Le mardi 5 juillet 2011

QuébecPolitique

Prince William et Kate Middleton: campagne de propagande orchestrée

Le régime en place n'est plus capable de fonctionner sans un recours massif à la propagande

Par Richard Le Hir

Lors de la visite du Prince, des anglophones provenant de l’extérieur avaient été transportés par autocar sur les lieux, puis répartis à des endroits stratégiques. Leur présence permettait aux médias de faire de belles photos du « bon peuple en liesse » accueillant le futur monarque britannique, et effectivement ces photos furent faites et promptement diffusées.

Il fallait être à Québec hier pour comprendre toute l’ampleur de la campagne de propagande fédéraliste « Canadian » orchestrée autour de la visite du Prince William, le Prince de nos bouffons, et de Kate Middleton. Cette campagne était particulièrement bien servie par le fait que le Vieux-Québec est fortifié et que le contrôle des rues en est de beaucoup facilité.

Ayant garé ma voiture au parc de stationnement du Palais des Congrès dans la cité parlementaire, je cherchais à rejoindre le point de rencontre de la manifestation organisée par le RRQ lorsque je me suis rendu compte que certaines portes étaient bloquées, comme la porte de la rue Dauphine. Il m’a suffi de consulter « Google Maps » au retour pour comprendre qu’une des étapes de la visite royale était justement la Maison Dauphine, à quelques mètres de la porte, qui abrite l’École de la rue.

Manifestation antimonarchiste à Québec
Photo : Alain Raby

À cette porte se trouvaient agglutinés une centaine de « royal watchers » comme on les surnomme dans les médias anglophones, quoique ceux-ci étaient d’âge moyen en montant. C’étaient tous des anglophones qui provenaient de l’extérieur et qui avaient été transportés par autocar sur les lieux. Plusieurs groupes de ce genre avaient été répartis à des endroits stratégiques. Leur présence permettait aux médias de faire de belles photos du « bon peuple en liesse » accueillant le futur monarque britannique, et effectivement ces photos furent faites et promptement diffusées. Pour être de bonne guerre, la manœuvre n’en rappelait pas moins le « Love-In » de Montréal à la veille du référendum de 1995

Manifestation antimonarchiste dans le Vieux-Québec
Photo : Alain Raby

Les mêmes médias se sont bien gardés de diffuser les photos de la manifestation de quelques 500 personnes organisée par le RRQ qui avait été confinée au pied de la côte de la rue St-Jean à l’angle de la rue Couillard, en retrait de l’accès à la rue Pierre-Olivier-Chauveau, de façon qu’elle ne puisse être vue par les visiteurs royaux et leurs hôtes à-plat-ventristes, notre ineffable duo de bouffons Charest et Labeaume, tout confits de servilité onctueuse.

Pour bruyante et démonstrative qu’elle fût, la manifestation n’en demeura pas moins un modèle du genre, encadrée par un service de sécurité exemplaire qui opérait en liaison avec les autorités policières et retransmettait leurs consignes aux manifestants. Tout ça pour dire qu’on était très loin de cette image de têtes brûlées radicales que les médias avaient relayée sur les instructions de leurs maîtres pour discréditer la manifestation et ses organisateurs, au point que certains indépendantistes plus frileux avaient même préféré se tenir à l’écart.

La bonne nouvelle, c’est qu’il y avait plein de jeunes, et même quelques enfants aux frimousses peinturlurées qui accompagnaient leurs parents. L’indépendance, c’est d’abord pour les jeunes, pour qu’ils ne soient pas dépossédés de leur avenir par des intérêts crapuleux.

On notera en passant que ni le PQ, ni le BQ, ni QS n’étaient représentés à la manifestation. Même les démissionnaires du PQ n’étaient pas là. Une preuve de plus si nécessaire que l’indépendance est un objectif beaucoup trop important pour prendre le risque de le sous-traiter à des partis politiques. Par contre, Cap sur l’indépendance était là, en la personne de Gilbert Paquette.

Mais s’il est un fait qui est désormais acquis à la suite des événements de la fin de semaine, c’est que le régime en place n’est plus capable de fonctionner sans un recours massif à la propagande. Un régime dont la légitimité est incontestable n’a pas besoin du soutien de la propagande. Loin de constituer un signe de force, le recours à une telle béquille est le signe d’une grande faiblesse. Et plus la propagande s’intensifiera, plus la fin du régime sera proche.

Réjouissez-vous, la fin s’en vient.

5 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Jean Paul Tellier Le 5 juillet 2011 à 6h34

    Kate et William au Québec,une histoire de filles,point final.

    La magie du couple royale l’a emporté sur les protestataires,la frange extrémiste du mouvement nationaliste, le dimanche 3 juillet 2011 à Québec.La beauté de Kate,la notoriété du couple,le complexe de Cendrillon ont fait grand effet.Le symbole de la monarchie britannique qu’ils véhiculent n’a pas provoqué la colère que les protestataires,une poignée de marginaux,auraient aimé voir au rendez-vous.

    [ «La très petite minorité du RRQ est marginale dans sa colère, dans sa rage contre une institution qu’ils voient comme un symbole d’oppression.

    Pour la plupart des gens, la vieille monarchie britannique est plutôt un symbole de l’inertie, et elle suscite surtout de l’indifférence.

    On ne sent pas une forte volonté d’en finir avec cet héritage du passé. Le débat sur l’avenir de cette institution provoqué par cette visite princière n’a pas été très animé.

    Peut-être parce que les gens sentent confusément que ce serait compliqué de se débarrasser de la monarchie qu’on est aussi bien de faire avec. Les obstacles seraient considérables, et ils sont de nature politique, institutionnelle et constitutionnelle.

    Aucun politicien ne voudra se lancer dans cette bataille.Les Canadiens sont trop divisés. Au Québec,on tient au parlementarisme de type britannique.

    Le chef d’État symbolique qu’est la reine, et son représentant, le gouverneur général, ont une fonction précise, celle de faire contrepoids et d’être une soupape de sécurité face à un premier ministre qui détient d’importants pouvoirs. Si on élimine le poste, il faudra le remplacer.

    Abolir la monarchie serait un véritable champ de mines.

    La présence au Canada du duc et de la duchesse de Cambridge contribue à rajeunir l’image de la famille royale.Elle semble s’inscrire dans une stratégie pour contourner le prince Charles,l’héritier de la reine Élisabeth que les gens ne veulent pas comme roi.»] par Alain Dubuc,La Presse,4/7/2011

    Dans sa tournée au Canada,le couple royal a attiré des foules partout où il a passé. Même si les Canadiens sont divisés sur la monarchie, Kate et William sont populaires. Le rêve d’être une princesse,une Cendrillon, explique ce paradoxe.Kate et William sont des personnages de conte de fées.La visite du couple royal ne représente rien de politique pour une forte majorité de canadiens,de québécois.

    http://bit.ly/kSiw9u

    Si les québécois veulent majoritairement se libérer de la monarchie britannique,c’est simple à faire.Aux prochaines élections provinciales,ils ont qu’à voter pour des candidates ,des canditats indépendantistes.

    J’ai hâte de voir si cela arrivera de mon vivant.

  2. 2 Jean Paul Tellier Le 5 juillet 2011 à 8h08

    J’ai hâte de voir les groupuscules minoritaires comme Vigile,le RRQ,Cap sur l’indépendance se préoccuper d’autres choses que d’une thérapie pour soigner leur colère violente contre le fédéralisme canadien.

    Dossiers ;

    A.L’unification,en un seul organisme,de toutes les forces indépendantistes du Québec,pour en finir avec la guerre cannibale actuelle.

    B.Publication d’un projet de société expliquant avec clarté,rigueur,
    transparence,cohérence,constance,tout en détail,ce que sera le pays Québec que veulent ces groupuscules,pour alimenter une campagne d’éducation avec un plan de match qui dit les vraies affaires. Mettre de l’avant une pédagogie de l’indépendance qui rendra l’indépendance désirable.Faire comprendre le projet.

    Chapitres ;

    – La gouvernance,
    – La fiscalité
    – La santé,
    – L’éducation,
    – La justice,
    – Le travail et le syndicalisme
    – L’Aléna et autres traîtés,
    – La neutralité internationnale,
    – L’armée,
    – La monnaie,
    – Les institutions financières,
    – Les entreprises privées,
    – La culture et les médias,
    – L’unilinguisme français,
    – L’économie,
    – La dette,
    – L’agriculture et la souveraineté alimentaire,
    – L’écologie,
    – Les sociétés d’état,
    – Le blanchiment légal de l’argent,
    – Les autochtones,
    – Le logement social et la lutte à la pauvreté,
    – Le protectionnisme,
    – Etc.

    Avant de décider de son destin, il faudrait savoir de quoi il sera fait.

  3. 3 Jean Paul Tellier Le 5 juillet 2011 à 13h16

    Les fédéralistes et les indépendantistes font chacun leur propagande.La différence est dans les moyens financiers,dans les outils médias,la quantité de sympathisants-voteurs.

    Entretemps,Une nouvelle étude de Statistique Canada,juillet 2011, conclut que le Québec est le champion canadien du désintérêt par rapport aux élections fédérales.

    Mais,une constance se dégage des sondages. Plus de 60 pourcent des québécois veulent conserver le statut de province minoritaire du Québec dans la fédération monarchique du Canada.La majorité ne veut pas d’un Québec libre.

    Un étrange paradoxe.

  4. 4 Guy Le Sieur Le 5 juillet 2011 à 16h58

    Monsieur Tellier,
    Avec des indépendantistes comme vous, nous n’avons pas besoin d’ennemis.
    Guy Le Sieur
    Vive la République de l’Amérique française

  5. 5 Réjean Le 7 juillet 2011 à 5h01

    Messieurs,

    Une chose ressort clairement de cette propagande fédéraliste ignoble qu’est la venue de ce couple … Euh! princier? ou royal? – je ne sais plus et je m’en fout – c’est qu’elle rend les Québécois indépendantistes hypersensibles au point de s’entre-déchirer en paroles.

    Cela peut provenir de la méthode de penser de chacun.

    Peut-être avons nous aussi chacun une vison différente d’un Québec libre et devenu un Pays. Mais il tout de même est impératif de réaliser l’indépendance dès à présent.

    Monsieur Le Hir a été témoin de l’absence des politiciens «frileux» qui pour d’autres motifs de propagande dite indépendantistes publicisée dans les média sous contrôle fédéraliste auraient été présents. Vont-ils commenter cette manifestation indépendantiste?

    Mais ma question plus importante: Sont-ils indépendantistes ???

    Ce n’est plus en tergiversant et en utilisant la polémique avec des fédéralistes reconnus qu’on fera voir au Québécois que leur survie passe par l’indépendance du Québec, pour enfin vraiment exister. Le canada est devenu plus malsain que jamais.

    On est indépendantiste ou on ne l’est pas. L’important n’est-il pas de sortir immédiatement de cette fédération avant de voir l’immigration diluer toute la population francophone du Québec?

    Ce n’est pas qu’une question de langue – bien que pour la plupart des indépendantistes québécois la langue maternelle est le français – c’est aussi une question de qualité de vie. Une fois anglicisés, les Québécois de descendance française seront les «pôvres».

    Il s’adonne qu’au Québec ce sont encore les francophones qui sont majoritaires et maintenu par la force, la ruse, la traîtrise et la sournoiserie au sein d’une fédération où ils n’ont plus d’identité nationale et bientôt plus de contrôle sur leurs propres existences.

    Voilà, à mon sens, la meilleure des raisons pour bâtir notre Pays à notre image. Cette image qui a changée depuis 1970. Mais n’attendons pas que ces changements nous tue comme Nation.

    Je salut le réveil de la Nation Québécoise.

    Le canada aux britanique! (S’ils en veulent.)

    Le Québec aux Québécois !!!
    Vive le Québec libre!
    Vive le Pays Québécois de langue française!

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Richard Le Hir
Article original: Vigile.net - Richard Le Hir

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 40 articles

Profil: Avocat et conseiller en gestion, ministre délégué à la Restructuration dans le cabinet Parizeau (1994-95)

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 611 a été rédigé par Richard Le Hir il y a 6 ans et 5 mois, le mardi 5 juillet 2011.

Il y a 5 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Québec, Politique.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2011: Visite royale à Québec: manifestation, banderole aérienne et boucan d’enfer Le Réseau de Résistance du Québécois a réussi à rassembler de 400 à 500 manifestants à l'hôtel de ville de [...]

2009: Échangeur Turcot: Dépasser le complexe Équiterre et Vivre en Ville demandent au Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) de rejeter la proposition actuelle de reconstruction [...]

2006: Quand les médias s’en prennent à une famille en détresse Il arrive quelques fois d'être là au mauvais endroit au mauvais moment. Je parle ici des médias, bien évidemment. Trouvez-vous ça [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages

4983string(0) ""