Le mardi 24 novembre 2009

SociétéPolitiqueQuébec

Qui sont les pas bons?

Réaction à un article d'Alain Dubuc dans le torchon de La Presse

Par Sylvain

Le peuple du Québec, pour Dubuc, ça sert à être méprisé, pas à se mêler des affaires politiques dont seuls les brillants fédéralistes sont en mesure de s’occuper. Et s’il y a une commission d’enquête publique, pour satisfaire le petit peuple fatiguant et insistant, on prendra un homme comme Pierre Marc Johnson, un homme qui est revenu à la raison ou, pourquoi pas, Alain Dubuc.

Je viens de terminer la lecture d’un article dont le titre n’annonçait rien de bon, en plus d’être dans Cyberpresse et signé Alain Dubuc, le « collaborationniste spécial » qui aurait pu écrire dans Je suis partout dans une vie antérieure.  L’article en question est Les pas bons.  Avant de commencer à écrire son article, le plan de Dubuc était, de toute évidence, de défendre le Parti libéral du Québec.  Pour ce faire, il fallait donc attaquer le Parti québécois, l’opposition officielle:

Comme il se doit dans notre belle tradition parlementaire, la chef de l’opposition, étranglée par l’indignation, a réclamé la démission immédiate de la ministre des Transports, Julie Boulet, qu’elle accuse d’être complice de ces turpitudes.

La première étape consistait à utiliser le sarcasme dans le but de ridiculiser les adversaires, lesquels sont les séparatistes.  En écrivant « étranglée par l’indignation »,  l’objectif du sarcasme était déjà atteint.

La deuxième étape était de diminuer le poids des accusations envers le groupe que l’on veut défendre à tout prix.  Dubuc se prostitue intellectuellement pour le Parti libéral,  ce groupe d’intouchables, les bons, quoiqu’ils fassent.  En accusant Pauline Marois  d«’accuser», dans l’indignation feinte,  la marâtre dans cette histoire devient la chef du PQ puis la pôvre victime est la ministre libérale sans défense, qui n’est pas à la hauteur d’un si gros ministère, car probablement rempli de pas bons fonctionnaires péquistes pas assez serviles et travaillant.

La troisième étape était d’enlever le doute qui pèse sur le Parti libéral. Quand bien même que ce parti est au pouvoir depuis avril 2003, Dubuc était bien décidé à trouver des coupables ailleurs. Notre cher collaborationniste, bien spécial, écrit:

Le laxisme et les irrégularités à ce ministère dépassent largement la personne de la ministre des Transports ou même le gouvernement actuel.

Bravo, mission accomplie Dubuc. L’empire Desmarais va vous donner une autre tite médaille. On a tous compris, la ministre Boulet n’a rien à voir dans cette histoire et c’est probablement même le problème du gouvernement précédent, évidemment péquiste.

Dernière étape: tout relativiser. Dubuc écrit que le problème est « global », « universel » et « c’est partout pareil ». Appelez-moi la prochaine fois que vous voulez relativiser, je vais ouvrir mon dictionnaire des synonymes pour vous donner un coup de main, une claque s’il le faut.

Enfin, pourquoi ne pas en profiter pour cracher, une fois de plus, sur les Québécoises et les Québécois, en les traitant d’inaptes :

Le ministère des Transports est énorme, avec ses 6000 employés – 10% de la fonction publique -, très décentralisés, et donc difficile à gérer. Il donne pour 2,7 milliards d’ouvrages et doit signer plus de 30 000 contrats par année. C’est certainement complexe. Quand on connaît les risques de dérapages, et quand on doit gérer une machine pareille, il faudrait pouvoir compter sur un appareil administratif fort et efficace. Or, c’est le contraire.

Tant qu’à faire une apparition spéciale ce jour là, Dubuc en a profité pour rappeler que l’on devrait centraliser davantage et diminuer le nombre de fonctionnaires. Il nous faut de la lucidité au Québec! Un peu plus, et il écrivait que le Québec devrait se mettre en tutelle à Ottawa. Toutes les routes asphaltées mènent à Ottawa et les petits chemins en garnotte mènent à Québec, c’est ça?

Dubuc termine son article de façon magistrale. Il sait que Jean Charest ne veut pas avoir de commission d’enquête publique, donc la solution était d’arriver à deux conclusions:

Cela nous mène à deux conclusions. La première, c’est qu’il faut sérieusement redresser la barre au ministère des Transports. La seconde, c’est qu’on a besoin plus que jamais d’une commission d’enquête sur le béton et l’asphalte.

Quel génie! Ce que ça veut dire, c’est que Dubuc croit que la conclusion de l’enquête sera en fait la première des ses conclusions, soit de redresser la barre au ministère des Transports. Semplice! La seconde, il ne fait que la suggérer car le peuple en veut une. Voici sa poudre aux yeux.  Par contre, dans son for intérieur, il ne croit pas que le peuple  soit en mesure d’avoir une commission d’ enquête publique, car dans « publique », il y a peuple.

Le peuple du Québec, pour Dubuc, ça sert à être méprisé, pas à se mêler des affaires politiques dont seuls les brillants fédéralistes sont en mesure de s’occuper. Et s’il y a une commission d’enquête publique, pour satisfaire le petit peuple fatiguant et insistant, on prendra un homme comme Pierre Marc Johnson, un homme qui est revenu à la raison ou, pourquoi pas, Alain Dubuc.

2 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Sylvain Racine Le 25 novembre 2009 à 17h07

    Il semble que le PLQ aussi croit que les Québécois sont des inaptes. Le parti de John James Charest a suivi les bons conseils de Dubuc, soit en relevant la barre au ministère des Transports http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2009/11/25/003-transports-contrats.shtml, en espérant que le peuple plie l’échine encore une fois. Par contre, en lisant les commentaires sur la SRC, j’ai l’impression qu’il y a de l’espoir et que cette fois, le peuple du Québec va se tenir debout et fier!

  2. 2 Mart Le 28 janvier 2010 à 2h27

    Tes vieux, ca coute cher de viagra, tu change ta couche au deux heures, tu te souvient pas du dernier 30 secondes mais tes riche = Osti de cave

    ^^

    Mart

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Sylvain

Articles rédigés: 346 articles

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 743 a été rédigé par Sylvain il y a 7 ans et 4 mois, le mardi 24 novembre 2009.

Il y a 2 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Société, Politique, Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2015: Qui est Lucy, l’australopithèque ? Vous êtes sans doute plusieurs à vous demander qui est Lucy, l’australopithèque qui est à l'honneur aujourd'hui sur le moteur [...]

2009: Promotion de la langue française et de l’identité québécoise À l’occasion du colloque Gouvernement souverainiste et développement culturel qui se tenait à Montréal en fin de semaine, la chef [...]

2009: Faire le ménage et lancer une enquête dans le secteur des transports est urgent! Volée de bois vert aux Transports, tel est le titre d’un article rédigé par Denis Lessard de La Presse la [...]

2009: Le Québec à Copenhague: une mascarade? Le député de L’Assomption et porte-parole de l’opposition officielle en matière de développement durable et d’environnement, Scott McKay, et la [...]

2008: La Nébuleuse: Un portrait décapant de Jean Charest La majorité des citoyens croit dur comme fer que le pouvoir politique dans nos sociétés dites démocratiques est administré uniquement [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages