Le lundi 27 août 2012

QuébecPolitique

Vote à domicile: une dame amnésique de 95 ans contrainte à voter pour le PLQ?

Un témoignage troublant circule depuis samedi sur Facebook

Campagne électorale québécoise 2012 ]

Par AmériQuébec

En 2012, on aurait pu penser que ce genre d’histoire n’existait plus. Or, une femme originaire de Gatineau soutient que des individus ont profité de l’état de vulnérabilité de sa mère amnésique de 95 ans afin de la faire voter pour le PLQ.

Comme les grands médias se plaisent à déclarer cette élection 2.0 et consacrent un temps d’antenne incalculable pour tout ce qui concerne les élections dans les réseaux sociaux, nous croyons que le témoignage qui suit risque de les intéresser, de même que tous les internautes.

Mme Thériault, une femme originaire de Gatineau, soutient que des individus ont profité de l’état de faiblesse de sa mère de 95 ans ayant des troubles de mémoire afin de la faire voter pour le candidat du Parti Libéral du Québec.

Est-ce que ce témoignage est véridique, ou faisons-nous face à un problème d’interprétation des événements? Que ce témoignage en particulier soit vrai ou pas, il demeure quand même que des irrégularités de la sorte peuvent se produire lors des élections. Souvenez-vous du référendum de 1995, plus de 56 000 personnes ont pu voter, même si le DGEQ a admis quelques années plus tard que celles-ci n’avaient pas le droit de le faire.

Dans un statut Facebook partagé plus de 300 fois jusqu’à maintenant et ouvert au public, Mme Thériault énonce ceci:

Qu’est-ce que vous pensez de ça. Je trouve ça totalement abusif. Des gens sont arrivés chez ma mère de 95 ans 9 mois cet après-midi pour la faire voter. Elle ne sait même pas qui je suis (sa propre fille). J’amenais quelque chose à ma petite fille dehors quand ils sont arrivés. Je connaissais l’une des trois personnes. Ils avaient une grosse boîte en mains, je croyais que c’était un cadeau pour ma mère. Quand je suis entrée à l’intérieur, ils étaient en train de la faire voter libéral. Quand la personne qui la faisait voter a enlevé le gros carton devant elle, elle leur a demandé “qu’est-ce que vous allez faire avec ça?” Elle n’avait aucune idée du geste qu’elle venait de poser. Ils l’ont fait voter même si je leur ai dit qu’elle n’avait plus sa mémoire. Cette intrusion l’a vraiment stressée, elle n’a pas tenu en place du reste de l’après-midi.

Vote à domicile: forcée à voter pour le PLQ?

Mise à jour

Son témoignage ayant été partagé déjà près de 1000 fois sur Facebook, Mme Thériault précise:

Je voudrais mettre au point quelque chose. Ne déformez pas mes propos. je n’ai pas de détails sur la procédure pour les votes à la maison mais ce que j’ai ressenti dans cette situation, c’est la perturbation de ma mère après cette visite inattendue. Les personnes qui sont venues ont probablement suivi les règles à la lettre mais je crois que ces règles ont peut-être à gagner à être changées. Qu’elle ait voté libéral, parti québécois ou autre, je me pose la question sur la validité d’un vote d’une personne qui ne fonctionne plus par elle-même psychologiquement, qui a besoin de se faire guider pour de petites choses comme trouver la porte de la salle de bain dans sa propre maison qu’elle ne croit pas être la sienne. Je vous laisse juger par vous-même mais s.v.p. ne déformez pas mes propos. Ma mère a besoin de tranquilité pour finir cette vie dans la plus grande harmonie possible. Je suis avec ma mère temporairement pour donner un répis, ne n’ai pas de téléphone à la maison et je dois m’occuper de ma mère. Merci.

Mme Thériault se pose des questions légitimes au sujet de la validité du vote d’une personne inapte à voter de manière éclairée.

Le vote à domicile

Pour ceux qui l’apprennent, il est possible de voter à domicile. À ce sujet, voici ce que le DGEQ précise au sujet du vote à domicile:

Si vous êtes incapable de vous déplacer pour des raisons de santé, vous pouvez voter à votre domicile.

L’aidant naturel domicilié à la même adresse que l’électeur admis à voter à son domicile peut exercer son droit de vote en même temps que cet électeur s’il en fait la demande au plus tard à la date mentionnée ci-dessous. Un seul aidant naturel peut se prévaloir de ce droit.

Il faut faire une demande écrite à votre directeur du scrutin au plus tard le 20 août 2012. Vous devez attester que vous ne pouvez vous déplacer pour des raisons de santé et demander à un témoin de signer votre déclaration.

Vous pouvez transmettre votre demande par courrier, par télécopieur ou par un procédé électronique qui reproduit les signatures.

Si vous êtes incapable de signer votre déclaration, votre conjoint, un parent ou une personne qui cohabite avec vous peut le faire à votre place.

Les membres du personnel du bureau de vote pourront vous visiter les 24 et 25 août 2012 et 28 au 30 août 2012. Votre directeur du scrutin vous informera de l’heure de leur visite.

L’aptitude à voter

Dans le cas ici présent, Mme Thériault affirme que sa mère “n’avait plus sa mémoire” et qu’elle “n’avait aucune idée du geste qu’elle venait de poser”. Selon ces informations, pourquoi sa mère avait-elle toujours le droit de vote? En fait, cela dépend de sa situation, à savoir si celle-ci est sous tutelle ou sous curatelle.

Selon le Curateur public du Québec:

Les personnes majeures sous tutelle ont le droit de vote contrairement à celles qui sont sous curatelle. Il s’agit d’une différence importante avec une élection fédérale, la Loi électorale du Canada prévoyant que toutes les personnes majeures sous tutelle ou curatelle peuvent exercer ce droit.

La tutelle est un régime de protection qui s’applique à une personne ayant une inaptitude partielle ou temporaire à gérer ses biens ou à prendre soin d’elle-même ou les deux; la curatelle vise une personne dont l’inaptitude à prendre soin d’elle-même et à administrer ses biens est totale et permanente.

Selon les informations que l’on peut tirer du témoignage, on constate que la mère n’est pas sous curatelle puisqu’elle a toujours le droit de vote, alors que les personnes sous curatelle sont inaptes à voter aux élections provinciales. Or, Mme Thériault affirme sa mère ne la reconnait même plus, ce qui en dit long sur son aptitude d’être en mesure d’effectuer un choix éclairé lorsque vient le temps de voter.

Dans une histoire comme celle-là, que peut-on faire? En fait, on ne peut pas retirer le droit de vote de la mère de 95 ans si celle-ci est sous tutelle. Pour éviter que cette situation se reproduise, il faut que cette dernière soit considérée comme n’étant plus apte à voter, par exemple si elle devient sous curatelle. À moins de détenir des preuves légales (par exemple médicales) que cette dame n’était déjà plus apte à voter, bien peu de moyens légaux sont à la disposition de Mme Thériault pour faire annuler le vote de sa mère. Cela ne signifie pas pour autant pour Mme Thériault qu’il ne faille pas dénoncer cette situation, ni même en faire part au DGEQ, si celle-ci considère que ce qui s’est produit avec sa mère est inacceptable.

En ce qui concerne les trois personnes mentionnées dans le témoignage, il s’agit probablement de l’équipe du DGEQ parmi laquelle on devrait retrouver un représentant issu des deux partis politiques ayant obtenus le plus de votes lors des dernières élections dans ce comté, comme c’est le cas dans un bureau de vote.

Dans tous les cas, il est absolument regrettable que certaines personnes aient aussi peu de scrupules pour profiter des troubles de santé d’une personne âgée afin de tirer profit des droits de cette dernière, dont celui de voter. Des situations comme celle-ci peuvent se (re)produire si les membres de la famille d’une personne sous tutelle ne demeurent pas vigilants.

Si vous avez été témoin de ce genre de situation, dénoncez-la!

Le DGE est au courant de la situation

Sur Twitter, plusieurs citoyens inquiets ont relaté ce témoignage au Directeur Général des Élections du Québec. Celui-ci a réagi:

15 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Jean Rousseau Le 27 août 2012 à 10h54

    Au-delà du placotage; l’action vraie.

    Ce sont là des choses courantes. L’on profite de la naïveté des gens, voire de l’incompétence des organisateurs… Le fait de laisser enquêter par leurs pairs les policiers impliqués dans des meurtres au Québec renseigne tout être conscient du niveau lamentable de jugement qui règne, ici, dû à un laisser-aller éthique au sommet notamment. Ce n’est pas tout de dénoncer cela, il faut organiser le changement et nous en avons la possibilité le 4 septembre.

  2. 2 Jean Rousseau Le 27 août 2012 à 10h57

    Au delà du placotage.

    Ce sont là des choses courantes. L’on profite de la naïveté des gens, voire de l’incompétence des organisateurs… Le fait de laisser enquêter par leurs pairs les policiers impliqués dans des meurtres au Québec renseigne tout être conscient du niveau lamentable de jugement qui règne, ici, dû à un laisser-aller éthique au sommet notamment. Ce n’est pas tout de dénoncer cela, il faut organiser le changement et nous en avons la possibilité le 4 septembre.

  3. 3 Erg... Le 27 août 2012 à 11h46
  4. 4 Kalinka Le 27 août 2012 à 12h01

    Messieurs, sortez-vous de la planète Mars. C’est monnaie courante à chaque élection, même à l’époque de Duplessis. Tous les partis électoraux font ça depuis des temps immémoriaux !

    Arrêtez d’attaquer sur tout ce qui bouge ! MERCI !

  5. 5 Pee-Bee Le 27 août 2012 à 12h05

    @Kalinka: Donc, selon toi, c’est correcte de faire ça parce que ça se fait depuis toujours? Belle mentalité.

  6. 6 DGEQ Le 27 août 2012 à 13h08
  7. 7 Sylvain R. Le 27 août 2012 à 14h26

    Non, c’est seulement le PLQ qui fait ça, jusqu’à preuve du contraire.

  8. 8 Stéphane Le 27 août 2012 à 14h42

    Chacun son défaut hein ? Les libéraux eux fraudent les gens tandis que le PQ lui viole des enfants (affaire Claude Charron, Gilles Grégoire…)

  9. 9 Yanick G. Le 27 août 2012 à 15h41

    J’espère sérieusement qu’avec Internet et la rapidité à laquelle ce genre de scandale se propage, que ça ne restera pas ainsi et que quelque chose va être fait pour arrêter ces pratiques! Et @Kalinka: heureux que pas tout le monde pense comme vous… franchement, vous devriez avoir honte d’écrire des choses comme ça!

  10. 10 Daniel Le 27 août 2012 à 22h49

    Je n’ai aucune difficulté à croire cette histoire… Je vous partage donc un fait, qui ma été rapporté par ma mère.

    Ma mère à une résidence pour personne âgé et depuis un certain temps une personne du PLQ tente de recueillir les votes de certains pensionnaires vulnérables. Ceux-ci ont divers troubles mentaux et ne sont pas aptes à voté. Dans certains cas c’est la membre du PLQ qui fessais les croix sur les bulletins de votes…

  11. 11 Carolann Le 28 août 2012 à 7h26

    S’il faut qu’une demande soit faite pour un vote a la maison, qui a fait cette demande pour elle?

  12. 12 Robert Le 28 août 2012 à 9h20

    Cherchez l’erreur LISE THÉRIAULT (SAMEDI) le vote par antcipation ce tenait dimanche et lundi, et le commentaire de la dame est daté de samedi ;o)

  13. 13 laroche louise Le 28 août 2012 à 11h45

    ce n est pas d hier que cela se passe il y a + ou – 15 ans j ai dennoncer cela je travaillais a l hopital du Mont Sinai a Cote ST Luc et rien na ete fait alors cela a toujours été et je constate que c est encore comme ca

  14. 14 Jean Archambault Le 28 août 2012 à 22h51

    Dans plusieurs circonscriptions, l’organisation du PQ est déficiente surtout dans l’ouest de Montréal, le directeur de scrutin est une nomination politique par arrêté en conseil, par conséquent par Charest. Dans tous les comtés où le député est libéral et même dans certains comtés détenus par des péquistes, le directeur est d’obédience libérale. Lors du vote itinérant dans certains centres d’accueil et à domicile, le scrutateur et le greffier, dans des comtés libéraux et même péquistes, peuvent être des libéraux notoires. Ils font partie du personnel électoral et doivent agir de façon neutre. Ça, c’est la théorie; la pratique est souvent autre surtout lorsque le PLQ veut sauver sa chemise. Il faudra faire attention au paquetage d’urnes et au vote itinérant fait par de bons libéraux toujours soucieux de la démocratie !!

  15. 15 Sabrina Harvey Le 30 août 2012 à 10h45

    Que les gens sous tutelle puissent voter (et ce malgré des symptômes apparents de démence) me questionne, mais ce qui est davantage questionnable dans cette situation est que le résultat du vote de la dame nous est connu. Forcément, quelqu’un n’a pas respecté la confidentialité de la procédure. Cela m’interpelle autant que la situation actuellement dénoncée…

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 442 articles

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 1,458 a été rédigé par AmériQuébec il y a 6 ans et 12 mois, le lundi 27 août 2012.

Il y a 15 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Québec, Campagne électorale québécoise 2012, Politique.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2008: À quand du pétrole québécois? Selon les estimations, seulement pour la réserve de Old Harry dans le golfe du Saint-Laurent, le potentiel d’hydrocarbures représenterait pour [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages