Le samedi 23 janvier 2010

QuébecÉconomie

Sommet économique 2010 de Lévis

Une occasion ratée pour Jean Charest

Par Parti Québécois

En campagne électorale, Jean Charest était incapable de nous dire ce qui attendait les Québécois 20 semaines plus tard: comment peut-on aujourd’hui lui faire confiance pour projeter le Québec dans 20 ans?

« Jean Charest avait une occasion de démontrer aux Québécois qu’il était un leader, qu’il avait le courage de prendre des décisions afin de permettre au Québec de retrouver rapidement l’équilibre budgétaire. Malheureusement, il a choisi la fuite en avant. Il s’est déresponsabilisé en préférant parler du Québec de 2030 plutôt que de celui de 2010. Il n’a même pas été capable d’avoir un dialogue sérieux avec les jeunes, ceux qui vivront avec les conséquences de son indécision, car il ne les a même pas invités ».

C’est ce qu’a déclaré la députée de Charlevoix et chef de l’opposition officielle, Pauline Marois, au terme de la rencontre économique orchestrée par le premier ministre du Québec, une rencontre qui n’a pas abordé les préoccupations premières des Québécois.

Pour Pauline Marois, Jean Charest a démontré, depuis qu’il est en poste, qu’il n’est pas en mesure de prendre les bonnes décisions en matière de finances publiques pour le Québec. « Qu’il s’agisse de la baisse des impôts consentie aux plus riches ou de la politique partisane de bas étage lorsque le fédéral a laissé vacant un champ fiscal, M. Charest a démontré qu’il privilégiait ses intérêts avant ceux des Québécois. Aujourd’hui, le Québec est au pied du mur parce que depuis sept ans, malgré ce qu’il en pense, le chauffeur n’a pas les mains sur le volant », a poursuivi la chef de l’opposition officielle.

Cessons le gaspillage

Le Parti Québécois comprend la population lorsqu’elle s’exprime en disant aux élus que l’heure n’est pas à une hausse tous azimuts des tarifs. « Avant de piger davantage dans la poche des Québécois, le gouvernement devra démontrer qu’il a fait tout ce qu’il pouvait pour cesser le gaspillage et récupérer les sommes qui sont dues aux Québécois », a insisté Mme Marois.

Elle rappelle que 4 milliards de dollars par année sont détournés dans l’industrie de la construction et que cet argent se retrouve dans les poches de gens malhonnêtes. « Tenir une commission d’enquête permettra de mettre à jour tout ce système de collusion dans cette industrie qui nous coûte, comme contribuable, plus cher que la normale. C’est une des raisons principales pour lesquelles nous tenons à cette enquête et qu’une majorité de Québécois nous appuie dans cette démarche », a-t-elle rappelé.

Le Parti Québécois estime que le gouvernement en fait trop peu pour mettre fin à l’évasion fiscale qui atteindrait près de 3 milliards de dollars par année. Il croit également qu’il est temps pour le gouvernement Charest de mettre la main sur le butin des Québécois qui dort à Ottawa, une somme oscillant entre 8 et 9 milliards de dollars, pratiquement deux fois le déficit anticipé pour cette année.

En matière de finances publiques, le gouvernement Charest souffre d’un déficit de crédibilité

Pour sa part, le député de Rousseau et porte-parole de l’opposition officielle en matière de finances publiques, Nicolas Marceau, soutient que si le gouvernement Charest a préféré ne pas discuter des finances publiques lors de cette rencontre, c’est parce qu’il souffre d’un important déficit de crédibilité.

« En campagne électorale, Jean Charest était incapable de nous dire ce qui attendait les Québécois 20 semaines plus tard: comment peut-on aujourd’hui lui faire confiance pour projeter le Québec dans 20 ans? », se demande M. Marceau.

Le député de Rousseau, tout comme la chef, croit que le gouvernement a l’obligation de faire le ménage dans sa cour en récupérant les milliards de dollars à Ottawa ou ceux qui sont perdus inutilement en ne mettant pas fin à la collusion. « Il y a aussi un effort à faire: le gouvernement Charest doit changer de mentalité et cesser de récompenser à coup de millions ceux qui font perdre des milliards de dollars à la collectivité québécoise », a-t-il poursuivi.

« Les citoyens du Québec ne demandent pas la lune : ils veulent un État efficace, une société prospère, un Québec dynamique. Pour cela, ça prend un gouvernement courageux. C’est ce qui manque actuellement aux Québécois », a conclu Pauline Marois.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article


Marie Barrette

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 582 articles

Profil: Le mouvement du Parti Québécois promeut la souveraineté, le progrès social et la promotion du français au Québec.

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 656 a été rédigé par Parti Québécois il y a 9 ans et 4 mois, le samedi 23 janvier 2010.

L'article n'a aucun commentaire. Soyez le premier à vous prononcer sur ce sujet. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Économie, Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2016: Salons de massage avec “extras” dans Rosemont-La Petite-Patrie Radio-Canada, et quelques autres médias, se sont penchés sur les salons de massage dans  l'arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie, à Montréal. Tandis [...]

2013: Comtesse Cornelia Bandi, le premier cas de combustion spontanée Mais qu'est-ce que la combustion spontanée? La combustion spontanée signifie qu'un corps ou un objet prend feu sans qu'il ait [...]

2013: Mable Chinnery: un passager fantôme inexpliqué Toute l'histoire se déroule en Angleterre, en 1959. Mme Mable Chinnery (s'écrit aussi Mabel Chinnery) était en déplacement en voiture [...]

2012: L’empire torpille Duceppe Quel spectacle ! En 24 heures, la carrière politique de Gilles Duceppe s'est écroulée. Crédité d'une solide avance dans les [...]

2011: Gaz de schiste: le gouvernement Charest ramollit Récemment, suite aux découvertes de fuites dans certains puits, le gouvernement du Québec s'est rabroué lui-même et a décidé qu'il [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages