque qui n’a pas eu raison de l’entêtement d’un psychiatre, appelé Camille Laurin, qui, s’appuyant sur le mouvement social, ne s’est pas laissé intimider.

Et, à nouveau aujourd’hui, le mouvement social est au rendez-vous. En effet, dimanche, le Monument national n’était pas assez grand pour accueillir tous ceux et toutes celles qui voulaient participer au Grand Rassemblement convoqué par une coalition de 25 organisations. Le 22 octobre 2009 la Cour suprème du Canada sévissait encore une fois. Elle a invalidé la loi 104 adoptée à l’unanimité par l’Assemblée nationale du Québec pour interdire l’achat du droit constitutionnel de faire éduquer ses enfants dans le réseau public anglais en payant un séjour dans une école privée non subventionnée, dites “école passerelle”.

Mêmes acteurs? Mais quand est-ce que nous verrons un autre film?

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article


Gérald Larose

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 51 articles

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 520 a été rédigé par Le Conseil de la souveraineté il y a 9 ans et 2 mois, le mardi 13 avril 2010.

L'article n'a aucun commentaire. Soyez le premier à vous prononcer sur ce sujet. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous L'état de la langue française, Québec, Société.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2010: Sommet sur la sécurité nucléaire de Washington La rencontre organisée par les Etats-Unis, à washington, est la plus grande au niveau mondial depuis plus de six décennies. [...]

2010: Au Bénin, l’opposition fait bloc derrière Me Houngbédji La coalition de l’opposition béninoise a resserré les rangs et choisi son candidat unique en vue de la présidentielle de [...]

2010: Élections au Soudan Le département d’Etat américain a qualifié les élections soudanaises « d’important jalon » dans le processus de paix du pays, [...]

2010: Selon Obama, la coopération internationale essentielle à la sécurité nucléaire Al-Qaida et d’autres groupes terroristes tentent d’acquérir du matériel nucléaire et il faut les en empêcher à tout prix, a [...]

2010: Le dalaï-lama attire 10 500 personnes à Zurich Au lendemain d'une manifestation de solidarité avec le Tibet qui a réuni plusieurs dizaines de milliers de personnes, le dalaï-lama [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages