Le jeudi 28 octobre 2010

QuébecPolitique

L’indépendance du Québec: Dans cinq ans!

Notre objectif devrait donc être le suivant : « Que le Québec devienne indépendant d’ici au 24 juin 2015 »

L'indépendance du Québec ]

Par Richard Le Hir

Dans une entrevue qu’il donnait cette semaine à Radio-Canada dans le contexte du quinzième anniversaire du référendum de 1995, Jacques Parizeau, dont on n’a jamais pu mettre en doute l’engagement envers l’indépendance malgré ses erreurs, déclarait qu’il fallait désormais passer du stade du rêve à celui de projet.

Oui, oui. Dans cinq ans. Ceux qui ont lu les premiers chapitres de mon feuilleton de politique fiction sur l’indépendance (Les bâtisseurs de l’An I) ont remarqué que le prochain référendum aurait lieu le lundi 23 juin 201…, le dernier chiffre de l’année étant laissé dans le vague. Ceux qui se sont donnés la peine de vérifier sur leur ordinateur en quelle année le 23 juin tomberait un lundi dans un proche avenir savent que ce sera en 2014. Rajoutons une année pour faire l’indépendance, et nous arrivons au 24 juin 2015.

Mais, me direz-vous, d’où me vient une si belle assurance ? Tout simplement de l’observation de la situation, autant à l’extérieur du Québec qu’au Québec même.

Avec la crise financière et l’effondrement de la puissance américaine, nous sommes entrés dans une phase de mutation à l’échelle mondiale. Ni le Canada ni le Québec n’y échapperont. La crise financière vient d’entrer dans une nouvelle phase dont le Canada sortira encore plus affaibli. Sa capacité de maintenir son système de paiements de transfert et de péréquation à un niveau significatif va être remise en question dans un avenir prochain. Exit le fédéralisme rentable.

Au Québec même, nous assistons aux derniers jours d’un gouvernement discrédité comme rarement nous en avons connu. Il finira par tomber et sera remplacé par un autre. Il se peut que ce soit encore un gouvernement du PLQ pendant quelques mois. Mais le PLQ est désormais si miné par les soupçons qui pèsent quant à ses liens avec la mafia qu’il sera incapable de se renouveler à temps pour les prochaines élections générales et qu’il risque même d’être englouti à jamais.

Quant aux chances qu’un nouveau parti dirigé par François Legault ou quelqu’un d’autre puisse émerger d’ici là et s’imposer devant le Parti Québécois, elles sont nulles. D’une part, les Québécois se rendront rapidement compte que ce nouveau parti ne pourrait jamais être qu’une nouvelle mouture de l’ADQ, et d’autre part, ils comprendront dès les prochains mois que l’agenda conservateur de ce nouveau parti, notamment en matière fiscale, ne correspond pas du tout aux exigences posées par la nouvelle réalité économique.

On pourrait rajouter à ce tableau une multitude d’autres facteurs qui pèseront dans la balance, comme la tenue d’une enquête publique sur la corruption dans l’industrie de la construction et ses liens avec le financement des partis politiques, le développement de nos richesses naturelles (gaz de schistes, pétrole, eau, forêts, ressources minières), les enjeux environnementaux, les enjeux de politique étrangère du Canada, etc., mais curieusement – et heureusement – ils jouent tous dans le sens que nous souhaitons sur Vigile.

Comme je m’échine à le répéter ici depuis maintenant huit mois, jamais la conjoncture n’a été meilleure. Il semble que d’autres que moi en soient également venus à cette conclusion, comme en témoignent les efforts de mobilisation présentement en cours et dont quelques uns sont sur le point d’aboutir, comme nous l’annonçait ici même il y a quelques jours Gilbert Paquette.

Dans une entrevue qu’il donnait cette semaine à Radio-Canada dans le contexte du quinzième anniversaire du référendum de 1995, Jacques Parizeau, dont on n’a jamais pu mettre en doute l’engagement envers l’indépendance malgré ses erreurs, déclarait qu’il fallait désormais passer du stade du rêve à celui de projet.

J’irai même plus loin. Il faut faire de l’indépendance notre objectif, au sens où l’on entend ce terme en gestion. En effet, en gestion, un objectif doit être précis, mesurable ou quantifiable, réaliste et réalisable, et en phase avec une situation ou une conjoncture. Et puis, un objectif, ça concentre l’esprit et les efforts.

Notre objectif devrait donc être le suivant : « Que le Québec devienne indépendant d’ici au 24 juin 2015 ». Difficile d’être plus précis, plus mesurable, plus réaliste et réalisable, et plus en phase avec la conjoncture. Bien sûr que ce sera difficile, malgré tous les facteurs qui nous favorisent. Mais ce qui est facile ne vaut rien. L’indépendance, elle, n’a pas de prix.

Reste maintenant à définir des stratégies et élaborer un plan.

Source: Vigile.net

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Richard Le Hir
Vigile.net

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 40 articles

Profil: Avocat et conseiller en gestion, ministre délégué à la Restructuration dans le cabinet Parizeau (1994-95)

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 662 a été rédigé par Richard Le Hir il y a 7 ans et 0 mois, le jeudi 28 octobre 2010.

L'article n'a aucun commentaire. Soyez le premier à vous prononcer sur ce sujet. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous L'indépendance du Québec, Politique, Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2010: Les Québécois ne veulent pas de Charest, dit le référendum Ce soir, je suis tombé malencontreusement sur cet article de Radio-Canada appelé "Les Québécois ne veulent pas de référendum, dit [...]

2010: À Vendre… la langue française! Ce 19 Octobre 2010 vient d’entrer dans l’histoire du Québec pour longtemps. Nous, francophones d’Amérique du Nord, venons d’être trahis [...]

2010: Hausses draconiennes des taxes foncières Le Parti Québécois veut forcer le gouvernement libéral à se préoccuper enfin du problème des hausses draconiennes de taxes foncières [...]

2010: Saison de motoneige 2010-2011 au Québec La députée d’Iberville et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’agriculture et d’alimentation, Marie Bouillé, s’insurge contre l’attitude nonchalante du [...]

2010: Le PQ veut limiter les contributions aux partis politiques Mais à combien? Quel seuil serait acceptable? Tous au Parti Québécois s’entendent pour dire qu’il faut baisser la contribution maximale [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages

4983string(0) ""