Le samedi 31 décembre 2011

QuébecPolitique

La ligne de trop

Si on a à retenir juste une chose, c'est de parler droit

L'indépendance du Québec ]

Par Julien Gaudreau

Si on disait ce qu’on pense en tant que mouvement, possiblement que notre message serait pas la saveur du mois à la prochaine élection. Probablement aussi qu’une bonne partie des médias continuerait à nous cracher dans la face. Au moins, on saurait qu’on construit sur du solide, sur du cohérent.

Je termine tout juste le dernier livre de Falardeau. Enfin, le dernier sur Falardeau peut-être étant donné que c’est plutôt un livre par accident qu’un livre de volonté. Quoiqu’à le lire on se demande si Falardeau a jamais écrit réellement par volonté. De sacrés bons accidents alors. Peu importe, excellent bouquin qui m’a permis d’en apprendre un peu sur celui qui est l’ami de plusieurs de mes amis, mais pour moi plutôt un personnage. J’ai lu pas mal tous ses livres, je l’ai écouté plusieurs fois en conférence. J’ai vu le produit, le Falardeau grand public. Au travers de ses lettres très personnelles, écrites à un ami, on peut entrevoir la production. Si on savait que l’arbre Falardeau est grand, on ne peut en découvrir la profondeur qu’en jaugeant les racines. Sinon c’est bien, c’est beau, c’est vrai, mais quelques fois aussi c’est un peu sec, quelques fois on se demande pourquoi ci ou ça. On peut même imaginer qu’il parlait sans trop réfléchir.

C’est un peu comme Bourgeois, presque chaque fois que quelqu’un qui ne le connaît pas le commente, c’est pour souligner la ligne de trop, la déclaration trop raide. Ce que la personne souvent ne réalise pas, c’est pas la ligne de trop ou la déclaration trop raide. C’est exactement ça. C’est ça qu’il voulait dire, c’est ça qu’il a dit. En bien ou en mal, Bourgeois c’est Bourgeois, comme Falardeau c’est Falardeau. Rien à faire, ce genre d’homme là est barré de même. Difficile pour beaucoup d’imaginer un homme qui ne calcule pas avant de parler. Et attention, ne pas calculer ne veut pas dire ne pas penser! Ne pas calculer c’est juste penser aux causes de la prise de parole, et pas à ses conséquences. En général, tout le monde gagne et eux paient la note. Assez salée, la plupart du temps.

Si on a à retenir juste une chose de ce genre d’homme là… Je dis ce genre-là, mais je devrais plutôt dire ce sous-genre ou ce sur-genre, parce que si on avait un genre d’homme comme ça au complet au Québec, on n’aurait pas les problèmes qu’on a là. C’est clair. Le Québec serait un pays. On aurait probablement d’autres problèmes, mais ça, c’est une autre histoire. Donc ce qu’il y à retenir de ces hommes-là, c’est de parler droit. Plus que ben d’autres choses, c’est ça notre problème.

Oui oui, les médias, l’argent du fédéral, les traîtres, les vendus et tout le bataclan. Si on regarde bien, toutes ces choses-là, elles sont dangereuses principalement pour une chose, elles nous font sortir de notre chemin. On se met à calculer. Les mesures de guerre: une honte. La constitution de 1982: antidémocratique. Le référendum de 1995: un vol. Le peuple québécois: une minorité soumise et en danger. Sur les causes et les pourquoi, le PQ, le RRQ, les JPQ, ON, pas mal tout le mouvement indépendantiste s’entend. C’est sur les calculs que ça échoppe. Il y a ceux qui calculent complètement (Legault), ceux qui calculent beaucoup (le PQ, et mal à part de ça…). Ceux qui calculent peu ou pas pantoute, les Bourgeois, Bégin, Falardeau, Boulanger et autres.

Au final, ça donne ce que ça donne. Le mouvement souverainiste a un paquet de bonnes raisons mais tout le monde voit très bien qu’il n’assume pas les conséquences de ses raisons. Ceux qui se tiennent droits, ils ont l’air d’une gang de fous parce qu’ils doivent hurler pour se faire entendre, et globalement la population voit bien que ses élites ont une peur panique autant d’affronter l’adversaire que de dire ce qu’ils pensent. Si on disait ce qu’on pense en tant que mouvement, possiblement que notre message serait pas la saveur du mois à la prochaine élection. Probablement aussi qu’une bonne partie des médias continuerait à nous cracher dans la face. Au moins, on saurait qu’on construit sur du solide, sur du cohérent. Souhaitons-nous ça pour la prochaine année.

Un commentaire à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Jean Rousseau Le 31 décembre 2011 à 12h29

    Attawapiskat ou la dure réalité autochtone
    Les conditions de vie difficiles des Amérindiens ont indigné l’opinion publique en 2011
    Caroline Montpetit 29 décembre 2011 Actualités en société
    D’après cet article de la journaliste du Devoir
    __________________________________________________________________

    La constellation névrotique ou l’arrêt de la croissance.

    « […] un changement fondamental doit s’opérer » Sheila Fraser.

    Je mettais en garde récemment les indépendantistes québécois, que les Anglais ne respecteraient pas les règles qui seraient en vigueur lors d’un référendum gagnant, mais en profiteraient plutôt pour nous mater durement. Si ces idéalistes n’ont pas pu apercevoir ce dessein, ce n’est pas faute d’intelligence, mais davantage parce qu’ils ne sont pas parvenus à réfléchir pour la peine sur leurs réflexions. Le schème pathologique qui viendra interdire la verticalité se trouve dû à un glissement du réel vers la symbolique. Les religions demeurent des manifestations grandioses de ce principe et sont tolérées, car beaucoup de dirigeants y voient là une bonne façon de maintenir leur autorité.

    La solution consisterait à retirer les personnes insuffisamment averties et les remplacer par des compétences. Einstein au cours de ses études a éprouvé des difficultés, mais il a su rencontrer en son peuple (instruit en ce qui concerne la survie) des penseurs qui l’ont compris. À cause de l’immaturité qui en découlera, ici, nombre de penseurs ou d’artistes (André Mathieu) finiront encore de nos jours leur vie misérablement.

    Les militants qui ne se rendent pas encore compte que ce qui est advenu à la communauté indienne Attawapiskat, annonce clairement ce qui nous attend, devrait laisser leur place avant qu’on les pousse dans le dos.

    La solution réaliste consisterait à s’unir avec les autres provinces et de là, créer une fédération innovatrice où chacune deviendrait souveraine. Le tout chapeauté par une instance supranationale dont les objectifs seraient déterminés par l’ensemble. C’est certain que beaucoup de lobbys vont s’y opposer. Il se trouve plus aisé, de négocier avec un seul dirigeant comme dans les pays arabes.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Julien Gaudreau
Le Québécois

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 23 articles

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 650 a été rédigé par Julien Gaudreau il y a 5 ans et 7 mois, le samedi 31 décembre 2011.

Il y a un commentaire suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous L'indépendance du Québec, Politique, Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2015: Veille du jour de l’An : quoi faire ? Si votre objectif est de passer la veillée du jour de l'An à boire comme un trou dans une taverne, [...]

2013: Bonne année 2014 C'est l'année 2014 qui débute et on vous en souhaite une bonne. Pour plusieurs, 2013 a été la meilleure de [...]

2012: Oenothérapie: le champagne est-il bon pour la santé? En cette période de réjouissance, plusieurs personnes en profitent pour boire de l'alcool, comme du vin ou du champagne. D'autres [...]

2011: Ma dernière montée de lait avant 2012 En réaction à l'article paru dans la Presse du 24 décembre 2011:  Débat linguistique: les Québécois se réveillent, de Louis [...]

2011: Politique: une bonne année pour Option nationale! C'est une bonne année pour Option Nationale qui n'a pourtant que 2 mois d'existence. Déjà, la page Facebook ((Option nationale [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages