Le mercredi 19 juin 2013

PolitiqueQuébec

Option nationale: Jean-Martin Aussant démissionne

Message de Jean-Martin Aussant

Par Sylvain

C’est fort probablement avec une grande tristesse que les militants et militantes du jeune parti Option nationale ont accueilli la démission de leur chef aujourd’hui, alors que Jean-Martin Aussant les a informés qu’il démissionnait.

C’est avec grand regret que Jean-Martin Aussant a annoncé qu’il quittait la chefferie d’Option nationale aujourd’hui alors que son agenda ne lui permet plus de s’occuper à la fois de sa famille et du parti. « D’ici à ce que ma situation familiale soit plus propice à un engagement aussi intense et entier que celui de faire de la politique active, je dois me résoudre à faire une pause, aussi difficile que puisse être cette décision », a indiqué le chef d’Option nationale, dont les jumeaux sont nés peu avant la fondation du parti.

À quelques jours de la fête nationale, c’est un coup dur à encaisser pour ces milliers de militants et militantes souverainistes qui se sont investis depuis la création de ce parti. Jean-Martin Aussant souhaite de tout coeur que le parti puisse survivre à son départ. « Ces dernières années, j’ai rencontré un nombre impressionnant de leaders naturels au sein du parti et je souhaite les voir se signaler pour faire en sorte que se poursuive l’important travail entamé par Option nationale depuis sa fondation », a déclaré M. Aussant. C’est madame Nathaly Dufour, l’actuelle présidente du parti, qui assurera l’intérim d’ici à ce qu’une course à la chefferie soit organisée.

Rappelons qu’Option nationale est un parti reconnu officiellement par le Directeur général des élections du Québec (DGEQ) depuis le 31 octobre 2011. Jean-Martin Aussant, ancien député de Nicolet-Yamaska, avait quitté le Parti québécois en juin 2011.

Option nationale a sa raison d’être

Avec le départ de Jean-Martin Aussant, la question qui sera sur bien des lèvres sera est-ce que ça a été une bonne chose de créer un nouveau parti? Sans contredit, ça a été une bonne chose pour rehausser le débat entourant le projet de faire un pays alors que Jean-Martin Aussant est l’un des rares politiciens à ne pas infantiliser la population avec des discours vides et des idées contradictoires.

Selon Jean-Martin Aussant, Option nationale a plus que jamais sa raison d’être, et il suivra la suite de son développement avec grand intérêt. « Quand la moitié d’une population se prononce en faveur de la souveraineté lors d’un référendum, il serait insensé qu’aucun parti politique ne travaille activement à faire progresser cet appui au-delà du 50 %. Dans le paysage politique actuel, seule Option nationale le fait et doit continuer à le faire », a-t-il illustré.

Ce sont des milliers de jeunes et moins jeunes qui ont regagné l’espoir de voir le Québec devenir un pays, comme le démontre les 28 000 et plus adeptes sur la page Facebook officielle du parti. Le Parti québécois, même s’il a réussi à prendre le pouvoir le 4 septembre dernier, n’inspire plus la confiance d’une majorité de militants souverainistes.

Les vieux routiers du Parti québécois vont certainement se réjouir de la démission de Jean-Martin Aussant aujourd’hui. Toutefois, ça ne changera rien au fait que la cheffe du PQ, Pauline Marois, est à 16% de popularité dans les sondages et que le PQ fait à peine mieux que la CAQ et le PLQ dans les intentions de vote. Ainsi, la «fête» au PQ sera de très courte durée, alors que plusieurs observateurs s’attendent à ce que des élections générales soient déclenchées à l’automne.

En ce sens, alors qu’Option nationale risque de traverser une petite crise pendant la recherche d’un nouveau leader, le PQ ne pourra plus réellement dire qu’Option nationale divisera le vote souverainiste lors des prochaines élections.

Alors que beaucoup s’entendent chez le militants souverainistes en général pour dire que le PQ vit aussi une crise de leadership (plusieurs vont voter PQ le nez bouché), il est à prévoir que Québec solidaire profitera de la situation et tentera de convaincre des onistes de se joindre à eux d’ici les élections.

En terminant, voici une lettre de Jean-Martin Aussant publiée sur le site d’Option nationale:

Message de Jean-Martin Aussant

Publié le 19 juin 2013

Chers amis,

Il y a maintenant cinq ans que je suis en politique active, d’abord comme candidat à l’investiture, député à l’Assemblée nationale puis, depuis environ deux ans, chef d’Option nationale.

Les deux dernières années ont été toutes particulières puisque, en parallèle à la fondation du parti, il y a eu aussi la fondation d’une famille, avec l’arrivée de mes deux enfants. J’ai cru au départ qu’il serait possible, avec de la volonté et beaucoup de travail, de mener les deux chantiers de front. Je me rends maintenant compte qu’il est pénible de conjuguer ces deux projets sans devoir inévitablement en négliger un pour s’occuper de l’autre. Et trop souvent, c’est la famille qui tombe dans la première catégorie.

J’ai donc pris la difficile décision de me retirer de la vie politique, le temps que ma situation familiale soit plus propice à un engagement aussi intense et entier que celui de faire de la politique active. Nos statuts prévoient que notre présidente, Nathaly Dufour, assure l’intérim jusqu’à ce qu’une course à la chefferie soit organisée. J’ai confiance qu’elle remplira ce mandat de main de maître.

Je tiens à souligner que, contrairement à l’habituelle formule du « cœur qui n’y est plus », mon cœur y est toujours à 100 %. C’est la réalité personnelle et familiale qui est la mienne qui m’incite à prendre cette très difficile décision.

N’oubliez jamais que ce parti est votre parti. Vous l’avez bâti et vous y êtes chez vous. Je vous invite à continuer à agrandir la demeure et à l’embellir à votre goût. Je suis fier d’avoir pu y contribuer avec vous au meilleur de mes capacités ces deux dernières années, et je serai toujours content d’y revenir quand les occasions se présenteront, pour revoir ceux qui rendent la maison si vivante et prometteuse depuis que la première pierre fût posée.

Option nationale a plus que jamais raison d’être. Quand la moitié d’une population se prononce en faveur de la souveraineté lors d’un référendum, il serait insensé qu’aucun parti politique ne travaille activement à faire progresser cet appui au-delà du 50 %. Dans le paysage politique actuel, seule Option nationale le fait.

Derrière la nouvelle de ce matin qui en attristera peut-être certains, je vois une formidable occasion, pour tous les leaders naturels que j’ai rencontrés ces derniers temps, de se signaler et de faire en sorte que se poursuive le magnifique projet qu’est Option nationale depuis sa fondation.

Laissez-moi vous rappeler quelques faits : en quelques mois, en pleine période de cynisme politique ambiant, un tout nouveau parti réussit à recruter 8 000 membres; il réussit à présenter 120 candidats, dans toutes les régions du Québec; il réussit à recueillir plus de 80 000 votes à sa première élection malgré ses moyens limités et plusieurs appels au vote stratégique; et il réussit à doubler son niveau d’appui dans les sondages depuis cette première élection. À mes yeux, un tel parti peut et doit continuer à faire progresser la cause qui l’a vu naître.

Depuis sa fondation, Option nationale a intéressé pour la première fois des milliers de gens à la politique et à la souveraineté, en bonne partie des jeunes. Une telle réussite vaut de l’or pour une société. L’espoir qu’incarne Option nationale pour tous ces gens doit se poursuivre. Le Québec en a besoin.

Merci du fond du cœur à vous, militants et bénévoles et à vous, officiers du parti, ainsi qu’à tous les formidables candidats qui se sont levés partout au Québec. Vous êtes l’avenir.

Mon message aux souverainistes est fort simple : continuez, vous avez raison. La souveraineté est incontournable et nécessaire et le destin naturel de la nation québécoise est de pouvoir décider elle-même de ce qu’elle devient et de comment y arriver. Lois, impôts, traités, voilà ce que toutes les nations du monde devraient pouvoir contrôler elles-mêmes.

Je continuerai toujours à faire avancer l’idée de souveraineté à chaque occasion qui se présentera, et c’est en faisant tout de même, auprès de nos familles, de nos amis, de nos voisins, de nos collègues, qu’on y arrivera.

Je prends aujourd’hui cette décision avec le cœur lourd, mais je vous regarderai aller avec intérêt et, j’en suis certain, avec fierté devant les résultats de votre travail. Le Québec mérite sa souveraineté, nous le savons tous. J’espère avoir contribué à ma façon à l’en rapprocher. Du moins, je m’y suis dévoué entièrement.

J’aurais voulu nommer les centaines de personnes avec qui j’ai eu le bonheur de collaborer et qui méritent toute ma reconnaissance. Sachez que je me souviens de vous et que nous nous reverrons, la cause est trop importante.

Ce n’est qu’un au revoir pour la suite des choses. D’ici là, bon travail mes amis.

Jean-Martin Aussant

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Sylvain

Articles rédigés: 346 articles

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 1400 a été rédigé par Sylvain il y a 4 ans et 0 mois, le mercredi 19 juin 2013.

L'article n'a aucun commentaire. Soyez le premier à vous prononcer sur ce sujet. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Politique, Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2009: Élections en Iran: Khamenei est “ALL IN” Si nous jouions une partie de poker, la stratégie utilisée par Khamenei équivaudrait très certainement à la ruse “All in” [...]

2009: Un budget 2009-2010 déficitaire Le budget présenté par l'ancienne ministre des Finances du Québec, Monique Jérôme-Forget, prévoit des dépenses de 62,2 milliards de dollars, [...]

2009: Québec, une capitale en quête de reconnaissance Son maire, Régis Labeaume, emporté par l’enthousiasme de ses commettants a même lancé un mot d’ordre à la population d’acheter cette boisson [...]

2009: Le bras dans le tordeur Sur la photo ci-dessus, Julien Larocque-Dupont, le premier en partant de la gauche, est l’un des organisateurs de L’Autre Saint-Jean [...]

2009: Projet de loi pour favoriser l’utilisation du bois dans les édifices fédéraux Le porte-parole adjoint du Bloc Québécois en matière de développement régional et député de Manicouagan, Gérard Asselin, appuyé par le [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages