Le Samedi 28 avril 2012

QuébecSociété

Grève étudiante: y’a du monde en maudit

Combien de gens observent sans pouvoir participer?

Par Moïse Marcoux-Chabot

Y’a du monde en maudit qui observent sans pouvoir participer. Qui n’ont pas le droit de grève. Qui bouillent tous seuls devant leur écran, qui ne peuvent pas sortir dans la rue car ils s’occupent des enfants ou qui ne n’osent pas sortir avec leurs enfants car ils craignent les policiers. Y’a du monde dans la rue, mais y a du monde en maudit qui sont ailleurs et projettent tous leurs espoirs vers ceux et celles qui peuvent prendre la rue.

Hier, je bouillais, je tremblais, j’étais en furie contre Jean Charest et Line Beauchamp. Je détestais leur arrogance, leur mépris, leur condescendance et leurs mensonges éhontés. Mon ordinateur qui retransmettait leur conférence de presse en direct ne s’était jamais fait autant insulter.

Quand j’ai appris qu’à Québec la police était en train d’arrêter en masse les participants et participantes d’une tranquille manifestation féministe, dès le moment où ils ont mis le pied dans la rue, j’ai éclaté à nouveau. Je voulais marcher, crier, manifester et exprimer ma frustration à haute voix. Mais comme je ne peux pas faire la grève de mon travail le vendredi soir, j’ai lacé mes souliers, j’ai enfilé mes pantalons propres et ma chemise et je suis allé au restaurant, servir des clients qui dépensent pour un seul souper 80 jours de «juste part à 50 cennes par jour». Dessert et café non inclus.

La hausse de la hausse, cumulative, représente à terme un coût additionnel de 4,87$ par jour. Si on y ajoute la hausse de 500$ entre 2007 et 2012, ça fait 6,25$ de plus par jour, 365 jours par année1 .

Au cégep et ma première année d’université, de 2003 à 2006, avant le dégel des frais de scolarité, j’avais un budget d’épicerie de 5 à 6$ par jour. Sinon, je n’arrivais pas. Ma chambre me coûtait moins de 200$/mois, à 5 dans un 5 1/2. Enfants gâtés ? Où ça des enfants gâtés ?

C’est parfois rassurant de s’éloigner des cercles étudiants. Nous sommes quatre employés au restaurant le vendredi soir. Aucun n’est étudiant au cégep ou à l’université. Tous appuient la lutte étudiante.

Parfois, c’est aussi inquiétant de s’éloigner des cercles étudiants. J’ai entendu un client, baby-boomer bavard et buveur, comparer Gabriel Nadeau-Dubois à Oussama Ben Laden: «C’est un petit terroriste qui menace la sécurité de l’État Québécois».

Tsé, quand tu te retiens d’engueuler un client par respect pour ton patron…

Je ne me suis pas joint à la grande manif nocturne, ayant fini de travailler trop tard, même si les milliers de marcheurs semblaient inépuisables. Si le restaurant avait été fermé hier soir, il y aurait eu au moins trois personnes de plus dans la rue, moi et deux collègues. Ça a l’air de rien, mais quand on pense à la quantité d’étudiants et d’étudiantes qui travaillent 15-20 heures chaque fin de semaine pour payer leurs frais de scolarité, leur loyer et leur épicerie, au lieu d’étudier ou de manifester, ça en fait du monde.

C’est ce que je me suis dit: y’a du monde en maudit qui observent sans pouvoir participer. Qui n’ont pas le droit de grève. Qui bouillent tous seuls devant leur écran, qui ne peuvent pas sortir dans la rue car ils s’occupent des enfants ou qui ne n’osent pas sortir avec leurs enfants car ils craignent les policiers. Y’a du monde en maudit qui ont deux jobs pour arriver, qui ont un pied dans le plâtre, des cours de soir, des parents inquiets et contrôlants, des chums et des blondes bourrés de préjugés.

Y’a du monde dans la rue, mais y’a du monde en maudit qui sont ailleurs et projettent tous leurs espoirs vers ceux et celles qui peuvent prendre la rue.

Hier tous les cégeps qui ont eu à se prononcer sur la grève l’ont renouvelé. Des écoles secondaires s’ajoutent au mouvement. Des verts s’empourprent2. Hier soir, j’ai encore une fois enlevé un de mes carrés rouges pour le donner à une personne qui veut maintenant en porter un.

Tout à l’heure, j’écoutais en différé Jean Charest défendre sa position3 . Cet homme a l’air crevé, à bout de souffle. Il est irritable, méprisant, agressif. Incapable de répondre oui ou non à une question sur des élections printanières, il multiplie les détours pour minimiser la grogne étudiante et démoniser ses adversaires politiques.

Je me dis qu’il est fatigué, mais que son caucus doit le soutenir fortement, pour qu’il continue à être aussi arrogant. Sauf que… je lis La Presse d’aujourd’hui et je me réjouis4 .

Le caucus libéral s’est fracturé. Line Beauchamp était prête à reculer depuis un mois. C’est son chef qui fait le tough, qui s’entête. Jean Charest et ses sous-fifres ont tout fait pour manipuler l’opinion publique. Ils l’ont bien fait, malheureusement5. Mais le mouvement ne s’épuise pas. Lui oui.

Dans un mouvement collectif, chaque geste compte. Chaque manif compte. Malgré la fermeté et la force qu’il tente de laisser paraître, Jean Charest est à bout, affaibli, fragilisé. Pour reprendre l’excellente formule de mon frère:

«Exclamons-nous jusqu’à ce qu’il plie, ou qu’il s’effondre.»

Chaque manif compte pour la lutte

  1.  Voir aussi l’analyse de la nouvelle offre par l’économiste Gérald Fillion []
  2.  Pascal Henrard était pour la hausse, il est maintenant contre  []
  3.  Téléjournal de vendredi 18h  []
  4.  Droits de scolarité, le caucus libéral divisé  []
  5.  10 stratégies de manipulation de masse appliquées à la lutte étudiante  []

2 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 francine boulet Le 29 avril 2012 à 8h01

    a Moise
    je suis completement en accord avec tes propros qui sont juste ,j’ ai moi aussi ete revolté,et je rajouterais se gouvernemnt est corrompu jusqua la moelle et dans tous les domaines ,je suis très deprimé d’etre abuser par un gouvernement corrompu avec une manipulation sans nom, il est vorace, canibal, il nen a jamais assez je suis sur qu’il ne dilapide pas sont salaire comme il fait avec notre cash ,notre bien commun ,il est vraiment temps qu’on lui montre la porte ainsi que sa clique une bonne fois pour tout ,genre comme le partit liberal du canada
    n’oublins pas que Charette est conservateur dans l’ame et entre les 2 oreilles déguisé en partit liberal
    j’ai jamais vue quelqun qui prend un plaisir fou de rire du peuple ,j’admire les etudients et je souhaite qu’il casse Charette une bonne fois pour toute ,cette homme EST si orgueilleux si pretentieux si manipulateur , cet homme qui aime le pouvoir ,et partique sa propre dictature, j’en passe, n’est surement pas digne d’etre premier ministre ainsi que sa clique de moutons NON NON NON debarrasont nous de sa

  2. 2 Cleome Le 29 avril 2012 à 21h32

    Pourquoi, cataloguer les récalcitrants a la grève par catégories. Pourquoi, ne pas simplement dire un client à dit. Non, il est catalogué baby boomer, comme si cette personne représentait un groupe social contre vous tous qui luttez pour vos droits. Ça me peine beaucoup, j’ai 65 ans et j’ai beaucoup d’admiration pour ces jeunes qui se tiennent debout, je suis avec eux à 100% . Je pense que diviser les groupes de grévistes est une erreur monumentale de la part du gouvernement . Mais si (vous) divisez les groupes sociaux, vous jouez leur jeu. Et cette division est voulue socialement, par les instances gouvernementales, afin de couper partout et nous opposer, si je suis votre victime et que vous êtes ma victime, j’hairai votre génération et je penserai que le gouvernement à raison et vice versa. Ne voyez- vous pas le complot social qui divise les générations pour nous aliéner et nous posséder. Je suis fière de cette lutte que vous menez, fière de vous, ma seule erreur est d’avoir 65 ans…….. Pensez- y. Mon support est-il nul ?

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

Annoncez ici

À propos de l'auteur de cet article

Moïse Marcoux-Chabot

Articles rédigés: 2 articles

Afficher le profil complet

Fiche de l'article

Cet article de 784 a été rédigé par Moïse Marcoux-Chabot il y a 2 ans et 3 mois, le Samedi 28 avril 2012.

Il y a 2 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Société, Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2012: Fourmilière libérale: la pauvre reine Beauchamp Dans un article de La Presse ((Droits de scolarité: le caucus libéral divisé)) de ce matin 28 avril écrit par Denis [...]

2012: Conflit étudiant: une solution possible et plausible Il y a impasse en ce moment. Le gouvernement Charest a fait une offre "globale" vendredi midi qui ne sera [...]

2010: Lancement du Mouvement des cégépiens pour le français Le Mouvement Montréal français et plus d’une dizaine de regroupements de jeunes nationalistes (( Mouvement des cégépiens pour le français Forum [...]

2010: Un gain important pour les travailleurs de l’industrie forestière Le projet de loi C-429 du Bloc Québécois, déposé par le député de Manicouagan, Gérard Asselin, a franchi une nouvelle [...]

2010: La négligence du gouvernement menace de paralyser des services essentiels La porte-parole du Bloc Québécois en matière de comptes publics et députée de Vaudreuil—Soulanges, Meili Faille, s'inquiète de la négligence [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages