Le jeudi 11 mai 2006

Environnement

Un été chaud, mais sec?

Par AmériQuébec

Si on se fie aux prévisions d’Environnement Canada, nous aurons une fois de plus droit à un été chaud… mais sec cette fois!

Attendez une minute… Ça veut dire qu’on n’aura pas toute cette humidité accablante qui fait grimper le facteur humidex à 45 degrés? J’ai bien hâte de voir ça, moi!De toute façon, si on se fiait toujours sur Environnement Canada, on aurait eu un hiver froid, ce qui n’a pas du tout été le cas…

C’est drôle, mais moi aussi je le prévoyait cet été chaud et je suis loin d’être le seul! C’est pas comme si ça faisait déjà des mois que la tendance météorologique était palpable 😕

J’aimerais ça avoir la tendance mondiale générale pour ce qui est de la température. Y a-t-il un réchauffement climatique pouvant être ressenti partout sur la planète, ou seulement dans des endroits localisés? Parce que là, quand y fait 20 degrés celcius en moyenne à la Baie de James alors qu’on vient à peine de débuter le mois de mai, c’est à se poser de sérieuses questions!

Mais bon, ici les seuls outils qui peuvent permettre de savoir le temps qu’il fera, c’est Environnement Canada et Météomédia. Et Météomédia, s’ils sont capables de dire le temps qu’il fait en ce moment, leurs prévisions météo à long terme pour les 14 prochains jours ne fait que changer. Pourquoi prévoir le temps 14 jours à l’avance alors qu’ils ont déjà de la difficulté à prévoir ce qu’il fera demain?

En même temps, si on pouvait faire des prévisions météo toujours exactes, ça enlèverait un certain charme à la nature, non?

Plus sérieusement, je met en ligne l’article de la Presse Canadienne qui parle des prévisions d’environnement Canada pour l’été 2006 .

Les agriculteurs canadiens pourraient bien connaître une autre année frustrante et les réserves d’énergie risquent d’être sollicitées à nouveau au maximum pour alimenter des climatiseurs énergivores : Environnement Canada prévoit en effet un été chaud et sec presque partout au pays.

La carte météorologique nationale pour les mois de mai à juillet est colorée presque entièrement de rouge, ce qui indique que des températures plus élevées que les normales sont prévues partout, sauf dans certaines régions de la Colombie-Britannique et des Territoires du Nord-Ouest.

Bien sûr, les amateurs de bains de soleil ne se plaindront pas de la chaleur, mais c’est un scénario qui a du bon et du mauvais, a affirmé le climatologue David Phillips, d’Environnement Canada, mercredi. On n’a qu’à penser à l’été dernier, aux coûts engendrés par la nécessité de rafraîchir les maisons, aux interdictions d’arroser. «Il y a beaucoup d’aspects négatifs avec des étés plus chauds que la normale.»

Bien que plusieurs fermiers aient profité d’un printemps doux pour entreprendre leurs semailles plus tôt, un été chaud pourrait leur coûter cher, a souligné M. Phillips.

Seules quelques régions du pays devraient recevoir des précipitations dans ou au-dessus de la moyenne, mais elles se trouvent surtout dans le Grand Nord et dans des zones moins densément peuplées.

Certaines parties de l’ouest, le sud de l’Ontario et le sud du Québec — les principales ceintures agricoles — seraient plus sèches que la normale — ce qui pourrait être problématique, a poursuivi M. Phillips.

Les agriculteurs les plus vulnérables pourraient être ceux qui cultivent des plantes comme le blé, le soya et le maïs, lesquelles exigent énormément d’eau pendant la saison de croissance.

Un autre souci engendré par un été chaud est l’utilisation massive d’appareils de conditionnement de l’air, exigeants pour l’approvisionnement en électricité, note Terry Young, de l’agence responsable du réseau électrique de l’Ontario. «Par une chaude journée d’été, entre 10 et 25 pour cent de la demande peut être attribuable à la climatisation de l’air.»

La consommation d’énergie a atteint des sommets au cours de l’été dernier en Ontario. Des mises en garde ont dû être émises pour avertir les gens qu’ils s’exposaient à des interruptions de courant s’ils ne conservaient pas l’énergie.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 442 articles

Afficher le profil complet

Fiche de l'article

Cet article de 619 a été rédigé par AmériQuébec il y a 14 ans et 4 mois, le jeudi 11 mai 2006.

L'article n'a aucun commentaire. Soyez le premier à vous prononcer sur ce sujet. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Environnement.

Les mots clés associés à celui-ci sont , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2014: Une femelle orignal et faon L'image du jour chez Bing est celle d'une femelle orignal et son faon dans le parc de Kincaid, à Anchorage [...]

2014: La fête des mères rapporte gros La journée de la fête des mères constitue sans aucun doute une des journées les plus importantes pour les mamans, [...]

2014: Fête des mères 2014: Google célèbre les mamans du pays En ce dimanche 11 mai 2014, Google nous présente un joli logo "doodle" pour rappeler à tous les enfants du [...]

2012: Alexandre Allard: la SQ visait le visage? – Vidéo Le 9 mai dernier, en conférence de presse, la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services [...]

2010: Aide gouvernementale au secteur forestier Le député de Roberval et porte-parole de l’opposition officielle en matière de forêts et de mines, Denis Trottier, reproche au [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages