Le samedi 10 juin 2006

Politique

Bilderberg 2006: l’élite en conférence secrète à Ottawa!

Canada ]

Par AmériQuébec

Connaissez-vous le groupe Bilderberg? Et bien moi non plus! Pourtant, on apprend cette semaine, loin des regards et aucunement par les médias, que ce groupe se réunira à Ottawa dans le plus grand secret et sous la protection de plusieurs policiers. En fait, c’est en fin de semaine que ça se passe. Bilderberg réunit chaque […]

Connaissez-vous le groupe Bilderberg? Et bien moi non plus!

Pourtant, on apprend cette semaine, loin des regards et aucunement par les médias, que ce groupe se réunira à Ottawa dans le plus grand secret et sous la protection de plusieurs policiers. En fait, c’est en fin de semaine que ça se passe.

Bilderberg réunit chaque année l’élite de l’élite, ceux qui détiennent le pouvoir et surtout l’argent.

Qu’est-ce que Bilderberg? Regardons avec Wikipédia :

Initiée en 1952, financée par la multinationale néerlandaise Unilever et la CIA, la première réunion se tient en mai 1954 à l’hôtel Bilderberg à Osterbeek (Pays-Bas), d’où son nom. On compte parmi ses membres fondateurs le Prince Bernhard des Pays-Bas, Denis Healey, Joseph Retinger, David Rockefeller, mais aussi Jozef Luns (ex-secrétaire général de l’OTAN) et Paul Van Zeeland (ex-premier ministre belge et banquier).

Le groupe Bilderberg était alors une organisation d’influence atlantiste dont le but officiel était, dans un contexte de «guerre froide», d’assurer secrètement la coopération entre les États-Unis et les gouvernements d’Europe occidentale.

Le groupe Bilderberg rassemble annuellement, lors d’une réunion d’une durée de 4 jours, environ 120 personnalités de tous les pays : leaders de la politique, de l’économie, de la finance, des médias, des responsables de l’armée et/ou des services secrets, ainsi que quelques scientifiques et universitaires.

Prenons soin aussi de noter l’ambiance dans laquelle se déroulent ce genre de rencontres:

  • L’hotel choisi est entièrement vidé de tout autre client ; la sécurité est en partie assurée par les forces de l’ordre du pays d’accueil.
  • Aucune conférence de presse n’a lieu.
  • Les discussions se tiennent à huis-clos.
  • Il est interdit aux Bilderbergers de prendre des notes ou de faire des déclarations à la presse.

Regardons où ont eu lieu les dernières rencontres du Bilderberg et qui était présent à ces rencontres:

En 2003, la réunion avait lieu en France du 15 au 18 mai, au château de Versailles qui a été fermé au public pendant une semaine. Selon Pepe Escobar de l’Asia Times, Jacques Chirac a prononcé un discours de bienvenue le premier jour.

La réunion 2004 du groupe Bilderberg s’est déroulée du 3 au 6 juin (juste avant la réunion du G8) à Stresa dans le nord de l’Italie près de la frontière suisse, dans un palace sur les rives du Lac Majeur, le “Grand Hotel des Iles Borromées”.

En 2005, la réunion s’est déroulée du 5 au 8 mai, en Bavière germanique. Celle-ci fut préparée par le Comité de Direction comprenant Josef Ackermann de la Deutsche Bank, Jorma Ollila de Nokia, Richard Perle (ancien conseiller du Pentagone), Vernon Jordan (confident de l’ancien président Bill Clinton), Jürgen Schrempp de DaimlerChrysler, Peter Sutherland de Goldman Sachs International, Daniel Vasella de Novartis et James Wolfensohn de la Banque Mondiale ; parmi d’autres étaient attendu Henry Kissinger, Natan Sharansky et Bernard Kouchner, d’après le Financial Times du 1er Mai.

Cette année, en 2006, à l’hôtel Brookstreet, le groupe réunira David Rockefeller, Henry Kissinger, la reine Béatrix de Hollande, le gouverneur de l’État de New York George Pataki, les patrons de Coca-Cola, du Crédit Suisse, de la Banque royale ainsi que des patrons de presse et des ministres de l’Espagne et de la Grèce.

Parmis les canadiens présents cette année à la conférence du groupe Bilderberg, on retrouvera le patron Power Corporation, Paul Desmarais, la présidente-directrice générale des librairies Indigo, Heather Reisman, et un ex-premier ministre du Nouveau-Brunswick, Frank McKenna.

Selon Tristan Péloquin de la presse :

Des dizaines de gardes de sécurité dispersés partout sur la propriété de l’hôtel Brookstreet et un ballet presque incessant de limousines, déposant tour à tour le multimilliardaire David Rockefeller, l’ancien secrétaire d’État américain Henry Kissinger et l’ex-ambassadeur du Canada aux États-Unis, Frank McKenna.

(…)

Cette rencontre réunit dans la plus grande opacité entre 120 et 130 des politiciens, hauts fonctionnaires, gens d’affaires et universitaires les plus influents d’Europe et d’Amérique du Nord. L’ordre du jour de l’organisme est tenu secret, tout comme le compte rendu des échanges qui s’y déroulent.

Les représentant des médias ont été rigoureusement tenus à l’écart de l’hôtel Brookstreet sous menace d’être expulsés par les policiers d’Ottawa- embauchés à contrat par les organisateurs de l’événement- et donc aucun n’a été en mesure de confirmer si c’est bien la conférence Bilderberg qui s’y déroule.

(…)

La direction de l’hôtel a refusé toute entrevue. «On nous a dit qu’il ne faut rien dire de ce qui se passe à l’intérieur et, de toute façon, je ne sais même pas ce qui s’y passe», a déclaré Marcel Guindon, un agent de sécurité.

Tous les clients réguliers de l’hôtel ont aussi été forcés de régler leur note et de partir à 8 h 30. «On ne nous a donné aucune explication, a affirmé Kyle Shafer, un client qui attendait un taxi. On m’avait averti que je devais partir aujourd’hui, mais pas si tôt.»

«Tout ce que je peux dire, c’est qu’il y a énormément d’agents de sécurité à l’intérieur, a poursuivi le client. J’ai aussi vu des drapeaux des Pays-Bas et de plusieurs autres pays. J’ai donc cru qu’il s’agissait d’une importante conférence internationale ou d’un truc sur la défense.»

En 1996, alors que la conférence Bilderberg se déroulait à Toronto, le Toronto Star avait réussi à mettre la main sur la liste des participants. Parmi ceux-ci figuraient les noms de Jean Chrétien, alors premier ministre, Paul Martin, ministre des finances, et de Mike Harris, premier ministre de l’Ontario. Stephen Harper a aussi participé à la conférence en 2003, à Versailles. Il a été impossible de savoir s’il y sera cette année.

«Je trouve cela extrêmement inquiétant de savoir que des élus et des représentants de l’État participent à une telle rencontre, en présence de personnes aussi influentes, et qu’ils refusent d’en parler publiquement, a commenté Marc-André Fortier, étudiant en sciences politiques venu de Montréal pour observer ce qui se passe à l’hôtel Brookstreet. Pour moi, c’est un accroc sérieux aux principes de la démocratie.»

Cette année, Alex Jones, un animateur de radio américain a tenté d’aller faire un documentaire sur le groupe Bilderberg. Cependant, il fût retenu plus de 15 heures aux frontières! « Je n’ai jamais vu ça de ma vie. On m’a traité de sale Américain merdeux. Pendant 15 heures, on m’a questionné sur mes intentions, on m’a accusé de vouloir perturber la conférence » a-t-il dit. Il croit d’ailleurs que s’il a eu tant de difficulté à traverser les frontières, c’est parce que « ce sont les gens puissants du groupe Bilderberg qui ont exercé leur influence »

Toujours selon Tristan Péloquin :

Sur place, parmi une foule de curieux qui s’intéressent de près au groupe Bilderberg, se trouvait également un journaliste pigiste espagnol du nom de Daniel Estulin, qui suit les conférences du groupe Bilderberg depuis 15 ans.

Auteur de plusieurs articles faisant état des décisions prises par le groupe, il affirme être « informé en temps réel par des sources de la CIA et du FBI ».

« Mon téléphone cellulaire est sur table d’écoute et mes courriels sont interceptés par le groupe Bilderberg, a-t-il affirmé à La Presse. Mais ça ne m’empêche pas de recueillir mes informations grâce à une connexion satellite directe. »

Arrivé tôt en matinée, M. Estulin a multiplié les entrevues avec les stations de télévision et les journaux, expliquant invariablement que le groupe Bilderberg a décidé, l’année dernière, de fixer le prix du pétrole à 150 $ US le baril.

« Je peux vous assurer qu’il sera de 180 $ US l’année prochaine. Selon mes sources, ça fait partie des discussions qui auront lieu à l’intérieur de l’hôtel. »

Daniel Estulin aurait réussi en 2005 à infiltrer la réunion. C’est ainsi qu’on peut connaître l’ordre du jour de la conférence Bilderberg en 2005.

Est-ce que le groupe Bilderberg a une réelle influence? Certainement! Par contre, de là à dire qu’il a un pouvoir absolu, c’est autre chose. Prenons par exemple le cas du référendum constitutionnel sur l’Europe qui a eu lieu en France l’an dernier.

Selon Daniel Estulin :

Le premier jour des rencontres secrètes au Bilderberg 2005 fut dominé par une discussion sur le referendum constitutionnel en France et pour savoir si Chirac pouvait persuader la France de voter OUI le 29 mai. Un vote pour, selon des sources au sein du Bilderberg, mettrait une grosse pression sur Tony Blair pour confier la Grande-Bretagne aux bras ouverts du Nouvel Ordre Mondial par l’intermédiaire de leur propre referendum sur le traite programmé pour 2006. Matthias Nass s’est demandé à haute voix si un vote en France contre le traité pouvait causer à coup sûr une tempête politique en Europe et éclipser les six mois de présidence européenne de la Grande-Bretagne (qui débute le 1er juillet). Les Bilderbergers espèrent que Blair et Chirac, qui ont étalé au grand jour, à plusieurs reprises, leur animosité, peuvent travailler ensemble pour leur bénéfice mutuel et leur survie politique. Un autre Bilderberger européen a ajouté que les deux leaders doivent laisser derrière eux et aussi vite que possible toutes leurs anciennes querelles sur des sujets comme l’Irak, la libéralisation de l’économie européenne et l’avenir du rabais que la Grande-Bretagne a reçu de l’UE ; et qu’ils doivent s’atteler à une intégration européenne complète, qui pourrait se désintégrer si le peuple français, souvent “têtu et obstiné” (selon les mots d’un Bilderberger britannique) ne font pas ce qu’il faut. Entendez par là : abandonner leur indépendance pour le “plus grand bien” d’un super Etat fédéral européen!

Un Bilderberger allemand initié a déclaré que le vote français pour le OUI était délicat à cause des “délocalisations. Les emplois en Allemagne et en France s’envolent pour l’Asie et l’Ukraine,” (pour profiter d’une main d’œuvre bon marché). [L’Ukraine qui se presse à la porte de l’Union Européenne…] Un politicien allemand a demandé comment Tony Blair allait faire pour demander aux Britanniques d’embrasser la Constitution Européenne lorsque, à cause des délocalisations, la France et l’Allemagne connaissent des taux de chômage de 10% et que la Grande-Bretagne se porte économiquement bien.

On sait donc qu’en 2005, le groupe Bilderberg souhaitait un OUI venant de la France sur le référendum portant sur la constitution européenne. Or, on sait tous que c’est le NON qui l’emporta, signe que le groupe Bilderberg, malgré son influence, n’aura pas eu ce qu’il souhaitait sur ce dossier.

Reste à attendre ce qui résultera de cette rencontre du groupe Bilderberg 2006 à Ottawa… Si les médias daignent bien de s’ouvrir la gueule!

En tout cas, il y a fort à parier qu’avec les années, le groupe Bilderberg aura de plus en plus de difficulté à se réunir en cachette: depuis l’arrivée d’Internet, la circulation des informations est heureusement plus facile!

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 442 articles

Afficher le profil complet

Fiche de l'article

Cet article de 1,736 a été rédigé par AmériQuébec il y a 14 ans et 3 mois, le samedi 10 juin 2006.

Il y a 2 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Politique, Canada.

Les mots clés associés à celui-ci sont , .

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages