Le vendredi 5 mars 2010

Québec

Retour sur la propagande canadienne lors des Jeux Olympiques

De l'importance des symboles

Canada ]

Par Le Conseil de la souveraineté

Il n’y a pas de surprise à constater qu’une nation qui essaie de se construire (canadian nation building) en fasse énormément. Sans arrêt, pendant quinze jours. C’est ce qui explique la féroce objection du Canada à permettre aux médaillés québécois d’arborer le drapeau québécois lors de leurs performances.

Les jeux sont finis. La marée rouge aussi. Un étalage orgiaque qui a surpris même les Européens. Eux qui croyaient les Canadiens plus sobres à ce chapitre. C’était oublier que ce type d’évènement repose essentiellement sur le culte des nations et qu’en plus le Canada est en quête de nation. Déjà les nations bien établies qui organisent les jeux en font beaucoup. Il n’y a pas de surprise à constater qu’une nation qui essaie de se construire (canadian nation building) en fasse énormément. Sans arrêt, pendant quinze jours.

Un coup d’œil sur les télévisions étrangères nous apprend que la couverture des jeux ne se fait qu’à l’aulne du succès des athlètes de chacun des pays. Les États-Unis parlent des athlètes états-uniens. La France, des athlètes français. La Norvège, des athlètes norvégiens. Etc. Et à chaque fois est hissé le drapeau, chanté l’hymne national et sont exhibées les couleurs du pays au tableau des médailles. Un sentiment de fierté couvre le visage des champions et amplifie la voix des commentateurs.

Les spectateurs du pays concerné, gonflés à bloc, communient littéralement à l’évènement. Les symboles ne sont pas « symboliques ». Ils agissent. Ils ont pour objectifs de faire les individus se rassembler, de leur permettre de se nommer collectivement et de proposer leur collectif à la reconnaissance de tous les autres collectifs. Ces symboles ont pour mission de faire nation.

Inversement, l’absence de ces symboles vise à empêcher les individus de se rassembler dans un collectif autre, de se nommer et d’être reconnus comme collectif distinct. L’interdiction de ces symboles vise à défaire nation. C’est ce qui explique la féroce objection du Canada à permettre aux médaillés québécois d’arborer le drapeau québécois lors de leurs performances. C’est ce qui explique aussi l’acharnement qu’il a mis à bannir le drapeau du Québec des fêtes du 400ième et de lui substituer sa couleur bleue par celle orangée de Canadian Tire.

Les symboles sont importants. Et lorsque le Québec sera indépendant, comme toutes les nations, il les mettra en évidence. Sans tomber, nous en sommes convaincus, dans l’intoxication et la propagande puisque déjà le Québec, lui, forme une nation.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Le Conseil de la souveraineté
Gérald Larose

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 51 articles

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 360 a été rédigé par Le Conseil de la souveraineté il y a 7 ans et 3 mois, le vendredi 5 mars 2010.

L'article n'a aucun commentaire. Soyez le premier à vous prononcer sur ce sujet. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Canada, Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2012: Le candidat caquiste vedette Denis Leftakis peut et DOIT faire mieux Depuis plusieurs mois, François Legault nous disait qu'il allait annoncer incessamment des candidats vedettes d'une qualité redoutable. C'est finalement la [...]

2011: Enseignement intensif de l’anglais en 6ème année: hourra! Il était temps qu’un gouvernement québécois ait enfin le courage de s’attaquer au drame qui frappe le Québec, petite province [...]

2011: Coquetel de la Table de concertation de la capitale nationale Pour la première fois de son histoire, le Conseil de la souveraineté de la capitale nationale organise, sous la présidence d'honneur [...]

2010: Le budget conservateur démontre que le fédéralisme n’est pas rentable pour le Québec « En présentant un budget aussi vide, le gouvernement conservateur nous offre une autre illustration que le fédéralisme n’est tout [...]

2010: Le cadeau de Pierre Elliott Trudeau au Québec Nous le savions depuis longtemps, Pierre Trudeau a toujours défendu l’idée que les Québécois étaient des « pleutres », qu’ils [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages