Le mercredi 9 juillet 2008

International

Le village palestinien de Bil’in poursuit deux entreprises canadiennes

Par AmériQuébec

Le village de Bil’in, situé en Cisjordanie, dans les territoires occupés palestiniens, a annoncé aujourd’hui qu’il a entamé une action en justice contre deux entreprises canadiennes pour crimes de guerre. L’action a été introduite devant la Cour supérieure du Québec, qui siège à Montréal.

Les représentants de Bil’in allèguent que Green Park International Inc. et Green Mount International Inc., deux sociétés immatriculées au Québec agissant à titre d’agents pour l’État d’Israël, ont entrepris la construction illégale de résidences et autres bâtiments sur des terres sous juridiction municipale du village et procèdent à la mise en marché et à la vente de logements en copropriété à la population civile israélienne. En outre, les représentants de Bil’in prétendent dans leur plainte que ses terres ainsi que les intimés sont soumis aux règlements et obligations du droit international étant donné que la Cisjordanie est un territoire qui a été occupé à la suite d’un acte de guerre datant de 1967.

Les représentants de Bil’in allèguent que Green Park International Inc. et Green Mount International Inc. ont violé le droit international et le droit national canadien. Bil’in sollicite une protection en vertu de la Quatrième Convention de Genève et du Statut de Rome de la Cour pénale internationale. Ces deux textes de loi interdisent à une puissance occupante de transférer sa population civile dans un territoire qu’elle occupe à l’issue d’une guerre. Bil’in invoque également deux lois canadiennes, la Loi sur les Conventions de Genève et la Loi sur les crimes contre l’humanité et les crimes de guerre, qui comportent les mêmes interdictions. Ces lois s’appliquent à tout Canadien, quel que soit l’endroit dans le monde où l’infraction a été commise.

Bil’in demande à la justice canadienne de rendre sur-le-champ une ordonnance visant à stopper les constructions illégales et les dommages punitifs, et de prendre d’autres mesures réparatrices spécifiées dans la plainte. Après obtention d’une telle ordonnance au Canada, Bil’in a l’intention de déposer une requête auprès de la Cour israélienne afin de faire appliquer cette ordonnance en Israël et en Cisjordanie.

Une recherche dans le registre des entreprises du Québec a révélé que les sociétés Green Park ont nommé un directeur unique, qui réside dans la Région de Montréal. Il semblerait que ce dernier soit simplement directeur à titre nominal et ne participe pas directement aux activités de Green Park, et à l’heure actuelle, les représentants de Bil’in n’ont aucune preuve directe que ce directeur soit personnellement lié ou impliqué à l’égard des délits civils mentionnés dans la plainte.

Les réclamations fondées en droit de Bil’in ne sont reliées d’aucune façon aux affaires ou aux entreprises de Greenpark International Inc., « le plus important constructeur de logements du Canada », établi au 8700, Dufferin Street, à Vaughan, en Ontario, où à celles de ses filiales.

2 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Claude Gelinas Le 17 août 2008 à 11h26

    Ce qui se passe en Palestine a de quoi soulever d’importantes interrogations et il ne faudra pas compter sur les Israéliens qui maintiennent la ligne dure pour obtenir des réponses sur l’occupation illégale des territoires de leurs voisins.

    Ceux qui voudraient voir à quel point les Israéliens se sont arrogés la quasi-totalité du territoire palestinien utile peuvent regarder cette image qui vaut mille mots:

    http://www.gather.com/viewImage.jsp?fileId=3096224744674374

    On peut dire que pour les Palestiniens, cette image leur vaut “mille maux” et ce, sur une base quotidienne.

    C’est très dérangeant cette histoire d’occupations illégales…

  2. 2 Israélienne Le 8 janvier 2009 à 20h53

    Objet : Réflexions d’une Israélienne

    Chers amis dont certains ont pris la peine de m’exprimer leur solidarité en ces jours difficiles.

    Je voudrais vous faire part de mon regard sur le conflit actuel, soit pour vous informer, soit pour vous permettre de dire à vos propres amis et connaissances ce qu’une Israélienne éprouve en cette période si cruelle.

    Je fais partie des Israéliens qui croient que la seule solution au conflit dans la région réside dans une négociation politique courageuse avec des concessions douloureuses des deux parties. J’appelle de mes voeux la création d’un Etat palestinien qui accepterait l’existence de l’Etat d’Israël à ses côtés. Cela permettrait au peuple palestinien de vivre dans la dignité et l’indépendance. Je n’ai aucune confiance dans une action militaire (qui ne peut avoir que des résultats partiels avec des effets parallèles catastrophiques). Je suis fermement opposée à toute punition collective. Je crois que le peuple juif possède une tradition éthique qui exige de lui un comportement moral particulièrement exigeant.

    Cela dit, je vis ici et m’informe au quotidien et je sais bien que nous avions atteint un point de non retour et qu’il fallait que l’armée entre en action : face aux tirs permanents de missiles sur des villes et villages, avec des portées sans cesse croissantes (aujourd’hui un rayon de 40 kms), de plus en plus d’Israéliens avaient perdu confiance dans leur Etat et disaient à voix haute que nos dirigeants les avaient abandonnés à leur triste sort. Le sud d’Israël se sentait sacrifié pour que le centre et le sud puissent prospérer et vivre normalement. Depuis huit ans, les jardins d’enfants, les écoles et les institutions d’enseignement supérieur du sud du pays ne peuvent plus étudier normalement, les affaires tournent au ralenti ou ferment, les récoltes pourrissent sur pied faute de pouvoir être traitées de manière régulière. Quand elles en ont la possibilité, des familles entières quittent le pays pour ne plus vivre dans l’angoisse quotidienne de devoir fonctionner entre deux alertes. Mais les prix des appartements ont tellement chuté que les habitants les plus pauvres ne peuvent trouver acheteur ou locataire pour choisir de vivre ailleurs, là où ils seraient plus à l’abri. Les traumatismes sont profonds et irréversibles (énurésie, cauchemars, états de choc devenus permanents). Les abris d’il y a dix ans (déjà en nombre insuffisant) ne sont pas adaptés aux perfectionnements technologiques des missiles “Grad”. Circuler dans la rue (trottoir et chaussée) est devenu un risque que beaucoup ne peuvent pas courir et handicapés, personnes âgées restent murés chez eux à proximité d’un abri ou d’une chambre protégée s’ils en ont une. Ce sont des bénévoles venus de tout le pays qui se mobilisent pour faire leurs courses et s’occuper d’eux, entre deux alertes, ou pour offrir une animation aux enfants et adolescents terrés des jours durant dans les abris.

    Et pourtant, il est difficile de faire comprendre cette situation aux téléspectateurs de l’étranger, face aux terribles images qui viennent de Gaza. On leur dit que les Israéliens sont “soudain” devenus fous et se livrent à un massacre programmé de la population. On ose parler de Shoa ! On parle de réaction “disproportionnée”.

    Lorsque du côté israélien des missiles détruisent tout (maisons, voitures, animaux dans les fermes, routes, jardins d’enfants) mais qu’il n’y a pas de “victimes” parce qu’une grande partie des habitants vivent une partie du temps (et depuis des années) dans leurs familles ou chez des amis plus au nord d’Israël, ou parce qu’ils n’étaient pas momentanément sur place, que les conducteurs d’autobus et de taxis ont accéléré en début d’alerte et poussé leurs passagers vers le premier abri, leur véhicule explosant ou les vitres et les portes volant en éclat quelques secondes à peine après la chute du missile… peut-on mesurer la peur, la cruauté, la souffrance des uns et des autres ?
    Qui peut nous donner des leçons sur la meilleure manière de défendre une population civile contre un ennemi qui considère que notre seule existence en tant qu’Etat juif est une “occupation”, une infraction aux lois de l’Islam qui veut qu’un territoire ayant appartenu aux musulmans (“Dar el islam”) ne puisse plus être souillé par un régime non musulman : le ‘hamas ne peut se contenter de rien moins que de la disparition de l’Etat d’Israël (sa charte est claire à ce sujet, ainsi que les déclarations de ses dirigeants). Que nous ayons évacué militairement la bande de Gaza ainsi que les localités juives de la région (avec leurs habitants )depuis des années n’a servi à rien. Toute aide humanitaire d’Israël aux populations civiles de Gaza n’est pas rapportée. La confiscation des fonds internationaux destinée à la population au profit de la classe dirigeante du ‘hamas est passée sous silence. Les bénéfices rapportés par les tunnels de contrebande creusés depuis plus d’une dizaine d’années (et non depuis le début du siège israélien en septembre 2008) rapportent des millions aux trafiquants d’armes et de biens…

    Israël est un pays tenu par le droit international et par son éthique à respecter les règles de la guerre : ses soldats sont en uniforme et concentrés dans des bases militaires. A part de terribles erreurs de tir (dont nos propres soldats sont souvent aussi victimes), l’armée israélienne met un point d’honneur à distinguer combattants armés et civils.

    Le ‘hamas est une organisation protéiforme, sans foi ni loi, qui utilise le terrorisme pour désorganiser la vie quotidienne des civils de la société dont ils veulent la perte : ses combattants sont en civil et vivent délibérément mêlés aux civils. Ils n’hésitent pas (nous en avons souvent la preuve) à utiliser hôpitaux, ambulances, mosquées, écoles pour y entreposer armes, quartier général, sachant qu’ils placent ainsi Israël devant des choix impossibles : respecter le droit d’asile ou se défendre en attaquant des lieux symboliquement marqués.

    Je ne suis pas très optimiste pour la suite des combats car j’ai peu d’illusions sur le sort des armes. Mais je ne suis pas suicidaire et je suis certaine de notre bon droit. Nous ne pouvions pas rester plus longtemps les bras croisés face aux attaques quotidiennes de fanatiques prêts à mourir en martyrs pour que leur vision de l’islam triomphe…S’ils prennent en otage leur propre population, cela ne doit pas nous empêcher, après tant d’années de mises en garde, de tenter d’affaiblir leur puissance de tir et leur conviction qu’ils l’emporteront contre notre Etat réduit à l’impuissance par des considérations éthiques. Prendre les armes pour se défendre implique d’être prêts à mourir mais aussi à tuer d’autres êtres humains et à détruire leur environnement. C’est le prix à payer pour ne pas nous laisser peu à peu détruire.

    Puisse Dieu nous protéger et puisse la communauté internationale comprendre les enjeux véritables de cette lutte “disproportionnée” parce que la désinformation présente les agresseurs comme des victimes innocentes et les agressés (qui ont choisi de se défendre par les armes) comme des génocidaires.

    Demain, je pars enseigner à l’université sans savoir qui de mes étudiants ou de mes collègues sera mobilisé ou absent parce que la circulation est impossible.

    Bien à vous
    Francine

    Prof. Francine Kaufmann
    6 re’hov Kfar Etsion, apt 8
    Jérusalem 93392
    Israël
    kaufmaf@mail.biu.ac.il
    Téléphone : 02 673 29 74
    Cellulaire : 054 627 66 21
    FAX/ Télécopie : 02 671 30 35

    Ma page : http://www.biu.ac.il/HU/tr/tr-staff/kaufm-fran/kauf-main.html

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article


Site Internet officiel

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 442 articles

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 414 a été rédigé par AmériQuébec il y a 11 ans et 4 mois, le mercredi 9 juillet 2008.

Il y a 2 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous International.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2011: Le Sud-Soudan déclare officiellement son indépendance C'est le chef du Parlement sud-soudanais, James Wanni Igga, qui a annoncé la « déclaration d'indépendance du Sud-Soudan » lors d'une [...]

2009: GM: Avons-nous vraiment intérêt à ce que les ventes redémarrent? Qui travaillent en Ontario dans les 14 usines d'automobiles? Des étrangers, des canadiens, à plus de 40$ de l'heure. Comme [...]

2009: L’Observatoire de l’espace francophone Le protocole d’entente créant l’Observatoire démographique et statistique de l’espace francophone (ODSEF) a été signé à Montréal le 25 mars [...]

2009: La reconstruction de Gentilly-2 compromise Hydro-Québec et ses sous-traitants construisent les installations pour la gestion temporaire des déchets radioactifs autres que le combustible irradié qui [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages