Le samedi 15 août 2009

Société

Les racines anglo-normandes des anglais

L'anglais, une langue enrichie par le français

L'état de la langue française ]

Par Victorserge0

Cet article fait la démonstration qu’une grande partie du vocabulaire de la langue anglaise est issue du Vieux français. Il est temps que les anglophones reconnaissent que la richesse de leur langue provient en partie de l’ancien français.

1. L’anglais, une langue qui s’est nourrie au vieux français

C’est une douceur d’entendre les mots anglais venant du vieux français. Il en dégage une certaine sensualité :

Secrecy, elegance, flavour, vanity, serenity, glamour, gaiety, jolly, pleasure, easy, clamour, charity, mystery, marvel, savage, felony, fashion, cutlery, fatality, outrageous, ivory, joy, parody, grace, …….

Quelques uns d’entre eux sont adorables:

Dandelion (pissenlit), curfew (couvre feu) , to enjoy  (from en joie), to endeavour (from en devoir), to surrender (from se rendre),  counterpoise (from contre pois) , Mortgage, Cestui que,  corduroy (from corde du roy), jeopardy  (from jeux parti), counterattack (from contre attaque), counterfeit (from contrefait)……..

Beaucoup de verbes anglais utilisé régulièrement sont d’origine française:

Advance, attack, plunge, launch, carry, accept, visit, close, destroy, defend, visit, appear, change, claim, invite, punish, attempt, pay, complain, achieve, attend, regard, cancel, decide, cry, spy, reveal, count, explain, oblige, damage, dance, decide, caress, cover, enjoy, enter, remember, try, escape, pinch, suffer, fail, float, found, provide, travel, move, push, press, use, prove, study, turn, record, touch, accuse, abandon, agree, disappear, remain, retain, spell, grieve, garnish, finish, exploit, entertain, engage, describe, save, copy, invest, maintain, conceive, avail, judge , repair, attach, join, purvey, cause, realise, arrive, suppose, count, delay, detain, suspend, develop,  desire, adore, demand, reply, encourage, decrease, deceive,  cope, mount , search, remove, ETC…

Avez-vous soupçonné que  to hurt vient de  “hurter”, to stay de “estai”, to spend  de “despendre” , to carry de “carier”, to spell d’ “espeller”, to cost de “couster”, to try de “trier”, to spy de “espier”, to wait de “guettier”, screen de “escren”, to dig de “diger”, to allow de “allouer”…

Des milliers de mots venant du vieux français sont aujourd’hui méconnaissables  :

War, dress, faith, trip, strait, strain, afraid, foreign, school, candle, cheer, supper, flower, puppet, crook, nurse, parrot, spite, warrant, feeble, jail, nephew, season , leisure, kitten, chafe , warder, cabbage, murder, country, false, very, car, dean, inquest , proud, proof, beast, toast, dozen, middle, crust,  feast, jaunty, display,  pocket, wardrobe, vestry, wage, juggle, channel, apart, core, delay, rude, jungle, juice, pen, please, candy, kennel, tuft, crew, cull,  reward, coach, creek, usual, cordwainer, tower, van, fence,  crayfish, vouch, mess, career, mend, punch, plenty, careen, carpet, vowel, pouch, single, sponge, butcher, cherry, review, kerchief, mansion, people, peer, roastbeaf, store, shop, purchase, power, cartoon, cash, bowels,  several, single  etc…

D’autres ont conservé exactement leur forme du vieux français mais ont disparu de la langue française : challenge, grief, bargain, alien, fool, noise,  casual, size, recreant, close, feature, remain, devise, nice, devoid, rave , several, nice, remember, etc ………

La langue anglaise a conservé quelques insultes venant du vieux français : bastard, rascal, villain, bugger, fool, coward, minion, rapscallion,  .  Beaucoup d’autres ont malheureusement disparu comme  “cuillon” par exemple.

Beaucoup d’expressions anglaises sont des calques d’expressions françaises comme le célèbre  “how do you do” qui vient de Comment le faites-vous, remplacé aujourd’hui par comment ça va en français moderne. Autre exemples :

  • instead : en lieu de
  • How do you do:  Comment le faites-vous
  • It goes witout saying : cela va sans dire
  • In principle : en principe
  • The beginning of the end : le commencement de la fin
  • Flea market : marché au puce
  • Ivory tower : tour d’ivoire
  • for-give : par-don
  • because : par cause
  • Adam’s apple :  pomme d’Adam
  • bushmeat : viande de brousse
  • crime of passion : crime passionel
  • pastime : passe-temps

La langue anglaise a également beaucoup emprunté aux dialectes français du nord ou du Sud, comme to jump venant du provencal  jumba,  emprunté pendant la guerre de cent ans. Ou encore to waste qui vient du picard waster, déformation, gâter.

Beaucoup de gens pensent que la langue anglaise est une langue essentiellement  germanique provenant du vieil anglais, mais si on a de bonnes bases en étymologie on peut constater que cette idée est en grande partie fausse.

L’anglais est, en effet, composé à hauteur de 27 % de vocabulaire venant du vieux français et d’autant du latin ainsi que 5 % de grecque et 5 % de divers. Environ 27 % du vocabulaire provient du vieil anglais. Le vocabulaire pour certains domaines (économie, justice et loi, alimentation, science militaire, politique, mode, etc.) est essentiellement composé par des mots venant du vieux français et du latin

L’anglais moderne est née de la fusion du viel anglais et du vieux français et avec un apport considérable de vocabulaire par le latin et le grecque. Du 11ème siècle jusqu’à la fin du 14ème siècle, les élites anglaises était parfaitement bilingues. Les deux langues étaient facilement mélangées, un peu comme le chiak parlé à l’Est du Canada.

2. Histoire de la langue anglaise

Les langues germaniques ont adopté des centaines de mots latins depuis l’antiquité, quand les germains servaient Rome comme légionnaire ou simplement par le commerce. Par exemple: anchor, butter, camp, cheese, chest, cook, cuppa, devil, dish, fork, gem, inch, kettle, kitchen, linen, mile, mill, mint (coin), noon, pillow, pin, pound, punt (boat), sack, soap,  street, wall, wheat et wine,  ont été adoptés avant le Vème siècle.

Plus tard le latin a continué à influencer le vieil anglais par l’influence de l’église: abbot, altar, apostle, bishop, clerk, disciple, pear, martyr, mass, minister, monk, psalm, nun, paper, pope, priest,  sickle, shrive, etc…

La conquête de l’Angleterre en 1066 par Guillaume le conquérant change profondément la nature de la langue anglaise par une invasion massive de vocabulaire et de nombreux changement au niveau de la syntaxe et de la prononciation de l’anglais (spécialement le son ch et sh), l’adoption des préfixes  (de, dis, inter, pro, sub, al, ex, pre, sur, counter, ..)  et suffixes latins (tion, able, ible, ment, ant, ent,  er..)

Le dialecte normand, proche du vieux français avec néanmoins quelques différences, a en premier influencé le vieil anglais mais avec une influence mineure et environ 1000 mots adoptés par l’anglais, ce qui est déjà beaucoup: jacket, money, tailor, war, causeway, cauldron, garden, candle, crown, accustom, butler, eagle, mayor, oil, cater, guards, castle, wicket, plank, mushroom,  soldier etc ….

La majorité des mots venant du français sont entrés entre le 13 et 14ième siècle paradoxalement quand le français perd sa place de langue officielle en 1366. Néanmoins, il sera largement utilisé comme langue administrative jusqu’à la moitié du 14ème siècle et comme langue de justice jusqu’au 17ème siècle.

Après le 14ème siècle, l’entrée de mots français diminue mais reste importante, car elle reste une langue de prestige jusqu’à aujourd’hui. On peut estimer à plus de  30 000 les mots d’origine française composant l’anglais d’aujourd’hui, et beaucoup sont utilisés quotidiennement.

Les conséquences  :

  • Le mot venant du vieux français remplace un mot du vieil anglais : ‘crime’ remplace ‘firen’ et ‘uncle’ remplace ‘eam’;
  • La formation de nouveau mot en combinant un mot du vieux français avec un du vieil anglais :  gentle et man pour gentleman ,  grand et mother pour  grandmother;
  • Les deux survivent en exprimant des nuances différentes : ‘doom’ et  ‘judgment’, ‘wish’ et ‘desire’, throw et launch, walk et march, wedding et marriage, home et house, love et amorous, continue et go on, give up et abandon, beat et batter, weak et feeble, arm et weapon, feed et nourish, etc. Il y a des doublons, voire des triplets, pour la majorité des mots de langue anglaise. La richesse de la langue anglaise vient de ses doublons qui lui permettent d’avoir un vocabulaire très riche, donnant la possibilité d’exprimer de nombreuses nuances.

3. Mixité du vocabulaire de l’anglais

Quelque soit le domaine, on trouvera toujours une proportion plus ou moins égale de vocabulaire provenant de langues gréco-latine et de langues germanique. Quelques exemples.

La famille

Origine latine: uncle, aunt, cousin, nephew, parent, family, descendant, marriage, mummy, conjugal, divorce, relative, niece,  polygamy, genealogy , spouse, spousal, to espouse, espousal…

Origine germanique: brother, mother, dad, daughter, wedding, sister, son , father, elderly

Mixte: Grandfather, grandmother

Agriculture

Origine latine: agriculture, poultry, pullet, capon, cock , mule, rabbit, manger, stable, farm, grange, peasant, soil, vegetable, vine , mutton ,  beef, veal, ruminant,  bovine,  potatoes, rice, cattle, tractor, fruit, grasp, arable, cultivation, plantation, fertilizer, pesticide,  cereals, agronomy, irrigation, silo, Bale,  tomatoes,  peppers,  aubergine, cotton, tobacco, coffee, plant, horticulture, culture, intensification, melon, pear, peach, sugar, mule, cultivate, fertilize,  pasture, prairie, manure, rotation, compost, pest, oil,  carrot, mushrooms,  onions ,  to inseminate, to bray, cooperative, farm machinery…

Origine germanique: cow, ox, calf, ewe, lamb, kid, flock, pig, hen, horse, mare, bull, donkey, duck, chicken, goose, egg, harvest, crop, barley, wheat, sheep, goat, field, plough, breeding, meat, milk, beans, meadow, grassland, seed, yield, hay ass, lay egg, herd, apple, raspberry, strawberry,  to neighs, to grunts, to cackle, land, livestock, cowboy, orchard , mower…

5. L’étude de l’anglais sous l’angle du germanisme

L’influence du vieux français et de la langue française en général sur la formation de l’anglais est souvent sous-estimée dans de nombreux sites sur la langue anglaise . Nous recommandons celui-ci: http://www.anglo-norman.net/

Beaucoup font l’erreur de vouloir comparer le français moderne et l’anglais moderne, alors que le français moderne a subi des changements considérables en neuf siècles.  L’anglais a conservé énormément de mot du vieux français, aujourd’hui disparu dans le français moderne, ainsi que l’orthographe et la prononciation.

À titre d’exemple, beaucoup de gens confondent le français classique, proche du français moderne, qui a peu influencé la langue anglaise.

Exemple : Sçavoir faisons, à tous presens et advenir, que pour aucunement pourveoir au bien de nostre justice, abréviation des proces, et soulaigement de noz subiectz, avons, par edict perpetuel et irrevocable, statué et ordonné, statuons et ordonnons les choses qui s’ensuyvent (tirée de l’Ordonnance de Villers-Cotterêts, par François Ier, 1539)

Ce dernier reste compréhensible pour un francophone, alors que le vieux français est réellement très difficile à déchiffrer pour un francophone : En ceste tere ad asez osteiet / En France, ad Ais, s’en deit ben repairer / Vos le sivrez a la feste seint Michel / Si recevrez la lei de chrestiens / Serez ses hom par honur e par ben.

Selon certains étymologistes, un anglophone ayant une bonne connaissance de sa langue a plus de facilité à comprendre du vieux français, car la langue anglaise contient encore des milliers de mots de cette langue avec leur sens aujourd’hui disparu dans le français moderne.

De la même manière, la plupart des études indiquent que le Brythonic, langue des celtes habitant l’actuelle Angleterre, n’aurait eu aucune influence sur la formation de la langue anglaise pour la bonne raison qu’ils auraient été chassés ou exterminés par les anglo-saxons au Vème siècle, suite à la chute de l’empire romain. Ces théories, souvent insufflées par le nationalisme du 19ème siècle, sont totalement démenties par de récentes recherches en génétique et en archéologie. Plusieurs études génétiques sur la population anglaise montrent que les anglais sont proches des irlandais et des gallois et très éloignés des néerlandais.

La grande majorité des britons sont restés en Angleterre après l’invasion du pays par les angles et saxons, d’ailleurs peu nombreux, comparé à une population de plus deux millions d’habitants. Ces derniers se sont imposés comme une aristocratie qui a imposé sa langue qui d’ailleurs ne s’est qu’imposé que très progressivement, le nord de l’Angleterre en cambrie parlant encore une langue celte lors de l’arrivé des normand en 1066. De plus, de récentes recherches linguistiques montrent que le Brythonic a tout de même eu des influence sur la formation du vieil anglais au niveau de la prononciation et de la syntaxe, mais en laissant peu de vocabulaire.

La langue anglaise est germanique à l’origine. Elle est aujourd’hui globalement une langue mixte germanique et latine. Elle ne peut pas être considérée comme une langue germanique au sens stricte comme le suédois ou l’islandais.

D’une manière générale les historiens anglais ont énormément exagéré les origines anglo-saxonnes du peuple anglais en déniant ou minimisant les autres: celte et anglo-normande. Cela s’explique. Le nationalisme anglais s’est nourri des conflits avec la France pendant des siècles et l’empire britannique s’est bâti par une domination impitoyable sur les peuples celtes irlandais et écossais. En créant au 19ème siècle le mythe de l’extermination des britons, les historiens anglais ont essayé de faire croire que les anglais descendaient entièrement des anglo-saxons c’est à dire une pure race germanique, condition pour les concepts racistes du 19ème siècle pour dominer le monde, car la race aryenne serait une race supérieure. À cela se rajoutait la vision chrétienne du peuple élu souvent glorifié par certaines églises protestantes. Finalement, cela justifiait bien l’empire britannique.

Depuis le 8 mai 1945, il est bien évident que ce genre de théorie ne peut plus être vulgarisé. Néanmoins, par conservatisme, les milieux historiens s’en tiennent encore à la vision anglo-saxonne de l’histoire de l’Angleterre. Quelques historiens montrent heureusement aujourd’hui l’importance fondamental de la culture française jusqu’à à la fin du moyen âge au 14ème siècle en angleterre.

4. L’Angleterre anglo-normande

La période anglo-normande a façonné le royaume britannique par les conquêtes anglo-normandes du pays de Galle et de l’Irlande, ainsi que la création des institutions royales britanniques, dont le célèbre ordre de la jarretière. Si on se livre à une simple recherche étymologique des noms anglais, tous les anglais ont du sang anglo-normand dans leur veine. Beaucoup de noms normands ont été anglicisés et ne sont pas reconnaissables: Bon cœur et Bunker, Stephane de Bretagne et Stevens par exemple. Le grand écrivain Chaucer du 14ème avait un grand père francais appelé Chaussier.

Il est temps que les anglais soient fier de leurs racines Anglo-normande et Britonnique, et acceptent d’être le résultat d’un magnifique métissage de trois cultures: des celtes parlant une langue germano-latine et une culture celte et anglo-normande.

À cela, ils se rapprochent des français qui sont des celtes parlant une langue latino-germanique et porte le nom d’une peuplade germanique.

Honni soit mal y pense sacre bleu!

13 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 FAURE Le 16 août 2009 à 14h29

    Cher ami,
    J’aime beaucoup votre article, très solidement étayé, qui tord le coup à des stéréotypes très ancrés. Je serais même tenté de pêcher par excès et de faire mien la boutade vacharde de Clémenceau: “L’anglais, c’est du mauvais français”.
    PS. Pourquoi dites-vous “du vieux anglais”? J’éviterais le hiatus et dirais “du vieil anglais”.
    Amitiés cordiales

  2. 2 Dave Le 16 août 2009 à 15h41

    j’ai aussi beaucoup aimé lire cet article. J’ai étudié plusieurs langues et j’aime faire les liens entre elles. De plus, je trouve que chaque langue contient une part d’histoire, ce qui se reflète très bien ici!

    P-S: Il est vrai que le terme “vieil anglais” est mieux que le terme “vieux anglais”. C’est pourquoi j’ai pris la décision d’effectuer les corrections dans le texte, en espérant que l’auteur de l’article n’y voit pas d’inconvénients.

  3. 3 Victorserge0 Le 17 août 2009 à 15h53

    merci pour les compliments ! en général j’ai plutôt droits aux sarcasmes quand je ne suis pas censuré ou même interdit de forum.

    Le nationalisme anglais est basé sur la race et ses origines germaniques. Quelques nationalistes forts extrèmistes rêvent même d’un auschwiste linguitique en éliminant les mots d’origine française : http://en.wikipedia.org/wiki/Anglish et http://anglish.wikia.com/wiki/English_Wordbook

    Actuellement j’ai quelques projets pour combattre et démystifier ce qu’on pourrait comparer à une forme de nazisme. Ce sont d’ailleurs les conceptes racistes anglais du 19ième siècle qui ont permit aux penseurs du IIIième Reich d’élaborer leurs théories fumeuses

  4. 4 Hugo Shebbeare Le 17 août 2009 à 16h58

    Merci, je suis contente de voir VictorSerge parler des franco-normandes. It’s rather intresting to see you bring it up right after I pointed it out to the other week. Who said we weren’t proud of these origins, btw?

    And for those who still think cancelling the re-enactement was justified (in fact it was still done in the U.S.A, see the Globe and Mail article) – why do the English themselves still celebrate the Norman invasion still?
    Voir: http://www.google.ca/search?hl=en&q=battle+of+hastings+reenactment&meta=&aq=0&oq=battle+of+hastings+re
    Nous devons etre un peu plus mature au niveau de la comprehension de l’histoire ici – even if they are ‘so-called` humiliating defeats hundreds of years ago.

  5. 5 Victorserge0 Le 17 août 2009 à 23h58

    Je sais bien que beaucoup d’angais sont fiers de ces origines et que le vrai noblesse anglaise est anglo-normande.
    Néanmoins le nationalisme anglais s’est construit sur d’autres bases au 18ième et 19ième et en particuliers sur le mythe d’une angleterre saxonne idéalisée, il suffit de parcourir internet pour s’en convaincre.
    Quand à ‘invasion anglo-normande ce n’est pas une défaite mais plutôt une naissance, l’angleterre d’anjourd’hui en est le produit .
    C’est par rapport à cette histoire que les rapports entre anglais et français sont particuliers et orageux avec une alternance de haine et d’amour

  6. 6 Hugo Shebbeare Le 19 août 2009 à 10h44

    Les franco-normands, à l’époque, partagent du sang de quasiment toutes les maisons Royaux d’Europe – d’abord par les Rois Danois, et de la famille de Charlemagne (arrière-grand fille Anne Perceval) jusqu’à la Byzantine (Basilius I et Comenus I).
    Quand il se sont installés en Angleterre il se sont mariés avec les Gaulois, Écossais, Irlandais, Angles, Saxons..etc de chaque coin du Royaume afin de s’assurer la loyauté.
    The ideals are those espoused by those of the Templars, in part, that you bring in people from any nation and work together to form a stronger country – too bad our nations here forget that too often.

  7. 7 Victorserge0 Le 23 août 2009 à 2h15

    voici la liste des familles normandes qui ont pris part à la bataille d’hasting, du moins la noblesse car la liste contient quelques centaine de nom alors qu’ils étaient plus de 20 000 : : http://www.robertsewell.ca/dives.html
    beaucoup ont laissé une descendance en angleterre

  8. 8 cr0vax Le 27 août 2009 à 2h50

    Les anglais des celtes ? Non … C’est bien la différence avec les gallois, les irlandais et les écossais.

  9. 9 Hugo Shebbeare Le 27 août 2009 à 15h17

    Yes, very good Victor – mais attention de dire ‘Le nationalisme anglais est basé sur la race et ses origines germaniques’ – that’s way too much of a generalisation. R
    obert D’Ivry (ivri dans la list) est aussi appeller Percheval / Perceval / Percival. His descendants, to this day are involved in the Royal household and at the top of other institutions like the BBC, voir SVP pour plus de détails:
    http://www.independent.co.uk/arts-entertainment/obituary-david-graham-1113412.html

  10. 10 Victorserge0 Le 27 août 2009 à 15h31

    Si si au 19ième siècle la nationalisme anglais s’établissait essentiellement sur ces origines saxonne et viking
    Aujourd’hui c’est moins vrai mais il n’est pas rare de tomber sur des sites historiques qui présentent la période ango-normande comme une catastrophe pour l’angleterre et ne trouve strictement rien à redire à la supposé et fantasmé extermination des britons (ce qui est aujourd’hui complétement réffuté par les recherches scientifiques donc par conséquent les anglais descendent en partie des celtes)

  11. 11 CLOVIS Le 6 septembre 2009 à 2h24

    Cette discussion est un magnifique cours d’histoire, qui m’apporte beaucoup.
    Bravo et merci à son auteur.
    Si j’ai bien compris, l’origine Anglo-Saxone des Anglais ne serait pas si importante qu’il y parait aujourd’hui, et cet aspect là de l’Anglais serait plus le résultat d’une volonté déterminée d’en occulter une autre.
    La question que je me poserais serait:
    Pourquoi??? Les anglais préfèrent-ils plus se reconnaitre anglo-Saxon que Anglo-Normands?
    En tous cas tout ça est bien cherché et bien écrit..

  12. 12 Victorserge0 Le 12 septembre 2009 à 12h54

    à cause de l’histoire, la france était l’ennemi hérédaire , les anglais en opposition à la France ont exalté la période anglo-saxonne finalement assez courte, à peine 5 siécles. Quand aux origines celtes elle ont été refoulées car les celtes étaient considérés comme des êtres inférieures jusqu’au 19ième siècle

  13. 13 Flocon Le 17 février 2010 à 7h04

    Belle analyse sur laquelle je suis tombée par hasard. Lorsque l’on étudie les langues, la cuisine, l’artisanat, la culture en général, on évalue assez vite à quel point l’Europe (au sens large et même en la dépassant) a connu une fusion, puis éloignement, des langues au fil des siècles, conquêtes, alliances, transactions, modes…
    L’Angleterre et la France sont voisins, même la langue russe a pourtant aussi ses origines latines notamment.
    Le monde n’est qu’une boule que les peuples n’ont cessé d’arpenter – n’en déplaise aux nationalistes de tout poil.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Articles rédigés: Un seul article

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 2,200 a été rédigé par Victorserge0 il y a 9 ans et 11 mois, le samedi 15 août 2009.

Il y a 13 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous L'état de la langue française, Société.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2009: Conflit d’intérêt chez Hydro-Québec: Thierry Vandal a perdu la confiance du peuple Le député de Jonquière et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’énergie, Sylvain Gaudreault, estime que, devant l’accumulation des faux [...]

2009: Don de 250 000$ d’Hydro-Québec au Collège Notre-Dame « Alors que le taux de décrochage scolaire est à son plus haut niveau dans nos écoles publiques et plus [...]

2007: Travailler avec TTC : n’importe quand ! Vous revenez d'une journée chargée et vous avez besoin de quelque chose d'explosif, de coloré et qui va vous donner [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages