Le Vendredi 1 janvier 2010

QuébecSociété

Qui était là avant? Est-ce important?

Relevons la tête tous ensemble, ça c’est important!

Par Jean-Pierre Plourde

On fait fausse route en s’aventurant sur le chemin de qui était là avant, cela n’a aucune espèce d’importance. Notre majorité doit accepter d’exercer son autorité démocratique sur nos territoires, on discutera avec nos minorités après.

Je trouve futile de rechercher dans l’histoire quel grand père était ici avant…  C’est comme quand on était petit, “Mon père est plus fort que le tient”. S’occuper sur ces recherches est utile, mais cela ne résout rien. C’est entrer dans le jeu d’Ottawa qui tient mordicus à ce qu’on se chamaille entre nous en passant à côté du vrai problème.

On n’a pas à se poser la question “qui était là avant”.

La seule question qui a de l’importance réfère à la seule notion reconnue internationalement: la démocratie du nombre. Le Canada en a approuvé les principes de sa signature à l’ONU, il concerne le droit des peuples à disposer d’eux mêmes.

Le Canada fait tout ce qu’il peut pour nous distraire de la vérité, par des accommodements raisonnables, de l’immigration contre nature, des émissions de télévision où la question favorise la fermeture des régions, etc…

Notre majorité doit accepter d’exercer son autorité démocratique sur nos territoires, on discutera avec nos minorités après.

Il faut mettre Charest et ses sbires dehors, c’est le premier geste à poser. Et en second lieu, c’est de poser les gestes pour faire de Montréal une ville Québécoise française, avec un seul méga-hôpital français, etc…

Il faut en convaincre le Peuple. Tout le reste demeure de l’histoire.

Dit autrement, on a affaire à deux puissances :

  1. La Canadienne, bien formée, militaire et structurée qui veut inclure l’autre puissance comme l’une de ses minorités, sans plus de droits que ceux d’un immigrant récent. Elle utilise habilement la tutelle qu’elle possède sur les Amérindiens pour tenter de nous éliminer par l’asservissement et en nous retirant nos territoires et actifs. Ce n’est pas jolie du tout. C’est gros comme le nez dans le visage et le peuple ne voit. rien.
  2. La Québécoise francophone, inconsciente, désinformée, non structurée qui fait confiance aveuglement à ses élus. Un doute se lève présentement dans l’esprit du peuple, mais il se croit impuissant à y changer quelque chose.

La Québécoise se croit à l’abri pour toujours de la misère. Elle croit vivre dans une société d’abondance ou tout est gratuit et sécuritaire, assurance maladie gratuite, école bon marché avec lavage de cerveau assuré, assurance-chômage, le “no fault” en automobile, un système de justice avec très peu de mordant, etc. Sauf que tout cela va changer.

Ce peuple ne sait même pas qu’on lui fait la guerre de l’intérieur et que sa disparition et sa pauvreté sont planifiées. Il sera pris en otage pour faire vivre tout un groupe de personnes qui lui seront supérieurs en statut et non en nombre.

Sans un éveil du peuple par l’information, on va disparaître et il y aura de la violence et de la répression militaire, sauf si tout le monde se lève. C’est mon opinion, basée sur mes graphiques, voir Vivre libre ou disparaître.

On fait fausse route en s’aventurant sur le chemin de qui était là avant, cela n’a aucune espèce d’importance. Relevons la tête tous ensemble, ça c’est important.

4 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 alain gagnon Le 5 janvier 2010 à 20h32

    Bonjour M.Plourde,
    félicitation pour votre article. Effectivement la société québecoise est bien encrée dans une zone de comfort.Tout lui est facile et c’est la théorie du petit train-train.
    Je suis tout a fait en accord avec vous que le Canada fait tout ce qu’il peut pour distraire le Québec de la vérité par des accommodements raisonnables, de l’immigration imposée et même des émissions parlant de fermeture des régions.
    Et quand vous mentionner que même de l’intérieur il y a guerre c’est d’autant plus vrai que même des supposés grand penseurs de Montréal prônent la privatisation d’Hydro-Québec et que celle-ci ne doit pas aider les régions où crée des emplois de qualités au détrimant de vendre aux USA et ainsi remplir les poches de ceux que vous ciblés comme supérieur en statut et non en nombre.
    Vous demandez l’éveil des gens et c’est bien correcte. Il faut qu’il y est des personnalitées qui vous donnent accès a des médias de premiere ligne afin de succité un plus grand éveil car le temps presse et le fédéral avance a grand pas dans ses démarches avec ses lieutenants a la tête du parti libéral du québec.
    Moi c’est sûre que je véhicule votre enlignement et je fais tout pour rejoindre le plus de gens possible. Je profite de se commentaire pour demander a tous et chacun d’en parler et ainsi de suite, plus il y aura de gens qui en parlera et meilleur les chances d’être entendus par les grands médias seront.
    Il n’est jamais trop tard, félicitation pour votre acharnement. On vous lit.
    Alain Gagnon

  2. 2 Jean-Pierre Plourde Le 5 janvier 2010 à 22h20

    Bonjour M. Gagnon:

    La seule façon pour forcer l’ouverture des médias vers la divulgation des enjeux et des vérités, c’est la pression des citoyens eux-mêmes.

    Les journalistes n’oseront pas s’afficher sans ressentir un appui des citoyens, a moins de s’appeler M. Normand Lester qui fut mis à la porte de Radio-Canada pour avoir tenté de nous informer des intentions réelles d’Ottawa à notre égard dans son livre, Le livre noir du Canada anglais, cette personne mérite tout notre respect.

    J’affirme qu’il ne pourra pas y avoir de renversement de situation sans un appui massif des citoyens informés de la vérité sur l’avenir que leur réserve ce pays.

    Je ne peux qu’espérer que mes écrits soient lus et compris, je trouve extra-ordinaire que le nombre des adeptes de mes lectures s’agrandit tous les jours.

    Je vous remercie d’y être M. Gagnon.

    Les Innu-Essipit sont venus commenter l’un de mes textes en croyant pouvoir influencer nos convictions. La discussion n’a pas été très longue. La réponse est venu sèchement de l’un de nos lecteurs.

    Sur leur site on prétend que je fais de la désinformation.

    Ils en ont pas moins publié mon texte, Vivre libre ou disparaître, et c’est très bien. Ce ne doit pas être si désinformant que cela.

    Ces gens ont été nommés par Ottawa, via le travail d’un chef négociateur sympathisant de Option Canada au référendum et président d’une multi-nationale. Il fut nommé par Charest notre négociateur, pour défendre nos intérêts sur nos territoires, alors que l’entreprise pour laquelle il travaille a des intérêts majeurs sur les mêmes territoires que nous, cette personne n’a jamais été élue par le peuple du Québec non plus, pour en savoir plus, voir, Conflits d’intérêts sur saglacweb.com, ameriquebec ou vigile.net.

    Les gens d’Essipit, portent nos noms de famille, on les croyais nos amis. Maintenant, ils nient notre existence. Quel cupidité.

    Ils en sont resté à l’échange de miroirs magiques contre des promesses qui ne se réaliseront jamais pour leurs semblables.

    Les documents d’histoires Canadiennes sont remplis d’exemples de tels comportements dont ils ont pourtant déjà fait les frais. Ils ont la mémoire très courte. Voir, Le livre noir du Canada anglais, de Normand Lester.

    Pour eux, les 6 millions de francophones, vous n’existez plus!

    Mes affirmations étant documentées, dites-moi qui, croyez-vous, fait de la désinformation?

    Le regard des Québécois envers les Amérindiens va changer et vice-versa et nous allons en souffrir tous les deux.

    C’est très malheureux parce que cela est planifié bien au dessus d’eux et ils sont tombé dans un piège qui sera préjudiciable à nos communautés réciproques.

    Jean-Pierre Plourde.

  3. 3 alain gagnon Le 6 janvier 2010 à 19h56

    Bonjour M. Plourde,
    c’est très apprécié que vous preniez le temps de répondre aux différents commentaires. Vous savez,la stratégie du fédéral est très vicieuse, elle coupe les liens d’identitée culturelle et ses lieutenants québecois procèdent a un surendettement de la collectivité. Rien de mieux pour tenir par la gorge et vendre a rabais.
    Quand vous mentionné que les journalistes n’oserons pas a moins d’avoir la population, effectivement ce n’est pas tout des Normand Lester. Par contre il y a présentement un groupe de journalistes de qualité qui sont bien malgré eux en lock-out.Ceux du journal de Montréal détenu par un débâtisseur de culture et de collectivité, Pierre Karl Péladeau.Ces journalistes ont crée Rue Frontenac, voila une belle tribune qui pourrait servir de tremplin et aider.
    Je me demande si par AmériQuébec vous pouvez entrer en contact avec ce groupe afin de les sensibiliser a la cause et également en parralèle il y a aussi les journalistes du Réveil au Saguenay qui eux aussi sont en lock-out et que eux aussi ont comme patron Péladeau peuvent être interpellés pour leurs diffusion dans leur journal le Saguenéen qui est dans le même principe que rueFrontenac.
    Félicitation et continué votre excellente analyse de la situation qui se dessine.A force d’acharnement l’éveil collectif se produira.
    Alain Gagnon

  4. 4 Jean-Pierre Plourde Le 7 janvier 2010 à 0h03

    Bonjour M. Gagnon.

    Vous lisez dans mes pensées.

    Les magouilles sur la prétendu bonne affaire d’Énergie Nouveau-Brunswick ou l’on va perdre les redevances annuelle de l’Hydro qu’on devra compenser par d’autres impôts, en plus d’avoir à emprunter pour financer un canard boiteux et investir en pure perte dans une autre centrale nucléaire chez le voisin cette fois, Pointe Lepreau au Nouveau-Brunswick, à coup de milliards de nos poches et au profit de l’Ontario, ou se concentre les travailleurs de ce secteurs. Y a t’il quelqu’un qui a déjà fait ce rapprochement? Gentilly ce n’était pas assez!!!. Il n’y a là-dedans aucun espoir de retour sur nos investissements. Une décision catastrophique pour nous, de l’incompétence crasse planifiée, du grand Art, “Transformer un bras de levier économique en une charge sociale pour les travailleurs et citoyens”. De plus, on rend service aux amis de M. Sabia, imaginez, le Québec va financer de nos impôts et prendre à notre charge une bonne partie des dépenses d’Énergie atomique Canada qui fait vivre une partie d’un autre voisin, l’Ontario.

    Comment fait-on pour ne pas voir collectivement ce qui est gros comme le nez dans le visage.

    A ce rythme, le mur de l’endettement s’en vient très vite, effrayant!

    Nos travailleurs continuent de fermer les yeux et à se croire invincible et sécurisé par les services de l’État. Cet état, Messieurs Dames, ne nous appartient plus, vérifiez qui sont aux postes de commande de nos institution, Hydro, Caisse de dépôt, etc., vous allez comprendre.
    Ces gens travaillent contre nous, le réveil va sonner bientôt et l’éveil sera brutal. Tous les citoyens du Québec ont besoin l’un de l’autre, celui qui va perdre son emploi ce sera peut-être vous demain. Il faut travailler de concert tous ensemble pour les conserver et renverser ce gouvernement, le loup dans la bergerie.

    Je reviens vers le sujet dont je voulais vous entretenir au départ, le championnat 2009 de l’aide sociale décerné à Montréal, ce n’est pas rien.

    Aujourd’hui même mercredi 6 janvier 2010, on retrouve en page 3 du Journal de Québec une autre preuve du désir d’appauvrissement du Québec par ce gouvernement Charest parachuté d’Ottawa.

    On peut-y lire, Montréal championne de l’aide sociale en 2009.

    “Au dernier décompte, le Québec aura offert de l’aide sociale à 13,629 demandeurs du statut de réfugiés, en 2009, alors qu’il l’avait fait pour 11, 905 personnes, l’année précédente.”

    Comme ces gens sont déclarés anglophone à leur arrivé, c’est une très belle démonstration de l’ampleur de l’immigration planifiée dans le but évident de renverser notre majorité dans Montréal et de nous en faire porter la charge sociale. Ces données nous démontrent clairement que M. Charest accélère le mouvement.

    Qui aura la charge social de ces immigrants sur le dos pendant des années, Vous et moi… Encore un grossissement de déficit planifié.

    Qui fait entrer les immigrants sans les assurer d’abord d’avoir un emploi… Jean Charest.

    Qui inscrit ces nouveaux immigrants vers le secteur anglophone…. Jean Charest.

    Le ministre de l’Emploi et de la solidarité sociale, Sam Hammad a trouvé une parade, “C’est à cause des réfugiés”, c’est y pas beau cela.
    “Ça fausse un peu nos données. Sans les demandeurs d’asile, on aurait une baisse du nombre d’assistés sociaux. Mais on doit respecter la Convention de Genève et s’en occuper” dit-il.

    “Avant qu’Ottawa ne décide de leur sort, le Québec doit les soutenir en leur versant des prestations d’aide sociale, (Notez ici, Ottawa décide, et Québec paye pour s’angliciser, JPP), seulement 52 800 immigrants sont ici depuis plus de trois ans, les autres sont de nouveaux arrivants, 10 500 environ, auxquels s’ajoute les demandeurs d’asile. (M. Hammad combien y en a t’il de ces demandeurs d’asile, pourquoi taire ce nombre ici alors que vous donnez le nombre pour les autres)

    M. Hammad prétend qu’on doit le faire pour respecter la Convention de Genève et qu’on doit s’en occuper.

    M. Hammad, lorsqu’une société est en grave crise économique, que les bons emplois tombent par milliers, qu’on dépouille de 40 milliards nos économies, les réfugiés ce ne sont plus les immigrants, c’est nous tous, incrédules et béats de constater bientôt à quel point on se fait avoir.

    “Quand on lui fait remarquer que les cohortes restent importantes, le ministre réplique que ça va nettement plus mal en Alberta, où le nombre d’assistés sociaux aurait bondi de 21% tandis qu’en Ontario, on en compterait maintenant au moins un million. Deux fois plus qu’au Québec. Dans le temps du PQ, il y en avait 800 000, rappelle le ministre.”

    M. Hammad, le cas de l’Alberta et de l’Ontario, ce sont pour la plupart d’entre-eux une question de conjoncture temporaire, vous n’êtes surement pas sans savoir que par les années passées l’économie de l’Alberta avoisinait le plein emploi et que l’économie Ontarienne va survivre à la crise de l’automobile alors que le Québec se verra transférer le gaspillage du nucléaire, la dernière chose que notre économie aurait besoin.

    De son côté, “Mme Monique Richard, porte parole du PQ tombe dans la contradiction, elle affirme que, malgré ses effets positifs, l’action du gouvernement libéral est déficiente.”
    Mme Richard, vous travaillez pour qui? Lorsque c’est déficient, ce n’est pas positif… voyons donc.

    La constatation devient plus lorsqu’elle déclare:
    “Les gens sont de plus en plus nombreux aux banques alimentaires. Les logements abordables se font plus rares et les prestations ne couvrent plus les besoins essentiels. (Ce sont là d’autres de mes prédictions qui se réalise JPP).

    Autre défaut du système actuel, malgré le grand nombre d’organismes communautaires, la pauvreté ne recule pas, il n’y a pas une séquence continue dans les services.

    - Parfois, un jeune sort d’un centre jeunesse avec un billet d’autobus. Il n’y a personne pour s’en occuper. Il retombe dans la délinquance et la pauvreté,- déplore Mme Richard, qui espère un prochain plan de lutte à la pauvreté plus efficace.

    - A l’ADQ, le député François Bonnardel estime que le gouvernement ne prend pas ses responsabilités à l’égard du décrochage scolaire. – C’est une des cause premières de la pauvreté, dit-il.

    - M. Bonnardel soutient aussi que le plan Hamad est un -échec- puisqu’il n’a pas réussi à remettre au travail ceux qui n’ont pas d’empêchement à travailler. Et le fait que Montréal soit le refuge du tiers des assistés sociaux est carrément -inacceptable-.”

    “L’aide sociale ne doit pas être un mode de vie”, insiste le député de Shefford.

    En conclusion:

    Nos travailleurs, M. Gagnon ce sont eux qui paient les taxes qui font vivre les gouvernements, lorsque ce dernier investit l’argent des travailleurs à l’étranger, il fait régresser l’économie d’ici et crée des emplois ailleurs qu’au Québec et de ce fait appauvrit les travailleurs. L’exemple d’Énergie NB est pathétique à cet égard.

    Merci, M. Gagnon d’allumer, on doit aider nos citoyens à comprendre les conséquences des gestes posés contre nos intérêts par ce gouvernement.

    Il ne faut pas s’arrêter là, nous seront bientôt des “squatters” sur les territoires qu’on aura développé.

    Ceux qui croient que je divague feraient bien d’y regarder de plus près et de relever les documents rattachés à mes arguments, entre autres, Conflits d’intérêts, Vivre libre ou disparaître, Juges et Parties, et bien d’autres.

    Merci d’être là.

    Jean-Pierre Plourde.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

Annoncez ici

À propos de l'auteur de cet article

Jean-Pierre Plourde

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 116 articles

Afficher le profil complet

Fiche de l'article

Cet article de 478 a été rédigé par Jean-Pierre Plourde il y a 4 ans et 7 mois, le Vendredi 1 janvier 2010.

Il y a 4 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Québec, Société.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2013: Bonne année 2013 rabat-joie Le temps des fêtes se termine pour la plupart d'entre nous  aujourd'hui. Demain, déjà demain, c'est le travail, avec la [...]

2012: Bonne année: Bye Bye 2011, bonne année 2012 à tous! Si vous souhaitez voir le Bye bye 2011 et Infoman sans lire notre résumé, cliquez ici. Le menu de la soirée [...]

2010: Véhicules électriques: l’enjeu des flottes de livraison Pour le Québec, le passage à une économie sans carbone comporte un potentiel assez exceptionnel de développement. Mais pour en [...]

2010: Madame Normandeau, quand on sait compter, on compte tout! La ministre Normandeau s'en est prise en décembre au Parti québécois, qui s’oppose à la réfection de la centrale Gentilly-2, [...]

2010: Salissage du ministre Jason Kenney à l’endroit de l’ONG KAIROS « Le ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration, Jason Kenney, a accusé à Jérusalem l’ONG KAIROS d’être antisémite. Il [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages