Le jeudi 17 novembre 2011

SociétéQuébec

Patrons unilingues anglais à la Caisse de dépôt: la pointe de l’iceberg!

Une manifestation aura lieu le 1er décembre prochain

L'état de la langue française ]

Par Mouvement Québec Français

On peut se demander si dans le reste du Canada, l’on tolérerait que des unilingues francophones occupent des postes de haut niveau au sein de la fonction publique, à plus forte raison dans un organisme de la taille de la Caisse de dépôt. Poser la question, comme on dit, c’est y répondre.

La Caisse de dépôt et placement du Québec choisissait récemment deux unilingues anglophones pour occuper de hautes fonctions au sein de l’organisme, contrairement à ce qu’exige la Charte de la langue française. Le premier vice-président de la Caisse a bien sûr prétendu que ce n’était là qu’une « situation d’exception », mais de tels agissements sont devenus monnaie courante dans l’administration publique québécoise. Rien d’étonnant quand on constate qu’une récente étude de l’Institut de recherche en économie démontre qu’il y a 13,9 % des emplois publics au Québec dont la langue de travail est principalement l’anglais (sans compter les emplois bilingues où l’anglais est régulièrement utilisé), alors que les Anglo-québécois comptent pour 8,7% de la population en âge de travailler. Cette situation qui prévaut à la Caisse de dépôt n’est en fait que la partie visible de l’iceberg et nullement une exception comme certains seraient tentés de faire croire.

« Les secteurs publics de langue anglaise du Québec comptent 50 000 emplois de plus que ce que l’on pourrait escompter compte tenu du poids démographique des anglophones. Ces emplois supplémentaires représentent des revenus de 2,2 milliards de dollars pour les travailleurs. Au Canada anglais, au contraire, on compte environ 7 000 emplois en deçà de ce qui serait justifié par le poids démographique des francophones, soit un déficit d’environ 270 millions de dollars en revenus pour les travailleurs » conclut l’économiste Henri Thibaudin.

On peut se demander si dans le reste du Canada, l’on tolérerait que des unilingues francophones occupent des postes de haut niveau au sein de la fonction publique, à plus forte raison dans un organisme de la taille de la Caisse de dépôt. Poser la question, comme on dit, c’est y répondre.

Tous les sophismes du monde n’y changeront donc rien, nous avons trop longtemps détourné les yeux et maintenu des privilèges institutionnels inacceptables accordés à la minorité historique anglophones, qui dans les faits constitue environ 3 % de la population québécoise (Anglo-Britanniques nés au Québec). Nos propres services gouvernementaux et parapublics anglicisent les nouveaux arrivants, les allophones et les francophones. Le véritable problème se trouve dans notre incroyable soumission collective, cette attitude de minoritaire qui fait qu’on se sent coupable de vouloir des institutions majoritaires pour la majorité.

La Charte de la langue française visait à faire du français non pas l’une des langues officielles, mais plutôt la seule langue officielle du Québec. La Loi 101 n’a pas été conçue contre le bilinguisme individuel, mais contre le bilinguisme institutionnel. Elle devait faire du français non pas la langue des seuls francophones, mais la langue commune de tous les Québécois. Cela correspond à la normalité dans à peu près tous les États à travers le monde. Le français comme langue commune du Québec est essentiel à la cohésion sociale et à l’inclusion de tous les citoyens. Il s’agit d’une condition essentielle pour assurer l’avenir du français au Québec, seul État majoritairement francophone de l’Amérique du Nord.

C’est pourquoi le jeudi 1er décembre prochain, vous êtes invités à une «manifestation éclair» pour que le gouvernement applique et renforce la loi 101 à l’intérieur de ses propres services afin de faire du français la seule langue officielle et commune, tel que le voulait l’esprit de Charte de la langue française. Le point de rendez-vous est au coin de Sainte-Catherine et Saint-Urbain, à midi (12h), devant l’entrée du Complexe Desjardins. Les services publics ne doivent plus angliciser le Québec aux frais de toutes les régions. Il faut que ça change!

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Mouvement Québec Français
Mario Beaulieu

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 32 articles

Profil: En tant que citoyens et citoyennes du monde, nous avons la responsabilité de défendre et de promouvoir la différence culturelle et linguistique du Québec.

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 575 a été rédigé par Mouvement Québec Français il y a 5 ans et 4 mois, le jeudi 17 novembre 2011.

L'article n'a aucun commentaire. Soyez le premier à vous prononcer sur ce sujet. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous L'état de la langue française, Québec, Société.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2011: Option Nationale: la députée Lisette Lapointe fait le saut et se joint au parti En entrevue avec Paul Houde au 98,5 FM, le député et chef du parti Option Nationale a annoncé aujourd'hui que [...]

2011: Augmentation des frais de scolarité: iniquité générationnelle Lors de la période de questions du 16 novembre, la chef de l'opposition officielle, Pauline Marois, s'est portée à la [...]

2011: Le gouvernement Charest admet le recul du français « Contre toute attente, le gouvernement libéral vient d’admettre qu’il y a un recul du français à Montréal et ailleurs [...]

2011: François Legault, le prochain pantin de l’empire Desmarais Il y a un an presque jour pour jour, je dénonçais La Presse pour sa tentative grossière de manipuler l'opinion publique [...]

2011: Corruption et langue bafouée: conditions gagnantes pour la révolte populaire! La corruption qui a longtemps mené au cynisme populaire est en train de réveiller la révolte patriote en nous! Cette fin [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages