Le jeudi 8 mars 2007

Politique

Jean Charest a un passé qu’il aimerait mieux oublier

Campagne électorale québécoise 2007 ]

Par AmériQuébec

Pendant que Jean Charest se permet d’aller dans Charlevoix pour traiter des “saines habitudes de vie” et de partition du Québec , pourquoi ne pas en profiter pour reculer au moment où ce dernier était ministre fédéral d’État à la Jeunesse, à la Condition physique et au Sport.

Pendant que Jean Charest se permet d’aller dans Charlevoix pour traiter des “saines habitudes de vie” et de partition du Québec , pourquoi ne pas en profiter pour reculer au moment où ce dernier était ministre fédéral d’État à la Jeunesse, à la Condition physique et au Sport.

À l’époque, alors que Jean Charest était ministre pour le parti progressiste conservateur, il avait fait une grave erreur et il a dû démissionner :

Pendant qu’il se trouve en Nouvelle-Zélande lors des Jeux du Commonwealth en janvier 1990, il démissionne du Cabinet pour être intervenu dans une cause juridique et avoir malencontreusement communiqué avec un juge dans une affaire concernant l’Association canadienne d’athlétisme.
Si Jean Charest peut se permettre de reculer dans le passé d’André Boisclair ou de Mario Dumont, critiquant leurs positions, c’est parce qu’il croit qu’on a tous oublié ses erreurs passées. Il devrait essayer de nous convaincre avec son semblant de programme à la place.

Pourtant, celle-ci en est une de taille, car il est absolument impensable qu’un ministre tente d’influencer un juge dans un état comme le nôtre.

Le judiciaire doit être complètement indépendant de l’exécutif, et ne subir aucune influence de personne, car vous imaginez quelle genre de justice ça ferait si un membre du gouvernement pouvait influencer le jugement en sa faveur..

Voici un extrait qui contextualise…

D’après le Devoir du 21 décembre 2006 :

En 1990, [Jean Charest] avait dû quitter ses fonctions de ministre fédéral d’État à la Jeunesse, à la Condition physique et au Sport pour avoir téléphoné à un juge de la Cour supérieure du Québec avant que celui-ci ne rende sa décision dans la cause opposant un entraîneur à l’Association canadienne d’athlétisme. Brian Mulroney avait qualifié le geste de «viol technique» des directives du cabinet interdisant aux ministres d’intervenir dans le processus judiciaire.

Je n’y croyais pas… et surtout je n’arrivais pas à croire qu’un homme qui a tenté de miner l’indépendance des tribunaux puisse aujourd’hui être Premier Ministre du Québec. J’ai donc cherché sur le site du Parlement du Canada et c’est là que j’ai trouvé :

CHAREST, Jean J.
Ministre d’État (Jeunesse), ministre d’État (Condition physique et sport amateur) et leader adjoint du du gouvernement à la Chambre des communes
Tenta de téléphoner à un juge quelques minutes avant que celui-ci ne rende son jugement.

Il me semble qu’il y a des erreurs qui ne se pardonnent pas, surtout quand on sait que cet homme a été avocat auparavant!

Cette semaine, Jean Charest se permet de jouer comme constitutionaliste en parlant de la partition du Québec. Sur ce qui est du domaine de la partition, laissant entendre qu’elle est possible, Charest nous ment encore éhontément, et il le sait!

Juridiquement, Jean Charest n’a pas d’argument:

Le Québec n’est pas divisible

Le Soleil, Cliche, Jean-François, jeudi le 8 mars 2007

Avec ou sans lapsus, la partition d’un éventuel Québec indépendant ne trouverait de fondement ni dans la Constitution canadienne, ni dans le droit international, ont affirmé hier au Soleil deux professeurs de la faculté de droit de l’Université Laval.

Le premier ministre Jean Charest a rallumé ce débat mardi en affirmant que la question du morcellement du territoire québécois se poserait à coup sûr au lendemain d’un référendum où le Oui l’emporterait. M. Charest a ajouté qu’il ne croyait pas que le Québec était indivisible, mais il est revenu sur cette dernière déclaration quelques heures plus tard, mardi, précisant qu’il avait commis un lapsus.

Cependant, que ces propos aient fidèlement reflété sa pensée ou non, ils ont peu ou pas de fondement juridique, estiment Eugénie Brouillet et Charles-Emmanuel Côté, nos deux professeurs de droit.

La Constitution canadienne protège en effet les frontières des provinces, rappellent-ils, et cette garantie prévaudrait encore à une négociation d’indépendance, puisque le Québec se trouverait alors toujours dans le cadre juridique canadien.

Ottawa n’aurait d’ailleurs pas intérêt à tenter de modifier les frontières, ajoute Mme Brouillet, car la Cour suprême du Canada a statué, d’une part, qu’Ottawa et Québec auraient l’obligation de négocier de bonne foi et que, d’autre part, ce serait la communauté internationale qui jugerait de cette bonne volonté.

Or, poursuit Mme Brouillet, le Québec a déjà indiqué qu’il n’accepterait pas le morcellement de son territoire. On peut donc “imaginer que si le fédéral en faisait une condition d’échange dans le cadre d’une négociation, cela pourrait être vu négativement par la communauté internationale. Et ça (cette mauvaise foi perçue du fédéral) militerait en faveur de la reconnaissance du Québec. Alors il est, à mon avis, loin d’être certain que le fédéral jouerait ce gros jeu-là.

Si cette phase de négociation devait échouer, ce serait alors le droit international qui prendrait le relais – et qui, lui aussi, protégerait les frontières du Québec telles qu’elles sont.

En l’absence de traité dictant les conditions d’une sécession, explique M. Côté, le droit international veut que l’on cherche les règles à suivre dans la “coutume internationale”, c’est-à-dire dans la pratique récente des États dans des circonstances semblables.

Et cette pratique récente suit un principe de droit nommé uti possidetis juris, qui veut que les États nouvellement indépendants conservent ce qu’ils possédaient déjà. Cette règle serait d’ailleurs facilement applicable aux États fédérés – comme le Canada ou, il y a quelques années, l’URSS et la Yougoslavie – , puisque leurs composantes ont déjà des territoires bien délimités.

Obligation

Cette “protection” internationale du territoire québécois serait cependant assortie de l’obligation, pour un Québec souverain, de traiter ses minorités respectueusement, ajoute M. Côté. Mais cela ne change rien au fait qu’en redessinant des frontières sur une base ethnique, on se trouverait à enfreindre une des finalités fondamentales du droit international, qui est de préserver la paix et la sécurité internationales.

Sans compter, ajoute Mme Brouillet, qu’un autre principe du droit international, le “droit à l’autodétermination des peuples”, ne s’appliquerait pas à certains des groupes qui pourraient réclamer la partition. Pour se prévaloir de ce droit, explique-t-elle, une communauté doit d’abord se considérer elle-même comme un peuple, et non comme une partie d’un peuple habitant un territoire voisin, comme la communauté anglophone de l’ouest de Montréal, par exemple.

3 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Geneviève Le 9 mars 2007 à 15h02

    Ouais….c’est beau. Charest passe son temps à décrier ses adversaires, il devrait commencer par se regarder, il n’y a pas de quoi à être fier. Que Charest cesse donc de chercher la moindre petite bibitte chez les P.Q. et l’A.D.Q. Lui, il en a une méchante grosse bibitte qui le suivra tout au long de son parcours.

    Si quelqu’un d’autre aurait osé poser un geste comme ça, c’est la porte de la prison qu’on lui aurait montré.

    Après ça, on se demande pourquoi tant de gens ne vont pas voter.
    Quand le chef du parti n’est plus crédible, il y a un gros problème

    Puis concernant les autres citoyens qui votent pour le parti libéral, il serait grand temps d’enlever vos grosses lunettes noires, Charest n’inspire aucune confiance.

    Je vous le répète encore, sa devise, mentons, mentons, mentons,
    il y aura toujours des ignorants pour voter libéral.

  2. 2 Victorserge0 Le 12 août 2009 à 6h00

    charest est le frère jumeau de Nicolas Sarkozy

    En France il n’y a plus d’indépendance de la justice et les juges sont aux ordres du ministère
    Les conséquences : les amis du présidents qui volent des millions ont droit à l’impunité alors que les petits voleurs à 5 € peuvent eux prendre de très lourdes peines. Quant à ceux qui ont manqué de respect à sa suffisance et empereur de France Nicolas Sarkozy les juges n’hésite pas à envoyer en prison pour un mot de travers

    Enfin plus je les regarde plus je trouve que les deux se ressemblent comme deux goutte d’eau dans la nullité et l’abjecte

    La France et le Quebec sont tombés très bas pour avoir voter pour deux larrons dont la vrai place est dans une cellule de 2 m2

  3. 3 Jean Charest et les juges - Amériquébec Le 14 avril 2010 à 22h18

    […] le feu en entretenant des relations fort particulières avec le judiciaire. Dès 1990, ce dernier a dû abandonner le poste de ministre de la Jeunesse et du Sport amateur qu’il occupait dans le cabinet conservateur de Brian Mulroney, et ce, parce qu’il s’était […]

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 442 articles

Afficher le profil complet

Fiche de l'article

Cet article de 990 a été rédigé par AmériQuébec il y a 13 ans et 9 mois, le jeudi 8 mars 2007.

Il y a 3 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Politique, Campagne électorale québécoise 2007.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2013: Sex-ratio en Indes: 400 hommes pour 100 femmes Selon Wikipédia, dans certaines régions rurales en Inde, on a environ 400 hommes pour 100 femmes. C'est un problème extrêmement [...]

2013: 8 mars, jour férié ? Une gynocratie, c’est quoi? – Vidéo Dans quelques pays aujourd'hui 8 mars c'est jour férié afin de marquer la Journée internationale de la femme. Ainsi, au [...]

2012: Journée internationale des femmes: une mère appuie les étudiants dans leur lutte Cette lettre est en train de devenir virale sur Facebook ((LETTRE OUVERTE D'UNE MÈRE AU MINISTRE DE LA SÉCURITÉ PUBLIQUE: [...]

2011: Un incendie éclate dans un des tunnels de l’Université Laval Lundi en fin de journée, un incendie s'est produit dans un des tunnels de service de l'Université Laval. Le feu [...]

2010: Manifestation pour l’abolition du poste de lieutenant-gouverneur Voici des extraits de la manifestation du Réseau de Résistance du Québécois pour l'abolition du poste de lieutenant-gouverneur, tenue le [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages