Le mardi 18 août 2009

QuébecSociété

Le Moulin à paroles: 24 heures de textes, de paroles, de mots dits…

Un spectacle consacré à la parole, aux mots dits qui construisent le long récit de notre présence en Amérique...

Par Le Conseil de la souveraineté

Le Moulin à paroles est né d’un désir, celui de faire entendre ces voix qui sont les nôtres depuis plus de quatre siècles. Ces voix, multiples, parfois contradictoires et de toutes provenances, ont forgé l’histoire de ce pays, ce qu’il est aujourd’hui, ce que nous rêvons qu’il sera demain.

C’est dans la fierté, l’enthousiasme et la fébrilité que Le Moulin à paroles prend vie. Cet évènement exceptionnel se déroulera au Pavillon Edwin-Bélanger sur les Plaines d’Abraham à Québec, du samedi 12 septembre à 15 h au dimanche 13 septembre à 15 h. Durant vingt-quatre heures, quatre-vingts artistes ou personnalités connues du grand public liront des textes puisés dans la littérature d’ici et qui témoignent, en prose, en poésie, en théâtre, de l’histoire du Québec depuis ses sources amérindiennes jusqu’aux multiples facettes de sa modernité.

Les six pales du Moulin à paroles tourneront en envolées oratoires de quatre heures chacune, reprenant chaque fois la même anthologie des quelque quatre-vingts textes choisis.

Le Moulin à paroles est né d’un désir, celui de faire entendre ces voix qui sont les nôtres depuis plus de quatre siècles. Ces voix, multiples, parfois contradictoires et de toutes provenances, ont forgé l’histoire de ce pays, ce qu’il est aujourd’hui, ce que nous rêvons qu’il sera demain.

« Nous voulons que ces vingt-quatre heures contribuent à nous identifier, nous donner une mémoire, à nous rappeler le long combat de nos mots contre l’âpreté du paysage, les préjugés, les batailles perdues » affirme la metteure en scène Brigitte Haentjens, membre du regroupement créé pour l’évènement. « Nous avons aussi constaté qu’une fois de plus, la devise qui nous qualifie, le je me souviens est encore trop souvent lettre morte. Notre histoire demeure souvent floue, imprécise et les textes qui l’ont jalonnée trop souvent méconnus » ajoute Mme Haentjens.

« Nous avons imaginé ce spectacle sans musique, sans orchestre, sans show-business. Un spectacle consacré à la parole, aux mots dits qui construisent le long récit de notre présence en Amérique : une narration indissociable de notre charpente, de notre être tout entier et sans laquelle il n’est pas de suite envisageable.» souligne Sébastien Ricard, comédien, musicien et coorganisateur du Moulin à paroles. « Nous pensons aussi qu’il est de notre devoir de citoyen de donner à ce pays quelque chose qui vient de lui. Nous avons donc souhaité le Moulin à paroles comme une mobilisation citoyenne, une représentation du peuple placée sous le signe de l’exigence et de la signifiance. » d’ajouter M. Ricard.

La liste des participants et des exemples des textes lus seront rendus publics sous peu.

5 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Soldat Sanspareil Le 18 août 2009 à 9h40

    En espérant que ces paroles du Chevalier de Lévis ne tombe dans l’oubli , je souhaite que ceux-ci résonnent de nouveau sur les plaines. Qui sera le porte voie?

    Citation du chevalier de Lévis lors de la bataille de Ste-Foy 1760..

    La seconde bataille des plaines d’Abraham !

    Chevalier de Lévis

    « Nos espoirs sont élevés. Notre foi dans les gens est grande. Notre courage est fort. Et nos rêves pour ce magnifique pays ne mourront jamais. »

    Soldat Sanspareil

    2ième bataillon du régiment de la Sarre

    Vive le Roy!

    http://www.regimentdelasarre.ca

  2. 2 Soldat Sanspareil Le 18 août 2009 à 9h41

    Il y a un moyen d’en apprendre un peu plus sur notre histoire, celui de la reconstitution historique. Les groupes de reconstitutions historique du Québec permettent de faire revivre une partie de notre patrimoine. Je vous invite donc à découvrir les groupes du Québec.

    Voici les groupes:

    Le 2e bataillon du régiment de la Sarre http://www.regimentdelasarre.ca

    La compagnie des Canonniers-Bombardiers de Québec http://www.ccbq.net/

    Les compagnons de la Nouvelle-France http://www.lescompagnons.org/

    Miliciens et réguliers du Marquis de Montcalm miliciensdemontcalm.allmyblog.com

    cf.geocities.com/miliciensetreguliers

    Le Détachement de la Colonie geocities.com/detachementdelacolonie

    La compagnie de Lacorne http://www.compagniedelacorne.org

    La Garnison de Québec http://www.lagarnisondequebec.com

    La Société d »Histoire In Memoriam – Soldat du Roy et Habitants en Canada www3.sympatico.ca/…/1750.htm et le nouveau site http://www.lashim.com

    Musée Stewart La compagnie Franche de la Marine http://www.stewart-museum.org/default.asp Les Habitants du Fort http://www.stewart-museum.org/default.asp

    Les Habitants de la Vallée du St-Laurent membres.lycos.fr/…/index.htm

    L’association d’histoire vivante du Québec Canada pages.videotron.com/ahvqc

    Le Corps historique du Québec reenacting.net/…/qhcf.html

    Prenez plaisir à découvrir ceux qui ont à coeur de garder notre histoire vivante.

