Le mercredi 4 mai 2011

QuébecÉconomie

Disparition planifiée du Québec Inc.

Confirmation des prédictions

Par Jean-Pierre Plourde

Au cours de la dernière année on a appris les faveurs du gouvernement Charest envers les firmes d’ingénieries Américaines afin qu’elles acquièrent la plupart de nos firmes importantes d’ingénierie. En changeant la direction de ces firmes, des dizaines de milliers d’emplois seront affectées, la finalité de la pensée entraînera l’expropriation des profits et des centre de décisions de notre économie.

Aux environ de 2008 la radio d’état « Télé-Québec » via bazzo.tv a fait de la propagande dans une émission intitulée, Faut-il fermer les régions? L’animatrice affichait un parti pris marqué en faveur de la question.

Le but de l’émission était de faire croire faussement et injustement aux Montréalais que les régions sont pour les Montréalais une charge économique et sociale pour eux. Je me suis attardé à tenter d’ouvrir les yeux des Montréalais et de tous les Québécois sur les conséquences de cette odieuse manoeuvre contre tous les habitants du Québec.

Cet abandon et l’indifférence des Montréalais a entraîné la vente de l’Alcan à l’Australienne Rio Tinto, un actif “canadien” important. Cette transaction est tout à fait contraire aux politiques généralement admises par ce pays. Cette vente brime les intérêts généraux du Québec et des Canadiens. Il s’agit en fait d’une compensation à la direction de l’entreprise qui avait participé abondamment au référendum de 1995 sous le nom de Option Canada.

Peu de gens m’ont cru et la plupart des Montréalais sont restés indifférents aux conséquences exprimées par les pertes d’emplois importantes que j’annonçais si l’on ne protégeait pas nos régions contre la spéculation étrangère.

Trois ans plus tard, Rio Tinto Alcan a déjà déplacé son siège social à Londres aux dépens de Montréal.

Désormais, on apprend que les bureaux administratifs de Montréal restants de l’entreprise Rio-Tinto seront réduit de 100 000 pieds carrés, une catastrophe économique pour Montréal très prévisible. Le projet de vendre le bâtiment de l’Alcan de Montréal est sur la table.

Ce texte de Cyberpresse confirme mes prédictions.

Au cours de la dernière année on a également appris les faveurs du gouvernement Charest envers les firmes d’ingénieries Américaines afin qu’elles acquièrent la plupart de nos firmes importantes d’ingénierie. En changeant la direction de ces firmes, des dizaines de milliers d’emplois seront affectées, la finalité de la pensée entraînera l’expropriation des profits et des centre de décisions de notre économie.

Cette sournoise manœuvre va entraîner des pressions sur la langue de travail au plus haut niveau cognitif de notre société. Il y aura des conséquence sur le peuple et sa culture. Il s’en suivra une humiliation du peuple qui se verra bientôt soumis au travail dans une langue autre que la sienne, de là l’intérêt de Jean Charest de vouloir introduire l’enseignement de l’anglais en première année s’il le faut. Il a dû reculé à la sixième année. Les valeurs culturelles du peuple Québécois sont attaquées de front.

Entre temps, l’entente de principe du traité dit de l’approche commune fut négociée et signée en notre nom entre fédéraux du camp du « NON » de 1995. Les gens d’Option Canada avaient été choisis pour nous représenter, un conflit d’intérêt majeur contre les intérêts de tous les Québécois, les gens d’Alcan ayant eux même des intérêts sur nos territoires et ont déjà négociés en faveur des Amérindiens dans d’autres causes internationales.

L’entente de principe est indépendante du traité lui-même et elle vient mettre sur la tête de tous les Québécois sans exception, la fameuse tutelle qu’Ottawa détient sur les biens Amérindiens.

Ottawa s’octroie unilatéralement un droit de veto sur toutes les lois du gouvernement du Québec et des Amérindiens, présentes et futures. Les lois à caractère linguistique, culturel ou territorial du gouvernement Québécois ou Amérindien pourront être unilatéralement annulées par « ce plus beau pays ». C’est une agression majeure contre la notion même de la liberté des peuples à disposer d’eux mêmes.

Ce texte exprime graphiquement les étapes utilisées par les fédéraux pour arriver à leurs fins.

Merci d’être là,
Jean-Pierre Plourde

Source de l’image: terreascrap.unblog.fr

6 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Jean-Pierre Plourde Le 12 mai 2011 à 0h15

    M. Deferre,

    Les importés canadiens, comme vous le dites, refusent de reconnaitre leurs semblables Québécois en leur retirant leur espace vital.

    Il y aura un prix à payer pour cela, que le Québec devienne indépendant ou pas.

    Jean-Pierre Plourde.

  2. 2 G. Deferre Le 12 mai 2011 à 3h27

    M. J-P. Plourde,
    Tout d’abord, en parlant d’importés canadiens, je ne faisais que reprendre l’expression du contributeur Legion88.
    Ensuite, vous faites allusion à un refus de reconnaissance, qui ne trouve aucune preuve en ceci que, et vous devez le savoir, ces personnes nouvellement devenues québécoises et canadiennes ne peuvent l’être sans une approbation préalable de Québec, du moins pour les résidents de la province de Québec. Nous faisons donc plus qu’avoir un mot à dire dans le choix des nouveaux venus, nous les choisissons ou les récusons, et c’est tout.
    Enfin, il est dans l’intérêt des partisans d’une partition de les convaincre, ces nouveaux arrivants, ou alors de s’attendre à les voir embrasser le système (dont Québec est partie prenante) qui leur a permis d’avoir une meilleure vie, j’entends ici le fédéralisme caractéristique du Canada, avec ses paliers de gouvernement.

    Et vous de mettre en garde quant au prix à payer, au sujet dudit refus de reconnaissance. Et pourtant les termes employés ici et là plaident l’inverse: ROC (rest of Canada), vendus, traitres, collabo, colons, eux-autres, anglais, importés… Qui refuse de reconnaître qui?

    G.D.

  3. 3 Jean-Pierre Plourde Le 12 mai 2011 à 9h03

    M. Deferre;

    Vous refusé au Québec le droit d’autonomie et de gestion accordé à tous les autres membres (provinces) de ce pays.

    Que le Québec parte vous offusque alors que vous accepterez si l’Alberta décidait de partir de son côté, vous ne pourriez rien y faire. La vie c’est cela, c’est pourquoi nos gouvernements s’acharnent à détruire nos majorités afin d’imposer votre vision des choses au membres prétendus libres constituant ce ce pays.

    Jean-Pierre Plourde.

  4. 4 G. Deferre Le 12 mai 2011 à 21h49

    A M. Plourde,

    Vous me donnez beaucoup trop d’importance en affirmant qu’un quelconque droit serait tributaire de ma seule volonté!

    De plus, déduire de mon refus d’une quelconque partition de ce pays que la sécession d’une autre province que le Québec trouverait grâce à mes yeux ne procède d’aucune logique, à moins que toute opinion contraire à la cause souverainiste ne relève du criminel à vos yeux.
    Ce sera désormais un plaisir de vous lire (rien que les faits, vu que les déductions découlant de ces faits ne sont pas votre fort…), vu que vous demeurez un vigile dont notre société a besoin, mais je me garderais désormais de vous outrer en raisonnant.

    A Legion88:
    Pour votre gouverne, les canadien-francais partagent davantage l’ADN des “ROC” (Rest of Canada) plus que celui de n’importe quel autre peuplement, amérindien et européen compris. Lire à ce sujet serait édifiant et tomberai pour beaucoup le mythe que vous essayez de faire passer pour véridique.
    De plus, que dire de l’héritage de ces braves bougres que nos ancêtres français ont spolié? Ça relativise nettement la défaite essuyée face aux anglais. Une chance qu’ils soient moins “colons” que nos aieux gaulois…

    Sur ce je vous salue cordialement, de même que je respecte vos convictions, beaucoup moins le sectarisme dont on drape la cause souverainiste.

    G.D.

  5. 5 Jean-Pierre Plourde Le 13 mai 2011 à 15h01

    Est-il possible de rester calme et poser.

    Il est de mise dans ce blog d’échanger sans vouloir rabaisser.

    Chacun à droit à son opinion et son point de vue, point n’est besoin de chercher à imposer ou rabaisser quelqu’un pour son opinion.

    Merci de conserver un ton modéré et surtout respectueux entre nous.

    S’il y a débordement je devrai malheureusement couper court.

    Jean-Pierre Plourde.

  6. 6 G. Deferre Le 14 mai 2011 à 13h25

    M. Plourde,

    Je vous serai bien reconnaissant de procéder, dans la mesure ou l’intérêt certain que représente votre espace d’échange diminue significativement lorsque la place est laissée à un type d’insinuations, peu flatteuses voire insultantes et vicieuses contre certaines positions.

    J’ai encore la faiblesse de croire en l’honnêteté du plus grand nombre, et j’ose ici penser que je ne me trompe pas.

    Bonne fin de semaine, messieurs (pas encore de dame dans la place…)

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Jean-Pierre Plourde

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 116 articles

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 583 a été rédigé par Jean-Pierre Plourde il y a 6 ans et 5 mois, le mercredi 4 mai 2011.

Il y a 6 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Québec, Économie.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2016: Jane Jacobs et l’indépendance du Québec J'ai découvert dernièrement, par pur hasard en naviguant sur l'Internet, un document fort intéressant: The Question of Separatism: Quebec and [...]

2015: Les billets de banque canadiens revisités par un artiste d’origine congolaise Bien peu d'entres nous les reconnaissent mais bien des Canadiens et des Québécois les ont en leur possession. Un spécialiste [...]

2015: Qui a inventé le piano ? Bartolomeo Cristofori, bien sûr! Google rend hommage aujourd'hui à Bartolomeo Cristofori, celui qui a inventé le piano moderne tel qu'on le connaît. À l'origine [...]

2011: Hausse fulgurante du prix de l’essence « La fulgurante hausse du prix de l’essence au cours des dernières semaines a un impact majeur dans le budget [...]

2011: Le Bloc continuera à représenter les Québécois avec rigueur à Ottawa Je tiens d'abord à transmettre mes plus sincères remerciements à notre chef sortant, Gilles Duceppe, qui a veillé à la [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages