Commentaires sur : Michael Ignatieff manque de courage et abandonne la nation québécoise https://www.ameriquebec.net/actualites/2009/06/12-michael-ignatieff-manque-de-courage-et-abandonne-la-nation-quebecoise.qc Média québécois citoyen Tue, 08 May 2018 15:49:17 +0000 hourly 1 https://wordpress.org/?v=4.9.18 Par : Christian https://www.ameriquebec.net/actualites/2009/06/12-michael-ignatieff-manque-de-courage-et-abandonne-la-nation-quebecoise.qc#comment-7817 Sun, 21 Jun 2009 20:19:48 +0000 http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/06/12-michael-ignatieff-manque-de-courage-et-abandonne-la-nation-quebecoise.qc#comment-7817 «La philosophie des conservateurs et des libéraux fédéraux, derrière ce mépris de la langue française comme langue de travail au Québec, c’est de continuer à permettre aux canadiens-anglais de partout au Canada, de même qu’aux immigrants du monde entier, de venir travailler en anglais au Québec, comme si c’était chez-eux, »(MST)

À noter que de cette philosophie, plutôt politique linguistique, les conservateurs et les libéraux n’y sont pour rien.

Si vous avez bien suivi la politique des souverainistes du PQ et leurs pratiques, durant leurs deux mandats au gouvernement du Québec avec Pauline Marois et Bernard Landry, ils sont des supporteurs de l’anglo-américain au travail. Comme à la culture et aux services du gouvernement.

C’est pour ça qu’ils n’ont jamais voulu étendre la Loi 101 aux collèges, qu’ils ont jeté dans les bras des syndicats les problèmes du français au travail et qu’ils ont coupé deux fois dans les budgets de l’Office de la langue française.

Regardez de nouveau les vidéos de la cheffe Marois.

Pour son travail, elle s’est inscrite tout à fait volontiers à des cours de l’anglo-américain l’été dernier. Afin de remplacer le français par l’anglo-américain quand un anglophone qui lui adressent la parole dans sa langue. Tout comme les immigrants.

Ce scénario s’est répété, comme prévu, l’autre semaine contre Louise Harel, lorsqu’elle a annoncé sa candidature pour le poste de maire à Montréal. Plus limpide que ça, pour les allophones, tu meurs.

«C’est une langue qui a été imposée par la force et le mépris contre les locuteurs du français depuis que c’était la langue internationale de presque toute l’Amérique du nord, sauf la partie mexicaine…»(MST)

Cette imposition de l’anglo-américain par la force a été maintenue au Québec, à l’école française dès l’âge de 8 ans jusqu’à la fin du collégial, par les péquistes souverainistes du PQ francophones, eux-mêmes, durant leurs deux mandats au gouvernement du Québec.

Maintenue en force au travail dans tous les sièges sociaux et aux entreprises et institutions fédérales, par ce parti de francophones souverainistes du PQ, durant leurs mandats, aussi.

La source du problème de l’assimilation des jeunes québécois francophones ne vient pas des conservateurs et des libéraux, mais plutôt des souverainistes péquistes eux-mêmes, qui maintienent l’anglo-américaine obligatoire à l’école et au collège de langue française, au travail et aux services du gouvernement.

L’anglo-américain que vous appelez l’anglais est une langue du PQ et du Québec. C’est Bernard Landry lui-même qui l’a dit aux américains lors de son dernier voyage, comme PM, à Boston. Peu importe s’il n’y a qu’un petit 8% d’anglophones au Québec.

Est-ce limpide, comme ça ?…

«J’appuie les efforts du Bloc québecois pour faire reconnaître le français comme langue officielle du Québec par le gouvernement fédéral.(MST)»

Gilles Duceppe et Pauline Marois et leurs partis ne sont plus francophones.

Ils sont tous des anglocisés volontiers, que vous appelez «bilingue». De culture ils sont aujourd’hui des «hybrides bilingues». Regardez-les encore, ils répondent aux anglophones dans leur langue anglo-américaine. Tout comme les immigrants.

Lisez un peu les hebdos allophones de Montréal pour voir comment, dans une autre perspective, vous avez été berné par une simple stratégie politique paradoxale, pour ce faire.
ch

]]>
Par : Marcel Sylvain Tremblay https://www.ameriquebec.net/actualites/2009/06/12-michael-ignatieff-manque-de-courage-et-abandonne-la-nation-quebecoise.qc#comment-7513 Sat, 13 Jun 2009 21:00:25 +0000 http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/06/12-michael-ignatieff-manque-de-courage-et-abandonne-la-nation-quebecoise.qc#comment-7513 La philosophie des conservateurs et des libéraux fédéraux, derrière ce mépris de la langue française comme langue de travail au Québec, c’est de continuer à permettre aux canadiens-anglais de partout au Canada, de même qu’aux immigrants du monde entier, de venir travailler en anglais au Québec, comme si c’était chez-eux, comme si l’anglais était une langue officielle en Amérique du nord “britannique”, dont le Québec ferait toujours partie.
Non, l’anglais n’est pas une langue officielle aux États-unis et au Canada. C’est une langue qui a été imposée par la force et le mépris contre les locuteurs du français depuis que c’était la langue internationale de presque toute l’Amérique du nord, sauf la partie mexicaine, qu’ils avaient essaimé par le seul jeu de la diplomacie, du commerce et de la paix. Juste le fait que la Guerre de sept ans ait été appelée la guerre franco-indienne par les américains est une bonne indication de tout celà, car les amérindiens parlaient le français et étaient du côté des colons français, et donc étaient assimilés aux français.
C’est l’assimilation qui se poursuit; ces gens là, libéraux et conservateurs, ont une philosophie d’anglicisation du Québec, ils continuent l’oeuvre déjà commencée depuis la conquête de l’Acadie et de la Nouvelle-France. Être pour le bilinguisme, pour eux, ça veut dire toujours faire bien attention de préserver la suprématie de l’anglais sur le français, partout au Canada, mais surtout au Québec et au Nouveau-Brunswick, qui sont des points chauds pour eux. Pour celà, tous les moyens sont bons, dont voter contre une loi qui pourrait interdire aux canadiens-anglais et aux immigrants de continuer à travailler impunément en anglais au Québec.
J’appuie les efforts du Bloc québecois pour faire reconnaître le français comme langue officielle du Québec par le gouvernement fédéral.

]]>