Le Mardi 23 mars 2010

QuébecÉconomie

L’empreinte écologique d’un taco: 100 000 kilomètres

L’incapacité de l’analyse économique standard à analyser la complexité du monde

États-Unis d'Amérique ]

Par OikosBlogue

Les chercheurs du California College of the Arts ont décomposé un taco en ses différents ingrédients et ont calculés, pour chacun d’eux, le transport qu’ils ont dû faire pour composer le taco qui sera dégusté en Californie.

Récemment, l’Institut économique de Montréal (IEDM) s’est penché sur l’étude de la consommation responsable, en particulier sur le débat entourant l’empreinte écologique des biens et, ce qui en découle logiquement pour les groupes écologiques, la stratégie favorable à l’achat local. Comme à chaque fois où l’IEDM s’empare d’un sujet, il fallait craindre le pire en termes de rapetissement de la pensée. Comme je l’affirme dans un blogue précédent, en parlant du président de cet organisme, les propagandistes de cet institut utilisent la NOVLANGUE, « qui vise à restreindre l’étendue de la pensée, à favoriser la parole officielle et empêcher l’expression de pensées hétérodoxes ou critiques. »

Nous n’avons pas besoin de lire l’étude de Pierre Desrochers, professeur de géographie de l’Université de Toronto, pour en connaître les résultats: il est, par définition, impossible que le modèle abstrait de l’achat local pur puisse concurrencer le modèle abstrait d’efficacité économique globalisée. D’un point de vue analytique, dans le cadre de leur « monde » économique désincarné, c’est une vérité absolue. Mais le problème est justement là: les outils d’analyse économique standards ne sont des vérités que dans leur monde imaginaire.

Depuis longtemps, les économistes les plus reconnus – récompensés par des « prix Nobel » – ont remis en cause ces vérités lorsqu’il faut les confronter à la réalité qui échappe aux absurdes hypothèses de l’économie standard. Et c’est d’autant plus le cas lorsqu’il faut tenir compte de la dimension environnementale de l’activité économique. Alors là, en raison des externalités négatives particulièrement importantes pour lesquelles il est pratiquement impossible d’évaluer les coûts, ces outils sont doublement caducs.

Dans ce cas il faut sortir des modèles économétriques standards, fondés sur des hypothèses irréalistes, et adopter des approches comptables plus proches de la réalité concrète. En outre, une analyse sérieuse de l’empreinte écologique des biens de consommation passe nécessairement par la comparaison de produits plus complexe que la fraise, comme le fait Pierre Desrochers. Cet exemple de la fraise est symptomatique de l’incapacité de l’analyse économique standard à analyser la complexité du monde: pour faire leurs analyses, ils doivent constamment réduire les objets étudiés à des idéaux-types extrêmement réducteur. D’où l’exemple de la fraise. Pourriez-vous, M. Desrochers, refaire la même analyse pour un plat préparé d’un fast food? J’en doute fort.

C’est pourtant ce qu’ont fait les chercheurs du California College of the Arts en décomposant un taco en ses différents ingrédients et en calculant, pour chacun d’eux, le transport qu’ils ont dû faire pour composer le taco qui sera dégusté en Californie. Selon leur calcul, les ingrédients du taco ont parcouru 64 000 miles, ou autour de 100 000 km: deux fois et demi le tour de la Terre.

L’analyse du cycle de vie reste à faire pour chaque bien et les outils pour le faire ne sont pas encore largement disponibles. C’est la raison pour laquelle il faut rester critique face à ces dernières. Il y a même eu, l’an dernier, une recherche qui prétendait qu’une analyse du cycle de vie comparée du Hummer et de la Prius donnait la première gagnante! Je ne serais aucunement surpris d’apprendre que cette analyse avait été faite sous les bons soins de l’IEDM!

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

Annoncez ici

À propos de l'auteur de cet article

OikosBlogue

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 9 articles

Profil: OikosBlogue est une initiative de la coopérative de solidarité Les Éditions Vie Économique (EVE). Il vise à développer une communauté d’intérêt virtuelle autour des divers enjeux reliés au développement durable,…

Afficher le profil complet

Fiche de l'article

Cet article de 522 a été rédigé par OikosBlogue il y a 4 ans et 7 mois, le Mardi 23 mars 2010.

L'article n'a aucun commentaire. Soyez le premier à vous prononcer sur ce sujet. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous États-Unis d'Amérique, Économie, Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2013: Philippe Couillard : à peine élu, sa page Facebook est détrônée Suite à l'élection de Philippe Couillard à la chefferie du PLQ, une page Facebook intitulée « Québécois contre Philippe Couillard » a [...]

2011: Guerre “humanitaire” en Libye: aurait-on pu “pré-prévenir”? La guerre « humanitaire » qui a débuté la semaine dernière en Libye deviendra-t-elle un autre « Iraq »? En 2003, la France avait refusé [...]

2010: Les bonis des dirigeants de la SAAQ sont indécents! Le député de Verchères et porte-parole de l’opposition officielle en matière de transports, Stéphane Bergeron, dénonce avec virulence les importants [...]

2010: Adoption du projet de loi 57 pour un nouveau régime forestier « Ce projet de loi est majeur pour l’avenir forestier du Québec. Si nous sommes en faveur des grandes orientations [...]

2010: Comprendre les tremblements de terre… La planète Terre, par l'existence d'un flux de chaleur qui va de son centre vers son extérieur, généré par des [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages