Le Mardi 23 février 2010

PolitiqueQuébec

Le lieutenant-gouverneur goûtera à la médecine du RRQ

Le Réseau ne permettra jamais que des usurpateurs dilapident l’argent du peuple, tout en lui riant en pleine face

Par RRQ

Le 5 mars prochain (à 15h, devant l’Assemblée nationale, à Québec), c’est à Pierre Duchesne que le RRQ fera comprendre que les jours de l’institution vétuste et archaïque qu’est la monarchie britannique sont comptés en terre québécoise.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le petit roi de paccotille qui trône à Québec, de pathétiques médailles à son effigie au cou, ne manque pas de culot. Il faut quand même être effronté comme pas un pour prendre d’une part l’argent des citoyens tout en refusant, d’autre part, de répondre aux questions des élus qui aimeraient bien savoir ce que le représentant de la couronne d’Angleterre en terre québécoise trafique avec l’argent du peuple.

Pierre Duchesne, lieutenant-gouverneur et donc représentant d’une institution archaïque, vétuste et qui rappelle de douloureux souvenirs aux Québécois, a décidé qu’il n’était aucunement tenu, de par ses fonctions que lui seul – ou peu s’en faut – perçoit comme grandioses et honorables, de répondre de ses actes devant les Québécois. Ce petit baveux prend 775 000 dollars (une hausse de 10% comparativement à l’année précédente) dans les poches des Québécois mais il refuse de faire preuve de transparence.

Dans un contexte où les histoires de corruption abondent, dans un contexte où sa prédécesseure à roulettes a pigé allègrement dans la caisse et de manière frauduleuse, Pierre Duchesne devrait laver plus blanc que blanc, acceptant ainsi de se comporter – à défaut d’occuper un poste qu’il l’est – de manière honorable.

En entrant en fonction, Duchesne avait pourtant promis qu’il briserait la tradition de dépenses outrancières telle qu’instaurée par Lise Thibault. Prendre l’argent des Québécois, en faisant hausser son budget annuel de 10%, et ce, pour cultiver SON culte de SA personnalité en faisant, entre autres, frapper des médailles à son effigie, ce n’est pas exactement ce que nous considérons être une façon économique et intelligente de gérer l’argent du peuple.

La seule nouveauté que Pierre Duchesne aura donc imposée, c’est ce refus abject – qui présage d’ailleurs le pire- de laisser les élus du peuple accéder librement à l’information qui concerne la fonction de lieutenant-gouverneur. À l’évidence, voici un règne qui foule encore davantage au pied les grands principes démocratiques tels qu’ils se vivent dans une société digne de ce nom et dans une république.

Afin de défendre du mieux qu’il le peut les intérêts du peuple, le Parti Québécois a déposé une motion à l’Assemblée nationale tout à fait pertinente. Selon les péquistes, un gouvernement du Québec qui se tient debout devrait couper les vivres à l’arriviste politique qui se pavane sur la Grande-Allée et qui exige les courbettes de ses sujets les plus colonisés pour mieux remettre ses médailles en toc. En éliminant le budget du lieutenant-gouverneur, comme le propose le PQ, les Québécois épargneraient 775 000 dollars par année.

En attendant d’abolir purement et simplement cette fonction rétrograde, le fait de reprendre nos deniers et de réduire ainsi à peu près à néant l’influence du personnage monarchique serait une saprée bonne chose, une très vaste majorité de Québécois en conviendront.

Mais voilà, l’État québécois est entre les mains depuis trop longtemps maintenant d’une bande de mollassons vendus aux intérêts du Canada et de la monarchie britannique. Ces libéraux refusent d’organiser une commission d’enquête sur la corruption dans l’industrie de la construction alors que l’ensemble de la population québécoise souhaite connaître les tenants et aboutissants de systèmes qui permettent – semble-t-il- de graisser la patte d’amis du régime. Il n’était par conséquent que prévisible qu’ils agissent de même dans le dossier du lieutenant-gouverneur, c’est-à-dire en tentant du mieux qu’ils le peuvent de dissimuler les possibles turpitudes de Duchesne-le-grand.

Le manque de transparence est de culture libérale. Jean Charest ne pouvait donc que comprendre Pierre Duchesne qui souhaiterait faire des cachoteries avec l’argent du peuple. Il l’a donc endossé dans son manque de transparence, lui permettant de ne rien dire aux Québécois de ce qu’il fait avec leur argent. Un scandale!

Mais Pierre Duchesne a beau être suffisant et arrogant comme pas un, il a beau être sous la protection du premier ministre du Québec, cette histoire de dissimulation de l’information, il ne l’emportera pas au paradis. Il goûtera très prochainement à la médecine du Réseau de Résistance.

L’automne dernier, c’est le prince Charles qui a appris à la dure que les Québécois ne s’en laissent aucunement imposer par une couronne étrangère qui pige dans les coffres des Québécois pour se payer des beaux petits voyages aux « frais de la princesse ». En novembre dernier, Charles a craint les RRQuistes qui étaient dans la rue pour lui réserver le comité d’accueil qu’il méritait. Il a ainsi dû se frayer un chemin entre les poubelles d’une ruelle de Montréal pour aller saluer les Black Watch, son régiment.

Le 5 mars prochain (à 15h, devant l’Assemblée nationale, à Québec), c’est à Pierre Duchesne que le RRQ fera comprendre que les jours de l’institution vétuste et archaïque qu’est la monarchie britannique sont comptés en terre québécoise. Le Réseau ne permettra jamais que des usurpateurs dilapident l’argent du peuple, tout en lui riant en pleine face. L’époque de l’impunité est terminée.

À bas la monarchie!
À bas les dilapideurs de fonds publics!
Vive la république!
Vive le Québec libre!

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

Annoncez ici

À propos de l'auteur de cet article

Réseau de Résistance du Québécois
Patrick Bourgeois

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 151 articles

Profil: Le RRQ est une organisation de résistance qui considère l’indépendance du Québec comme nécessaire à la survie et au développement de la nation québécoise. Il tire son inspiration de toutes…

Afficher le profil complet

Fiche de l'article

Cet article de 819 a été rédigé par Réseau de Résistance du Québécois il y a 4 ans et 10 mois, le Mardi 23 février 2010.

Il y a un commentaire suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Politique, Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2013: La Motte au Québec Qu'est-ce que «La Motte»? Ce n'est pas « un ouvrage de défense médiéval ancien, composé d'un rehaussement important de terre rapportée de forme [...]

2013: Un gouvernement de trop: conférence de Stéphane Gobeil Stéphane Gobeil ((Stéphane Gobeil a été directeur du service de recherche du Bloc Québécois et conseiller de Gilles Duceppe de 1998 [...]

2012: Hausse des droits de scolarité: êtes-vous en accord ou en désaccord? Nous connaissons ceux qui sont en défaveur de la hausse des droits de scolarité et leur argumentaire est bien ficelé [...]

2010: Le Québec et l’environnement après sept ans de Jean Charest Depuis Copenhague, l'ineptie mondialement reconnue du gouvernement Harper en matière d'environnement fait en sorte que le gouvernement Charest est perçu [...]

2010: Le critique du critique Steve Proulx supporte ici (( Voir L'art de faire croire sur Voir.ca )), la critique d'une série sur les RP, [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages