Le vendredi 13 janvier 2012

PolitiqueQuébec

Lettre ouverte de Pauline Marois : « Cynisme navrant »

Par Parti Québécois

“Le désabusement par rapport au gouvernement libéral s’est tellement étendu qu’aux yeux d’une grande partie de la population, il est devenu le fait de l’ensemble de la classe politique québécoise.” Pauline Marois

Dans ma vie politique, j’ai eu la chance de côtoyer plusieurs premiers ministres. René Lévesque, Jacques Parizeau, Lucien Bouchard et Bernard Landry étaient animés par des convictions et faisaient preuve d’une grande sincérité. Les Québécois pouvaient les aimer ou non, être en accord ou en désaccord avec eux, mais ils les croyaient et les respectaient.

Or, depuis mon retour en politique en 2007, j’ai été sidérée par le degré de cynisme qui prévaut à l’Assemblée nationale. On m’a accusée à l’occasion de trop m’emporter, d’avoir laissé transparaître ma colère devant les propos des membres du gouvernement libéral et de Jean Charest. Il faut dire que je ne m’attendais pas à un tel mépris de la vérité, à tant d’opportunisme et de faux-semblant.

Le désabusement par rapport au gouvernement libéral s’est tellement étendu qu’aux yeux d’une grande partie de la population, il est devenu le fait de l’ensemble de la classe politique québécoise. Ce désabusement a atteint nos institutions démocratiques, ce qui devrait tous nous inquiéter profondément.

Celui qui se vantait d’incarner le changement, François Legault, s’est malheureusement engagé dans la même voie que Jean Charest, celle des calculs bassement tactiques dénués de tout principe. Sa coalition regroupe des députés qui ont été élus sous une autre bannière et qui sont pressés de renier toutes leurs convictions et tous leurs engagements. Pour un, François Rebello m’a juré, la main sur le coeur, les yeux dans les yeux, qu’il était souverainiste et que seul le Parti québécois portait ses valeurs. Il m’a menti, comme il vous a menti et vous mentira pour atteindre ses fins.

Les vire-capot sans convictions

Dans le temps, François Legault affirmait «qu’il y a toujours des gens, lorsqu’ils voient des tendances, qui les suivent et pilent un peu sur ce qui les a passionnés toute leur vie. Je trouve ça un peu dommage». C’est dommage, en effet. C’est pourtant avec des gens comme eux que M. Legault construit aujourd’hui sa coalition. Alors, aux prochaines élections, quand François Legault regardera les Québécois dans les yeux en faisant des promesses, qui pourra le croire?

Pour ma part, je ne peux pas m’imaginer gouverner le Québec sur la base d’un mandat obtenu par le cynisme et le mensonge avec des «vire-capot». Je fais de la politique parce que j’ai des convictions. Je crois encore que la politique peut changer nos vies. Mais pour réaliser de grands projets, les Québécois doivent se faire confiance de même qu’à leurs institutions.

Il est devenu urgent de nous défaire de ce cynisme ambiant, de retrouver le goût de la politique ancrée dans les convictions et la sincérité. Dans les prochaines semaines, le Parti québécois va débattre de propositions audacieuses pour que les citoyens puissent se réapproprier la politique. Nous voulons changer la politique.

Sentiment d’urgence

C’est le préalable à la réalisation de tout grand projet. Au Parti québécois, ce grand projet que nous portons, c’est de nous donner un pays. Depuis longtemps déjà, je suis convaincue que notre peuple a tout à gagner à se tenir debout, à prendre ses propres décisions, à vivre en toute liberté. Et pour avoir gouverné, je sais très bien que le Québec ne pourra aller au bout de ses possibilités que lorsqu’il sera libre de prendre ses propres décisions.

Il suffit de réfléchir quelques instants au Canada que le gouvernement Harper est en train de nous imposer pour nous insuffler un sentiment d’urgence. Devant le bulldozer conservateur, le cynisme est synonyme d’abandon. Il faut au contraire miser plus que jamais sur notre conviction que le Québec doit assumer son destin librement.

Pauline Marois – Députée péquiste de Charlevoix et chef de l’opposition officielle

Un commentaire à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Jean Rousseau Le 14 janvier 2012 à 12h35

    Le sort prévu à tous ceux qui n’osent pas douter.

    Ça sera l’extinction, car l’indépendance du Québec Est irréalisable dut au déséquilibre monumental des forces qui seraient en présence lors d’un référendum gagnant.

    J’écoutais un reportage d’époque où un intellectuel juif racontait que lors de la montée en puissance d’Hitler, certains l’ont vu venir, mais ils n’étaient pas parvenus vraiment à avertir le reste des dangers qui se dessinaient à l’horizon.

    Ces situations catastrophiques s’expliquent par les particularités ci-dessous.

    L’intelligence qu’il faut pour agir à l’intérieur des cadres (analytique) n’est pas de même nature que la conscience (synthétique ou verticale) nécessaire pour s’extirper de là.

    Ainsi, l’on aura beau y retrouver des gens très intelligents, il n’est pas certain qu’ils comprendront mes arguments dans leur essence, s’ils n’ont pas réfléchi sur leurs réflexions. S’ils ne jouissent pas de l’intelligence au carré ou de la vision globale.

    Puisque ça fait plusieurs fois que je tente l’impossible, soit de faire assimiler aux gens d’ici mes abyssales vues de l’esprit, j’ai pensé, pour que l’on s’en sorte un jour, faire appel à des penseurs européens. Il doit bien s’y trouver sur le vieux continent quelques profondeurs.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article


Article original: pq.org - Actualité

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 582 articles

Profil: Le mouvement du Parti Québécois promeut la souveraineté, le progrès social et la promotion du français au Québec.

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 593 a été rédigé par Parti Québécois il y a 7 ans et 5 mois, le vendredi 13 janvier 2012.

Il y a un commentaire suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Politique, Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2012: Selon Pauline Marois, Legault et Rebello sont des hypocrites Dans sa lettre titrée Cynisme navrant ((Cynisme navrant)), Pauline Marois - Députée péquiste de Charlevoix et chef de l’opposition officielle - [...]

2010: Grippe H1N1 et la campagne de peur d’André Pratte Après sa tentative avortée de vouloir défendre les liens entre Gesca, Total et les sables bitumineux à la fin de [...]

2010: The Brick fixe le prix de la fierté des Québécois à 25$ La Société Saint-Jean-Baptiste (SSJB) de Montréal dénonce la parution d’une circulaire unilingue anglophone de The Brick dans de nombreux foyers [...]

2010: Droit de retrait avec pleine compensation pour les bourses aux étudiants Faisant écho aux organisations étudiantes québécoises qui ont manifesté sur la Colline parlementaire cette semaine, le porte-parole du Bloc Québécois [...]

2010: Primes de 4 millions aux anciens dirigeants de la Caisse de dépôt Le député de Nicolet-Yamaska et porte-parole de l’opposition officielle en matière de développement économique, d’innovation, d’exportation et d’institutions financières, Jean-Martin [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages