Le mercredi 14 mars 2012

SociétéQuébec

Grenades assourdissantes: des bombes qui implosent?

Ces bombes sont implosives et ne dégagent aucun souffle qui pourrait blesser - La police

Par Sylvain

Enfin, la police dit que « ces bombes sont implosives et ne dégagent aucun souffle qui pourrait blesser ». Dans le cas du « blast disperser », qui est tout en métal, en quoi le fait qu’il implose plutôt que d’exploser empêcherait de blesser? Les bombes à fusion implosent et, on s’entend, sont extrêmement dangereuses. Pour le « rubber ball grenade », la sortie du SPVM génère davantage de questions. Quel est le matériel de la tête de la grenade? Est-ce que les journalistes ont pu les voir?

En lisant l’article Les grenades assourdissantes sont là pour rester, dit le SPVM de David Santerre à la Presse,1, j’ai la vision « assourdie ».

De un, on apprend que plusieurs « rubber ball grenade » ont été utilisées. On peut lire qu’elles « explosent en principe une première fois après 1,5 seconde, pour expulser les quelques éléments métalliques de la bombe à un mètre. » On avait pourtant entendu dire que les grenades utilisées n’avaient rien qui pouvaient blesser.

De plus, une seule grenade assourdissante, ou  «blast disperser», aurait été utilisée. Serait-ce l’engin qui aurait blessé l’oeil de l’étudiant Francis Grenier?

Pour la police, ça semble imposible, puisque qu’on dit qu « ces bombes sont implosives et ne dégagent aucun souffle qui pourrait blesser ».

Déjà, la police n’hésite pas à utiliser le mot « bombe » pour qualifier les engins. Pensez-y!

Puis, tout au long du texte, le journaliste écrit toujours « explosion », non « implosion », donc il faudrait peut-être se brancher.

Ceci dit, puisque ce n’est pas dangereux, et que ça ne fait qu’imploser ces engins, le SPVM devrait avoir le courage, devant la caméra, de se faire exploser chacun des engins à quelques centimètres du visage.

Il y a des limites à prendre le monde pour des imbéciles. Elles explosent ou elles implosent, leurs « bombes »? Elles sont dangereuses ou elles ne le sont pas?

Alors, aurons-nous droit à la vérité avec l’enquête de la police, ou bien on va devoir finir par accepter leurs explications à la con? C’est quoi la prochaine explication, que c’est une pomme grenade qui a causé les blessures à l’oeil de Francis Grenier?

En attendant, j’ai fait une petite recherche, et j’ai trouvé un détaillant aux États-Unis qui vendraient les engins utilisés par le SPVM2.

Ici, vous avec le « Blast disperser »:

blast disperser

Maintenant, voici ce qui pourrait avoir été utilisé pour lancer les « jets de gaz irritant CS »:

Et, toujours selon l’article de David Santerre, La Presse, au moins neuf «rubber ball grenade» ont été utilisées le jour où Francis Grenier a été blessé. Voici à quoi ça ressemble, si ce n’est la même chose:

rubber ball grenade

Ce qu’il faut remarquer, premièrement, si la »rubber ball grenade » est en caoutchouc, la tête, elle, semble plutôt être en métal. Est-ce que les journalistes se seraient fait montrer les engins sans les têtes, et même chose pour le « Blast disperser »  ?

Enfin, la police dit que « ces bombes sont implosives et ne dégagent aucun souffle qui pourrait blesser ». Dans le cas du « blast disperser », qui est tout en métal, en quoi le fait qu’il implose plutôt que d’exploser empêcherait de blesser? Les bombes à fusion implosent et, on s’entend, sont extrêmement dangereuses. Pour le « rubber ball grenade », la sortie du SPVM génère davantage de questions. Quel est le matériel de la tête de la grenade? C’est à suivre…

AJOUT: L’image en tête d’article est la « canne » trouvée lors de la manifestation du 7 mars dernier, le jour où Francis Grenier a été blessé à l’oeil. Si l’on se fie à l’image, l’entreprise qui fabrique le « blast disperser » (Instantaneous Blast Grenade – CS) utilisé par le SPVM serait Defense Technology3.

Comparez:

Defense Technology

Vous constaterez que la grenade « CS » n’a pas d’image sur le site Internet de l’entreprise. Toutefois, en comparant celle ci-dessous avec les modèles « OC » et « CN », on peut conclure, à 99% certain, que s’il y avait une image pour le modèle « CS », ce serait celle ci-desous.

Donc, est-ce que le modèle « CS » est aussi muni d’une tête (qui pourrait certainement blesser) comme les modèles « OC » et « CN » ? Si l’on se fie à ce document de l’entreprise4, la réponse est affirmative.

Dans le document, on peut lire, entre autres choses:

This product may cause serious injury or death to you or others.

Si vous ne comprenez pas l’anglais, demandez au chef de police du SPVM, il pourrait sûrement vous aider!

  1. Les grenades assourdissantes sont là pour rester, dit le SPVM []
  2. Non lethal technologies []
  3. Defense Technology []
  4. Instantaneous Blast Grenade []

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article