    De plus le régiment de la Sarre a fait deux diaporamas sur la reconstitution historique, voici le lien pour les visionner:

    video.google.ca/videosearch

    En espérant que ceci change les perceptions et aide à reconnaitre ce que les groupes peuvent apporter à notre histoire commune.

    Soldat Sanspareil

    2e bataillon du régiment de la Sarre

    Vive le Roy!

  3. 3 Soldat Sanspareil Le 18 août 2009 à 9h42

    Il y a un moyen de rendre hommage à nos ancêtres de 1759 1760, voici un lien internet sur le sujet, à vous de militer pour ce rapatriement de notre patrimoine.

    Rapatriement des armoiries royales de France

    Par Soldat Sanspareil

    Il y a une belle occasion de rapatrier les armoiries royales de France qui se présentera en septembre 2009 à Québec dans le cadre du dévoilement du projet Montcalm. Je vois bien son retour au musée de l’Amérique Française près du drapeau de Carillon.

    [La Suite]

  4. 4 Gilles Ouellette Le 5 septembre 2009 à 21h18

    Heros de la riviere ouelle
    Histoire de nos ancêtres .
    Bataille gagnée par nos ancêtres
    à faire connaitre au grand public .
    Le moulin à parole pour faire connaitre notre histoire .
    Histoire de nos ancêtres qui se sont battus avec courage et qui ont reussis…

    ============================================
    PHIPPS REPOUSSÉ À LA RIVIÈRE_OUELLE PAR UN DE VOS ANCÊTRES AVANT DE
    L’ÊTRE DE QUÉBEC

    L’échec de Phipps à Québec, en 1690, et les fières paroles de
    Frontenac en cette occasion, “c’est par la bouche de mes canons que je
    répondrai à votre maître”, voilà qui est familier à tous les
    Canadiens-Français. Cet épisode historique a frappé notre jeune
    imagination sur les bancs de l’école, et nous ne l’avons jamais
    oublié. Mais il est un préliminaire de cet événement qu’il importe de
    mettre en relief dans le présent volume, parce qu’un de vos ancêtres
    en fut, avec d’autres, le héros.
    Les Bostonnais tentaient d’envahir le Canada par le golfe. Le curé de
    Rivière-Ouelle, ayant appris qu’une flotte considérable de vaisseaux
    américains remontait le fleuve, dans le dessein de s’emparer de la
    colonie, assembla ses paroissiens et les exhorta à s’opposer de toutes
    leurs forces au débarquement que les Bostonnais pouvaient tenter de
    faire à la Rivière-Ouelle. M. de la Bouteillerie, seigneur de la
    Rivière-Ouelle, était alors à Québec, et les habitants demandèrent à
    leur curé de les conduire lui-même au combat si l’occasion s’en
    présentait. M. de Francheville accepta sans se faire prier. Bientôt la
    flotte vint jeter l’ancre en face de la Pointe. On vit plusieurs
    chaloupes se détacher des vaisseaux et faire force de rames vers le
    rivage. Ce fut alors que les habitants de la paroisse, sous la
    conduite de leur curé, vinrent s’embusquer sur la lisière de la forêt,
    à l’abri des crans du rivage. Là, ils attendirent en silence l’arrivée
    des chaloupes qui approchainet rapidement. Comme la marée était haute,
    les embarcations chargées de soldats purent atterrir au bord des
    crans, à une faible portée des fusils.

    L’ordre se sauter à terre est donné et le débarquement commence à
    s’effectuer, sans qu’on ait soupçon du voisinage des tirailleurs
    canadiens. Dans ce moment de confusion qui accompagne toujours plus ou
    moins un débarquement pendant que les soldats prennent leurs armes, un
    cri de “Feu” retentit soudain à l’entrée du bois, c’était le
    commandement de l’abbé de Francheville. Au même instant, plusieurs
    détonations éclatèrent et une grêle de balles vint fondre sur les
    malheureux Bostonnais. La panique fut générale. Ceux qui n’avaient pas
    été atteints par les balles regagnèrent précipitamment leurs chaloupes
    et les vaisseaux, sans entendre la voix desofficiers qui essayaient de
    les ramener au combat. Cette défaite était le prélude du désastre qui
    attendait Phipps devant Québec.

    L’abbé Casgrain, dans son histoire de “Une Paroisse Canadienne
    (Rivière-Ouelle) au XVII ème siècle”, nous donne les noms des braves
    patriotes qui se battirent sous le commandement de l’abbé
    Francheville, en 1690. Ce sont:
    “François et Joseph Deschamps, fils de M. de la Bouteillerie; Robert
    Lévesque; Pierre Hudon; Charles Miville; Jean Miville; Galleran
    Boucher et ses deux garçons, Pierre et Philippe; Michel Bouchard et
    ses trois fils, Etienne, François et Pierre; Pierre Dancosse; Joseph
    Renault et son fils, Joseph; Guillaume Lisot et son fils, Claude; René
    Ouellet et quatre de ses enfants, Abraham, Mathurin-René, Grégoire et
    Joseph; Jean Pelletier; Jean Lebel et son garçon, Jean-Baptiste;
    Pierre Emond; Mathurin Dubé; Jean Mignot dit Labrie; Noële Pelletier;
    Jean Gauvin et son fils, Jean; Pierre de Saint-Pierre; Nicolas Durant
    et son fils Nicolas; François Autin; Sébastien Boivin et jean de
    Lavoye.”

    PHIPPS PUSHED BACK AT THE RIVIÈRE-OUELLE BY ONE OF YOUR ANCESTORS
    BEFORE BEING PUSHED OUT OF QUEBEC

    The failure of Phipps in Quebec, in 1690, and the proud words of
    Frontenac on this occasion, ” it is by the mouth of my guns that I
    will answer your Master “, are here familiar to all the
    French-Canadians. This historical episode struck our young imagination
    on the banks of the school, and we never forgot it. But it is a
    preliminary of this event which it is important to highlight in this
    volume, because one of your ancestors was, with others, the hero.
    Th Bostonnians tried to invade Canada by the gulf (St.Lawrence). The
    priest of Rivière-Ouelle, having learned that a considerable fleet of
    American vessels was up the (St.Lawrence) river, with the intention of
    seizing the colony, assembled his parishioners and exhorted them to be
    opposed with all their forces to the unloading which Bostonnians could
    try to make at Rivière-Ouelle. Mr. de la Bouteillerie, seigneur of the
    Rivière-Ouelle, was then in Quebec, and the parishionners asked their
    priest to lead them himself to the combat if the opportunity arose.
    Mr. de Francheville accepted upon request. Soon the fleet dropped
    anchor opposite the Point. One saw several launches being detached
    from the vessels and making force of oars towards the shore. Then the
    parishioners, under the control of their priest, place themselves in
    ambush on the outskirt of the forest, not far from the shore. There,
    they waited in silence, the arrival of the launches which were
    approching quickly. As the tide was high, the boats charged with
    soldiers landed at the edge of the forest, within a weak range of
    rifles.
    The command to jump themselves to the ground is given and the
    unloading starts to be carried out, without one having suspicion of
    the vicinity of the Canadian riflemen. In this moment of confusion,
    which always accompanies more or less an unloading, while the soldiers
    take their weapons, a cry of ” Fire ” resounds suddenly at the entry
    of wood, it was the command of the pastor de Francheville. At the same
    moment, several detonations burst and a hail of bullets poured on the
    unlucky Bostonnians. Panic was general. Those which had not been hit
    by the bullets precipitately regained their launches and the vessels,
    without hearing the voice of the officers who tried to bring them back
    to combat. This defeat was the prelude of the disaster which awaited
    Phipps in front of Quebec.

    Father Casgrain, in his history of ” a Canadian Parish (River-Ouelle)
    in the XVIIth century “, gives us the names of the patriotic brave men
    who fought under the command of Father de Francheville, in 1690. It
    is: ” François and Joseph Deschamps, sons of Mr. de la Bouteillerie;
    Robert Lévesque; Pierre Hudon; Charles Miville; Jean Miville; Galleran
    Boucher and his two boys, Pierre and Philippe; Michel Bouchard and his
    three sons, Etienne, François and Pierre; Pierre Dancosse; Joseph
    Renault and his son, Joseph; Guillaume Lisot and his son, Claude; Rene
    Ouellet and four of his children, Abraham, Mathurin-Rene, Gregoire and
    Joseph; Jean Pelletier; Jean Lebel and his boy, Jean-Baptiste; Pierre
    Emond; Mathurin Dubé; Jean Mignot dit Labrie; Noële Pelletier; Jean
    Gauvin and his son, Jean; Pierre de Saint-Pierre; Nicolas Durant and
    his son Nicolas ; François Autin; Sebastien Boivin and Jean de Lavoye.

    Quite a story!!

  5. 5 Melkhior007 Le 7 septembre 2009 à 9h43

    C’quoi la liste liste des textes lus???;-)

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 51 articles

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 375 a été rédigé par Le Conseil de la souveraineté il y a 10 ans et 9 mois, le mardi 18 août 2009.

Il y a 5 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Québec, Société.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2009: Le Moulin à paroles Comme toutes les folies, le Moulin à Paroles a pris naissance autour d’une table de souper dans la cuisine et [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages