Le lundi 20 avril 2015

QuébecSociété

Dessins à caractère raciste : une école secondaire de Kamouraska dans l’eau chaude!

« Si tu veux des fraises dans ton panier, accepte les immigrants » peut-on lire sur l'un des dessins

Les accommodements raisonnables ]

Par Audrey

Les élèves d’une école secondaire de Kamouraska, dans le Bas-St-Laurent, auront fait parler d’eux aujourd’hui. Alors qu’à la base il s’agissait d’un projet pour promouvoir les bienfaits de l’immigration, il est maintenant décrié comme un projet raciste

Les élèves d’une école secondaire de Kamouraska, dans le Bas-St-Laurent, auront fait parler d’eux aujourd’hui. Le projet d’une classe de 5e secondaire de l’École secondaire Chanoine-Beaudet de Saint-Pascal a choqué plusieurs étudiants de l’extérieur de la région, en visite pour la fin de semaine dans le cadre d’un tournoi d’improvisation.

Plusieurs jeunes de Montréal ont publié sur internet des photos prises durant leur weekend, sur lesquelles figuraient des dessins qui ont été réalisés pour un projet dans le cours de Monde contemporain de l’école. Alors qu’à la base il s’agissait d’un projet pour promouvoir les bienfaits de l’immigration, il est maintenant décrié comme un projet raciste.

Les photos parlent d’elles-mêmes.

On peut constater le manque réel de connaissance sur l’immigration dans les dessins des écoliers, qui  sont bourrés de stéréotypes et de clichés peu flatteurs pour les nouveaux arrivants… mais pour les Québécois aussi ! La Commission scolaire de Kamouraska-Rivière-du-Loup, représentée par son secrétaire général, rapporte que ce projet a été réalisé dans le cadre d’un cours sur la migration des travailleurs, dans un contexte où la région connait des difficultés pour trouver des travailleurs spécialisés dans certains types de travaux. Le secrétaire général Éric Choinière reconnaît que « certains dessins ne sont pas parmi les plus éloquents et que cela est malheureux » et que ce sont des dessins « qui viennent de l’imaginaire des jeunes ».

Toutefois, en analysant le tout, on peut constater que les mêmes thèmes reviennent souvent et que ce n’est sûrement pas dû au hasard. Ils ont tous les mêmes exemples en tête.  C’est que l’ensemble des élèves ont vraisemblablement eu les mêmes référents et qu’ils ont dû les apprendre en quelque part. Ils ont donc seulement reproduit ce qu’ils ont appris et et qu’ils ont assimilé comme étant un portrait réaliste de l’immigration.

Bref, tout le Québec connaît désormais un professeur d’un cours de « Monde contemporain » qui devrait peut-être se mettre à jour à propos de ce qui se passe dans ce bas monde.

M. Choinière, qui est également directeur des communications à la Commission scolaire, regrette quant à lui que cet incident ait été diffusé sur les réseaux sociaux sans contexte. Nous pouvons toutefois être heureux de constater que cela suscite des réactions qui sont susceptibles, espérons-le, de faire avancer les mentalités.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article